Hollande et la crise sans fin

François Hollande nous annonce régulièrement la fin de la crise en Europe. En vain.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande et la crise sans fin

Publié le 24 juin 2013
- A +

François Hollande nous annonce régulièrement la fin de la crise en Europe. En vain.

Par Alex Korbel.

Dans un discours prononcé lors du dernier jour de sa visite au Japon, le président français a annoncé la fin de la crise des dettes publiques de la zone euro : « Ce qui est important pour vous ici au Japon, c’est de bien comprendre que la crise de la zone euro est terminée ».

J’espère pour François Hollande que les Japonais l’ont bien compris. Les Européens, quant à eux, sont dans l’expectative : la zone euro dans son ensemble connait sa plus longue récession depuis sa création en 1999, avec six trimestres consécutifs de contraction.

Comment en est-on arrivé là ?

Lorsque la crise financière a commencé il y a environ six ans, la réponse politique globale a été un mélange de relance monétaire et budgétaire. Les États ont ainsi accru leur dépense en espérant un effet multiplicateur. Pendant ce temps, les banques centrales ont d’abord réduit leur taux d’intérêt, et quand il est apparu que ce n’était pas suffisant, elles ont ensuite acheté des actifs en grande quantité.

À l’époque, de nombreux observateurs ont fait remarquer que la dépense publique supplémentaire pourrait ne laisser derrière elle que davantage de dette publique et que l’effet multiplicateur, s’il existait vraiment, pourrait être un succès de très courte durée.

Ils ont également souligné qu’une injection d’argent par les banques centrales pourrait conduire à la formation de nouvelles bulles qui distordraient les prix et ne pourraient être réversibles sans causer de considérables dégâts.

Des avertissements ignorés

Les hommes d’États et les banquiers centraux ont affirmé a) qu’il n’y avait pas d’alternative, et b) que l’on mettrait un terme à cette politique dès que l’économie mondiale serait revenue à la normale.

Six années plus tard et malgré les efforts concertés de leurs politiques budgétaire et monétaire, l’Europe, les États-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne n’ont pas encore réussi à surmonter leur malaise économique. Leurs injections ont surtout provoqué de brèves hausses des prix d’obligations, d’actions et de biens.

Un bien mauvais bilan, donc. Mais ce n’est pas tout : il n’y a aucune sortie possible à leur stratégie.

Bill Murray dans « Un jour sans fin » (Groundhog Day) de Harold Ramis, 1993.

Le dilemme des banquiers centraux 

Toute bonne nouvelle est maintenant considérée comme une menace et non comme un signe positif. En effet, si l’économie était en train de repartir, les taux d’intérêt devraient être relevés pour éviter une hausse soudaine des prix à la consommation. Après tout, c’est bien ce que les banques centrales ont promis de faire depuis des années.

Mais ces mêmes banquiers centraux se rendent compte qu’ils ne peuvent pas agir ainsi sans provoquer un effondrement des prix sur les marchés où ils ont justement injecté des liquidités.

Les banques centrales les plus fortement engagées dans une politique de création monétaire sont donc condamnées à poursuivre leur périlleuse politique si elles veulent éviter à court terme une crise financière qui pourrait, par son ampleur, rendre celle de 2007 relativement bénigne.  Mais dans le même temps, ces mêmes banques centrales ne peuvent pas poursuivre la politique de création monétaire actuelle, car cela ne fera que rendre plus douloureuse la correction finale. Bref, il n’y a pas de porte de sortie indolore.

Depuis la faillite de Lehman Brothers en 2008, les choses semblent s’être calmées. Mais une tempête plus féroce encore est probablement devant nous.


Publié initialement sur 24hgold.com

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • si fin de la crise en europe il doit y avoir , ce ne sont pas les politiques qui en seront les premiers conscients ,mais bel et bien les citoyens ; nous sommes les premiers concernés par cette crise , nous la ressentons tout les jours que dieu fait , ce qui n’est pas le cas pour ceux qui  » dirigent  » les pays ; que ces gens là est au moins la décense de fermer leur gueule à ce sujet au lieu de dire des anneries ;

  • Hollande c’est surtout le vice sans fin

  • Même avis ! Il est indispensable de remonter les taux d’intérêts pour assainir l’économie, et bien comprendre que la dette publique, ce sont les épargnants qui la paient avec ces taux inférieurs à l’inflation.

    Mais quand une bande de bras cassés n’arrivent même pas à équilibrer leurs dépenses, et partagent avec leurs électeurs des vues de confort à court terme, les carottes sont cuites.

  • La crise française stoppera quand la France va arrêter sa politique de l’État providence. La France est restée la Seul pays Occidental qui s’occupe de sa population de la naissance jusqu’à sa mort. Tous ces grands gestes lui coûte extrêmement très cher. Il faut avoir un vrai leader très courageux pour mettre à plat tous les systèmes francais sinon la France finira par rejoindre l’Espagne un jour…

  • La contrepartie unique type or n’a jamais empeche les crises, notamment de liquidites.
    Le probleme ca n’est pas la contrepartie, c’est que les taux de change ne soient plus flottants au sein de la zone euro et qu’il n’y ait plus de concurrence monetaire dans une union europeenne heterogene economiquement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles