Mur des cons : des magistrats aux mains sales

Guy Sorman, comme tant d’autres, s’est retrouvé épinglé sur le « Mur des cons ». Voici sa réaction.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mur des cons du syndicat de la magistrature

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mur des cons : des magistrats aux mains sales

Publié le 28 avril 2013
- A +

Guy Sorman, comme tant d’autres, s’est retrouvé épinglé sur le « Mur des cons ». Voici sa réaction.

Un billet d’humeur de Guy Sorman.

Des expressions comme « faire confiance à la justice de mon pays », ou « indépendance de la justice », m’ont toujours laissé perplexe.

Mon expérience est autre : j’ai perdu tous mes procès ou presque face à des juges indépendants mais pas neutres. Quand une banque a fait faillite, dévalisée par un banquier pourri et en fuite, le juge a négligé de m’indemniser considérant que je n’en avais pas besoin. Dans les conflits du travail, rares, où j’ai tenté de me séparer de salariés voyous, j’ai également perdu parce que, a dit le juge, je pouvais payer.

Me voici donc épinglé cette semaine sur le Mur des Cons du Syndicat de la Magistrature, en compagnie d’Alain Minc, Jacques Attali, Alexandre Adler. Je n’ai avec ceux-ci en commun, que mes origines : ce qui est troublant. Ce Mur serait-il celui des lamentations ?

Je redoute l’indépendance de ces juges-là qui, en 1940, m’auraient déjà épinglé comme ils épinglèrent mes ancêtres.


Sur le web.

Voir les commentaires (54)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (54)
    • Même pas capable d’avoir le moindre mot de regret ou simplement de faire profil bas.

      Qu’ils condamnent la divulgation d’une expression « privée » c’est une chose, mais qu’ils soient incapable de reconnaître le caractère déplacé et injurieux de cette expressions c’est assez révélateur de leur arrogance.

      • Bonjour Arn0
        Liberté d’association, liberté d’opinions, propos satyriques tenus en privé.
        Je ne suis pas du même bord politique que syndicat de la magistrature mais eux aussi on les même droits que tout le monde, et que nous défendons.

        • La liberté d’opinion se doit d’être équitable. Le problème est que ces opinions sont cachées à ceux qui, justiciables envers lesquels la juge a peu de chances de se montrer équitable, pourraient alors introduire une requête en suspicion légitime, et que par contre elles sont mises en avant pour se promouvoir au sein du syndicat. Encore une fois, une juge est libre d’avoir les opinions qu’elle veut en privé, mais doit les laisser à la porte à partir du moment où elle revêt son costume de magistrat. A quand les murs des cons dans les salles de profs, puis les classes, dans les commissariats, les mairies, les perceptions et tous les services publics, au nom de la liberté d’opinion ? Des endroits auxquels ceux qui ne seraient pas à l’aise avec les afficheurs n’ont pas le droit ou la possibilité de leur échapper. Ca aurait le mérite de la sincérité.

          • bonjour MichelO
            Dans le cas présent, si j’ai bien tout compris, le local n’est pas public et l’accès est privé. Toute personne a droit à émettre des opinions dans un lieu privé. Bon je suis d’accord « un mur des cons » c’est pas glorieux comme idée, mais dans toute les corporations malheureusement la bêtise règne en maître.
            Après il est vrai que l’on peut mettre en doute l’impartialité de ces juges.
            Personnellement je suis pour la responsabilité des juges comme garde fou, et même je suis pour les juges soit des professions libérales que les deux parties puissent choisir.

        • 1)Le droit de s’exprimer librement inclut effectivement le droit de dire des bêtises. Mais cela inclut aussi le droit de les dénoncer. Et l’honnête intellectuelle veut que l’on reconnaisse les bêtises que l’on a dite (surtout quand on a pour activité de juger les autres).

          2) Non les magistrats ne disposent pas de la même liberté d’expression ou d’association que « tout le monde ». Il n’existe aucune obligation d’être juge, et un juge ne devrait pas être membre d’une organisation politique (ce qu’est le SM) ou exprimer ses opinions politiques de façons indiscrète (une affiche dans un local syndical c’est indiscret).

          3)Il ne s’agit pas de propos tenus sous le sceau de la confidentialité mais d’une affiche présente dans un local syndical ayant semble-t-il reçu la visite de nombreuses personnes extérieures au syndicat (journalistes compris). Rien ne laisse penser que ces informations aient été obtenues en violation de la loi : si on en croit la propre histoire du SM c’est le membre d’une équipe de journalistes invités pour tourner une interview qui a filmé le mur avec son téléphone portable. Inviter des journalistes et être surpris qu’ils fassent leur boulot c’est quand même étonnant.

          • Il ne faut jamais sous estimer l’ennemi et le communiqué du SM ( des juges qui connaissent le droit) répond:
            « Est-il besoin de vous rappeler que « l’obligation de réserve » ne s’applique qu’à l’expression publique des magistrats et qu’en tout état de cause, elle ne constitue ni une obligation au silence, ni une obligation de neutralité ? »
            Donc expression publique ce qui n’est pas le cas. Bon on peut faire un procès, les juges jugeront 🙂

          • Bonjour Gillib,
            Au départ, j’étais plutôt tolérant : une blague de très mauvais goût, mais qui ne concerne que ceux qui l’ont faite tant qu’elle reste privée.
            J’ai déjà un peu changé d’avis quand j’ai découvert que le journaliste avait été invité dans ces locaux « privés » pour parler de l’affaire Bettencourt, affaire déclenchée par la publication d’enregistrements clandestins dont les juges n’ont pas hésité à se saisir. Si on est magistrat, on doit savoir faire la séparation entre le privé et le judiciaire. Mais bon, ça serait encore passé.
            Ce qui m’a mis en rogne, c’est la défense du syndicat : on était dans notre droit, on ne faisait que répondre légitimement aux attaques contre notre profession, et « Le “mur des cons” s’attaquait aux idées, pas aux personnes ». Il me semble qu’au contraire, le mur des cons est la preuve que les magistrats du syndicat ne savent pas séparer les idées des personnes, je n’ai pas vu une seule idée sur ce mur, je n’y vois que des attaques personnelles contraires au respect que doit avoir le juge de la séparation entre le justiciable et ses opinions.

            Je ne demande ni aux juges de ne pas avoir d’opinions politiques, ni de les révéler publiquement, ni de s’abstenir de faire des blagues de mauvais goût. Je leur demande de démontrer qu’ils sont capables de considérer les justiciables « sans discrimination aucune fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l’opinion politique ou toute autre opinion, l’origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou toute autre situation. » Pour moi, non pas le mur des cons, mais la réaction du syndicat dans cette affaire, montre que certains n’en sont pas capables, et que les autres se refusent à éliminer ces brebis galeuses.

          • @MichelO
            « J’ai déjà un peu changé d’avis quand j’ai découvert que le journaliste avait été invité dans ces locaux « privés » pour parler de l’affaire Bettencourt, »
            C’est vrai que la barque du SM est bien pleine
            Un syndicat doit défendre les intérêts de ses adhérents, mais ne doit pas parler de politique, sauf si cette politique atteint ses intérêts.
            Je vois mal ce que l’affaire Bettencourt a à voir avec les intérêts des juges.
            Mais malheureusement en france il est habituel de voir les syndicats faire de la politique.

          • « Il ne faut jamais sous estimer l’ennemi et le communiqué du SM ( des juges qui connaissent le droit)  »
            Le SM n’est pas mon ennemis, simplement un syndicat de mauvais juge.

            De plus je ne parlais pas de l’état actuel du droit positif, mais de ce que ce droit devrait être : et il ne devrait par exemple pas permettre à un syndicat de magistrat d’appeler à voter contre un candidat à la présidentielle (affaire autrement plus grave que ce mur) comme l’a fait le SM.

            Pour ma part j’estime que dans l’idéal on devrait soumettre les magistrats et les policiers au même régime que les militaires : pas de syndicat, point. Les syndicats sont difficilement compatible avec l’exercice d’une fonction publique régalienne, et avec le strict devoir de réserve et de neutralité que cela implique (sans parler de l’obligation spécifique d’indépendance et de neutralité pour les juges). Mais c’est encore pire quand il s’agit de syndicats politisés.

            On ne peut pas s’opposer (à juste titre à mon sens) à l’élection des juges à cause de la politisation que cela entraîne tout en étant massivement politisé : on peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

            Sinon dans cette histoire de mur la question n’est pas tellement juridique mais plutôt que ce que cette affaire révèle de la presse (qui devait être au courant depuis quelque temps déjà et qui n’a pas fait son travail) et du SM : aucun respect pour les contradicteurs (y compris des familles de victimes), manque singulier de bon sens (ils imaginaient que cela na se saurait pas malgré l’invitation de journaliste dans les locaux !) et incapacité à se remettre en question (comme le monte leur communiqué).

          • 1) Tout a fait.
            2) et 3) Les juges n’ont pas exprimé en public leurs opinions, mais juste placardé sur un mur dans un local privé. Le SM a effectivement des activités regrettables et une influence détestable, néammoins on a le droit de se syndiquer encore en France.
            Enfin, je suis content qu’un tel reportage ait été réalisé, que les gens sachent ce qu’il en est de la crédibilité de nos juges.

        • Donc pour vous le devoir de réserve ne doit pas exister?
          Il y a pourtant des fonctionnaires qui ont été condamnés, peut-être d’ailleurs par les mêmes juges, pour ne pas l’avoir respecté.
          Maintenant si vous concevez que la Justice doit être à géométrie variable, alors autant s’en passer et régler nos comptes directement.

        • Toujours est il qu’une chose est claire : ces juges là transpirent la haine.

    • Qui peut croire en lisant cette réponse que la justice sera rendue au nom du peuple français plutôt qu’en celui des opinions du juge ?

  • C’est tout?
    Un peu narcissique non?
    De MONSIEUR SORMAN j’en attendais un peu plus

    • Il suffit d’avoir approché la justice même pour des affaires les plus mineurs et plus banales qui soient, ne présentant même pas de caractère conflictuel ou délictuel pour en constater le niveau.

  • Monsieur Guy Sorman, vous y allez fort mais je crois que c’est vous qui avez raison. La France socialiste en est à ce stade, comme la même France radicale socialiste le fut quand elle installa le Maréchal Pétain en sauveur de la Nation. Aujourd’hui, on crie au gouvernement d’Union Nationale. Mêmes causes, mêmes effets. Quelle différence avec le passé ? Crises économiques, gouvernements de gauche qui vont apporter « la paix sur la terre » et « le bonheur à tous par décret », guerres et pogroms, boucs-émissaires… En entendant parler de ce mur des cons, de ce mur de la honte de notre temps, j’ai aussitôt entendu derrière le bruit des bottes, les caches d’armes de la CGT, la justice expéditive de Beria, les goulags ou les camps d’extermination… L’association union nationale logique des gauches et du nationalisme. Le schéma classique et historique se remet en place. Il est tragique aussi de se rappeler que le peuple juif a aussi permis l’avènement du bolchevisme en 1917 car celui-ci lui avait promis la fin des pogroms ! Le peuple a été trompé, utilisé, évacué par le Pacte Germano-Soviétique ultérieur. Ouvrons tous les yeux, votre témoignage nous aide aussi à le faire. La situation de la France devient vraiment préoccupante. C’est vraiment sous un gouvernement de gauche qu’il faut se boucher les narines alors qu’on accusait le pouvoir précédent de tous les maux. Hollande, Queuille, Pétain… : la consubstantielle idéologie administrative française du laisser faire et du manque de courage. Le pire est en route, vraisemblablement. Il ne faut pas se voiler la face et faire l’autruche.

  • Cher Guy, en 44/45 on vous aurait collé contre un mur sans jugement… Brasillach est mort pour des ECRITS !!! A comparer avec Galilée… Le communisme c’est vraiment de la m…de irecyclable…

  • Ne confondons pas « liberté d’expression »et équité dans le jugement d’une affaire !

  • Le socialisme c’est la guerre.

  • Guy Sorman pousse le bouchon un peu loin, Dieudonné et Alain Soral font aussi partie de ce mur et on connait leurs « positions » vis-à-vis des juifs. Pour ce qui est de Minc et d’Attali, on peut noter qu’ils sont des européistes-mondialistes tout comme Guy Sorman lui-même, la seule différence étant qu’eux sont des européistes-mondialistes de tendance social-démocrate contrairement à la tendance libérale de Mr Sorman.

    Dans tous les cas on peut voir que cette organisation mafieuse qu’est le syndicat de la magistrature vomit tout ce qui est catalogué comme « de droite » et qui a pour point commun de mal penser, peu importe que tous ces gens soient eux-mêmes opposés entre eux.

  • La campagne actuelle autour de cette histoire ridicule est vraiment désagréable. Il faudrait mettre un micro derrière le veston de ce monsieur, et au premier mot de travers qu’il dirait sur je ne sais qui on lui demanderait si il ne mérite pas le goulag.
    A quand les caméras devant la machine à café ? dans les toilettes ? C’est peut-être seulement quand nous serons tous surveillés (et sans « droit à l’oubli » débile) qu’alors, tous ridicules, tous incapables de défendre des réputations factices, nous pourrons parler de choses importantes avec sérieux, et de choses légères avec humour.

    Après il faut bien dire que les rares fois que j’ai entendu Guy Sorman, j’ai bien ri, mais lui me semblait tenir à ses propos.

  • Souvenons-nous que la France est le pays du tribunal révolutionnaire et de Tacite « Pourquoi utiliser des baïonnettes quand on peut utiliser des juges »

  • J’ai fréquenté de nombreux bocaux syndicaux et des zipergôchos dedans et, il me semble que je n’ai jamais vu de photo d’ennemis du peuple et des damnés de la terre grimés, des observations injurieuses ou même des jeux de fléchettes à cible personnalisée. Je pense que je m’en serais souvenu si ça avait été le cas, car pour tout vous dire, les affiches ils aiment ! Flics et juges sont des corporations qui ne se respectent même plus certainement dû au fait qu’ils ont tous les pouvoirs sans contrôle et sans responsabilité.

    • J’ai fréquenté plus ou moins longtemps un certain nombre d’entreprises. Dans une bonne moitié j’ai rencontré des best-off de la connerie, coupe de la bêtise, palme de l’incongru, trombinoscope uchronique… dans l’autre moitié ce n’était pas formalisé (c’était plutôt une question d’intégration de l’équipe) mais en fait c’était plus ou moins pareil autour de la machine à café.
      Je n’ai jamais rencontré d’entreprise ou personne ne se moquait de quiconque, peut-être est-ce simplement votre propre intégrité qui vous a empêché de voir la petitesse de ceux qui vous entourait. Après il suffit d’aller sur facebook, ou mieux sur 4chan, et on aura tout le loisir de s’apercevoir que ce genre de chose n’est en rien exceptionnel.

      Notons qu’il y a quand même des stars incontournables, qui font l’objet de best-off personnalisés, comme Lefebvre ou Morano, qui sont les plus forts de tous… le fait qu’ils soient tous deux de l’UMP est soit une coïncidence soit la conséquence d’une stratégie de comm’ tout à fait consciente (chez Lefebvre on en est plus ou moins certain). Pour l’instant il y a bien des vedettes dans les autres partis politiques, mais elles ne sont pas au niveau, par timidité peut-être.
      C’est comme les Chuck Norris facts, JCVD ou Zlatan, ces personnages ont eu l’intelligence de comprendre qu’il y avait moyen d’en faire du business.

  • Ce qui me choque n’est pas tant les politiques affichés sur ce mur qui sont assez grands pour se défendre s’ils se sentent injuriés, non, c’est la photographie de deux pères dont les filles ont été violées et assassinées;
    J’en conclus que devant ces drames horribles, des juges soient capables lorsqu’ils rendent la justice de se souvenir de la couleur politique de ces pères et d’oser parler de neutralité.
    Ils n’ont même pas honte.

  • Donc tout ce que retient Guy Sorman de cette histoire, c’est que lui et une poignée des personnalités épinglées sur ce mur sont juives, sans un mot pour les dizaines d’autres dont certaines sont des parents de victimes, mais il ne s’agit que de simples goys après tout. La rengaine sur l’antisémitisme est tellement bien huilée qu’on la dégaine lors de toute remise en cause alors que de toute évidence ça n’a rien à voir ni de près ni de loin avec cette histoire lamentable. Guy Sorman devrait avoir honte de se servir de ses ascendants morts à Aushwitz pour tout et n’importe quoi.

  • Il existe aussi des murs des cons dans les mairies … il suffit d’avoir osé signer une pétition contre un maire pour avoir des ennuis après ! la vendetta des puissants existe ! donc citoyen lambda je te conseille de fermer ta gueule !

    • Invisible jubé.
      La révolution française à détruit le jubé des églises, ce séparatif entre le peuple et les clercs.
      Des jubés invisibles dont dressés par la nomenclature étatique qui s’en confectionne en silence.

  • C’est le système juridique complet qui est malade. Une preuve, il a accepté que les Droits de l’homme ne soient pas opposables devant un tribunal, tant et si bien que quand vous vous en référez à cette déclaration, les procureurs vous rient au nez. Et que dit cette déclaration ? Et bien elle limite la loi par son article 4, 5, 6, 8, 12, 16. Elle définit la seule manière de mettre des impôts dans son article 13.
    http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/constitution.asp#declaration
    « L’autorité judiciaire doit demeurer indépendante pour être à même d’assurer le respect des libertés essentielles telles qu’elles sont définies par le préambule de la Constitution de 1946 et par la Déclaration des droits de l’homme à laquelle il se réfère. » (loi constitutionnelle du 3 juin 1958 – 4°)
    « Le peuple français réaffirme solennellement les droits et libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des Droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République. » (préambule de la Constitution de 1946 )
    Voir aussi le préambule de la déclaration de 1789.
    « Afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous. » (préambule Déclaration de 1789)

  • C’est vraiment un con pour ce faire il suffit de lire la dernière strophe de son article intitulé : « les femmes sont la cible principale de l’islam radical » ça commence d’ailleurs comme sa réponse à sa présence sur : »le mur des cons » c’est à dire bien.
    Mais fini par une paranoïa antisémite totalement à côté de la plaque.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'ancien ténor du barreau était entré au gouvernement de Jean Castex à l'été 2020. Une nomination surprenante, dans laquelle les syndicats de la magistrature ont vu une "déclaration de guerre". En reconduisant celui-ci dans ces fonctions, le chef de l’État persiste et signe.

Le nom de Rémy Heitz, le procureur général de la Cour d'appel de Paris avait circulé ces derniers jours pour lui succéder. La République en Marche avait pourtant déjà donné le ton avec Richard Ferrand qui nomme au Conseil Constitutionnel Véronique Malbec, directric... Poursuivre la lecture

Par Laurent Sailly.

Au-delà de l’inflation médiatico-politique, l’épisode judiciaire mettant en cause le ministre de la Justice exprime le délitement de l’État et de ses institutions auquel notre pays est confronté. En mettant en examen l’actuel garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, la Cour de justice de la République ouvre non seulement une période d’incertitude politique pour le gouvernement, mais aussi et surtout pour l’institution judiciaire.

Éric Dupond-Moretti a été mis en examen le vendredi 16 juillet par la commission d... Poursuivre la lecture

la France
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Il est véritablement salubre de se rappeler combien les idées de gauche antilibérales ont noyauté la société française. Une telle emprise, quasiment absolue, est d’autant plus inquiétante que la moindre adversité déclenche aussitôt des représailles bénéficiant de moyens considérables.

Enseignement, partis politiques, justice, médias, administrations publiques, tout ou presque est sous contrôle.

La France et l’Éducation nationale, grande couveuse de marxistes

Le sociologue Raymond Boudon affirmait il y a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles