Faut-il dissoudre les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires ?

Faut-il dissoudre les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (Crédits : Philippe Huynh-Minh, Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il dissoudre les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires ?

Publié le 10 juin 2013
- A +

Les idées des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires ont beau être à l’opposé des idées libérales, faut-il se réjouir des appels à leur dissolution ?

Par le Parisien Libéral.

Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires
Des militants des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires à Paris

Oui, il n’y a pas à dire, dissoudre les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, c’est vraiment une brillante idée ! Non ?

Déjà, rien que sur la forme, notons la curiosité d’un procédé qui consiste à être condamné avant d’avoir été jugé. Est ce que les « Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires  » sont passées devant un tribunal ? Ont-elles seulement revendiqué le moindre acte ?

Un potentiel tueur est un membre des « Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires », est ce que cela veut dire que l’ensemble du groupe doive payer ? A t-on demandé la dissolution des Verts ou de la Ligue des droits de l’homme quand, en 2002, Richard Durn, un militant écologiste, ancien membre du PS et trésorier de la Ligue des droits de l’homme de Nanterre depuis la fin de l’année 2001, a ouvert le feu en plein conseil municipal ?

Ensuite, sur le fond, à part répondre à la demande implicite de réaction médiatique, qu’est ce que la dissolution des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires va changer ? Vont-ils abandonner leur idéologie ? Ce qui pose problème, ce sont les conséquences factuelles de la pensée des membres des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires et non pas leur existence. Les troubles à l’ordre public, le meurtre, voilà ce contre quoi la justice devrait lutter, et non pas contre l’existence de ce groupuscule. Est ce que sa dissolution va impliquer le fait que ses ex-membres vont soudain devenir des doux agneaux socio-démocrates ?

Certainement pas ! Tout comme interdire le racolage en pleine rue ne fait que déplacer la prostitution dans les buissons du Bois de Boulogne, dissoudre les JNR ne fera que renforcer ces gens dans leurs idéaux anti-démocratiques. Au pire, les moins radicaux iront rejoindre le FN ?

Nous devrions tous nous méfier de la notion de crime de la pensée, seul crime dont les amis du potentiel tueur sont coupables. Les JNR n’ont tué personne, UN individu a commis un crime. Aujourd’hui les JNR, et demain ? Une fois que les JNR seront dissoutes, comment va t-on empêcher à leurs ex membres de se rencontrer, que ce soit dans le secret d’une cave, ou sur Internet ?

Il n’y a pas à dire, Dissoudre les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires ? Brillante idée ! Au lieu de se contenter de condamner avec force mais de manière sobre, comme l’a fait l’UDI par l’intermédiaire du communiqué de presse diffusé par Valérie Sachs, le meurtre de Clément Méric, le Premier Ministre va peut-être un peu trop loin dans la mauvaise direction. Pourquoi le PS et ses 200 000 militants ne préfère t-il pas une voie plus intelligente contre les 500 JNR, à savoir montrer que le libéralisme, la démocratie parlementaire, le capitalisme, l’Europe fédérale, le respect des Droits de l’Homme et du Citoyen et l’équilibre des pouvoirs sont préférables à l’anti libéralisme, les régimes autoritaires, l’anti capitalisme, le repli nationaliste, le piétinement de la DDHC et la confusion des pouvoirs ?

Sur le web

La peur de rappeler les racines socialistes du fascisme

Hitler et le Che, deux faces d’une même pièce

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • A écouter les socialistes durant toutes ces années où ils étaient dans l’opposition, c’est dire entendre toutes leur sottises plus grosses les unes que les autres, il m’apparaissait évident que ce parti non seulement était totalement incompétent pour diriger une nation telle que la France, pire, il n’en finissaient pas de régresser intellectuellement au point d’atteindre le niveau de niaiserie d’un ados de 16 ans.

    Dans ces conditions, hormis le fait qu’ils sont totalement incompétents, une fois arrivé au pouvoir dans ces conditions je prévoyais déjà que cela allait engendrer inévitablement une dérive autoritaire inhérente à ce type de suffisance et d’arrogance, comme nous avons pu le voir dans la gestion du mariage pour tous ainsi qu’on le voit pour cette affaire ci.

    Ce gouvernement est dangereux de part ses réactions aussi hystériques qu’imprévisibles en braquant les français les uns contre les autres à coup de qualificatifs les plus ridicules les uns que les autres à la limite de l’insulte vis à vis de ceux qui ne pensent pas comme eux.

    A mon sens l’histoire des lettres anonymes pourrait être une réponse à certaines basse manœuvres qui sont employées, notamment au niveau de la gestion de l’affaire Bettencourt, dont ont sait maintenant qu’il y a des manipulations des expertises médicales, et surtout les motifs extravagants de la mise en examen de Nicolas Sarkozy.

    • Jaime Horta: « Ce gouvernement est dangereux de part ses réactions aussi hystériques qu’imprévisibles »

      Imprévisible, imprévisible, comme vous y allez mon cher…

      La seule inconnue c’est comment leurs conneries se confronte au réel. Entre des annonces parfaitement conformes au manuel et le résultat dans la pratique.

  • « …Au lieu de se contenter de condamner avec force mais de manière sobre, comme l’a fait l’UDI par l’intermédiaire du communiqué de presse diffusé par Valérie Sachs, le meurtre de Clément Méric, le Premier Ministre va peut-être un peu trop loin dans la mauvaise direction. »
    Le premier ministre qui veut tailler en pièces les groupes d’extrême-droite ne va pas « un peu trop loin dans la mauvaise direction », par l’agressivité de ses propos, il encourage et justifie les violences à venir que des extrémistes de gauche seraient susceptibles de commettre pour venger leur camarade.
    Au lieu d’apaiser les esprits, il souffle sur les braises, ce n’est pas aller « un peu trop loin », c’est irresponsable.
    Contrairement à ce qu’indique le communiqué de l’UDI, la vie politique en France ne se radicalise pas, les bagarres entre extrémistes sont rarissimes et il a fallu une rencontre fortuite à une vente privée d’une marque de vêtements pour que ce drame arrive, ce qui manque singulièrement de souffle politique.
    Quant à la dissolution des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires que personne ne connaissait en France, non seulement elle devrait être justifiée par une activité non conforme à la loi, non seulement ne se justifie pas à travers l’action d’un de ses membres, non seulement elle n’aura aucun effet réel sur la radicalisation de certains individus, mais elle risque au contraire de leur donner une visibilité et pour certains une attractivité inattendues.
    Vous demandez au PS de choisir une voie « plus intelligente ».
    Là où fleurit l’idéologie et l’absolue conviction d’incarner la seule Vérité possible, l’intelligence cède le pas, au PS comme ailleurs.

  • De mieux en mieux.

    Je viens d’écouter il y a quelques instants sur RMC, nous expliquer sans rire que l’on serait bien incapable citer la moindre personne qui aurait été tuée par un groupe radical d’extrême gauche.

    Lorsque je vous dis que ces gens sont complètement fous il s’agit au minimum d’un euphémisme.

    On a donc là des gens qui perdu tout sens commun au point de ne même se rendre compter des énormités qu’ils racontent, à moins d’être totalement dénués de culture politique ou de débarquer d’une autre planète.

    • Qui a dit ça ? C’est au mieux un abruti complet totalement ignare, au pire un manipulateur sans scrupules qui chie allégrement sur les victimes (nombreuses) des terroristes d’extrême-gauche, et plus largement sur les 100 millions de morts du communisme au XXe siècle.

  • Quand on parle de les dissoudre, ce n’est pas supprimer administrativement le mouvement, voyons !
    C’est les dissoudre dans l’acide, ou les composter, mettre leur entourage dans des camps de redressement, et y joindre tous ceux qui oseraient penser que l’expression n’est pas libre en France.

    On pourrait y joindre la moitié des français qui n’ont pas voté à gauche, ce qui ferait de la place dans les logements, les écoles, les hopitaux.

  • C’est un peu une punition collective, procédé interdit par je ne sais plus quel organisme international dont la France a signé l’accord.

  • L’extrême gauche c’est les années de plomb et le saccage il n’y a pas si longtemps du centre ville de Poitiers (si mes souvenirs sont exacts) et à ce propos, vu la violence et la haine qui s’était déchainée à ce moment là, c’est une chance qu’il n’y ait pas eu de morts.
    Y-a-t-il eu dissolution du moindre groupuscule d’extrême gauche à ce moment là ?

  • Il est extrèmement inquiétant de voir à quel point les « politiques » conchient la séparation des pouvoirs.
    Comme prévu, après enquête préliminaire de police, ces faits sont actuellement qualifiés par le juge de « violence….ayant entraîné la mort sans intention de la donner »

    Rien d’autre, ni complot, ni bande organisée….que dalle en termes de « droit à la dissolution »…

    Très graves ces politoqies; Montesquieu, réveille toi!

  • ils faut surtout dissoudre le gouvernement qui est un repaire de repris de justices multirécidivistes …

  • Toute dictature (meme deguisee) a besoin de deux choses : un dogme et une peur pour diriger la foule (de nature credule et stupide).

    Pour le dogme :
    on est en plein reve socialiste, avec les premieres phases classiques de l’etablissement d’un regime communiste : controler les medias, Parti present dans tous les rouages de l’Etat, controle de l’education des enfants, faire fuir les riches, decapiter les classes moyennes,….

    Pour la peur : (j’avais evoque ce point dans un precedent poste il y a plusieurs semaines) montrer du doigt les « anti-democrates », les « fascistes », les « ennemis de la Republique ».

    A cette epoque, je pensais aux manifestants contre le marriage gay, car ils etaient alors montres comme des activistes d’extreme-droite,…. mais la, je vois que ce fait divers fait la joie du pouvoir en place.

    Il s’agit a present d’eliminer toute opposition politique (droite molle mourante, et surtout FN), sous un couvert de bonnes intentions : exterminons la democratie et la liberte d’expression, pour les defendre (?),……

  • Il y a 200 000 militants au PS ? Toujours actifs, convaincus et fiers du gouvernement ? Si oui, c’est plutôt cela qui est préoccupant.

  • Il y a des trucs qui ne collent pas dans la façon de procéder normale des antifas, car normalement lorsqu’ils mènent une action de ce type ce n’est pas prendre une dérouillée.

    Normalement ils arrivent largement en surnombre, ne préviennent pas et n’ont jamais les mains vides, d’autant qu’ils savent très bien que les skins sont toujours susceptibles d’être aussi armés.

    Comme l’a dit un témoin, s’il n’y avait pas un meneur parmi les antifas pour entrainer les autres rien ne se serait passé.

    D’autre part il y a le profil de Clément Méric, très certainement influençable, ainsi qu’un physique qui de forme flagrante n’a absolument aucune chance dans cet exercice, âgé de 19 ans il en parait 15.

    D’autre part, tout de suite après une avalanche de mensonges rapporté, dont le plus grotesque est que Esteban aurait dit « one shoot » avant de frapper.

    J’ai assez d’éléments pour croire sérieusement que les skinheads sont tomber dans un piège, d’autant que l’on sait qu’ils étaient déjà fichés depuis six mois par les antifas.

    Je suis habitué à l’hypocrisie et à la mauvaise foi partisane de certains médias, mais là dans le traitement de cette affaire on dépasse tout ce qui peut être imaginable, et dont la synthèse du déroulement des faits tels qu’ils ont présentés par les différents éditoriaux veux absolument nous faire croire que ces skinheads étaient venu exprès pour tuer, à savoir un assassinat, c’est d’ailleurs ce qu’avait demandé le parquet.

    La petite amie écrouée pour complicité d’homicide, juste parce qu’elle a passé un coup de téléphone dans la salle de vente, au moment où ils y était acculés par les menaces proférées. Tout porte à croire qu’ils n’avaient pas prévu ce type de scénario qui s’est passé de la pire des façon, et d’une manière ou d’une autre il faut qu’elle paie.

  • Les dissoudre? Avec quoi ?

    M’ont l’air coriaces les gaillards. M’étonnerait qu’on puisse les dissoudre dans du lait comme un morceau de sucre.

  • Une action peut-être condamnable : la justice est là pour ça.
    Une idée, jamais, quelle qu’elle soi : ça s’appelle la liberté de penser est c’est un droit qui est (ou plutôt, hélas, devrait être) inaliénable.

  • Dissoudre le groupe, voila qui est parfait pour les faire tomber dans la clandestinite. Plus personne ne pourra savoir ce qu’ils font ou veulent.
    Je peine a voir en quoi cela serait un progres mais bon, la logique socialiste…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La liberté est la meilleure protection contre les fanatismes et les extrémismes nous rappelle l'affaire Clément Méric.

Par Hadrien Gournay.

Le 5 juin 2013 en fin d’après-midi, Clément Méric, membre de « l’action antifasciste Paris banlieue », s’écroulait en plein Paris, frappé mortellement par le skinhead Esteban Morillo. Cet événement suscita de très nombreuses réactions pour s’indigner de « l’acte barbare » dont Clément Méric avait été victime tout d’abord et pour commenter les implications politiques du drame ensuite. Si seul... Poursuivre la lecture

Les recours pour annuler la dissolution des Jeunesses nationalistes révolutionnaires ont peu de chance d'aboutir.

Par Roseline Letteron.

Le Conseil des ministres du 10 juillet 2013 annonce la dissolution de trois mouvements de la droite extrême. Les deux premiers, "Troisième voie" et "Jeunesses nationalistes révolutionnaires" (JNR), sont des groupements de fait, le second étant généralement considéré comme le service d'ordre du premier. Le troisième, "Envie de rêver" est une association qui abrite le local occupé par les deux pr... Poursuivre la lecture