BPI : une banque au service de l’État PS

En nommant à la BPI des figures du Parti Socialiste, le gouvernement montre la véritable visée clientéliste de la Banque Publique d’investissement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

BPI : une banque au service de l’État PS

Publié le 23 février 2013
- A +

En nommant à la BPI des figures du Parti socialiste, le gouvernement montre la véritable visée clientéliste de la Banque Publique d’Investissement.

Un article du Parti Libéral Démocrate.

La Banque Publique d’Investissement a été présentée comme un nouveau soutien au développement des PME dans les régions. Le choix de Ségolène Royal et de Jean-Paul Huchon comme vice-présidents montre le vrai visage de cette nouvelle bureaucratie au service du pouvoir. Sa gouvernance politique ouvre la voie aux conflits d’intérêts, au chantage politique et aux soutiens clientélistes coupés des critères économiques rationnels.

Le gouvernement n’a plus les moyens d’un nouvel engagement financier. Le souvenir cuisant du Crédit Lyonnais montre qu’il n’a pas non plus les compétences pour se lancer dans l’activité bancaire. La BPI est donc avant tout un outil de communication servant à recaser les amis du pouvoir. Les citoyens et les entreprises saines sont ainsi appelés malgré eux à financer des canards boiteux, dans la tradition française du capitalisme de connivence.

Après avoir découragé les investissements privés par l’une des fiscalités les plus défavorables d’Europe, l’État cherche à s’y substituer, dans une parfaite logique socialiste de mainmise sur l’économie. Le PLD tient à rappeler au contraire que la décision d’investissement d’un professionnel sera toujours préférable à celle d’une Ségolène Royal cherchant à relancer sa carrière politique nationale.

À lire également sur Contrepoints :

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Avez-vous déjà eu l’occasion de lire en quoi consiste exactement le régime de l’État d’urgence sanitaire sous lequel nous vivons de façon complète ou transitoire depuis le mois de mars dernier du fait de la pandémie de Covid-19 ? Je vous invite à le faire sans tarder car du point de vue de la restriction des libertés civiles, c’est véritablement énorme :

« La déclaration de l’État d’urgence sanitaire autorise le Premier ministre à prendre par décret :

• des mesures limitant la liberté d’aller et ven... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Je crois avoir été trop sévère dans un de mes derniers articles consacré au plan de relance. J’incriminais Bruno Le Maire de faire la chasse à l’épargnant qui ne dépense pas assez et manque ainsi à son devoir citoyen de relancer la croissance.

J’osais conclure que le plan de relance n’avait qu’un objectif : persuader les Français que tout ira bien d’ici 2022, date où ils auront ainsi l’irrésistible désir de reconduire le Président et sa majorité pour un nouveau bond en avant.

L’annonce de Bruno Le Mai... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles