L’administration fiscale en lutte contre l’évasion, pour votre bien

Plus de moyens, de collaboration, de pouvoir et de surveillance. Bienvenue dans le monde de demain de l’administration fiscale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013726 fisc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’administration fiscale en lutte contre l’évasion, pour votre bien

Publié le 16 avril 2013
- A +

Comment rattraper les capitaux qui nous échappent ? Plus de moyens, une collaboration plus étendue, plus de pouvoir et de surveillance. Bienvenue dans le monde de demain de l’administration fiscale.

Par Baptiste Créteur.

Vincent Drezet, secrétaire général du syndicat national Solidaires Finances publiques, affirme que dans la direction générale des impôts,

« Quand on fait un pas, la fraude en fait dix. »

Il veut éviter que la fraude n’aille trop loin et en profiter pour s’assurer que pas un centime n’échappe à l’État prédateur. Et comme il est membre d’un syndicat de la fonction publique, il apporte les réponses habituelles, et ça commence par plus de moyens.

Notre administration fiscale a perdu 25 000 emplois depuis 2002 sur l’ensemble de ses missions, dont une grande partie est concentrée sur des services qui forment le premier étage du contrôle fiscal, c’est-à-dire le service de gestion de l’impôt, le service de contrôle sur pièces et le service de programmation des contrôles fiscaux. Ces pertes d’emploi ont fragilisé la détection de la fraude et le contrôle fiscal dans son ensemble.

La déclaration en ligne et sa prétendue simplification n’ont sans doute pas permis à l’administration de gagner en productivité.

Ce qui arrive aujourd’hui au contrôle fiscal, c’est une forme d’accident industriel, c’est quelque chose qui oblige à repenser l’action du contrôle public. On ne peut pas se contenter de pansement.

On ne peut pas se contenter de pansement. Pour éviter que le moindre euro ou le moindre centime n’échappe à Bercy, il faut des antibiotiques à large spectre, un traitement de choc pour que la maladie soit définitivement vaincue. Que le malade y reste, après tout, c’est secondaire ; c’est lui qui paiera le traitement, qui fait vivre le pays tout entier, mais le contribuable est avant tout un serviteur de l’État et pas l’inverse.

On estime que la fraude est comprise entre 60 et 80 milliards d’euros par an en France. Cette fraude augmente parce qu’il y a une facilité de circulation des capitaux, de la concurrence fiscale et donc un manque de coopération entre les États. Ce contexte nourrit une optimisation qui cache parfois de la fraude et encourage l’opacité.

Les capitaux circulent, donc on peut les mettre à l’abri ou les investir ailleurs ; c’est vrai. La concurrence fiscale permet à ceux qui le souhaitent de payer des impôts moins élevés dans d’autres pays, c’est vrai également. Le lien avec le manque de coopération entre les États, et la confusion volontairement entretenue entre optimisation fiscale et fraude sont moins évidents et éminemment fallacieux.

Une lecture en creux permet de comprendre ce que l’on envisage pour mieux percevoir ce que l’État perçoit comme son dû : une circulation moins libre des capitaux, une harmonisation fiscale – ou la poursuite des Français, où qu’ils soient – et une collaboration élargie entre États. Ça sent bon pour le contribuable, qui ne pourra plus paître tranquillement des pâturages fiscalement plus verts et sera tondu avec la régularité d’une pelouse parisienne.

Le gouvernement veut s’inspirer du dispositif américain Fatca [Foreign Account Tax Compliance Act], et l’appliquer dans l’Union européenne. Les États transmettraient spontanément, lorsqu’il y a création d’un compte ou d’une société, les informations au pays de résidence de la personne.

Si on commence au niveau de l’Union européenne, c’est une bonne échelle. Politiquement, l’Union peut avoir un poids au sein de l’espace européen, notamment avec la Suisse, et ensuite avec d’autres paradis fiscaux.

Excellente idée : l’État sait tout de ce que vous faites en France et de vos transactions supérieures à 1000 euros, donnons-lui les moyens de savoir ce que vous faites partout dans le monde. Après la menace terroriste, la surveillance sera justifiée par la lutte contre la fraude fiscale ; au nom d’un ennemi de la nation, tous les citoyens seront soumis à des mesures liberticides. Évidemment, l’argument en leur faveur sera toujours le même : « Être surveillé n’est gênant que si on a quelque chose à se reprocher. »

Il faut avoir le courage de dire sur certains États : « Celui-ci n’a pas assez coopéré, on le remet sur la liste noire. » Ensuite, dans les services fiscaux, nous pourrons activer des dispositifs dits « anti-abus », qui nous permettent d’être un peu mieux armés.

On menace ceux qui refusent de collaborer, pour pouvoir actionner un arsenal anti-abus rutilant. Le complexe militaro-industriel de la traque fiscale est en marche pour des lendemains qui ne s’évadent pas. Une surveillance bien pratique, mais pas si efficace.

Nous attirons l’attention sur le fait que ça ne permettra pas de déceler les fraudes lourdes. Sur l’affaire Cahuzac, ce ne sont pas nos procédures qui ont permis de détecter la fraude.

En substance, les dispositifs lourds et encombrants qui permettent de tout savoir sur les citoyens ne marchent pas pour les fraudes lourdes, du type de celles que déploient les hommes politiques et leurs meilleurs amis. Mais ce ne sont pas contre eux que sont destinées ces mesures ; elles visent uniquement à assujettir un peu mieux les citoyens à l’État qui veut que leur bien. La confiscation de leur bien.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Quand on fait un pas, la fraude en fait dix »

    Et donc, l’abruti, il propose d’en faire 10…

  • Vincent Drezet a tout à fait raison quand il dit que « Quand on fait un pas, la fraude en fait dix. »
    La créativité humaine a toujours eu quelques mètres d’avance par rapport à la rage confiscatoire de l’Etat.

    J’ajouterais que nos gouvernants semblent oublier que la France est aussi un vrai paradis fiscal. Sauf que contrairement aux paradis fiscaux libres (ceux détestés de nos gouvernants), le paradis fiscal français est surtout accessible aux « copians, comme par exemple le Qatar qui bénéficie d’exonérations fiscales, les « investissements » foireux dans les DOM-TOM, les produits d’épargne et d’investissement créés et/ou gérés par l’Etat (livrets, Eparge-Logement, Codevi, loi Duflot, etc). Ce paradis fiscal français (pudiquement appelé « niches fiscales ») représente certainement plusieurs milliards d’euros de recette fiscale…

  • Socialisme à tous les étages!Il y en aura pour tout le monde!Et à la fin l’effondrement complet du système et tous les malheurs que nous allons connaitre.On en voie les premiers signes!Bref pour faire court il faut se réveiller et réclamer de nos gouvernants le respect absolu de notre vie privée et la protection de nos données personnelles et ce en l’absence de toute infraction sérieuse!Ou nous nous réveillerons avec un nouveau totalitarisme encore plus féroce qu’avant!

  • c’est du vécu, pour 3 petits patrons en difficultés et qui n’ont jamais fraudés, je peux vous dire que 5 ont recours aux fausses factures, au travail au black et autres …. sans compter les injures, (voir pire) et les menaces quand je refuse ces dossiers, mais je ne plie pas

    • Est-ce qu’il ne serait pas possible de facturer certains services publics seulement à ceux qui en sont demandeurs ?.
      je pense qu’avec les progrès des traitements informatiques et la technologie, c’est tout à fait envisageable
      Je donnerai deux exemples:

      1- Paiement de la scolarité publique
      Lorsque les parents inscrivent .leurs enfants en école publique, celle-ci transmet au fisc leurs coordonnées et ils reçoivent l’année suivante une redevance scolaire à acquitter avec leur IR.
      Les personnes sans enfant ne payent rien et les familles qui choisissent des établissements privés se débrouillent pour en régler les frais.

      -2 financement de la télevision publique
      Les programmes de la télevision publique sont diffusés en cryptés (comme ceux de Canal+).
      Ceux qui veulent les recevoir achètent une carte de decryptage à insérer dans le slot du televiseur.Les autres n’ont rien à payer s’ils veulent regarder des emissions de chaines privés finacées par la publicité et diffusées en clair.
      Les chaines publiques doivent se debrouiller avec un budget provenant des ressources générées par les abonnés. Aucune subvention provenant des contribuables.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

À peine rentrée de vacances et l’esprit encore bien loin du terrain politico-économique qui m’occupe ici ordinairement, je jette néanmoins un œil nonchalant sur les dernières nouvelles de l’actualité française et qu’apprends-je ?

Que « l’économie française se porte bien ! », qu’elle a réalisé un véritable « exploit » sur le plan du chômage, que le retour au niveau d’avant-crise est prévu pour la fin de cette année et que la France peut s’enorgueillir des meilleurs chiffres de croissance de la zone euro ! C... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts directs sur le capital (tels l’IGF, l’ISF, l’IFI ou les droits de succession) ne pourraient avoir un impact positif sur la croissance économique à long terme que dans la mesure où l’usage qui ... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Vous pouvez toujours compter sur les politiciens pour trouver de nouvelles façons inventives de percevoir davantage d’impôts. Et quand les revenus ne sont pas au rendez-vous à cause de l’évasion fiscale, alors les pays peuvent s'associer pour imposer un plancher fiscal afin d'éviter la concurrence déloyale.

C’est exactement le plan machiavélique lancé récemment par la nouvelle secrétaire au Trésor Janet Yellen. Elle espère ainsi que « l’économie mondiale prospère sur la base de règles du jeu plus équitables ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles