L’externalisation en croissance dans les entreprises françaises

Selon une étude menée par Didaxis, société de portage salarial, l’externalisation est une pratique de plus en plus courante dans les entreprises françaises.

Selon une étude menée par Didaxis, société de portage salarial, l’externalisation est une pratique de plus en plus courante dans les entreprises françaises.

Par Alexis Vintray.

Selon une étude menée auprès de 298 chefs d’entreprise par Didaxis, société de portage salarial, l’externalisation est une pratique de plus en plus courante dans les entreprises françaises. 95% des dirigeants interrogés disent ainsi connaître l’externalisation, un chiffre en progression continue. Quant au portage salarial, il est connu de 70% des chefs d’entreprise. Surtout, le pourcentage d’entreprises déclarant avoir recours à l’externalisation est en hausse, à 84%.

Les domaines les plus concernés par l’externalisation sont la maintenance informatique et la formation.

Les motifs invoqués par les directions pour expliquer le recours à l’externalisation sont essentiellement la maîtrise des coûts salariaux, la qualité et la flexibilité, puisqu’il est nettement plus facile de cesser le recours à un externe que de se séparer d’un salarié.

Si l’externalisation progresse, elle a toujours des limites aux yeux des dirigeants. En particulier, la crainte de ne pas maîtriser la fonction externalisée et son coût arrivent en tête des freins à l’externalisation. Mais cela n’empêche pas ces dirigeants de déclarer vouloir continuer à accroître l’externalisation. 80% sont dans ce cas, contre 15% qui ne pensent pas en augmenter leur utilisation.

Raison sous-jacente à cette croissance de l’externalisation, la rigidité du code du travail français, qui rend extrêmement difficile de se séparer d’un collaborateur en période difficile. Pour se prémunir face à ces difficultés, l’outsourcing est probablement un bon moyen. Autrement dit, la volonté de protéger le salarié risque d’aboutir non pas à moins de précarité mais à plus de précarité.

De manière intéressante, et souvent oubliée, la rigidité du marché du travail est aussi la raison qui pousse les salariés à se tourner vers le portage salarial. 36% des freelances citent cette raison pour expliquer leur choix de cette façon d’exercer leur activité, juste derrière la recherche d’autonomie.

Pour 45% des freelance interrogés, le premier avantage de ce statut est de « surmonter la rigidité actuelle du marché du travail ». Les freelance sont par ailleurs majoritaires (60%) à considérer que le freelancing est en croissance.

Lire aussi :

 

le honzec - externaliser la siderurgie