Deux français sur trois ne font pas confiance à François Hollande

Alors que François Hollande sombre dans des abysses d’impopularité, la France a-t-elle besoin d’un chef ou d’un programme de liberté ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013689 Hollande impopularité

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Deux français sur trois ne font pas confiance à François Hollande

Publié le 2 avril 2013
- A +

Alors que François Hollande sombre dans des abysses d’impopularité, la France a-t-elle besoin d’un chef ou d’un programme de liberté ?

Un article de l’Aleps.

Deux français sur trois ne font pas confiance à François Hollande, la même proportion n’est pas allée voter aux élections législatives partielles de l’Oise il y a quelques jours.

En apparence, il n’y a pas de rapprochement autre qu’arithmétique entre les deux nouvelles. D’un côté quatre instituts de sondage donnent des chiffres allant de 30 à 37% comme cote de confiance au Président, d’autre part le taux d’abstention pour les législatives partielles dans le département de l’Oise a été de 67%.

Mais nous nous risquons à faire une lecture commune des deux observations : les Français attendent autre chose.

Certes, la note dominante est celle de la déception. L’électorat de François Hollande a fondu comme neige en Normandie : la gauche et les Verts trouvent qu’il n’en fait pas assez, les autres qui avaient voté par dépit trouvent qu’il en fait trop. Mais, pour autant, les électeurs ont-ils choisi une attitude constructive ? Ils n’ont pas plébiscité le Front National, qui a perdu quelques 4.000 voix par rapport aux précédents scrutins. Ils n’ont pas porté en triomphe l’UMP, qui perd 5.000 voix également. Ces résultats confirment donc que les électeurs sont, du moins pour l’instant et dans ce département, en attente d’une offre politique nouvelle.

Cette offre tarde à venir dans les rangs de l’opposition parlementaire. Certes, voici qu’on nous propose Sarkozy sur un plateau. L’ex président se redonne une dimension de chef d’État en allant visiter les pays amis, dont l’Éthiopie qu’il a mis sur la voie de la démocratie et de l’islamisme réunis.

Mais la France a-t-elle besoin d’un chef (pourtant disqualifié) ou d’un programme ? Où est ce programme ? On se contente pour l’instant du travail facile : attaquer le gouvernement sur tous les fronts. Dans l’Oise, comme ailleurs, la campagne s’est limitée à critiquer ce que font les socialistes. Il y a certes beaucoup à dire, mais nous n’avons pas besoin d’élus pour savoir que le socialisme est en soi un échec. Étonnez-vous après ça que deux Français sur trois marquent leur indifférence sinon leur mépris pour la classe politique et pour le vote. En ce qui concerne les libéraux, qu’ils se fixent pour mission d’enrôler au moins un Français sur trois sous le drapeau de la société civile, la seule qui puisse préparer utilement la nécessaire thérapie de choc.


Sur le web

Hollande, le président d’une minorité

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • ben moi , je n’ai confiance ni en hollande ni en personne d’autres ; tout ces politiques me sortent des yeux ;comme l’a si bien souligné borringer dans l’émission de ruquier , les politiques sont innutiles ;et menteurs comme des arracheurs de dents en plus ;

  • Je fais confiance à Présigland Toutmou Ier pour couler ce pays. Il a prouvé dans le passé qu’il était nullissime : il est donc à la hauteur. Le peuple a le présigland qu’il mérite.

    • Entierement d’accord !!!! Flamby est connu de tous (y compris de ses « amis » socialistes) pour etre nul et incompetant depuis plus de 30 ans. Il a pipote un programme creux et minable,… et une majorite d’electeurs y ont cru, ce qui denote du niveau intellectuel d’une majorite des Francais !

      Qu’ils ne s’etonnent pas maintenant s’ils se font egorger. Il n’y a pas de fatalite : ce pays a choisi librement son destin, que ca lui serve de lecon !

      • Flamby n’a pas été élu par une majorité des Français. En outre, une nation n’est pas un individu : elle ne choisit rien du tout.

        • C’est vrai : deux millions d’électeurs ont préféré voter blanc pour éviter d’avoir à mettre une pince à linge sur leur nez, avoir la nausée et les mains sales.

  • Le succès populaire du libéralisme philosophique peut-il être synonyme d’efficacité politique?

    J’attends qu’un libéral sérieux fasse un bilan éclairant la gestion libérale du pouvoir en Allemagne, après le succès parlementaire de Westervelle en RFA (19%!!!) jusqu’à son désaveu complet dans la presse aujourd’hui.

  • Un menteur, un voleur et un tricheur … quelle fine équipe !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles