Italie : Beppe Grillo a deux fois plus de sièges que Monti, le candidat de l’UE

Législatives en Italie : le mouvement 5 étoiles du comique Beppe Grillo, qui s’est prononcé avec vigueur contre l’austérité, devient le premier parti politique italien au Parlement. Mario Monti se prend une claque.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Beppe Grillo en campagne

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Italie : Beppe Grillo a deux fois plus de sièges que Monti, le candidat de l’UE

Publié le 26 février 2013
- A +

Législatives en Italie : le mouvement 5 étoiles du comique Beppe Grillo, qui s’est prononcé avec vigueur contre l’austérité, devient le premier parti politique italien au Parlement. Mario Monti se prend une claque.

Un article d’Open Europe.

Nous avons désormais une bonne idée des résultats des élections en Italie. Et il y a deux victimes : Mario Monti et la stabilité de la zone euro. Le vainqueur: le politico-comique Beppe Grillo.

Nous savions plus tôt aujourd’hui qu’il y aurait un Sénat sans majorité : ce qui annonce pour les jours à venir de grandes difficultés pour former un gouvernement viable.

Mais qu’en est-il de la Chambre Basse (Camera dei Deputati) ? Eh bien, au moment où nous écrivons ces lignes, le décompte est quasiment terminé, de sorte que les projections sur la façon dont les sièges seront attribués (fournies par la Rai) seront certainement très proches des résultats définitifs. La coalition de centre-gauche de Bersani est parvenue à obtenir la majorité. L’écart entre la coalition de centre-gauche de Bersani et celle de centre-droite de Berlusconi se situe autour de 0,4%, donc l’énorme différence de sièges est due au système électoral de l’Italie.

Mais la sensation de la journée vient du Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo : ce parti sorti de nulle part – et dont le chef réclame l’organisation de deux référendums, sur l’adhésion à l’euro et sur la restructuration de la dette du pays – semble en passe de devenir le plus grand parti de la Chambre Basse, et le deuxième en importance au Sénat. Ceci dépasse toutes les prévisions.

Grillo va remporter 110 sièges, soit plus du double de ceux gagnés par Mario Monti – le Premier ministre technocrate sortant, qui était le grand favori de Berlin et de Bruxelles. Monti devra se contenter de 46 sièges.

L’ampleur de la défaite était assez perceptible lors de la conférence de presse tenue plus tôt aujourd’hui par Monti, alors qu’il prétendait être « très satisfait » des résultats des élections, mais était visiblement affecté.

À l’opposé, c’est un Grillo détendu mais triomphant qui, interviewé par La Cosa (la station de radio-tv officielle du Mouvement 5 étoiles), a déclaré vouloir « prendre un autre thé chaud avant de retourner au lit ».

Que les Italiens aient voté de façon massive pour des partis anti-austérité est de mauvais augure pour la zone euro et sa capacité à poursuivre les efforts de disciplines budgétaires. Open Europe vous fournira des analyses plus détaillées dès que les résultats définitifs seront connus. Mais pour l’heure, il y a peu de doute quant à savoir qui aura le dernier mot…

NB : La répartition des sièges ci-dessus n’inclut pas les 12 députés élus par les Italiens résidant à l’étranger et le député élu dans la région du Val d’Aoste, qui sont soumis à des règles différentes – une petite mise en garde qui ne change pas le tableau d’ensemble.


Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • ça va finir que l’ Allemagne se tire avec les bons élèves du Nord, et ce facho de Beppe Grillo l’ expliquera comment?

    • Pour vous, c’est un facho qui défile en chemise noire, tabasse les opposants, veut envahir l’Ethiopie ou c’est un facho parce qu’il est contre l’euro et veut restructurer la dette (un peu comme l’union européenne non facho, bien sur, a fait en Grece)?

  • Leur sortie de l’euro ne peut être que salutaire pour les italiens. Nous devrions tous quitter cette monnaie inadaptée à nos économies et cette surcouche de politicard non élu, grâcement rémunéré par nos impots !

  • Il serait intéressant de connaitre les votes dans le Piémont et la Lombardie comparés à la sicile et à la Calabre

  • A désespérer de la démocratie …

    Le peuple n’aime pas se casser la tête, ni faire un effort prolongé qui pourant commençait à porter ses fruits. Il ne réalise pas que l’endettement du pays vient de cette gauche qu’il remet en selle, et ponctue le tout en couronnant un clown.

    Admirons Monte-Bourde qui a tenté de récupérer l’événement, en prétendant que tout cela, c’était la faute de Merkel qui ne voulait pas mutualiser la dette. Non, il n’y a pas que Merkel, mais bien 23 pays qui ne veulent pas en entendre parler.

    • La démocratie c’est initialement un mode transition pacifique du pouvoir où le peuple élit des représentants pour voter des bonnes lois . Après on peut mettre tout et n’importe quoi derrière le terme démocratie.

  • La liberté ne progresse jamais dans des temps troublés de toute façons.

  • Pour paraphraser Eschyle
    « les Italiens ne sont esclaves ni sujets de personne »

    L’italie « malade » selon les commenttateurs attitrés?
    Au contraire: voilà un signe de bonne santé et d’ envie de vivre…..

    Que les inquiets se rassurent: les « salauds » ( clones de Delors, Lamy, Barroso, Monti etc..) s’arrangeront pour faire « revoter » dans quelques mois, selon leurs voeux dictatoriaux; qui est prêt à parier sur « une réforme de la loi électorale » en Italie?

  • grillo , gaffe à lui ; un accident est si vite arrivé ;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

Jean-Luc Mélenchon joue la petite musique de la rupture à gauche pour placer son produit, l'Union populaire, qui promet d'être le véhicule politico-idéologique de la nouvelle extrême gauche de la gauche. Dans un entretien donné au Journal du Dimanche ce dimanche premier mai, il affirme que face à Emmanuel Macron, président "mal élu", "le rapport de force est bien meilleur qu’il y a cinq ans" et lui permettrait de prétendre à la majorité politique aux élections législatives en vue de gouverner. Cela ne se fera que si les gauches s'allient entr... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles