Budget européen : Parlement Européen vs. Royaume-Uni

Budget européen : Les scènes de haine antibritannique décomplexée sont monnaie courante au parlement européen.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
UE barbelés

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Budget européen : Parlement Européen vs. Royaume-Uni

Publié le 23 novembre 2012
- A +

Les scènes de haine antibritannique décomplexée sont monnaie courante au parlement européen, en particulier pour la négociation du budget européen.

Par Daniel Hannan à Bruxelles.

Débat sur le budget de l’UE au parlement européen.

Nous venons d’avoir nos deux minutes de haine (référence à une scène de 1984 de George Orwell, NdT) au parlement européen. Ou plutôt, nos deux heures de haine. L’occasion était le débat sur le budget de l’UE, et la cible était la Grande Bretagne.

L’un après l’autre, les eurodéputés se sont levés pour railler l’égoïsme et l’europhobie des Britanniques. Notre gouvernement serait malhonnête au sujet des tailles relatives des budgets nationaux et européens. Nos politiciens seraient des populistes et des opportunistes. Mais le problème ultime viendrait des électeurs eux-mêmes, qui n’auraient aucun sens de leur obligation envers leurs voisins européens.

Comme d’habitude, les attaques étaient menées par le chef euro-libéral Guy Verhofstadt. Mais les applaudissements et les rires exagérés provenaient de tous les coins de la chambre. Je peux comprendre pourquoi les eurodéputés sont grincheux. Ils sont les bénéficiaires directs du budget que la Grande Bretagne veut geler. Ils en sont aussi les bénéficiaires indirects : les dépenses de l’UE leur donne des pouvoirs de clientélisme. Sans surprise, ils se sentent visés par des appels à moins de dépense.

Mais je vais vous dire une chose. Au moins huit pays ont menacé publiquement de mettre leur véto au budget. En fait, Open Europe met ce total à 12. Et pourtant, c’est la Grande-Bretagne, comme d’habitude, qui se prend tout dans la trogne. J’ai bien peur qu’il soit impossible d’éviter la vérité : les eurocrates et les eurodéputés ne nous aiment tout simplement pas (l’auteur est britannique, NdT).

Il est très inhabituel, au parlement européen, que des gens fassent des remarques vexantes sur un pays entier (par oppositions aux dirigeants d’un pays, sur lesquels la saison de la chasse est toujours ouverte, évidemment). Sauf quand ce pays est la Grande-Bretagne. Il est assez normal pour un eurodéputé de préfacer ses remarques par quelque commentaire ricanant du genre « les Britanniques aiment à croire qu’ils sont de tels gentlemen, mais en fait ils se comportent de façon moins qu’honnête …  » Personne ne s’aviserait de dire une chose pareille sur les Slovènes, les Espagnols ou les Suédois.

Pourquoi autorisons-nous à régner sur nous des gens qui nous méprisent ? Verhofstadt a encore déclaré hier (mercredi) que l’UE avançait vers une fédération complète, « avec ou sans vous ». Sûrement, c’est dans l’intérêt de tout le monde que ça soit sans nous. Notre présence dans l’UE est cause la plus commune de disputes avec nos voisins. Une sortie de la Grande Bretagne ferait que tout le monde s’entendrait mieux.

Lire aussi :

—-

Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Le gouvernement de Cameron se fait traiter de populiste, alors qu’il refuse d’écouter son peuple, et de sortir de l’UE !

    Au nom de quel principe peut-on refuser le référendum à une population qui en exprime le souhait si fermement ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Samuel Furfari.

Lorsque les armées de Napoléon passaient devant le Clos de Vougeot afin d’honorer ce grand vin de Bourgogne, Napoléon voulait que ses soldats marchassent au pas. Le Parlement européen semble ne pas avoir le même intérêt que Bonaparte pour des choses de valeur puisqu’il confond piquette avec grand vin. Mais ce n’est pas d’œnologie qu’il s’agit ici, mais d’hydrogène.

Le Parlement européen vient de décider qu'en UE certains gazoducs pourront, jusqu’en 2027, encore bénéficier d’une étiquette « projet d’intérêt co... Poursuivre la lecture

la conférence
0
Sauvegarder cet article

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

L'Europe se lance dans un processus de consultation d'une année pour donner à ses citoyens le pouvoir de déterminer la future stratégie politique européenne.

Oh là là !

Certaines expériences récentes me mettraient mal à l'aise, à juste titre. Par exemple, lorsque le gouvernement britannique a consulté ses citoyens pour nommer son nouveau navire de recherche polaire, une majorité écrasante (qui a recueilli quatre fois plus de voix que le deuxième choix) a demandé que le navire soi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles