Philippe Torreton insulte les contribuables

Torreton 2

L’attaque virulente de Philippe Torreton dans Libération achève de rendre Gérard Depardieu, un homme libre, sympathique.

L’attaque virulente de Philippe Torreton dans Libération achève de rendre Gérard Depardieu, un homme libre, sympathique.

Un billet d’humeur du Parisien libéral.

Nos socialistes sont quand même formidables. Ils finissent par rendre sympathiques les causes ou les personnes les plus antipathiques. Prenez Gérard Depardieu, qui était ces dernières années connu pour des faits divers ou des rôles lourdingues.

L’attaque de Philippe Torreton achève de rendre Gérard Depardieu, un homme libre, sympathique.

Déjà, ce tir croisé des socialistes Ayrault, Sapin, Torreton contre Depardieu a permis de rappeler le C.V. et le parcours de cet acteur issu de milieu populaire qui a commencé à travailler à 14 ans et qui, aujourd’hui, fait travailler 80 personnes dans les entreprises qu’il a créées.

Inversement, on ne peut être qu’atterré par la charge de Torreton dans Libération. Quelle hargne, quelle pitoyable attaque !

Philippe Torreton regrette que Gérard Depardieu ne pense qu’à son fric. Très bien. Mais dans le même texte, Torreton dit que son métier, c’est faire de ce pays un territoire où l’on peut encore, malgré la crise, (…) faire des films et monter des spectacles grâce à des subventions obtenues en prélevant l’impôt. 

Vous n’en bondissez pas sur votre chaise, chers lecteurs ?

Quelle arrogance ! Philippe Torreton est le spécialiste de l’usage personnel de l’argent public, c’est-à-dire de notre argent, et ce depuis toujours, regardez un peu :

  • Il a étudié au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, une école nationale subventionnée par le ministère français de la Culture.
  • Il est devenu pensionnaire puis sociétaire de la Comédie Française.
  • Il a été l’un des pires élus absentéistes (socialistes) de la Ville de Paris.

C’est peut-être cette dernière remarque qui constitue le trait le plus insupportable chez cet arrogant théatreux. Philippe Torreton se place du coté des défenseurs des bénéficiaires du RSA et du coté des opposants aux soi-disant dictateurs, de gauche donc démocrate.

Question : qu’a fait Philippe Torreton, concrètement  pour le bon usage de l’argent public et la démocratie locale quand il était en capacité de le faire, en tant qu’élu au conseil de Paris ? Réponse : rien. Il s’est contenté de toucher pendant des années ses 4 186,37 € bruts par mois. Avec Lagarde et Lellouche, Philippe Torreton a été le pire élu en terme d’absentéisme au conseil de Paris (source : Le Monde, Daily Neuvième, Les Échos, Ménilmontant).

Et en termes d’impôts, on serait curieux de savoir si son charmant moulin de Nogent-sur-Loir, en Sarthe ne donne droit à un crédit d’impôt ou à un déficit foncier.

« On va se démerder sans toi », écrit Philippe Torreton à Gérard Depardieu ? Mais si seulement c’était vrai ! Hélas, cette phrase est fausse. Philippe Torreton va continuer à se débrouiller pour racketter les contribuables, et faire passer son intérêt personnel pour de l’intérêt général.

Jamais il ne viendrait à l’idée de Philippe Torreton que si nous voulons du théâtre ou du cinéma alors nous pourrions tout simplement aller acheter une place, plutôt que d’attendre des subventions.

Lire aussi sur Contrepoints :

—-
Sur le web.