État-civil des transsexuels, ou le genre mal aimé

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789.

Le changement d’état civil des transsexuels ne peut aujourd’hui intervenir que suite à un changement physique de sexe, une position dépassée.

Par Roseline Letteron.

Les droits des transsexuels sont aujourd’hui assez rarement évoqués, comme si le débat sur l’élargissement aux couples homosexuels du droit au mariage les reléguait au second plan. Les deux décisions rendues par la première chambre civile de la Cour de Cassation le 13 février 2013, très peu commentées, en sont l’illustration. Dans les deux cas, les requérants sont nés de sexe masculin mais souhaitent ardemment changer de sexe. Ils ont donc fait assigner le procureur de la république pour que soit remplacée, sur leur acte de naissance, la mention « sexe masculin » par la mention « sexe féminin ».

Rappelons que cette modification de l’état-civil est aujourd’hui considérée comme une nécessité. Le transsexualisme se définit en effet comme un trouble de l’identité, le sentiment profond d’appartenir au sexe opposé, malgré un aspect physique en rapport avec le sexe chromosomique. La personne se sent victime d’une insupportable erreur de la nature, et ne peut vivre sans parvenir à une cohérence entre son psychisme et son physique. Elle doit donc changer de sexe et d’état-civil.

La conversion physique, préalable au changement d’état-civil

Les deux décisions de la Cour de Cassation affirment que le changement de sexe est un préalable au changement d’état civil. À chaque fois, la requête en rectification de l’acte de naissance est rejetée, au motif que le requérant ne produit pas « la preuve médico-chirurgicale » de son changement de sexe. En langage clair, cela signifie qu’un processus chirurgical irréversible doit avoir été mené bien avant de pouvoir solliciter la modification d’état-civil. La transformation totale de l’apparence doit donc précéder l’acte juridique.

Pour le juge, cette position ne porte pas atteinte au droit de mener une vie privée et familiale normale et ne constitue pas davantage une discrimination, dès lors que le changement d’état-civil est possible, après de nombreuses années de traitement hormonal et de chirurgie. Il s’agit en fait de résoudre un conflit de normes, entre la nécessité d’assurer la sécurité juridique et de garantir l’indisponibilité de l’état des personnes d’une part, et la protection de la vie privée d’autre part. Ce raisonnement n’est pas nouveau, et la Cour de Cassation affirmait déjà, dans un arrêt du 7 juin 2012, que l’ablation des organes reproducteurs est un préalable indispensable au changement d’état-civil.

Immobilisme de la jurisprudence

L’immobilisme de cette jurisprudence commence cependant à susciter des critiques. Elles reposent d’abord sur des considérations de fait, dès lors que le traitement médical de conversion se révèle extrêmement long. Pendant souvent plus d’une dizaine d’années, la personne demeure ainsi dans l’incertitude, persuadée d’appartenir à un sexe, et dotée d’une identité qui, au fil des années, lui correspond de moins en moins. Cette analyse a trouvé un écho dans la jurisprudence de la Cour Européenne des droits de l’homme, et plus particulièrement dans la décision Schlumpf c. Suisse du 8 janvier 2009. Contrairement à la Cour de Cassation, celle-ci accepte en effet une dissociation entre les approches physique et psychologique du transsexualisme. Elle sanctionne alors le système d’assurance maladie suisse qui impose un délai trop long avant d’accepter le traitement de conversion, au mépris de la situation psychologique de l’intéressé. De son côté, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, dans sa résolution 1728 du 29 avril 2010, appelle les États membres « à ce que les documents officiels reflètent l’identité de genre choisie, sans obligation préalable de subir une stérilisation« . À la suite de cette recommandation, l’Allemagne, la Suède, l’Espagne, et la Suisse ont adopté des législations plus compréhensives, mettant fin à l’exigence d’interventions chirurgicales, préalablement au changement d’état-civil.

Les autorités françaises envisagent, de leur côté, une telle évolution. En décembre 2011, une proposition de loi a été déposée en ce sens par des parlementaires socialistes. Puisqu’il apparaît désormais que le changement du droit ne viendra pas d’une évolution jurisprudentielle, il serait peut être temps d’inscrire cette proposition à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale.


Sur le web.