Ouest-France censure : le magazine « Bretons » retiré des kiosques

Le numéro de Février du magazine Bretons, qui comportait une manchette « autonomiste » en une, a été retiré des kiosques. Pour la CFDT d’Ouest-France, il s’agit d’un acte de censure.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
20130202_couverture_Bretons-1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ouest-France censure : le magazine « Bretons » retiré des kiosques

Publié le 14 février 2013
- A +

Le numéro de Février du magazine Bretons, qui comportait une manchette « autonomiste » en une, a été retiré des kiosques. Pour la CFDT d’Ouest-France, il s’agit d’un acte de censure.

Par Yann Goap, depuis la Bretagne.

Depuis des lustres le jacobinisme triomphe en France, suite à un fâcheux quiproquo datant du 13 juillet 1793 lorsque les courageux girondins s’enfuirent à toutes jambes devant les montagnards de Vernay à la « bataille » de Pacy-sur-Eure, qui ne fit aucun mort. De nos jours ce centralisme est très légèrement écorné par un pseudo-régionalisme qui fait rigoler toute l’Europe très en avance sur ce point.

À l’Ouest, rien de nouveau : la Bretagne s’est depuis longtemps endormie dans la quiétude de l’annexion française de 1532, c’est vous dire. De temps en temps, d’un côté comme de l’autre quelques exaltés frémissent en évoquant l’indépendance, l’autonomie et autre rêverie celtique, puis l’on revient aux choses sérieuses, à savoir les fins de mois à assurer. Les Bretons sont contents, leur « fest-noz » est classé patrimoine de l’Humanité, il n’y a jamais eu autant de sonneurs et de cercles celtiques, tout le monde trouve sympa la celtitude, les Parisiens connaissent le festival des Vieilles Charrues, la langue bretonne se meurt au milieu de mille soupirs de compassion.

MAIS ! Faut pas pousser trop loin, le feu couve, la braise de Breizh rougeoie. Le mensuel Bretons, société, culture, politique, économie, branché et de bon ton affiche à sa une de février 2013 « un résultat surprenant : 18% des Bretons pour l’indépendance ! » Le sondage est commenté, entre autres, par Romain Pasquier, en couverture, talentueux chercheur en gouvernance régionale et décentralisation, habitué des médias et des séminaires internationaux. On commence à en parler sur le Net mais l’Affaire débute avec la disparition des étalages de la revue en question…

Explication officielle de son directeur : des malfaçons l’ont contraint à retirer les exemplaires (tirage 10 000 ex.) précipitamment pour les remplacer par un nouveau tirage de qualité. Ben non, c’est pas vrai, hou, le menteur ! Parce que de suite il y a le buzz sur Internet. Vous pensez : un magazine qui titre sur l’indépendance et qui s’évapore dans la brume ouest-francienne… Mais Merlin intervient, le magazine reparaît en kiosque… avec une légère différence pour l’œil du lecteur averti. Toujours le beau gosse en couverture, mais le titre est devenu « 69% des Bretons ignorent leur histoire »… Ce qui est exact. D’autant qu’on leur cache la chose avec soin dans l’éducation « nationale ».

Alors un petit peu d’histoire locale pour comprendre. L’Ouest de la France est entre les pages du quotidien Ouest-France, premier de France avec un tirage qui tutoie parfois le million d’exemplaires. C’est la face émergée d’un empire de presse qui a fait main basse sur toutes les « petites » parutions régionales : 4 journaux régionaux, 58 parutions diverses, une maison d’édition puissante « Edilarge », etc. (avec, tout de même, un déficit du journal O-F de 5 millions en 2012 !) ET 30% de participation du magazine Bretons. À la tête François-Régis Hutin, sa famille, ses amis regroupés dans l’Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste, qui est une association française de type loi 1901, fondée en avril 1990, qui chapeaute le groupe Ouest-France.

Sans rire, Hutin a fait adopter une charte de déontologie intitulée « Dire sans nuire, montrer sans choquer, témoigner sans agresser, dénoncer sans condamner ». Serait-ce lui qui, avalant de travers son hostie en lisant le titre autonomiste, a fait retirer, dans les deux sens du terme, la revue blasphématoire ? Pour la CFDT d’Ouest-France, pas de doute, il s’agit « d’un acte de censure inadmissible de la part du patron d’un journal qui ne cesse de plaider pour la liberté d’informer ». Dans un tract, publié mardi 29 janvier et dont des extraits sont relayés par le site du Mensuel de Rennes, le syndicat dénonce le retrait de la vente du magazine Bretons et pointe un doigt accusateur sur François-Régis Hutin, démocrate-chrétien humaniste sourcilleux propre sur lui.

