Le réchauffement climatique responsable de notre hiver glacial !

Le réchauffement climatique serait responsable de l’hiver particulièrement froid que nous avons connu cette année, alors que les modèles nous prédisaient des hivers plus chauds.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Réchauffement climatique (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le réchauffement climatique responsable de notre hiver glacial !

Publié le 23 mai 2013
- A +

Par István E. Markó.

Le réchauffement climatique dû à l’action de l’Homme est responsable de la vague de froid sibérienne qui a sévi et sévit encore un peu sous nos latitudes. C’est en tout cas ce que certains de nos éminents spécialistes en climatologie ont annoncé récemment.

Selon la météo, ce mois de mars 2013 a été le plus froid depuis le début des années soixante-dix. À cette époque, j’étais adolescent et je me souviens parfaitement du temps qu’il faisait en hiver. Il neigeait et il faisait froid. Normal, me direz-vous, c’est ce qu’on appelle l’hiver et en hiver, en général, il neige et il fait froid.

Aujourd’hui, ce n’est plus normal !

Pour les ténors de l’apocalypse climatique, des chutes de neige en mars et un thermomètre en berne en avril et mai sont les signes évidents du réchauffement climatique anthropique du globe. Étrange comme les choses changent ! À l’époque, les hivers étaient tellement rudes que certains doctrinaires d’une autre apocalypse annonçaient l’arrivée imminente d’une nouvelle ère glaciaire ! En 1975, Newsweek titrait : « Un Monde qui se refroidit » et Time annonçait en 1977 : « Comment survivre au nouvel âge glaciaire ».

Une vingtaine d’années plus tôt, ces mêmes journaux clamaient l’avènement d’un réchauffement climatique. Certains des textes sont d’une exquise modernité prophétique: « La fonte partielle des banquises va résulter dans une augmentation massive du niveau des mers et forcera des millions de gens à partir » (Saturday Evening Post, 1950). Réchauffement, refroidissement, réchauffement, refroidissement, visiblement le climat est sujet à une certaine cyclicité et se moque pas mal des activités humaines.

Sauf pour ceux qui veulent à tout prix nous faire croire à un réchauffement climatique anthropique et qui tentent par tous les moyens d’étayer une thèse qui s’effrite chaque jour davantage ! L’explication de notre hiver particulièrement sévère est un grand classique, impliquant la fonte de la banquise arctique conduisant, six à sept mois plus tard, à un changement de cap du Jet Stream polaire et à une descente d’air froid sur nos régions. La rencontre de cet air froid avec l’atmosphère humide de nos contrées maritimes mène forcément à davantage de précipitations ! Et voilà, le tour est joué !

Vraiment ?

Cet été a été rythmé par une pléthore d’articles de presse nous décrivant la fonte anormalement rapide de la banquise arctique due, on s’en doute, à l’émission par l’Homme de gaz à effet de serre. Parmi ceux-ci, le malheureux CO2 anthropique, cause de tous nos maux, occupe une place de choix. L’excitation atteignit son paroxysme aux alentours du 16 septembre, lorsque la quantité de glace en Arctique parvint à son niveau le plus bas depuis 1979, date à laquelle les mesures satellitaires ont débuté.

Depuis, plus rien…

Et pour cause.

Si la fonte record semble étayer les cantiques des ténors du réchauffement climatique anthropique, le regel dramatiquement rapide de la banquise arctique – regel encore plus soudain dans sa phase initiale que sa fonte – les contredit brutalement. À l’heure actuelle, la banquise arctique possède autant, voire légèrement plus, de glace que durant la moyenne cumulée des années 2000 (11.968.594 km2, IARC-JAXA, 20 mai 2013) !  En d’autres mots, toute la glace qui a fondu s’est reconstituée, et avec un petit bonus supplémentaire ! Et l’hiver arctique n’est pas encore terminé. Une fois de plus, les modèles climatiques se sont trompés et le silence assourdissant de certains médias francophones le confirme douloureusement.

Le réchauffement climatique est donc responsable de l’hiver particulièrement froid que nous avons connu cette année, alors que les modèles nous prédisaient des hivers plus chauds ? La fonte anormale de la banquise arctique a donc laissé de vastes quantités d’eau dans l’atmosphère qui nous reviennent six ou sept mois plus tard sous forme de pluie et de neige ?

Bien sûr ! Sauf que…

La température du globe n’a pas augmenté depuis plus de quinze ans voire davantage ! Elle serait même en légère diminution ! L’Arctique a repris les glaces qu’elle avait perdues et l’Antarctique en possède davantage que depuis 1979, date des premières mesures effectuées par satellite. Trois observations indéniables qui contrastent avec l’explication que l’on fournit sur nos antennes médiatiques. Ajoutons que des travaux récents montrent que les fluctuations du Jet Stream polaire et l’activité du soleil, particulièrement faible pour le moment, sont couplées.

Une interprétation plus simple et plus logique est la suivante : le climat étant cyclique, nous avons atteint vers la fin des années quatre-vingt-dix le sommet de la courbe de réchauffement. L’activité du soleil s’étant ensuite sérieusement ralentie, nous entamons maintenant une descente vers des températures plus faibles. Un tel phénomène s’est déjà produit maintes fois – et sans notre intervention – au cours des décennies et des siècles précédents.

Gageons que ce refroidissement climatique normal conduira dans peu de temps à la naissance d’une mouvance annonciatrice d’un nouvel âge glaciaire… dû à l’Homme, bien évidemment.

—-

Les 13 pires prédictions du 1er Jour de la Terre en 1970.

Sortie de Climat, 15 Vérités qui Dérangent, malaise pour l’establishment.

Interview de Drieu Godefridi pour la sortie de Climat, 15 Vérités qui Dérangent.

Comment concilier la vague de froid et la théorie du réchauffement climatique.

Réchauffement climatique : ice age.

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • 1 homme pour 5 km3 d’eau (7 mds pour 35 mds).
    Energie du soleil transmise à la terre = 10000 x énergie produite et consommée par l’humanité.

  • Cela mènera forcément nos gouvernement à créer d’autre taxes parmis tant d’autres…

  • En fait, c’était un puissant ouragan concomitamment avec des AMP particulièrement puissants, qui avait fracturé une grande partie de la banquise Arctique, si bien que les satellites ne détectaient plus de glace, alors qu’elle était toujours là, mais fracturée.
    L’histoire du Jet Stream décalé me fait bien rigoler. Décidément, le jour où les météorologues Français liront les ouvrages de Marcel Leroux, on pourra enfin découvrir ce que sont les AMP et les échanges méridiens. Mais le lobby Français du RCA veille jalousement.

  • totalement d’accord avec cet article:

    quand j’etait lycéen, dans les années 80, je me souvient d’avoir lu un dossier sur le pretendu refroidissement climatique ( une partie des scientifiques d’alors, predisaient un debut de glaciation, agravé par la polution due a l’homme ! ) . l’auteur de l’etude, plus prudent, disait que l’on ne pouvait conclure, et que peut-etre, les effet refroidissant de la polution, s’annulaient avec les effets rechauffant … a cette epoque, l’europe venait d’avoir 2 ou 3 decenie froide ( de 1950 a 1980 ).

    il y a quelques années, dans une revue d’histoire ( historia ou l’histoire ) il y avait un petit sujet sur la fonte de la banquise, appuyé par 2 photos satelitte : l’une de 1979, avec une banquise tres developpée. l’autre de 2006, avec une banquise extremement rétrecie. les photos etant bien evidement la pour prouver au lecteur naif, la thèse du rechauffement.
    mais quand on y regardait de plus prés, que voyait-on ? en 1979, la photo etait prise au moi de mars, alors que celle de 2006, était du moi de septembre !
    sans commentaire sur l’honneteté intellectuelle de la redaction de la revue. tout etait fait pour aller dans le sens des medias mainstream, et de leur theorie du rechauffemnt catastrophique provoqué par l’homme.

    • épistémologiquement, sur la très longue durée un refroidissement entropique, est prévisible
      entropique, pas anthropique.

      • un refroidissement  » en tropic  »

        ou lala !! moi qui voulait prendre ma retraite sous les tropic, bonne mère, me voila bien !

  • Le rétropédalage médiatique a commencé en Allemagne et dans les pays anglo-saxons: http://www.pensee-unique.fr/news.html#back

    Mais en France et en Belgique, silence total…. Quand donc l’UE, abandonnant son dogmatisme réchauffiste, prendra-t-elle conscience de la vacuité de ce dogme du RCA, ayant pour conséquences des politiques absurdes, qui pénalisent le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité de nos entreprises?

    • Quand ça commencera à rétropédaler chez nous je parie que ça commencera par le quartier du marais de Paris

  • C’est la deuxième année consécutive que ces comiques nous font le coup de l’hiver froid à cause du RCA. Dommage que le ridicule ne tue pas.

    • « Dommage que le ridicule ne tue pas. »

      Dans la bouche d’un socialo, on appellerait ça de la rhétorique stalinienne. Et même si c’est pour rire, c’est d’un gout franchement douteux.

  • Entre péroraisons, auto-flagellation, amnésie (les étés étaient magnifiques dans mon enfance, sauf que je quittais rarement mes bottes et mon ciré !), le peuple se distrait, les escrolos font leur beurre, et chacun a quelque chose d’intéressant à dire.

  • Benoit Rittaud, mathématicien : pas de corrélation entre CO2 et température globale :
    –>
    http://www.youtube.com/watch?v=gWbKRCnrWdc

    Malgré d’augmentation de la concentration atmosphérique de CO2, il n’y a plus de réchauffement depuis 15 ans.

  • Je n’ai jamais vraiment cru au réchauffement climatique, ni à ces vagues de froid « inhabituelles » car dans ma jeunesse j’ai connu des hivers beaucoup plus froids que ce dernier.
    Votre article me conforte dans mon opinion, merci.

  • Le dérèglement climatique n’est pas du qu’au seul réchauffement consécutif aux activités humaines. Le climat se dérègle aussi du fait de l’atteinte à une activité spécifique d’ondes de basse fréquence qui ont été déréglées par un grand nombre d’autres expérimentations technologiques. La troisième cause de dérèglement est liée à de puissantes expérimentations d’ondes de hautes fréquences conduites pour pouvoir manipuler le climat et plus encore… Bien évidemment nous avons les preuves et les explications scientifiques correspondantes. Il ne faut donc plus s’étonner si le climat ne répond plus du tout à la normalité.

    • Pouvons nous régler le climat pour avoir 25° toute l’année ?

    • Si il y a un truc qui a été atteint par « les ondes de basses fréquences » c’est votre cerveau vu la clarté de vos propos…
      Amis de la Grande Conspiration, bonsoir !

    • Ouah la vache ! Tu carbures à quoi, toi ? Visiblement, tu suces pas que des glaçons !

    • [..] Bien évidemment nous PRÉTENDONS avons les preuves et les explications scientifiques correspondantes. [..]

      Corrigé.

    • http://www.crisemaj****.fr est un troll qui spam tous les forums avec son bouquin de merde, mélange habituel d’un poil de vrai (pour faire passer la pilule) et de conspirationnisme délirant à la sauce marxo-socialiste (tendance nez rouge)

      A la place des modérateurs je mettrais un filtre sur son url, les délires ça dérange pas mais la pub si.

    • Oui je sais… avec le LSD on a l’impression d’être super intelligent et de découvrir plein de trucs….

    • Projet « Haarp » ?

  • ouf !! tant mieux !!  »ils » avaient presque réussi à nous faire peur avec le réchauffement. C’est dire, il aurait fallu que l’on change quelque peu de mode de vie, qu’on se dirige gentillement vers un peu plus se sobriété… Mais bon, cette fois c’est sûr pas de réchauffement, nous voilà tous rassurés.. heureusement que certains veillent et nous disent vraiment la vérité… salauds d’experts du climat, au final ils nous auront bien fait rire…

  • cet article est formidable de quoi réconcilier l’humain avec le cosmos qui lui a toujours eut plaisir à contredire les humains

  • C’est bien beau de faire des articles sur le climat mais quel est l’intérêt si cela ne débouche pas sur des subsides mirobolants et des invitations pour des conférences dans des lieux paradisiaques ?

  • Si cette « preuve » ne se trouve déjà répertoriée ailleurs dans les nombreux commentaires, un ami venant de m’adresser ceci … voyez en plus de détails ?
    Dont début d’article (la suite à lire sur le site mentionné)

    *** LES MODÈLES DE PRÉVISION DU CLIMAT RESTENT INCAPABLES DE PRÉDIRE… LE PASSÉ ***
    Un seul modèle climatique sur douze a retrouvé le résultat obtenu grâce à une enquête de terrain par deux scientifiques sur l’évolution du régime des précipitations pendant le dernier maximum glaciaire.
    Slate.fr
    (http://www.slate.fr/life/72879/climat-prevision-incapables-predire-passe)
    Par Michel Alberganti – le 23/05/2013

    Les prévisions climatiques font partie des problèmes les plus délicats auxquels la science est confrontée. Les calculs sont si complexes qu’ils mobilisent les ordinateurs les plus puissants de la planète. Cette difficulté et les imperfections qui en découlent alimentent le débat entretenu par les climatosceptiques qui contestent parfois la réalité du réchauffement climatique, mais surtout la responsabilité de l’homme dans ce processus.

    Au cœur des projections qui servent de fondation aux analyses du Giec, on trouve les modèles climatiques. Il s’agit d’une mise en équation de l’ensemble des phénomènes qui contribuent à faire évoluer le climat sur Terre. Ces modèles mathématiques intègrent bien entendu les lois de la physique et de la chimie mais également celles de la thermodynamique et de la dynamique des fluides qui sous-tendent les phénomènes d’interactions entre l’atmosphère et les océans ainsi qu’avec les continents et la glace. Il est souvent reconnu que, par exemple, la modélisation des relations air-mer reste peu précise.

    La meilleure façon de vérifier un modèle de prédiction du futur est de l’appliquer au passé. Dans ce cas, on connaît le résultat final ainsi que les conditions initiales. Il suffit d’entrer ces dernières dans le système et de vérifier si l’on obtient le même résultat que celui que l’on a enregistré grâce aux traces laissées par les changements climatiques antérieurs. (suite à lire)

    • @Le Wolff
      Précisions: les modèles numériques se basent sur le modèle tricellulaire, faux, mais pourtant utilisé par tous les météorologues du monde. Ils ne disposent d’aucun modèle cohérent d’échanges dynamiques d’air et d’énergie. Ils ne savent pas intégrer le cycle de l’eau, l’ennuagement, les aérosols, les grand courants marins…
      Pire, ils utilisent mal les lois de la thermodynamique, en violant allègremement la seconde loi.

      Pour le reste de votre propos, je suis OK, avec un bémol : les conditions initiales sont approximatives et, selon la théorie du chaos, les résultats peuvent varier notablement en fonction de ces conditions initiales.

  • @tous
    Je vous remets mon papier sur la problématique climatique, pour celles et ceux qui ne l’auraient pas encore consulté.

    http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em

  • « La température du globe n’a pas augmenté depuis plus de quinze ans voire davantage »

    Faudrait-il déjà pouvoir mesurer cette fameuse température : une moyenne de températures (c’est ce que l’on prétend mesurer) n’a aucun sens en physique, sauf la moyenne des températures d’une matière homogène, ce qui est très lion d’être le cas de l’atmosphère terrestre, et encore moins de sa surface…

  • De toutes façons, le motto actuel est de ne plus dire « on ne sait pas » mais « c’est de notre faute ».

  • Bonjour à tous.

    S’il convient bien de critiquer les approximations et exagérations des Cassandres climatologiques, il ne faut néanmoins pas oublier qu’il y a une réalité concernant la fonte des glaces arctiques.
    J’en suis d’autant plus conscient que je travaille dans l’exploration pétrolière et que l’ensemble de la profession a intégré cette disparition progressive des glaces dans les plans d’exploration pour le futur.

    On pourra se référer aux sites suivants:
    http://www.realclimate.org/index.php/archives/2012/04/arctic-sea-ice-volume-piomas-prediction-and-the-perils-of-extrapolation/
    Une intéressante analyse des faiblesses des modèles de prédiction, mais qui néanmoins met en lumière qu’en effet le volume des glaces diminue.

    http://runners-to-the-pole.com/evolution-de-la-banquise-arctic-sea-ice-extent-1982-2012/
    Des photos satellites illustrant la diminution progressive de la surface des glaces de 1982 à 2012.

    Cordialement

    • Bonjour Alf, ne perdez pas votre temps : tout le monde sur Contrepoint est spécialiste mondial du climat, et sait bien que la fonte des glaces aux pôles n’existe pas. Qu’au contraire, ces glaces s’étendent et s’épaississent.

      Les photos satellites sont de la propagande du GIEC, tous les gens intelligents savent cela.

      • Il ne faut pas croire ce qui s’écrit ici. Il faut examiner tous les chiffres des organismes de recherche, y compris officiels, y compris ceux qui soutiennent la thèse du chagement climatique anthropique. Sur la banquise, c’est très pratique, toutes les sources de données ont étté concentrées en un endroit : http://wattsupwiththat.com/reference-pages/sea-ice-page/

        Bonne étude.

  • Je viens de lire l’excellent rapport de Jepebe et j’en partage à 110% tous les points.

    Je propose de voir ce petit diaporama moins technique, un peu ludique et surtout bien étayé qui reprend le thème :

    Les gros mensonges du « changement climatique »:

    http://youtu.be/8-BGIMdoj1k

    Par exemple, beaucoup seront surpris par l’insignifiance du CO2 émis par l’Homme :
    C’est comme agrandir un terrain de football de l’épaisseur d’un cheveu tous les 15 ans…
    Ou de l’épaisseur du trait à la chaux autour du terrain (9cm) au bout de 15000 ans (quinze mille ans)…

    De même il est démontré que ce n’est plus de « réchauffement » qu’il faudrait parler mais « d’attiédissement climatique » puisqu’il s’agit de seulement 0,35°C et seulement sur une douzaine d’année (entre 10 ans et 16 ans selon les auteurs) en 73 ans…

    Bonne lecture

  • En attendant, le réchauffement – pardon, le changement « climatique » – pardon encore, « la chose qui n’existe pas » – continue tranquillement…

    Par exemple, ici :

    http://world.time.com/2013/05/27/fears-grow-of-a-himalayan-tsunami-as-glaciers-melt/

    Mais bien sûr, Contrepoints trouvera bien quelque chose. Du genre « ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai : les glaciers augmentent en surface et en volume, d’après le Grand Professeur Trouvetout agrégé en sciences de Climatologie Poétique par l’Université Catholique de Louvain », spécialiste par ailleurs universellement reconnu dans son quartier.

    • @ Xenos

      On se demande où vous pouvez aller déterrer de telles informations qui sont contraires à tout ce qui s’écrit par ailleurs.
      .
      Sans aller chercher bien loin il suffit de lire le Figaro d’il y a quelques jours sous le plume familière de la « chienne de garde » du réchauffisme, Mme M. Court, donc difficile de l’accuser de partisianisme :
      « Les glaciers fondent moins vite que prévu: Deux missions spatiales montrent que le phénomène est deux fois moins important que ce qui avait été estimé à partir des observations au sol. »
      http://kiosque.lefigaro.fr/ouvrir-liseuse-milibris/le-figaro/cbebbb28-6594-4d03-9d94-c71453c329ca

      De même, il est difficilement possible d’accuser le Met Office anglais, celui qui fournit le GIEC-ONU de ses informations sur le climat, d’être « sceptique climatique ».
      Or : « Le Met Office admet que parler d’une hausse significative de température est non défendable »*
      * http://www.bishop-hill.net/blog/2013/5/27/met-office-admits-claims-of-significant-temperature-rise-unt.html

      Lire aussi, par exemple, également:
      « Qu’est-il donc arrivé au réchauffement climatique ? :
      Les températures moyennes de surface sont maintenant stables depuis seize ans. Elles ont cessé de croître depuis 1997 dit le Met Office… D’après la banque suisse UBS, ce système a coûté aux consommateurs européens environ 280 milliards de dollars pour un impact pratiquement nul sur les émissions. Dans le même temps, les prix de l’électricité artificiellement hauts ont rendu de nombreuses industries européennes non compétitives…
      Les pauvres souffrent pour que les riches européens puissent avoir dix pour cent de leurs carburants en provenance de sources renouvelables vers 2020 – tout cela au nom du sauvetage de la planète. Dans le même temps, les gouvernements ponctionnent des milliards de dollars à des consommateurs allemands ou britanniques peu enthousiastes pour payer des subventions extravagantes à des sources d’énergies solaires ou éoliennes non rentables…
      Jusqu’ici, les mesures prises contre le changement climatique ont probablement fait beaucoup plus de mal à la planète que le réchauffement lui-même… »
      Fin de citation
      Traduction d’un article du 24 janvier 2013 dans The Globe and Mail par Margaret Wente

      Sans parler du Satellite RSS envoyé spécialement pour mesurer les températures de la terre et dont les mesures montrent que la terre ne s’est pas réchauffée depuis 23 ans (donc depuis 1990)… Donc bien avant le Protocole de Kyoto, les taxes CO2, l’imposition des énergies « renouvelables », les taxes ETS qui coulent l’Europe etc…
      Bizarre non ? Détails ici : http://youtu.be/8-BGIMdoj1k

  • Ô Gaïa, nous avons péché contre Toi, nostra culpa, et c’est le Déluge, inch’Allah.

  • Arrêtez de confondre température et climat. Le climat, c’est pas juste le temps qu’il fait c’est le taux d’humidité, c’est les précipitations, la nébulosité, pas seulement « il fait chaud, il fait froid », et doit être pris sur des dizaines d’années, et pas sur une comparaison entre deux ans….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

changement d’heure
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Par Samuel Furfari.

La France — mais aussi l’Union européenne — continue de croire qu’elle est au centre du monde de l’énergie. L’objectif illusoire d’une décarbonation rapide de l’économie du « continent européen » aveugle jusqu’aux banques et les médias.

Dans une logique dont on ne sait si elle frise l’orgueil ou l’aveuglement, les médias européens et français ont titré que la France refuse le soutien au projet gazier Arctic LNG2, alors que Reuters titre plus sobrement « Le projet russe Arctic LNG2 obtient des prêts d’un mont... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles