Le crépuscule du photovoltaïque

La fameuse transition énergétique allemande est un échec retentissant. L’Allemagne décide de jeter l’éponge, en annonçant le non-renouvellement de la subvention au photovoltaïque.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le crépuscule du photovoltaïque

Publié le 12 juillet 2013
- A +

La fameuse transition énergétique allemande est un échec retentissant. L’Allemagne décide de jeter l’éponge, en annonçant le non-renouvellement de la subvention au photovoltaïque.

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse.

Crépuscule du photovoltaïque, mais pas en Suisse, rassurez-vous, mais bien en Allemagne. Dès 2018 et probablement avant, le gouvernement arrêtera de subventionner l’énergie solaire :

Le ministre conservateur Peter Altmaier avait fixé l’an dernier un plafond de capacité solaire installée au-delà duquel les pouvoirs publics arrêteraient de subventionner cette énergie. Il a déclaré lundi lors d’une conférence de presse que ce seuil de 52 gigawatts serait vraisemblablement atteint en 2017, au plus tard en 2018.

Le ministre de l’Environnement Peter Altmaier – un conservateur précise la dépêche, qu’on puisse identifier l’ennemi – ne fait rien d’autre que d’appliquer les contrats jusqu’à leur terme. Les subventions au photovoltaïque auraient-elles vocation à être éternelles ? L’admettre reviendrait à avouer que ce type d’énergie ne sera jamais compétitif. Le compromis politique consiste à lancer la machine en y brûlant de l’argent jusqu’à un certain point. Or, le niveau d’équipement recherché est en passe d’être atteint :

À l’heure actuelle, les panneaux solaires installés en Allemagne ont une capacité cumulée de 34 gigawatts. Le régime de subventions – sous forme d’un prix garanti payé aux producteurs solaires pour chaque kilowatt-heure produit – a conduit à un véritable boom ces dernières années, particuliers et agriculteurs notamment se découvrant des vocations de producteur photovoltaïque. Le prix très bas des panneaux solaires en provenance d’Asie a aussi contribué à cet engouement.

Ah, l’engouement pour le solaire avec des prix d’Asie, quelle élégante tournure !

La semaine dernière, l’entreprise photovoltaïque Conergy de Hambourg a déposé le bilan après plusieurs restructurations, mettant un dernier lot de 1.200 employés allemands sur le carreau. La société existait depuis 1998 et avait un chiffre d’affaires de 473 millions d’euros. Cette faillite s’ajoute à celle de nombreuses autres : Q-Cells (1.700 postes supprimés), First Solar (1.200 postes supprimés), Odesun (260 postes supprimés), le spécialiste bavarois du solaire thermique Solar Millenium, l’entreprise berlinoise Solon, la firme de Westphalie Solarhybrid…

Qu’il est ensoleillé le secteur photovoltaïque allemand !

On voit donc une application concrète du fameux argument des « emplois verts ». On savait que chacun de ces « emplois verts » détruit 3,7 emplois dans le privé en moyenne, mais on réalise également que ledit emploi vert a plus de chances d’apparaître dans une usine chinoise que dans un atelier européen, compétitivité oblige.

L’énergie photovoltaïque pas plus que l’éolienne ne contribuent à un approvisionnement sûr. Les aléas de la météo obligent les producteurs d’énergie sérieux à utiliser des sources d’énergie alternatives pour les situations défavorables, autrement dit, des centrales à gaz. Il faut en outre reconstruire entièrement le réseau électrique pour tenir compte de la répartition des sources d’énergie en fonction du vent ou de l’ensoleillement.

La transition énergétique allemande prévoit une utilisation de renouvelable à hauteur de 80% d’ici 2050 ; comme pour toute planification délirante, l’économie du pays aura jeté l’éponge bien avant. Selon le directeur du conglomérat industriel Siemens, l’Allemagne a englouti jusqu’à maintenant 216 milliards d’euros dans les renouvelables. Et pour quel résultat ? L’Allemagne a un des prix de l’électricité les plus élevés d’Europe. Cela plombe la compétitivité de toutes les industries allemandes. La fameuse transition énergétique allemande, à peine entamée, est déjà un échec retentissant, au point de s’inviter dans la campagne électorale de Mme Merkel.

Les Allemands voient d’un mauvais œil la litanie sans fin des dépôts de bilan des entreprises du secteur solaire alors qu’ils se saignent aux quatre veines pour payer l’installation de panneaux photovoltaïques et payent plus cher leur énergie pour subventionner la maigre production d’électricité de ceux-ci. Mais tous ont bien compris que l’engouement pour le renouvelable n’existe qu’à travers les subventions, c’est-à-dire des prix maintenus artificiellement bas grâce à des taxes spéciales sur les sources d’énergie efficaces.

On cherchera en vain la relation entre la subvention au photovoltaïque et l’amélioration de l’efficacité des cellules. Au contraire, l’argent public est un oreiller de paresse amenant les gens à s’équiper de panneaux peu performants et les industriels à corrompre les politiciens plutôt qu’à investir dans la recherche.

Perdant sur toute la ligne – fiabilité de l’approvisionnement, emploi, coût de l’énergie, déficit publics – le gouvernement allemand a décidé de jeter l’éponge. En annonçant le non-renouvellement de la subvention au photovoltaïque, le ministre de l’Environnement Peter Altmaier n’a rien fait d’autre qu’entériner une situation économique prévalant sur l’idéologie énergétique. L’expérience est close. Les nouvelles unités de production photovoltaïque en Allemagne devront être installées sans subventions ; autant dire qu’elles ne verront jamais le jour.

Les lubies écologistes sont tout simplement devenues inabordables, même pour l’Allemagne. Mais la Suisse, elle, a encore de l’argent à jeter par les fenêtres.


Sur le web.

Exclusif : plus de 27000 € par foyer pour les renouvelables en Allemagne

Le désastre du photovoltaïque espagnol

Rebranchons vite les pompes à subventions photovoltaïques

Voir les commentaires (57)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (57)
  • Qu’il est dur de se fracasser sur le mur des réalités !

  • La critique est facile et vos propositions sont creuses. Quelles sont les bonnes solutions à votre avis ?

    Pour mémoire, 34GW, c’est un tiers de la puissance PV mondiale actuellement.

    • Les bonnes solutions à quoi ?

      • Il est curieux de voir que les idéologues sortent schématiquement les mêmes arguments face aux critiques concernant leurs solutions : « que proposez-vous d’autre ? » alors que le choix véritable consiste à faire ou ne pas faire de plan et que les problèmes en question, qu’ils existent ou non, ils leur donnent une importance démesurée, obsessionnelle et irrationnelle au point de sombrer dans le prosélytisme, la mauvaise foi ou la fraude afin de se rassurer dans leur vice…

    • « Pour mémoire, 34GW, c’est un tiers de la puissance PV mondiale actuellement. »
      ————————
      34 GW, c’est la puissance théorique crête, atteinte avec le soleil au zénith en plein été, bref, un chiffre exagéré détaché de toute réalité et typique de l’enfumage des pastèques.

      Le pire, c’est que si ces mêmes 34 GW étaient installées sous le soleil d’Espagne au lieu d’être dans la brume allemande, on aurait produit le double d’électricité ! Comme gaspillage de ressources, difficile de faire « mieux ».

    • l’énergie la plus propre et la plus durable est celle qu’on ne consomme pas.

      -éduquer les gens
      -arrêter de satisfaire l’inutile.

      • Éduquer les gens !
        Parce que vous pensez que vous savez mieux qu’eux ? Parce que vos idées valent mieux que celles des autres et que vous voulez les imposer ? Tout ça ne sent pas très bon… Franchement…

      • en plus les économies ne sont ni gratuites ni propres. Tout a un cout, même les économies… on doit gérer.

        l’énergie moins chère que les économies couteuses que l’on nous propose habituellement, je la connais…
        10 fois moins cher, ni pollustion chimique, ni CO2, ni géopolitique…

        mais bon pour ca il faut aimer la recherche et l’esprit d’entreprise, s’asseoir sur les dogmantismes scientifiques et marxistes…

      • Oh oui, éduquons !
        On enverrait des gens dans des « camps d’éducation » pour apprendre à ne pas consommer d’énergie. On leur expliquerait comment il faut vivre et moins consommer et tout ça, car ils ne savent pas eux, les gens que consommer c’est mal.
        Mais nous on le sait, et il faut leur dire, c’est notre destin de prophète qui détient la vérité.

    • Oui, les Allemands ont gaspillé plus d’argent que quiconque dans cet exercice, ils ont donc une part importante du parc installe.
      Et alors?

    • 34GW c’est rien. Peut etre un tiers de la production photovoltaique, mais compare aux 7 545 gigawatts produits par jours, c’est absolument rien, meme pas un centieme.
      http://www.planetoscope.com/nucleaire/228-production-mondiale-d-energie-nucleaire.html

  • Yaurait panique en ce moment sur le rachat hors de prix du jus écolo.

    • Panique des ménages pauvres, pour sûr. Démolir sans cause le pouvoir d’achat, de la sorte, c’est juste dégueulasse, je ne vois pas d’autre mot.

      • Le problème des pauvres ce n’est pas l’energiewende c’est la pauvreté… C’est quand même étrange qu’en Allemagne seuls les riches qui n’ont jamais eu aucun intérêt pour le social sont les seuls à avoir cet argument alors que ceux qui s’occupent des pauvres (sphère publique, privée, citoyenne…) sont tous pour. Le fait que les opposants gagnent plein d’argent grâce aux monopoles sur la production et la distribution de l’énergie a peut être plus à voir avec leur position vous ne croyez pas ?

        Amusant aussi de constater qu’en Géorgie les libéraux du Tea Party qui font campagne pour que n’importe qui puisse produire de l’électricité plutôt que de dépendre d’un monopole se voit attaquer… par Koch Industries qui ne veulent surtout pas que le solaire prennent des parts de marché à leurs activités ultra subventionnées. Alors nickdecusa vous vous situez où sur le sujet : idiot utile ou hypocrite intéressé ?

        • Tilleul : « seuls les riches qui n’ont jamais eu aucun intérêt pour le social sont les seuls à avoir cet argumen », « les libéraux du Tea Party qui font campagne pour que n’importe qui puisse produire de l’électricité plutôt que de dépendre d’un monopole se voit attaquer… par Koch Industries »
          —————————-
          Insinuation gratuite, accusation sans fondement, diffamation et affabulation… du vent typique d’un propagandiste des moulins à vents. Bref, poubelle.

          Et puis le coup de « l’hypocrite intéressé », c’est somptueux, venant d’un type qui défend bec et ongle l’éolien, une industrie qui n’a pu exister que grâce aux magouilles de la haute finance et du big business (et même des mafias) avec l’Etat pour soutirer des milliards aux contribuables. C’est ce qu’on appelle en psychiatrie projeter ses tares sur les autres.

        • « Le problème des pauvres ce n’est pas l’energiewende c’est la pauvreté… »

          Salauds de pauvres qui empêchent les zozos de pratiquer des prix stratosphériques…

          «Amusant aussi de constater qu’en Géorgie les libéraux du Tea Party qui font campagne pour que n’importe qui puisse produire de l’électricité plutôt que de dépendre d’un monopole se voit attaquer… par Koch Industries qui ne veulent surtout pas que le solaire prennent des parts de marché à leurs activités ultra subventionnées. »

          Et alors ? Il n’est pas question de critiquer en soi le PV ou l’éolien, il est question de critiquer des politiques zozo-soviétoides de subventions et d’imposer à la population une spoliation fiscale dans le greenwashing.
          Si les gens ici estiment préférables de se servir d’énergie verte et en assument le cout, c’est tant mieux pour eux.

          Le problème avec les zozos rouges ou verts, c’est qu’ils voient le monde uniquement sous le point de vue des intérêts de classe et pas sous le point de vue des principes de droit, qui coïncide une fois avec l’intérêt de un et l’autre fois avec l’intérêt de l’autre. Et bien sur, faire reconnaître à un rouge ou un vert le droit de ses ennemis de classe, c’est une chose impossible…

          • Toujours la même rengaine … si c’est rentable, pourquoi le subventionner ? Si ça ne l’est pas, pourquoi le subventionner ?

        • la Géorgie c’est à l’est.
          aux États Unis, il s’agit de la Georgie

          • Je vous rappelle qu’il n’y a pas de mécanisme de marché dans l’énergie puisque c’est un secteur totalement organisé par l’état à coup de réglementations de monopole et de subventions… Donc toujours la même rengaine : s’il n’y a pas de marché comment vous voulez qu’une offre puisse exister ? Vous me rappelez comment est fixé le prix de l’électricité et du gaz en France ? Par décret gouvernmental ! Comment vous voulez que le PV puisse avoir un marché ne serait-ce que dans les DOM alors que l’état subventionne quasi-intégralement les coûts d’achat de pétrole et de charbon par EDF.

            Je vous rappelle que lors du rural electrification act les utilités avaient eu l’autorisation par Roosevelt de détruire les éoliennes qui alimentaient les fermiers en électricité pour les obliger de se raccorder aux réseaux…

            De toutes façon c’est inhérent à votre idéologie… A partir du moment où vous ne faite que défendre des intérêts particuliers vous vous retrouvez forcément à devoir défendre les monopoles qui font gagner de l’argent à ceux qui vous financent contre la concurrence (que ce soit la concurrence de nouveaux entrants comme le photovoltaïque ou d’existant comme le secteur public dont on voit mal pourquoi il ne devrait pas avoir le droit d’être en concurrence avec vos financeurs chaque fois qu’il est moins cher et plus efficace)…

      • EPR finlandais + EPR Flamanville = 10 milliards de surcoût à la charge des contribuables et clients hexagonaux. Démolir sans cause le pouvoir d’achat, de la sorte, c’est juste dégueulasse, je ne vois pas d’autre mot.

  • « Les lubies écologistes sont tout simplement devenues inabordables » : c’est pour cela qu’on s’apprête à faire la même chose (en mieux) dans notre pays. Dotée d’une l’économie florissante, affichant une croissance insolente que le reste du monde nous envie, la France a toute latitude pour déclencher le barnum escrologiste.

    Il paraît qu’il y a eu débat « public », « démocratique », « participatif », sur la transition énergétique. Etrange démocratie ! Ce sont les Français qui devront financer le barnum et personne n’est venu leur demander leur avis.

  • Et notre gouvernement de gribouilles, incapable de tirer les enseignements des expériences en cours, investit dans le vert les deniers publiques, c’est à dire mon fric.
    Je croyais que l’intelligence consistait à se servir de l’expérience pour prévoir l’avenir. Le reste n’est que réflexe. Nos gouvernants n’ont donc pas besoin de cerveau, ce n’est qu’une preuve de plus que ce sont des décérébrés.

  • Il est frappant de constater le décalage de traitement entre le solaire et l’éolien. Ils sont tous deux aussi inutiles et nuisibles comme démontré il y a déjà plusieurs années par C. Gérondeau (pire pour le solaire il est vrai) mais la France n’a pas eu besoin d’une décision de la justice européenne pour commencer à « limiter » les frais pour le rachat de l’électricité PV mettant sur la paille des centaines de PME qui s’étaient bien imprudemment lancées sur ce marché subventionné avec probablement plusieurs dizaines de milliers d’emploi perdus.
    Maintenant qu’une décision de justice européenne est sur le point d’obliger à la même modération on entend les pouvoirs publics et les lobbyistes s’en plaindre en arguant du risque qui pèse sur (seulement) 10000 postes.
    Les entreprises engagées dans l’éolien, ou ceux qui y ont des intérêts, auraient-ils plus de pouvoir, quoiqu’ils représentent bien moins d’emplois, que les centaines de PME qui travaillaient dans le solaire?

    • Je ne pleure pas sur les entrepreneurs tombés dans le panneau solaire.

      La participation pseudo-naïve à une escroquerie suivie d’un plongeon me réjouit.

      De même pour les commercialisateurs (sic) de pompes en chaleur privés des crédits d’impôts.

      Il est normal que les parasites meurent avec la bête.

      Les entrepreneurs morts-nés dans le sillage de cette mouvance, enfin ceux d’entre eux qui avaient quelques compétences peuvent retourner à leurs chauffe-eau et radiateurs électriques correspondants à leurs qualification.

  • En Belgique aussi, le photovoltaïque vole aux oubliettes, après nous avoir coûté des milliards dits « durables », ce qui est amusant pour un caprice ridicule de quelques années.

    Mais les contrats sont les contrats, et la seule Wallonie pas trop riche devra encore payer près de 50 milliards en « certificats verts » …

    Demain, ce sont évidemment les éoliennes qui vont passer à la trappe, après nous avoir ruinés.

    Merci, les écolos !

  • le scandale des prises illégales d’intérêt dans l’éolien éclate au grand jour

    http://www.economiematin.fr/les-experts/item/5492-scandale-eolien-interets-politique-argent-elus

    • Merci.
      A se demander si la « décision de la justice européenne » ne tombe pas à point nommé pour éviter à la justice française d’avoir à en prendre de plus radicales…

  • Si l’Allemagne arrête de subventionner c’est parce qu’à partir de 2018 le photovoltaïque sans subvention sera moins cher que les autres énergies subventionnée, devant d’ailleurs ainsi la seule énergie capable de se développer sans aucune aide d’état.

    • @Tilleul
      « A partir de 2018 », warff, voilà que notre madame Soleil (c’est le cas de le dire) qui nous sortent des oracles de son chapeau.
      Mais pour une fois, notre prophète de pacotille a raison, à l’insu de son plein gré : il n’y a et il n’y aura aucune « aide de l’état » pour le PV (ni pour rien d’autre d’ailleurs) vu que l’aide vient toujours du contribuable.
      Et puis c’est pas comme si les belles promesses « demain on rase gratis », nos escrologistes ne les avaient pas déjà fait d’innombrables fois auparavant hein… Il doit être sacrément désespéré pour continuer à mentir aussi effrontément, le marchand de certitudes Tilleul.

      « Les prix sur les voitures électriques continueront de chuter jusqu’à ce qu’ils soient à la portée d’une famille moyenne. »
      Washington Post 31 octobre 1915

      Barry Commoner en 1976: « Les installations mixtes solaires/conventionnelles pourraient devenir l’alternative la plus économique dans la plus grande part des USA dans dans quelques années »

      Worldwatch Institute en 1984: « Les subventions sont essentielles pour la viabilité économique des fermes d’éoliennes mais ne seront plus nécessaires dans quelques années »

      American Wind Energy Association en 1986: « L’industrie de l’éolien a démontré un niveau de fiabilité et de performance qui la rend très compétitive. Au point que la Commission à l’Energie de l’état de Californie a prédit que l’énergie éolienne sera la source d’énergie au coût le plus bas dans les années 1990, surpassant même les grands barrages hydroélectriques. »

      Solar Energy Industries Association en 1987: « Le consensus tel que je le vois est qu’après 2000, entre 10 à 20% de notre énergie pourrait venir des technologies solaires, très facilement »

      • @miniTAX
        Concernant la voiture électrique, informez vous: http://www.youtube.com/watch?v=PDH_4lOM05g

        Et pour vos prochaines vacances, je vous propose un séjour à l’Hotel Polesie. Je vous paye la chambre: https://plus.google.com/110832409114786370122/about?gl=ch&hl=fr

      • @minitax… dans les années 1900 plus d’un tiers des véhicules en circulation étaient des véhicules électriques. La voiture électrique à cette époque était synonyme de voiture individuelle… La prédiction du Washington Post comme quoi les années 1920 allait voir la démocratisation de la voiture individuelle ce sont effectivement vu réalisé avec la Ford T (même si la motorisation était au pétrole)…

        Concernant les remarques des années 80, c’était évidemment sans compter les subventions au pétrole qu’à donné Reagan, dont la première décision de président a été de demander à ce que le chauffe-eau solaire de la maison blanche soit démonté : allait expliquer cette décision avec vos théories sur le marché, autrement que « merci mes amis pétroliers d’avoir financé ma campagne, tenez voilà plein d’argent du contribuable et amusez vous » !.. A partir du moment où il a fallu subventionner les autres énergies pour éviter que les EnR se développe, on peut difficilement les accuser de ne pas être compétitive ! D’ailleurs la demande des EnR a toujours été de retirer les subventions aux énergies fossiles pour avoir un marché non faussée ( http://www.cato.org/publications/commentary/energy-bill-blues ). On ne peut d’ailleurs difficilement parler de concurrence non faussée comme des clients importants comme Google se voient refuser par les compagnies d’électricité en situation de monopole la possibilité d’acheter de l’énergie renouvelable, même plus cher! (http://googleblog.blogspot.fr/2013/04/expanding-options-for-companies-to-buy.html )

        • n’importe quoi.
          Google ne se voit rien refuser du tout, c’est juste que l’offre n’existe pas encore, et qu’il faut l’inventer spécialement pour eux, ce qui prend du temps. Des années. « grâce » à l’état.
          Quant à l’histoire des subventiosn pour « éviter que les EnR se développe », c’est juste facepalm…

        • le pétrole subventionné ? Aux US des mesures d’exonérations d’impôts.
          Mais en Europe les taxes sur le carburant et les taxes sur l’exploitation sont bien supérieures aux éventuelles « subventions ».
          Calculez le coût hors taxe d’un plein d’essence et vous verrez !

    • Ras le bol de lire de telles inepties, en Allemagne les kwh éolien et photovoltaïques sont déjà moins cher à produire que le Kw facturé, et alors où est le profit pour le client de base qui a vu la taxe pour les énergies renouvelables prendre 50 % en 2013 et l’on s’attend à ce qu’elle double dans les 6 ans à venir.
      En France le Kwh éolien est produit moins cher que le tarif du kwh facturé :
      Il est produit à 8,2 cts d’euro et alors ?

      Le client via la CSPE en finance environ 5 à 6 cts et il est facturé ensuite à 13 cts comme les autres, au total il est facturé CSPE + prix de vente = 19 Cts et pourtant il est produit « moins cher » que le tarif réseau.
      Oui, mais voilà il est produit bcp plus cher que les autres kwh ( 3,5 cts d’euro ).
      De grâce ne parlez pas de parité réseau ça ne veut rien dire, c’est comme si l’on disait qu’ une BMW série 5 coûte pas plus chère à produire que n’est vendue une Renault CLIO , alors !?

  • Mais qui y a vraiment jamais cru ? La culpabilité a été de faire semblant de prendre au sérieux les délires malthusiens écologistes.

  • Ah, le bon vieux temps où les premiers « grünen », ces paléo-écolos formés et envoyés à l’ouest dans les années 70 par les soviétiques pour enrayer l’essort de l’occident et qui siégeaient au parlement en RFA. Ils paraissaient échappés d’un zoo. Aujourd’hui, ils participent aux gouvernements. Mais ils n’ont pas changé: leur apparence hirsute et leur odeur de transpiration ont disparu mais ont été remplacées par une idéologie fallacieuse et des relents nauséabonds.

    • Vous vous trompez. C’est Goebbels qui a formé les premiers « grünen ».

  • Pour info, avec la baisse actuelle des tarifs en France, on arrivera à 12c€/kWh PV en 2015 ou 2016 oups…. et à ce moment on devrait pas etre loin des couts de l’elec grand public.

    En Charente des contrats ont été signé avec un tarif moyen sur 20 ans à 10c€ donc pas très loin du tarif grand public.

    Pour rappel, les ENR coutent 2 milliards d’€ par an : http://www.cre.fr/operateurs/service-public-de-l-electricite-cspe/montant
    La rénovation des centrales nucléaires c’est 50milliards en 12 ans (d’ici 2025)

    De plus si les tarifs de l’élec augmentent beaucoup d’un coup c’est parce que les différents gouvernements et élus (qui se vantent du liberalisme) s’en servent comme argument politique et ne les ont pas augmenter au moment nécessaire. Donc comme d’éhbitude, ne payons pas maintenant, faisons payer plus tard.

    • tu rêves. Les panneaux eux-même ne coutent presque plus rien, c’est vrai : on est grosso modo au niveau de 1 €/W. Le problème, c’est l’installation, qui coute toujours monstrueusement cher, et spécialement pour de toutes petites installation domestiques : 2 ou 3 €/W, voire plus. Même si les panneaux étaient gratuit (!), les frais d’installation font que le PV sous cette forme ne sera jamais rentable. Sa seule chance c’est une formule d’objets à double usage (PV + fonction toit, mur, volet ou vitre) qui rentabilise les frais d’installation.

      Lit mieux ta source. Les 2 milliards/ an c’est pour le seul PV, et il faut mettre ça en rapport avec la production : 3 MW installés produisant à peine plus de 3 milliards de kWh. Chaque kWh PV nous coute plus de 50 centimes ! Les nouvelles installation nous coutent moins cher, mais ça reste un pur scandale

      • Vous savez vous me dire quel est le prix de l’électricité dans 10 ans ? Au dessus de 2 ans vous êtes incapable de trouver une seule offre sur le marché, alors sur 20 ans je ne vous dit pas… Une assurance ça coûte cher… sauf quand on en a besoin…

        • oui,enfin,on peut quand même être sûr de deux choses :
          1) le prix de vente ne baissera pas
          2) le prix de production à 10 ans est fixé par les installations déjà existante ou en cours de mise en place (EPR), et les contrat à long terme dont notamment les tarifs de rachat obligatoire à prix (scandaleux) fixé à l’avance du PV et de l’éolien

    • lorsque le gouvernement était à droite, Mme Ségolène ROYAL disait que la hausse de l’électricité était injuste et antidémocratique, mais maintenant la hausse est sûrement juste et démocratique !
      https://fr-fr.facebook.com/notes/s%C3%A9gol%C3%A8ne-royal/la-hausse-scandaleuse-du-prix-de-l%C3%A9lectricit%C3%A9-de-30-est-injuste-et-antid%C3%A9mocrati/10150164537839564?comment_id=16149670
      http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202880795289-comptes-de-campagne-rejetes-sarkozy-a-fraude-accuse-segolene-royal-583588.php
      Mme ROYAL, à propos de la pression fiscale, pensait -t-elle à la Contribution au Service Public de l’Electricité qui permet de financer entre autres les éoliennes, les parcs photovoltaïques, les méthaniseurs du Poitou-Charentes ?
      Car s’il est un impôt qui ne porte pas son nom c’est bien la CSPE !
      Et les subventions accordées à certains projets ( méthaniseurs, parcs photovoltaïques…) ne trouvent-elles pas leur source dans nos impôts ?
      Ce sont toujours les mêmes qui payent au final !

    • Et le rapport de la CRE c’est du passé, car avec le prix moyen du marché de gros en forte baisse la CSPE va augmenter…

    • y a une petite faute de frappe ! c’est pas  » éhbitude  » c’est hébétude !

  • Et dire qu’il faudra encore quelques années et des dizaines, voir des centaines de milliards encore pour que la France arrive au même constat !
    Il y eut la lutte contre les gaz à effets de serre puis la création d’emplois verts puis l’aide aux agriculteurs avec les méthaniseurs puis aujourd’hui ce que certains appellent la parité réseau…bref une série d’arguments au fil des ans pour justifier l’injustifiable.
    Au final on comprend bien que si l’Etat est pour le développement des EnR c’est parce qu’elles génèrent des recettes fiscales à partir de chiffres d’affaires dont la plus grosse partie est réalisée grâce à la contribution aux énergies renouvelables une contribution prélevée sur nos factures, ligne CSPE, sinon quel intérêt ???
    Et cette contribution va encore faire l’objet d’augmentation puisque le prix du marché de gros de l’électricité ayant fortement baissé, notre participation financière va augmenter via la CSPE.
    Hé oui il en est ainsi, moins le courant vaut chèr et plus l’on paye, d’ailleurs ce ne sont pas les hausses à venir qui vont me démentir.
    Le Mwh est actuellement produit autour de 30 euros là où il coûtait il y a peu dans les 60 euros, alors vous y comprenez quelques choses à ces hausses ?
    Si la valeur marchande baisse et que la facture augmente, mais où passe notre argent, oui car il s’agit bien de cela, c’est nous qui payons pour que le système tourne, allons-nous payer longtemps encore sans savoir ce pour quoi nous payons ?

  • Sans parler de la catastrophe économique, sanitaire et environmentale que représente l’ouverture en catastrophe de 23 nouvelles centrales au charbon pour pallier aux ER et à la fermeture des centrales nucléaires. Un triple fail comme seuls les écolos sont capables de nous concocter…

  • Celles qui mettent en œuvre de petites puissances en courant continu dans des lieux isolés où la notion de rendement est secondaire par exemple les bornes téléphoniques autoroutières, des panneaux indicateurs, ce qui évite de longues lignes d’alimentation.

    Les calculettes, j’en ai une depuis 20 ans, j’ai jamais changé la pile.

    ça serait dommage de ne pas creuser les possibilités ouvertes par cette technologie, notamment dans la direction couplage de petits panneaux photovoltaïques avec des plaques à effet Peltier.

  • Excellent article, au diable la langue de bois, il faut absolument que les bons journalistes dénoncent les coûts impossibles et insoutenables des énergies solaires et éoliennes. Sans changement sociétal, point de solution.

  • L’exploitation de l’énergie solaire ne peut être souhaitable, rationnelle et rentable que si et seulement si la ressource est privatisée. Privatisons les photons !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles