Dissolution des Jeunesses nationalistes révolutionnaires : qu’en penser ?

Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (Crédits : Philippe Huynh-Minh, Creative Commons)

Les recours pour annuler la dissolution des Jeunesses nationalistes révolutionnaires ont peu de chance d’aboutir.

Les recours pour annuler la dissolution des Jeunesses nationalistes révolutionnaires ont peu de chance d’aboutir.

Par Roseline Letteron.

Jeunesses Nationalistes RévolutionnairesLe Conseil des ministres du 10 juillet 2013 annonce la dissolution de trois mouvements de la droite extrême. Les deux premiers, « Troisième voie » et « Jeunesses nationalistes révolutionnaires » (JNR), sont des groupements de fait, le second étant généralement considéré comme le service d’ordre du premier. Le troisième, « Envie de rêver » est une association qui abrite le local occupé par les deux précédents. Autant dire que cette dissolution concerne trois mouvements si proches les uns des autres qu’il est impossible de les traiter de manière différenciée. On sait que le décès du jeune Clément Méric est à l’origine de cette triple dissolution. Les cinq personnes mises en examen à la suite de ces faits sont toutes sympathisants ou membres de « Troisième voie ».

Dissolution, auto-dissolution et intérêt pour agir

Serge Ayoub, le leader de ces groupements, prévoyant l’issue de la procédure, avait déjà annoncé l’auto-dissolution de deux d’entre eux (« Troisième voie » et JNR) après la mort de Clément Méric. Ce même Serge Ayoub annonce aujourd’hui un recours pour excès de pouvoir (qu’il qualifie de recours pour « abus de pouvoir ») contre le décret de dissolution. Il annonce même une demande de référé, ce qui montre que l’annonce de l’auto-dissolution relevait de la rhétorique, discours d’autant plus facile que l’auto-dissolution d’un groupement de fait n’implique aucune démarche juridique particulière. En tout cas, le juge devrait reconnaître l’intérêt pour agir du requérant, ne serait-ce que parce que « Envie de rêver« , le seul des trois mouvements structuré en association, ne figurait pas parmi les groupements dont Serge Ayoub avait annoncé l’auto-dissolution.

Sur le fond cependant, le recours n’a guère de chances de prospérer. Pour en juger, il convient d’étudier les motifs susceptibles de fonder la dissolution d’un groupement.

Les motifs de dissolution

En l’espèce, il s’agit d’une dissolution administrative, prononcée par décret sur le fondement de la loi du 10 janvier 1936 relative aux groupes de combat et aux milices privées. À l’époque, le texte avait été voté pour dissoudre les ligues et groupes armés qui étaient à l’origine des émeutes du 6 février 1934. Dans sa rédaction actuelle, codifiée à l’article L 212-1 du code de la sécurité intérieure (csi), les motifs de dissolution sont énoncés sous forme d’une liste. Certains sont évidemment inapplicables en l’espèce. Il est clair que l’activité des groupements dirigés par Serge Ayoub n’a pas pour objet de « faire échec aux mesures concernant le rétablissement de la légalité républicaine« , dès lors que cette dernière n’a heureusement pas disparu. Ces groupes ne rassemblent pas davantage d’individus condamnés pour « collaboration avec l’ennemi« , ne serait-ce que parce qu’ils sont trop jeunes pour avoir connu la seconde guerre mondiale. Enfin, il est évident qu’ils ne se livrent pas sur le territoire, ou à partir du territoire français, à des actes susceptibles d’être qualifiés de « terroristes« .

En revanche, le caractère de « groupe de combat ou de milice privée » peut évidemment être invoqué, notamment dans la mesure où ces groupements remplissaient des fonctions de service d’ordre dans différentes manifestations de la droite extrême, service d’ordre parfois pour le moins musclé. De même, ces mouvements, et plus particulièrement les JNR reconnaissent pratiquer des « actions coup de poing » (ACP), qui sont quelquefois violentes. L’agression de Clément Méric, quand bien même sa finalité n’était pas nécessairement de le tuer, révèle cependant cette violence.

À ce motif s’en ajoute un autre, l’article L 212-1 csi permettant aussi de fonder une dissolution sur le fait que les groupes « soit provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence (…), soit propagent des idées ou théories tendant à justifier ou encourager cette discrimination, cette haine ou cette violence« . Ce caractère discriminatoire est affirmé par les mouvements eux-mêmes qui n’hésitent pas à afficher des idées racistes et xénophobes.

L’article L 212-1 csi autorise aussi la dissolution des groupes qui « soit provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, soit propagent des idées ou théories tendant à justifier ou encourager cette discrimination, cette haine ou cette violence« . Ce motif de dissolution est probablement le plus simple à invoquer, dès lors que ces mouvements affirment ouvertement des idées xénophobes.


Sur le web

L’affaire Clément Méric et la lutte contre l’extrémisme

Clément Méric : ce que révèle une caméra

Les amis de Clément Méric ont provoqué les Skinheads

Mort de Clément Méric, un drame de l’extrémisme

Mort de Clément Méric : récupération politique