Comment Google préempte les talents d’après-demain

Google est un groupe qui a compris dès sa fondation que sa principe valeur résidait dans ses talents.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment Google préempte les talents d’après-demain

Publié le 17 février 2013
- A +

Google est un groupe qui a compris dès sa fondation que sa principe valeur résidait dans ses talents.

Par Maxime Verner.

On croit connaître Google. Le géant de… tout, et un plus que tout. Le maître du Web, sur tous supports, mais aussi du séquençage d’ADN (via 23andMe) ou encore l’extraction des métaux précieux des astéroïdes (via Planetary Resources).

La première marque employeur du monde dévoile ces derniers mois de plus en plus sa mission première. Ce n’est pas celle du « cool » que l’on a bien voulu présenter ces dernières années, mais celle de la concentration des talents, du réseau de l’intelligence connectée et globalisée. Devenir un Googler, c’est la croix et la bannière. Une quinzaine d’entretiens, parfois à des milliers de kilomètres… Pourtant, année après année, les jeunes potentiels rêvent de plus en plus de Google !

Et pour cause. Google est un groupe qui a compris dès sa fondation que sa principe valeur résidait dans ses talents. Il peut aujourd’hui déployer les moyens intellectuels et financiers nécessaires à n’importe quel projet. Pour Google, tout est possible (et pas seulement en matière d’imposition).

Ainsi, notre moteur de recherche préféré organise, avec le CERN, Lego et National Geographic, un concours scientifique ouvert aux élèves du monde entier, entre 13 et 18 ans. Il ne leur est demandé pour y participer que d’avoir une autorisation parentale… et un compte Google.

Le site du Google Science Fair met à leur disposition des ressources pour « découvrir des idées qui peuvent changer le monde ». Parmi celles-ci, une galerie des « héros de la science qui ont changé le monde dès leur jeunesse ». Parmi eux figurent, entre Pascal et Einstein… les deux fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin. Les savants en herbe peuvent, bien sûr, télécharger leur poster… Modestie, modestie chérie.

Nous sortons de la visite avec une impression douce-amer et une certitude. Aucun gouvernement n’est capable d’organiser de la sorte un espace d’autonomisation et de découverte, mais aussi d’échanges dans le monde entier. Google est décidément en avance pour recruter les meilleurs talents d’après-demain ! Pourquoi ? Parce que chez Google on sait rendre crédible la promesse la plus incroyable qui soit, résumée dans la baseline du concours : « À vous de changer le monde ».


Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ce qui est flagrant entre la logique de Google et celle des Etats, c’est que ces derniers, dirigés par des hommes, vérouillent les postes clés pour leur progéniture et leurs copains… Le népotisme étant un des symptômes de la corruption d’un système. Aujoud’hui, gauche, entreprises médiatiques dans la main de la gauche, administations et collectivityé territoriales dans les mains de la gauche, c’est à dire tout ce qui est influent en France vérouille l’accès et le privilégient à ceux qui pensent comme eux et qui sont de leur camp et de leur famille, à défaut de prendre les meilleurs dans un domaine.

  • Cet élitisme est horriblement discriminatoire, et il est grand temps de ne plus laisser les entreprises choisir leurs collaborateurs. Il faut inventer d’urgence des grilles, avec parité hommes-femmes, dosage subtil d’homosexuels, de gens issus de l’immigration, d’handicapés, de cas sociaux, de filles-mères et, dans chaque catégorie, tirer au sort ! Le tout par un institut étatique créé tout spécialement. 🙂

    • Surtout ne pas oublier ceusses sortis du moule de l’ENA, indispensable!

      • Je m’insurge…

        Pardon. Hum hum.

        Je m’indigne !!!

        Les personnes à la verticalité contrariée ne sont pas suffisamment représentées dans les entreprises comme Google ! Ni même d’ailleurs au gouvernement.

  • Le tout gratuit contre le tout payant, c’est un modèle qui n’a pas encore passé le cap de : et quoi après …

    La phase d’euphorie passée que restera-t-il de cette bulle ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comme toujours, la réponse à cette question passe nécessairement par un changement de modèle mental. Einstein ne disait d’ailleurs pas autre chose lorsqu’il affirmait :

« Le monde que nous avons créé est un produit de notre pensée. Nous ne pouvons pas le changer sans changer notre façon de penser. »

Nul besoin d’être un observateur aguerri pour comprendre la nécessité de changer le management. La presse nous inonde de ce sujet sous ses différentes facettes. Ras-le-bol du management tel que le pratiquent encore la plupart des ent... Poursuivre la lecture

La plupart des plans de transformation ne donnent pas grand-chose malgré l’importance des moyens mis en œuvre. L’une des raisons est qu’ils essaient d’aller trop vite. Cette volonté d’aller vite est guidée à la fois par la peur d’échouer et par une mauvaise compréhension de la nature profonde de la transformation, qui est un processus social.

Je n’ai qu’un vague souvenir du reportage, car c’était il y a longtemps, mais il m’a marqué. La scène filmée se passe dans un centre de formation d’apprentis en mécanique. Le professeur, vieux de ... Poursuivre la lecture

Vous souvenez-vous de la vie avant les smartphones ? Avant que de n’importe quel endroit vous soyez connectés, non seulement de la voix mais aussi sur Internet, pour lire les dernières informations, vos mails, la suite de votre programme quotidien ?

Comprendre la détresse des collaborateurs

Chacun de nous a déjà ressenti le vide sidéral qui suit le moment où nous nous rendons compte que nous venons d’oublier notre smartphone ou même que nous l’avons perdu. Ce n’est pas tant de l’avoir perdu qui nous panique mais de ne plus disposer de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles