Le crépuscule du photovoltaïque

La fameuse transition énergétique allemande est un échec retentissant. L’Allemagne décide de jeter l’éponge, en annonçant le non-renouvellement de la subvention au photovoltaïque.

La fameuse transition énergétique allemande est un échec retentissant. L’Allemagne décide de jeter l’éponge, en annonçant le non-renouvellement de la subvention au photovoltaïque.

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse.

Crépuscule du photovoltaïque, mais pas en Suisse, rassurez-vous, mais bien en Allemagne. Dès 2018 et probablement avant, le gouvernement arrêtera de subventionner l’énergie solaire :

Le ministre conservateur Peter Altmaier avait fixé l’an dernier un plafond de capacité solaire installée au-delà duquel les pouvoirs publics arrêteraient de subventionner cette énergie. Il a déclaré lundi lors d’une conférence de presse que ce seuil de 52 gigawatts serait vraisemblablement atteint en 2017, au plus tard en 2018.

Le ministre de l’Environnement Peter Altmaier – un conservateur précise la dépêche, qu’on puisse identifier l’ennemi – ne fait rien d’autre que d’appliquer les contrats jusqu’à leur terme. Les subventions au photovoltaïque auraient-elles vocation à être éternelles ? L’admettre reviendrait à avouer que ce type d’énergie ne sera jamais compétitif. Le compromis politique consiste à lancer la machine en y brûlant de l’argent jusqu’à un certain point. Or, le niveau d’équipement recherché est en passe d’être atteint :

À l’heure actuelle, les panneaux solaires installés en Allemagne ont une capacité cumulée de 34 gigawatts. Le régime de subventions – sous forme d’un prix garanti payé aux producteurs solaires pour chaque kilowatt-heure produit – a conduit à un véritable boom ces dernières années, particuliers et agriculteurs notamment se découvrant des vocations de producteur photovoltaïque. Le prix très bas des panneaux solaires en provenance d’Asie a aussi contribué à cet engouement.

Ah, l’engouement pour le solaire avec des prix d’Asie, quelle élégante tournure !

La semaine dernière, l’entreprise photovoltaïque Conergy de Hambourg a déposé le bilan après plusieurs restructurations, mettant un dernier lot de 1.200 employés allemands sur le carreau. La société existait depuis 1998 et avait un chiffre d’affaires de 473 millions d’euros. Cette faillite s’ajoute à celle de nombreuses autres : Q-Cells (1.700 postes supprimés), First Solar (1.200 postes supprimés), Odesun (260 postes supprimés), le spécialiste bavarois du solaire thermique Solar Millenium, l’entreprise berlinoise Solon, la firme de Westphalie Solarhybrid…

Qu’il est ensoleillé le secteur photovoltaïque allemand !

On voit donc une application concrète du fameux argument des « emplois verts ». On savait que chacun de ces « emplois verts » détruit 3,7 emplois dans le privé en moyenne, mais on réalise également que ledit emploi vert a plus de chances d’apparaître dans une usine chinoise que dans un atelier européen, compétitivité oblige.

L’énergie photovoltaïque pas plus que l’éolienne ne contribuent à un approvisionnement sûr. Les aléas de la météo obligent les producteurs d’énergie sérieux à utiliser des sources d’énergie alternatives pour les situations défavorables, autrement dit, des centrales à gaz. Il faut en outre reconstruire entièrement le réseau électrique pour tenir compte de la répartition des sources d’énergie en fonction du vent ou de l’ensoleillement.

La transition énergétique allemande prévoit une utilisation de renouvelable à hauteur de 80% d’ici 2050 ; comme pour toute planification délirante, l’économie du pays aura jeté l’éponge bien avant. Selon le directeur du conglomérat industriel Siemens, l’Allemagne a englouti jusqu’à maintenant 216 milliards d’euros dans les renouvelables. Et pour quel résultat ? L’Allemagne a un des prix de l’électricité les plus élevés d’Europe. Cela plombe la compétitivité de toutes les industries allemandes. La fameuse transition énergétique allemande, à peine entamée, est déjà un échec retentissant, au point de s’inviter dans la campagne électorale de Mme Merkel.

Les Allemands voient d’un mauvais œil la litanie sans fin des dépôts de bilan des entreprises du secteur solaire alors qu’ils se saignent aux quatre veines pour payer l’installation de panneaux photovoltaïques et payent plus cher leur énergie pour subventionner la maigre production d’électricité de ceux-ci. Mais tous ont bien compris que l’engouement pour le renouvelable n’existe qu’à travers les subventions, c’est-à-dire des prix maintenus artificiellement bas grâce à des taxes spéciales sur les sources d’énergie efficaces.

On cherchera en vain la relation entre la subvention au photovoltaïque et l’amélioration de l’efficacité des cellules. Au contraire, l’argent public est un oreiller de paresse amenant les gens à s’équiper de panneaux peu performants et les industriels à corrompre les politiciens plutôt qu’à investir dans la recherche.

Perdant sur toute la ligne – fiabilité de l’approvisionnement, emploi, coût de l’énergie, déficit publics – le gouvernement allemand a décidé de jeter l’éponge. En annonçant le non-renouvellement de la subvention au photovoltaïque, le ministre de l’Environnement Peter Altmaier n’a rien fait d’autre qu’entériner une situation économique prévalant sur l’idéologie énergétique. L’expérience est close. Les nouvelles unités de production photovoltaïque en Allemagne devront être installées sans subventions ; autant dire qu’elles ne verront jamais le jour.

Les lubies écologistes sont tout simplement devenues inabordables, même pour l’Allemagne. Mais la Suisse, elle, a encore de l’argent à jeter par les fenêtres.


Sur le web.

Exclusif : plus de 27000 € par foyer pour les renouvelables en Allemagne

Le désastre du photovoltaïque espagnol

Rebranchons vite les pompes à subventions photovoltaïques