Unedic : non à une dictature de l’austérité proposée par la Cour des Comptes

Suite au rapport de la Cour des Comptes, les hommes politiques dégainent une nouvelle fois les arguments fallacieux sur l’Unedic.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013391 Unédic

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Unedic : non à une dictature de l’austérité proposée par la Cour des Comptes

Publié le 24 janvier 2013
- A +

L’Unedic enregistre des déficits croissants et il devient urgent de la réformer. Mais pas question de toucher aux chômeurs, surtout en temps de crise, même pour améliorer leur situation.

Par Baptiste Créteur.

L’Unedic enregistre des déficits et le rapport de la Cour des Comptes pointe son inefficacité qui, combinée à celle de Pôle Emploi, permet de comprendre à quel point la prise en charge par l’État est un traitement qu’on ne souhaite pas à son pire ennemi. Le rapport pointe notamment l’impossibilité de maintenir les indemnités en l’état compte tenu de l’accroissement du nombre de chômeurs, dans l’absolu et relativement au nombre de cotisants. L’occasion pour les socialistes de gauche au pouvoir et de droite dans l’opposition de faire preuve d’une incroyable fermeté.

Michel Sapin a admis mercredi 23 janvier sur RTL qu' »il faudra prendre des mesures sur ce régime chômage ». Le ministre du travail a tout de même minimisé les conclusions du rapport de la Cour des comptes, dirigée par le socialiste Didier Migaud : « En même temps, qu’un système d’indemnisation chômage soit déficitaire dans une période de gros chômage, c’est la nature des choses. »

Même chose pour l’État, après tout : puisqu’on peut s’endetter à l’envi sans que cela pose le moindre problème, quand la situation n’est pas aussi bonne qu’on le voudrait, on peut s’accommoder de déficits. Le déficit, c’est la nature des choses. Mais il faudra prendre des mesures, parce que la nature des choses n’est pas soutenable bien longtemps.

La question du déficit devrait être étudiée dans l’année : « Les partenaires, seuls gestionnaires du dispositif […], vont devoir, c’est inscrit dans le calendrier, d’ici à la fin de l’année, mener des négociations pour trouver des solutions qui permettent de revenir à un déficit raisonnable en période de chômage », a expliqué M. Sapin.

Le ministre du travail donne aux partenaires sociaux un objectif ambitieux : revenir à un déficit raisonnable en période de chômage. L’équilibre, qui semble plus proche de la nature des choses, ne fait plus réellement partie du vocabulaire du gouvernement, qui fait de la lutte contre le chômage une priorité et souhaite y consacrer tous les moyens requis –ou plutôt tous les moyens qu’il pourra réquisitionner aux Français. Toute l’expertise du ministre transpire de la précision de ses propos : un déficit raisonnable est aisément mesurable, de même qu’on peut facilement distinguer en France les périodes de chômage depuis plusieurs décennies. Nous sommes donc joyeusement entrés dans une ère de déficits raisonnables.

Pour la Cour des comptes, la question des coupes répercutées sur l’indemnisation des chômeurs se pose. « Impensable », répond au Monde.fr Jean-Marc Germain, le spécialiste de l’emploi au PS. « Surtout en temps de crise, il n’y aurait rien de pire que de toucher aux droits des chômeurs. » Pour le député des Hauts-de-Seine, l’Unedic doit encaisser la mauvaise nouvelle : « S’il y a un déficit qu’il faut accepter, c’est celui-là. »

Moins de cotisants pour plus de bénéficiaires, cela suppose soit d’augmenter les cotisations – la Cour des Comptes, pour garder une quelconque crédibilité, ne l’envisage sérieusement un seul instant – ou diminuer les indemnités. Mais l’idée de diminuer les indemnités des chômeurs provoque un réflexe épidermique chez tout socialiste qui se respecte. Quand bien même la situation serait intenable, quand bien même la Cour des Comptes pointerait le manque d’équité du système et son inefficacité, il faut à son corps défendant prôner le maintien en l’état d’un dispositif cher et inefficace. En temps de crise, comme en temps normal d’ailleurs, il n’y a rien de pire que d’imposer aux chômeurs un système inefficace qui ne favorise pas leur retour à l’emploi.

Le PS veut voir dans la signature de l’accord entre le patronat et trois syndicats (CFDT, CGC, CFTC) un début de réponse, notamment dans la volonté de taxer d’avantage les contrats courts. « Les partenaires sociaux ont commencé le boulot, on va le transposer dans la loi. Et si c’est insuffisant, il faudra réfléchir à aller plus loin », explique M. Germain. Une solution qui ne satisfait pas le Front de gauche. Éric Coquerel, le conseiller de Jean-Luc Mélenchon, estime qu’il faut « changer radicalement de politique » : « On ne va pas faire payer à ceux qui en sont victimes les conséquences du chômage. Tant qu’il n’y aura pas une politique qui crée de l’emploi, on n’arrivera pas à résoudre le problème. »

Le Front de Gauche est exceptionnellement à moitié lucide : pour résoudre le chômage, rien de tel que des créations d’emploi ; mais l’État n’a jamais créé un seul emploi et ne pourra jamais le faire. L’État peut échanger 1,5 emplois dans le privé contre 1 emploi dans le public, il peut redistribuer dans le privé l’argent prélevé au privé, et compter ensuite les emplois ainsi « créés » pour afficher fièrement ces chiffres et annoncer qu’il a créé des emplois – mais, sans doute faut-il le répéter, l’État n’a jamais créé et ne créera jamais un seul emploi.

Alors que les partenaires sociaux doivent se retrouver courant 2013 pour négocier une nouvelle convention d’assurance-chômage, la droite aimerait mettre le sujet sur la table le plus tôt possible. « Je demande à ce qu’il y ait un débat public qui soit ouvert sur le sujet, l’assurance-chômage est un bien commun, estime Jean-Frédéric Poisson, député des Yvelines, et secrétaire national de l’UMP à l’emploi. C’est la pérennité de notre système qui est menacée. On aurait dû traiter ce problème-là plus tôt, mais il y a la crise et ça fait partie des choses qu’on ne pense à traiter que quand on est en bonne santé. » Le modèle dans son ensemble pose problème pour l’UMP. « Il faut le mettre complètement à plat, estime Sébastien Huyghe, le député du Nord. Le rapport montre qu’actuellement, l’indemnisation n’incite pas à retrouver un emploi. Il faut notamment réfléchir à mettre le paquet sur la formation professionnelle destinée aux demandeurs d’emplois. »

L’assurance-chômage est un bien commun, que nous devons aujourd’hui remettre à plat. Cela aurait pu et dû être fait plus tôt, parce que c’est moins simple en temps de crise, mais il y a urgence. Depuis 2008, nous subissons la crise de plein fouet ; la France avait à peine eu le temps de se remettre de la crise Internet, de la crise asiatique, des chocs pétroliers hebdomadaires depuis 40 ans, du krach de 1929 et de la crise de la tulipe. Dans ce contexte peu favorable, il est difficile mais nécessaire de chercher à revoir notre modèle – sans prendre en compte les propositions de la Cour des Comptes, qui ont le tort de ne pas être issues d’une grande concertation nationale festive et citoyenne.

Espérons que la Cour des Comptes comprendra un jour à quel point ses rapports sont inutiles et cessera d’attirer l’attention sur l’irresponsabilité totale de ceux qui nous dirigent. Après tout, si nous sommes endettés après 38 ans de déficits, si notre État-providence est inefficace en plus d’être injuste, si nous payons très cher pour des usines à gaz dont nous avons du mal à percevoir les bénéfices mais dont nous percevrons bientôt très matériellement les dettes, c’est que d’une certaine façon, nous l’avons choisi ; est-il bien raisonnable d’attendre de l’État qu’il résolve des problèmes qu’il a lui-même créés ?

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Bossuet disait : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets, dont ils chérissent les causes »
    Et Bastiat était vraiment un visionnaire :  » « Les abus iront toujours croissants et on en recalculera le redressement d’année en année, comme c’est l’usage jusqu’à ce que vienne le jour d’une explosion. Mais alors, on s’apercevra qu’on est réduit à compter avec une population qui ne sait plus agir par elle-même, qui attend tout d’un ministre ou d’un préfet, même la subsistance, et dont les idées sont perverties au point d’avoir perdu jusqu’à la notion du Droit, de la Propriété, de la Liberté et de la Justice « …

    Ce pays est foutu, comme dirait h16

  • Toujours génial ce Bastiat!

  • Il est hallucinant de voir que nos dirigeants se refusent à mettre en parrallèle le régime d’assurance-chomage français avec celui de la GB u même de l’Allemagne.Ainsi toute comparaison n’est jamais mise en avant et une explication evidente des difficultés financières de l’UNEDIC serait depuis longtemps l’objectif des corrections urgentes à apporter.
    Comment vouloir la perrenité d’un tel système, quand des pays beaucoup mieux lotis que nous, ne versent jamais plus de 2000 euros mensuels à un chomeur (simplement pour qu’il ne soit pas abandonné socialement) et surtout jamais plus de 18 mois.
    Comment l’UNEDIC, en France, peut-il valider l’acceptation d’ allocations de 4000 ou 5000 euros par mois pendant 2 ans à un chomeur ? c’est totalement insensé !

    • Ce n’est pas le montant des indemnités qui met l’Unedic en faillite. Les cadres, qui peuvent en toucher des élevées, sont également ceux qui participent le plus au financement de l’unedic puisqu’ils sont très peu au chômage.
      On peut et on devrait recevoir à la hauteur des montants qu’on paie à l’assurance, ça n’est pas pour ça que celle-ci en serait mal gérée. Elle est mal gérée parce que c’est un monopole public, simplement. Comme le reste.
      D’ailleurs on le voit bien avec les extrêmes dont le fameux régime des intermittents, qui fait à lui seul 30% du déficit pour 1% de la population.

    • Mouais ce n’est pas la majorité des chômeurs qui touchent 2000 euros par mois!
      Comme le souligne l’auteur »L’assurance-chômage est un bien commun, que nous devons aujourd’hui remettre à plat. Cela aurait pu et dû être fait plus tôt, parce que c’est moins simple en temps de crise, »
      Toute le problème est la, on aurait du reformer en profondeur le régime de l’assurance chômage (autour de 1998-2000 quand la croissance était la ).,
      Pour être passer fréquemment par la case pôle emploi/unedic ces 10 dernières années..je pense qu’il faut revoir la durée d indemnisation ( (1 an maxi) en compensant cette baisse par une hausse de l indemnisation durant cette période, Baisser le plafond maximum d indemnisation , reformer le régime des intermittents .

  • Il est évidemment hors de question de toucher au régime des intermittents. Pourquoi ? Ce sont des bons clients pour le PS au contraire des cadres.

    • @Théo31

      Tout à fait d’accord !
      C’est pourtant une question essentielle…à laquelle il faudra bien s’attaquer un jour…
      De même que le régime des fonctionnaires, dont on parle peu …
      (le raisonnement électoral est le même !)
      En fait, on tourne en rond depuis des décennies.
      Les élus, pour être réélus, doivent ménager leur électorat…donc rien ne bouge !!!

      Solutions ????…

  • La réponse du type de l’UMP à la fin est éloquente…

    « on n’a pas pensé à s’en occuper avant parce que tout allez bien… »

    C’est un poisson d’Avril ? Quelle est leur utilité à tous ces branquignolles vivant de notre labeur si ils ne sont pas capable de s’occuper de ce genre de giga-problème un peu en avance de phase ??

  • La baisse des traitements possible de ceux qui cotisent le plus , profitent le moins du système et ne descendent jamais dans la rue est un nuage de fumée destinée à masquer les vrais raisons de la déroute de l’unedic : mauvaise gestion éternelle , mauvais suivi , peu de sanctions envers les fraudeurs spécialistes en tampons en tous genres .. et surtout peu de dynamisme économique à cause de la bureaucratie qui nous étouffe .
    Le secteur public n’est jamais mis en cause par ce gouvernement alors que c’est lui qui nous met en péril et qui déstabilise tout le système ..une injustice honteuse dont les responsables politiques devront rendre compte un jour .

  • « assurance-chômage est un bien commun »
    Je ne suis pas du tout d’accord. D’abord l’assurance-chômage devrait être un service individuel : consentit par un individus envers un groupe mutualisé. Donc totalement privé. Ce système, qui n’est rien d’autre que le système créé par les ouvriers eux-mêmes, permet d’éviter tous les abus. Puisque ce sont les membres eux-même du groupe mutualisé qui font la gestion et la « police ».
    Ensuite il serait bien de rappeler que l’Assurance-chômage est justement une Assurance. Et pas un droit à des « congés payés ». Ce que l’on entend trop souvent dans la bouche des syndicalistes et des ouvriers de gauche : « j’ai cotisé donc j’ai droit !!! ».
    Vous avez cotisé pour votre assurance voiture, cela ne vous donne pas le droit de la planter dans un mur chaque année pour en acheter une nouvelle  » aux frais de l’assurance !!!

    « Il faut notamment réfléchir à mettre le paquet sur la formation professionnelle destinée aux demandeurs d’emplois »
    Je pense qu’il faudrait coupler OBLIGATOIREMENT l’indemnité chômage avec une formation professionnelle. On ne perçoit l’indemnité que si on fait une formation professionnelle.
    En outre, la formation professionnelle doit être totalement réformée aussi : elle est majoritairement orientée vers les employés en CDI. Ce qui est idiot. Et pour les chômeurs, c’est la boite de Pandore : arnaque à tous les étages !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Le vrai État de la France
3
Sauvegarder cet article

L'usage de la Ve République veut que le nouveau gouvernement, au sortir de l'élection présidentielle, commande un audit à la Cour des Comptes sur l'état du pays quand il arrive au pouvoir[...] Ne serait-il pas plus judicieux pour nos compatriotes d'avoir accès à cet audit avant les élections ? De connaître l'état du pays avant d'aller voter ?

Le vrai État de la France est cet audit qui n'est pas commandé avant les élections à la Cour des comptes, mais qu'elle ne désavouerait certainement pas, parce qu'elle pourrait avaliser les chiffre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles