Mur des cons : des magistrats aux mains sales

Mur des cons du syndicat de la magistrature

Guy Sorman, comme tant d’autres, s’est retrouvé épinglé sur le « Mur des cons ». Voici sa réaction.

Guy Sorman, comme tant d’autres, s’est retrouvé épinglé sur le « Mur des cons ». Voici sa réaction.

Un billet d’humeur de Guy Sorman.

Des expressions comme « faire confiance à la justice de mon pays », ou « indépendance de la justice », m’ont toujours laissé perplexe.

Mon expérience est autre : j’ai perdu tous mes procès ou presque face à des juges indépendants mais pas neutres. Quand une banque a fait faillite, dévalisée par un banquier pourri et en fuite, le juge a négligé de m’indemniser considérant que je n’en avais pas besoin. Dans les conflits du travail, rares, où j’ai tenté de me séparer de salariés voyous, j’ai également perdu parce que, a dit le juge, je pouvais payer.

Me voici donc épinglé cette semaine sur le Mur des Cons du Syndicat de la Magistrature, en compagnie d’Alain Minc, Jacques Attali, Alexandre Adler. Je n’ai avec ceux-ci en commun, que mes origines : ce qui est troublant. Ce Mur serait-il celui des lamentations ?

Je redoute l’indépendance de ces juges-là qui, en 1940, m’auraient déjà épinglé comme ils épinglèrent mes ancêtres.


Sur le web.