À Paris, on s’en fout, ce n’est qu’une anecdote de bouseux, mais en Bretagne, il y a une censure. Personne ne peut s’en prendre à la toute-puissance du groupe monopolistique. Il y en a qui ont essayé, personne n’en a jamais rien su, vu que ce n’était pas dans le journal.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • merci pour l’info. Ouest France tète l’Etat alors faut il s’étonner?! http://www.observatoiredessubventions.com/2012/classement-des-aides-a-la-presse/ c’est clairement un acte d’auto-censure. on ne veut surtout pas offusquer Normal I de Tulle (c’est où la Corrèze?) qui s’est montré si généreux envers la Bretagne en l’arrosant de postes ministériels, hein….

  • Il n’y a pas qu’à Paris qu’on s’en fout.

  • Diez mad,

    Tout d’abord, nous ne fumes point annexés. Anne, par son double mariage avec les Rois de France a choisi, contractuellement, de rattacher la Bretagne au Royaume de France après une longue période de guerres de succession qui vit armées françaises et anglaises fouler le sol de notre pays pour y régler leurs propres comptes. Il fallait choisir, nous n’aurions pas pu continuer à tenir seul entre ces deux mâchoires. Je dis bien « contractuellement », tout le monde connait l’anecdote des autoroutes bretonnes… Dans le contrat, il était stipulé que le Roi de France n’avait pas le droit de lever l’octroi sur les terres bretonnes, du coup, quand le plan routier breton a été décidé (par Paris) Alexis Gourvennec (« le vieux ») a gentillement rappelé que les autoroutes ne pouvaient pas être payantes.. bon, pour se venger, les Francs nous ont collé une limitation de vitesse à 110!
    Ceci étant, FR Hutin fait partie de cette génération qui a peur de la celtitude. D’abord, c’est un Gallo, je ne vais pas entrer dans les détails, mais il y a une méfiance ancestrale entre Gallos et Bretons, ensuite, il fait partie de cette generation qui a connu le PNB et ses errements politiques. OF, c’est la version « libération » de Ouest Eclair. La répression anti indépendantiste s’est accentuée après 45. Jusqu’en 45, les Bretons parlaient breton, la messe était dite en breton (privilège datant du rattachement de l’Eglise celte à Rome au Vième siècle, nous avons conservé notre langue et nos Saints) mais étant donné la position des indépendantistes pendant la guerre, tout le monde s’est ligué contre eux, Vichy qui a instauré ce découpage crétin en deux régions, mettant Nantes dans un fourre tout, histoire de punir les Bretons, les communistes, les gaullistes, les cathos de gauche qui ont pris le pouvoir à la libération. Messe en latin, interdiction de parler breton (et de cracher parterre, c’était l’affiche officielle placardée partout dans les lieux publics), radio en français et télévision en français ont fait leur oeuvre. Si aujourd’hui, on peut espérer un retour de la langue et des traditions, il faut voir que l’on est en train de repeupler la Bretagne avec des retraités français (sur le littoral) et des inactifs africains et nord africains (dans les villes). C’est pas gagné. En tous cas, les vecteurs de communication modernes permettent de contourner le monopole OF et son aversion à la celtitude passera avec l’échec de la gauche en 2014. Lorsque la gauche aura perdu rennes, nantes, Brest, Quimper, St malo (Lorient tiendra, St brieuc aussi..), FR Hutin comprendra qu’il n’est plus dans le coup et se retirera… Une autre génération arrivera aux commandes qui n’aura pas les mêmes apriori.

    Kenavo, ma bro!

    • « Tout d’abord, nous ne fumes point annexés. Anne, par son double mariage avec les Rois de France »
      Je pense que la mention « annexés » se rapporte à ce qu’il s’est produit plus tard, à l’occasion de la Révolution Française – après les Rois de France, plus précisément pendant la nuit du 4 aout 1789 quand la Bretagne a perdu son statut spécifique et les garanties qui avaient cours depuis 1532.

    • Très précisément, le Pays du Duché de Bretagne s’est uni au Royaume de France. D’égal à égal donc, la Bretagne n’est pas devenue française, la France n’est pas devenue bretonne.

  • C’est surtout que 18% pour l’indépendance de la Bretagne ça fait pas grand monde. Alors effectivement « la langue bretonne se meurt au milieu de mille soupirs de compassion. »

  • Wahouuuuuuuuuuu !! 15M€ de subventions pour un quotidien qui réalise 308M€ de CA (je ne parle pas du groupe qui fait plus d’1Milliard)
    Soit 4.8% de subvention. C’est sur qu’Airbus qui use et abuse du CIR et de sub diverses c’est beaucoup mieux.
    J’ai bien aimé aussi le passage sur le déficit du groupe, sachant que justement Ouest France a toujours été un quotidien qui dégageait du bénéfice depuis sa création et que 2012 représente sa première année avec un déficit.
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0202559445719-ouest-france-en-pertes-pour-la-premiere-fois-de-son-histoire-537450.php

    Et sinon la liberté de la presse, ça vous parle ? Si vous voulez parler de la Bretagne, de son Histoire, faîtes-le vous même. Si un groupe privé décide de s’autocensurer, c’est bien sa liberté la plus légitime.

    • Ils publient bien ce qu’ils veulent, et Contrepoint également.
      En l’occurrence, Ouest France a reculé comme une pucelle devant un Viking et c’est à signaler. Si je lis un journal, j’aime à savoir si ses informations sont impartiales ou déterminée par faveurs politiques.

      • @TDK1 : très bon ! J’ ai bien ri en vous lisant 🙂
        Seul bémol : malheureusement la Bretagne reste un bastion rose/rouge
        depuis des années … ce qui d ‘ ailleurs me surprend ! ( en terme de vote hein, veux-je dire )
        J’ espère un revirement violent et massif, et alors les panneaux 110
        serviront à fixer les noeuds coulants pour pendre les socialauds homophiles qui se prétendent Bretons et veulent nous diriger, mais
        ma patience est à bout …

      • impartiales… faut pas rêver ! même les journaux sportifs sont biaisés !!

  • 31% connaissent l’histoire bretonne et donc 18% désirent l’indépendance….

    Waooou une vraie majorité …

  • La Savoie fut le dernier pays annexé, après l’Algérie, avec un pseudo référendum , la constitution européenne de l’époque …

    Mais le pays a été colonisé, les savoyards sont maintenant minoritaires.
    Mais la revanche va avoir lieu, dans 2 génération le Benêtland (ex-France) sera africain :
    2006 25% de naissances extra UE
    2045 50%

    et 30 ans après, l’Afrique !

    • @Yéti,
      Avez vous lu « La République du Mont Blanc » de Saint Loup?

    • 25% extra UE c les chiffres de l’OCDE ou du planning familial ?
      donc si je te suis les extra-UE sont d’origine africaine et ont tendance à se reproduire plus vite que les français qui sont pas d’origine africaine. Donc sur le temps moyen la part des français d’origine africaine va augmenter sans se mélanger à la part des français d’origine français d’origine français d’origine vercingétorix. Donc, sur le temps long y aura une majorité de français d’origine africaine que les autres.

    • Sauve qui peut, vite une chaloupe a la mer et vive les iles avant de nous faire grillés aux iles Foroé… miam, miam…. Hareng SORT et bernique, nique nique…

  • Merci pour cet article, je n’espérais pas pouvoir lire quelque chose sur cette affaire sur contrepoint. Et si les réactions sont abruptes, au moins certaines personnes qui se foutent de ce genre d’information peuvent elles comprendre bon gré mal gré qu’il y en ait que ça concerne et intéresse. Oui les journaux publient ce qu’ils choisissent de publier, dans tout les cas, c’est tout de même révélateur du type d’information qu’on ne souhaite pas voir circuler. Je ne suis pas autonomiste mais tout de même, vivement l’Europe, la décentralisation.

    Dadou : « Si vous voulez parler de la Bretagne, de son Histoire, faîtes-le vous même ». Beaugosse.

    • Oui les journaux publient ce qu’ils choisissent de publier
      ===========================================

      Là n’est pas la question.

      Hj, collabo ?

      • Je n’en fais pas une question. Je vous invite a relire les commentaires précédents. « collabo? » de quoi, soyez explicite. Merci.

  • il aurait du sortir et sur je laurai pris ouest france a hu tord car il aurait fait de la vendent surtout en bretagne ou est la liberté

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Loïk Le Floch-Prigent.

Les mésaventures du ministre de l’Écologie du temps où il présidait l’Assemblée nationale, a mis en vedette à son insu un des trésors de la Bretagne, le homard ! Il faut dire que le ministre est breton et que le point positif est la mise en valeur devant le célèbre vin Château Yquem des précieux crustacés. Tout ceci est dérisoire, médiocre, les révélations comme les commentaires suivis par les éléments de défense de l’intéressé et de ses amis, on pourrait même dire que tout cela est plutôt minable.

Mai... Poursuivre la lecture

Une Conférence de Students for Liberty

 

[caption id="attachment_93079" align="aligncenter" width="300"] Logo ESFL (Crédits : European Students for Liberty, tous droits réservés)[/caption]

La France cultive depuis longtemps une tradition politique jacobine, quoi qu'elle connaît depuis quelques décennies un discours plus favorable à la décentralisation. En Europe certains États-nations font l'objet de vives remises en question comme l'illustrent les cas de la Catalogne et de l'Écosse.

Cette remise en question n'éparg... Poursuivre la lecture

Par Michel Ghazal.

Après plus de 50 ans de polémiques qui ont empoisonné la vie politique et divisé la région entre les partisans d’un nouvel aéroport et ceux de l’extension de l’aéroport existant, le dossier de l’aéroport de Notre-dame-des-Landes vient d’atterrir… hors piste.

En effet,  le Gouvernement a pris la décision politique d’abandonner le projet de construction et ceci malgré 179 décisions de justice favorables et un référendum local au résultat indiscutable qui avait débouché sur la victoire par 55,17 % des partisans d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles