L’État français bientôt à court de victimes ?

La France n’a plus d’autre choix que de baisser la dépense publique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Les "Rap Tout Vampires" du fisc interprétés par les Inconnus

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’État français bientôt à court de victimes ?

Publié le 13 juillet 2013
- A +

Par Daniel J. Mitchell, depuis les États-Unis.

Les parasites et pillards français sont à court de victimes.

La géniale Margaret Thatcher est connue pour avoir déclaré que « le socialisme ne dure que jusqu’à ce que se termine l’argent des autres« . Apocalypse Now a lui cette citation emblématique : « J’aime l’odeur du napalm au matin ». La situation fiscale en Europe me fait combiner ces deux phrases et je dirai que « j’aime quand les étatistes sont à court de victimes et commencent à se détruire entre eux ». Voilà qui est sur le point d’arriver en France.

Le fardeau des dépenses publiques est énorme, avec le secteur public consommant 57% de la production économique. C’est plus que la Grèce ou la Suède ! Si rien n’est fait, la France va plonger dans une crise similaire à la Grèce, les investisseurs perdant confiance dans la capacité de l’État à payer ses factures.

La situation est si mauvaise que même le président socialiste François Hollande affirme qu’il prévoit de réduire les dépenses, mais il fait face dans son propre parti à une révolte de ceux qui refusent de reconnaître la réalité. Voici quelques extraits d’un article du journal britannique The Telegraph :

Le président François Hollande a déjà provoqué la colère de la majorité de sa propre base socialiste avec des plans de réduction des dépenses en termes absolus pour la première fois depuis 1958, mais c’est peut-être juste le début de la bataille. La Cour des Comptes n’est pas encore à mi-chemin de son resserrement budgétaire. « La France s’éloigne. Comme une vague qui s’en va, elle se retire petit à petit de l’économie mondiale, de façon imperceptible dans le passé, mais clairement visible aujourd’hui » déclare Jean-Pierre Letarte, le responsable d’Ernst & Young pour la France. Le gouvernement a prévu une contraction économique de 0,3% cette année avec une reprise faible pour la seconde moitié de l’année. Mais plusieurs économistes du privé craignent bien pire s’il y a un choc extérieur. « Cela pourrait atteindre une récession de 1,5% » a déclaré Jean-Michel Six de Standard & Poor’s. M. Hollande a jusqu’ici suivi les demandes d’austérité de l’UE, retirant son engagement pour une stratégie de croissance dans le style du New Deal qu’il avait pris lors de sa campagne électorale. Mais sa cote de popularité s’est effondré plus vite que tous ses prédécesseurs, et la majorité de son parti est proche de la révolte.

Je serais surpris si la France suivait en réalité ce plan de réduction des dépenses, mais vous pouvez voir sur ce graphique que le temps de l’austérité budgétaire devait arriver depuis longtemps.

Pour être un peu optimiste, il faut reconnaître que les États font le bon choix quand il n’y a pas d’autre alternative. La Grèce, par exemple, a réduit ses dépenses trois ans d’affilée, ramenant son budget à 106 milliards d’euro l’année dernière contre 124 milliards en 2009. Malheureusement, il y a aussi eu de fortes hausses d’impôts et le niveau global des dépenses est encore le même qu’en 2007, de sorte que la Grèce est loin d’être un modèle à suivre. Mais au moins, l’ère des dépenses sans cesse croissantes est finie.

J’ai déjà fait remarquer que les pays baltes sont un modèle à suivre car ils ont effectué des réductions de dépenses réelles dès le début de la crise et ils sont maintenant en plein rebond économique.

Je sais que ce sera l’euphémisme de l’année, mais la France ne sera pas la nouvelle Estonie. Au contraire du Parti Libéral Canadien ou du Parti Travailliste Australien, il ne semble pas que le Parti Socialiste français soit prêt à affronter la réalité et faire le bon choix.

La bonne nouvelle, c’est qu’ils n’ont plus de marge pour augmenter les impôts. Les personnes ayant réussi sont déjà en train de quitter le pays en raison du taux d’imposition punitif, et je suspecte que même le président Hollande comprend en privé que la France est du mauvais côté de la courbe de Laffer.

Donc, je m’attends à un combat. D’un côté, nous aurons les étatistes rationnels qui reconnaissent que les réductions de dépenses sont nécessaires pour éviter une crise budgétaire. De l’autre, nous aurons les étatistes irrationnels qui pensent aveuglément que plus d’argent peut être pressé des riches avec une politique fiscale de guerre des classes.

Espérons de lourdes pertes des deux côtés.

P.S. Il y a beaucoup à dire sur la France et j’ai signalé il y a plusieurs années qu’elle était classée parmi les meilleures nations pour la qualité de vie. Mais c’est uniquement si vous êtes déjà riche. Maintenant que le sport national français est devenu l’imposition, les personnes productives voulant devenir riches ont une énorme motivation à partir ailleurs.

Sur le web. Traduction Contrepoints

Lire aussi :

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Ne sous-estimez pas le PS, ses combines, ses mafias, et son indifférence totale au redressement de la France :; au contraire, plus mal iront les choses, plus il suffira d’expliquer que c’est à cause de l’horrible égoisme du méga capitalisme sauvage, pour que les gens redemandent de ce socialisme qui les tue …

    • Ils sont quand même en minorité. Pourquoi le reste d’entre nous continuerait-il juste d’être passif et de se laisser faire ? Pourquoi pas, plutôt, réagir ?

      http://www.contrepoints.org/2012/06/22/87942-legislatives-retour-sur-les-vrais-resultats

      • Oui, mais une minorité très active et disposant de moyens de blocage et de pression importants.
        Et réagir comment ? En dehors de partir.

        • Réagir comment ? Mais en portant plainte au Procureur, non pour obtenir satisfaction puisqu’il défend l’Etat, mais pour faire savoir notre mécontentement.
          Porter plainte sur quoi ? Mais sur le fait que les impôts ne sont pas conformes à l’article 13 des Droits de l’homme qui font partie de la Constitution :
          ART. 13. — Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.
          C’est parce que la Constitution est piétinée que l’impôt est n’importe quoi de si compliqué.
          Ni l’impôt sur les revenus, ni les impôts locaux, ni aucune taxe n’est conforme à l’article 13.
          De plus le fisc vous compte la CSG déclarable comme un revenu, donc demandez à ce que les politiques et les élus soient payés par la CSG déclarable pour leur faire les pieds.
          Cela fait des décennies que je fais ce genre de réclamation et que je porte plainte devant le Procureur pour attentat à la Constitution et concussion.

          • ne rêves quand même pas. L’article 13 a été fait pour lever les impôts, alias « contributions », pas pour les interdire. L’expression « en raison de leurs facultés » donne toute latitude pour fixer les « facultés » de chacun et permet ainsi a peu près n’importe quoi. notamment l’impôt sur les revenus, et les impôts locaux.
            en revanche, tu as raison sur la suite : la contribution ne peut être le fait que des citoyens. Ce qui interdit la dette, les impôts sur les non citoyens et notamment les entreprises, et tout un tas de truc.
            Le dépôt de plainte n’est pas la bonne voie : tant que la loi de finances est votée, la justice vus donnera tort.
            C’est la loi de finances qu’il faut attaquer

          • Au stade où nous en sommes, la bonne méthode , c’est plutôt le goudron et les plumes.

    • Tout à fait d’accord, et vous n’avez qu’à demander autour de vous qui est responsable de la crise actuelle. 90% des gens vont vous répondre que c’est à cause des financiers, de la spéculation et « des libéraux dont je suis très surpris d’apprendre que vous défendez de telles idées. » (dixit)

      • Evidemment, puisque toute l’éducation, toute la presse et les médias sont unanimes dans ce sens là. Toute ? Eh non, c’est fini. Maintenant il y a le web. Hashtable, Cri du Contribuable, LibertarienTV, Institut des Libertés, Coppet, Turgot, ALEPS, IFRAP, sans parler d’ici même sur Contrepoints, et pardon à ceux que j’oublie. Il arrive un moment où c’est aussi un peu entre les mains des gens qui aimeraient que ça change, de promouvoir les sources qui en valent la peine. La bonne info est de plus en plus disponible, et son public a sa part à jouer pour qu’elle soit plus vue et lue. Vous, par exemple. Si on ne fait rien, là, oui, rien ne va changer. Action.

  • « Les parasites et pillards français sont à court de victimes »
     
    ♫ ♪ http://www.youtube.com/watch?v=YVIhkotd55g

  • Eheh pas mal mais trop tard , il vont plonger dans le populisme, c’est la seule solution electorale.
    De plus, je reste convaincu qu’il est trop tard et que la solution va empirer jusqu,au clash tel la grece.
    On va avoir des greves a la rentrer , le gouvernement fera du populisme d’impot pour calmer jusqu,au election et la situation s’agravera par une recrudescence du mecontentement …

  • C’est surtout Marxine le Pen qui va en profiter!Pour avoir un avant gout de ce qui nous attend il suffit de regarder l’Argentine de Mme Kirchner et la Russie de Boris Elstine!Cette dame vient par exemple de remettre en vigueur un contrôle des prix généralisé car le prix du pain à doublé en 1 mois …A cause de la planche à billets!Et je passe sur les tentatives de plus en plus manifeste de restreindre la liberté de circulation des Argentins…

  • Il n’est malheureusement pas encore question d’une baisse nominale du montant de la dépense publique, juste d’une économie de 14 milliards par rapport à l’augmentation tendancielles des dépenses, soit moins de 1,5 milliards d’euros hors dette et pension! Vous pouvez être sur qu’en incluant les intérêts de la dette et l’augmentation du nombres de pensions à payer, la dépense publique augmentera…

    http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/l-etat-prevoit-14-milliards-d-economies-en-2014-02-07-2013-1688408_240.php

  • Ah ah ah ! Un ricain qui vient nous donner des leçons de bonne gestion ! Mais, on croirait rêver !

    • Quand tu claques 20 % de trop chaque année pendant 38 années d’affilée, n’importe quel être vivant sur terre peut te donner des leçons de gestion, il ne leurs manque souvent que la parole.

      Quant à toi, qui ranges les humains en bloc suivant leur drapeau, on ne rêve absolument pas : tu es au mieux un abruti.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

À peine Elon Musk avait-il annoncé que son offre de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars avait été acceptée qu’il s’est trouvé nombre d’obligeants commentateurs pour expliquer à quel point la somme était indécente et comment il aurait dû la dépenser s’il était vraiment sérieux et moralement engagé pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Ajoutez à cela son intention d’élargir la liberté d’expression sur le réseau social et la conclusion s’impose d’elle-même : cet homme n’a qu’irrévérence pour les sensibilités légitimes de ses se... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles