Arte manipule le dossier éolien

Arte sur l'éolien : pure manipulation et non pas présentation objective des faits.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2025 Arte

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Arte manipule le dossier éolien

Publié le 7 novembre 2012
- A +

Arte sur l’éolien : pure manipulation et non pas présentation objective des faits.

Par le Conseil Mondial pour la Nature.

L’électricité « verte », moteur de croissance ou de destruction ? Voyez ce film qu’Arte a récemment diffusé :

ARTE – L’Éolien dans la tourmente

Nous détaillons ci-dessous les procédés utilisés pour influencer les téléspectateurs en faveur de la grande escroquerie éolienne [1]

Dès le début, le commentateur nous lance, à la façon des images subliminales : l’énergie propre est pleine d’avantages. Point à la ligne. Pas de danger qu’il dise : d’avantages et d’inconvénients.

Remarquez ensuite comme sont édités les commentaires des protestataires, victimes de l’éolien sur le terrain. On ne nous laisse écouter que les paroles les moins susceptibles de rendre leurs auteurs sympathiques. Par exemple, celles de Monsieur Dupont : « je préfèrerais dormir à 20 mètres d’une centrale nucléaire plutôt qu’à 350 mètres d’une éolienne ». Ce pauvre riverain, qui ne peut pas dormir à cause des infrasons émis par les éoliennes, apparaît comme un antipathique partisan du nucléaire. Étiqueté, emballé, rejeté par ARTE et par le téléspectateur.

Autre exemple : on voit Monsieur Texier, l’un des leaders de la résistance aux éoliennes en France, nous dire : « les éoliennes ne sont pas la solution, elles gâchent le paysage ». Le téléspectateur pensera : voilà un argument bien léger ! De tous les arguments contre l’éolien industriel que M. Texier professe – et Dieu sait s’il y en a ! – ARTE ne retient que celui qui apparaîtra le plus futile aux Français. On passe sous silence, par exemple, l’intermittence des éoliennes, qui fait qu’elles ont besoin de l’appui 24h/24 de centrales thermiques tournant au ralenti, dépensant ainsi le double de combustible par kWh produit. Celles-ci se comportent en effet comme une voiture dans le trafic urbain : accélérer, freiner, s’arrêter, accélérer etc. pour remédier à l’inconstance du vent, évitant ainsi les coupures de courant qui auraient lieu à longueur de journée à cause des éoliennes [1].

Au contraire, quand il s’agit de mettre en scène les arguments pro-éoliens, ARTE choisit les arguments les plus convaincants possibles. Quant à ceux qui les expriment, ils ne sont pas filmés en train de prendre le café dans une cuisine, comme Texier. Ils sont présentés comme des stars : éclairage étudié et visage sans ombres. C’est ainsi que sont martelées les fausses vérités que le pouvoir veut mettre dans la tête des Français : « l’Allemagne doit réussir son pari éolien, sinon qui d’autre voudra faire la conversion du nucléaire vers le renouvelable ? » Ou bien encore : « la France a perdu beaucoup de temps, elle a du retard sur l’Allemagne. »

Une autre scène montre des Allemands qui achètent, tout contents, des actions dans un projet éolien qui massacrera l’environnement de leur commune. Et le commentateur de nous dire : « deux tiers des Allemands sont « contents ou très contents » de voir arriver des éoliennes près de chez eux. » Seule voix discordante parmi un parterre d’environ 200 personnes, un homme qui exprime son mécontentement en faisant remarquer que « le paysage est un bien commun, on ne peut le sacrifier au bénéfice d’une entreprise privée. » La caméra nous montre alors quelqu’un qui baille dans l’assistance. Ce n’est pas une image subliminale, mais pas loin. – Que valent le paysage, la nature donc et sa biodiversité, contre des rendements de « 20% sur investissement » [2] qu’ARTE a soin de nous laisser sous les yeux assez longtemps pour bien nous allécher ? Un rendement artificiel du reste, puisqu’il sort de la poche du contribuable. Mais chut ! Il ne faut pas gâcher la sauce éolienne !

On nous montre ensuite une résistante allemande à l’invasion éolienne : Jutta Reichardt et son mari Marco Bernardi. Premier message remarquable que fait passer ARTE sur ce couple : « ils empêchent leurs voisins agriculteurs d’installer des éoliennes dans leurs champs, les privant ainsi de gagner 30.000 euros par éolienne et par an. » Pas étonnant qu’ils aient reçu des menaces, pensera le téléspectateur.

Autre mise en scène : un meeting confus de résistants où l’on entend des bouts de conversations sur le paysage et sur la baisse de valeur du prix des maisons. On y retrouve Jutta, mais dès qu’elle ouvre la bouche et parle des graves problèmes de santé causés par les éoliennes, les éditeurs du film lui coupent la parole pour mettre en scène une star de la propagande éolienne. Ce monsieur, éclairé à la perfection sans une ombre sur le visage, nous explique que « les anti éoliens sont des nostalgiques du nucléaire et du charbon, et des anathèmes qui contestent le changement climatique. » On n’entendra donc pas ce qu’il y a à dire sur les problèmes de santé des voisins d’éoliennes, qui est pourtant ce qu’il y a de plus grave sur le sujet.

Puis on passe à une autre scène, celle d’un gros plan sur un autre porte-parole professionnel des inutiles éoliennes : « on n’a pas le choix, car le niveau de la mer montera « tôt ou tard » si on ne mise pas sur l’éolien. » ARTE passe sous silence la demi-douzaine d’études réalisées par des ingénieurs indépendants, qui prouvent que les éoliennes n’économisent en aucune façon sur les combustibles fossiles (j’en ai parlé plus haut).

Ce n’est qu’à la moitié du film qu’est abordé le point faible de l’éolien (si faible qu’il rend cette énergie inutile) : son intermittence. Mais on nous rassure vite : « on va développer des moyens de stocker l’énergie produite de façon intermittente par les éoliennes. » On oublie de nous dire que l’on n’a pas trouvé de solution satisfaisante depuis 30 ans que l’on cherche. On met donc la charrue avant les bœufs, en construisant des éoliennes intermittentes sans pouvoir stocker leur électricité.

Et en attendant de trouver le moyen de la stocker, nous dit ARTE, on se servira de centrales à gaz et à charbon pour réguler la production erratique des éoliennes. Sur ce, la caméra nous montre des centrales thermiques existantes. Mais il est passé sous silence le fait que l’Allemagne est en train de construire 23 centrales à charbon, à lignite en fait, le plus polluant des charbons ; et que la France construit des centrales à gaz en catimini : une quinzaine à ce jour. Tout ça pour que l’on puisse utiliser l’électricité intermittente des éoliennes, qui deviennent de ce fait totalement superflues.

Le film revient à Monsieur Texier. On choisit encore l’un de ses arguments les moins forts : « la solution est d’économiser de l’énergie, par exemple en se couvrant un peu plus quand on est chez soi. » Mais pas question de le faire exposer ses arguments tranquillement comme les porte-paroles pro-éoliens. On le montre appelant Jutta au téléphone : « allo Jutta ? Ça va ? Ici il pleut. Demain on va crier « non aux éoliennes » ! » Pourtant, Texier a des choses beaucoup plus importantes à nous dire. L’éditeur du film a coupé le meilleur. Il est clair qu’il y a discrimination contre les anti-éoliens : on les fait apparaître comme des groupuscules de NIMBYS.

Le film s’attarde ensuite sur la manifestation de Caen, ou le message que l’on retire est celui-ci : une centaine de manifestants d’un côté, 1000 emplois à créer dans la filière éolienne de l’autre. Mais ces emplois sont exagérés, voire fictifs, et de toutes les façons aléatoires, car sans subventions il n’y aura rien. Et comme en Espagne, il y aura chômage quand les subventions s’arrêteront.

Un autre argument exposé par les manifestants de Caen : les éoliennes sont importées d’Allemagne. En choisissant cet argument marginal au lieu des principaux, ARTE nous montre encore une fois les anti-éoliens sous un jour peu favorable, les faisant paraître rétrogrades. Car dire cela, c’est ne pas croire en l’Union européenne, c’est raisonner en franco-français.

Ensuite on fait entrer en scène Madame Dault, dont on retient qu’elle a refusé 5000 euros qu’on lui offrait pour déménager. ARTE ne s’étend pas sur le fait qu’elle a des insomnies à cause des basses fréquences émises par les éoliennes. Au lieu de cela, elle choisit de nous montrer Mme Dault exprimant un argument qui semblera ridicule à bien des Français : « j’étais là avant elles (les éoliennes) ! »

Après cela, le téléspectateur, qui s’imagine que les éoliennes vont sauver la planète, ne pourra que penser : ces Nimbies, il faut les balayer !

Nouvelle scène : le problème des lignes de transmission en Allemagne, qui ne peuvent plus accommoder autant d’électricité intermittente. ARTE nous laisse entendre que le problème est créé par les grands groupes capitalistes qui retardent le projet de leur modernisation et de leur extension, contre la volonté du peuple (le Parlement). Pas un mot sut le coût pharaonique de cette « modernisation », qui aurait été inutile si les éoliennes ne l’avaient rendue nécessaire.

Retour sur Jutta et Marco : le narrateur commence par dire qu’ils ne peuvent pas déménager parce que Marco travaille dans la région. Ce n’est pas un argument : n’y a-t-il aucun logement libre dans la région ? Ce n’est que 5 minutes plus tard que l’on apprend la vérité : leur ferme est invendable à cause des éoliennes beaucoup trop proches.

Et puis enfin, enfin ! on a droit à un argument de poids contre les éoliennes : « le docteur de Jutta explique qu’on devrait étudier leur effet sur la santé AVANT de les installer près des maisons. » Mais le téléspectateur critique ne manquera pas de remarquer que le docteur a dit : « le cas de Jutta m’a convaincu ». N’y a-t-il donc qu’un cas ? ARTE nous cache qu’ils sont des milliers dans le monde à être malades du Syndrome des Éoliennes (en anglais Wind Turbine Syndrome).

Retour sur Texier : « l’éolien ne pourra jamais remplacer le nucléaire », dit il, mais on ne le laisse pas expliquer pourquoi. Les téléspectateurs se diront qu’il est en faveur du nucléaire, ce qui est faux. Mais l’éditeur du film aura encore marqué un point en faveur de l’éolien.

Pour bien enfoncer le clou, l’éditeur du film met ensuite en scène Cécile Duflot, une porte-parole des pro éoliens, qui répond à l’argument de Texier : « c’est faux, regardez les Allemands, des gens « si sérieux, si solides, si rationnels » : ils parient bien, eux, sur l’éolien pour remplacer le nucléaire. » – « Sérieux, solides, rationnels »? ARTE semble avoir oublié l’hystérie collective qui a entraîné les Allemands dans l’aventure Nazie  il n’y a moins d’un siècle [3]. Et en fait d’irrationalité, celle des Verts devient de plus en plus évidente (à commencer par les hydrocarburants, qui ont été un échec cuisant, puis les voitures électriques, qui en sont déjà un autre, en attendant la biomasse et le solaire). Mais passons…

Autre image peu flatteuse des anti-éoliens que nous transmet le documentaire : « en France, environ 800 groupes de gens font de l’activisme contre les éoliennes » (on nous montre une douzaine de personnes en train de gueuler) et « menacent de faire craquer les maires » – c’est tout juste si ARTE ne nous montre pas un « pauvre Maire » en train de pleurer. Comme si ces politiques étaient des saints, alors qu’ils se fichent pas mal de la santé de leurs concitoyens pourvu que la mairie empoche les euros promis par le promoteur.

Enfin, on nous éblouit avec des chiffres trompeurs : « en Allemagne, nous disent-ils, on s’achemine vers 55.000 MW d’éolien, soit l’équivalent en théorie de 50 centrales nucléaires. » « Mais pour cela il faudrait que le vent souffle tout le temps », ajoutent-ils, dans un sursaut d’honnêteté. Mais la vraie honnêteté aurait été de dire : 55.000 MW multipliés par 18%, la production moyenne par rapport à la capacité de production, cela ne fait que 9900 MW, soit 10 centrales nucléaires du siècle dernier (de 1000 MW), ou encore 6 centrales nucléaires modernes (de 1600 MW). On est loin des 50 centrales nucléaires mentionnées par le commentateur du film.

Et puis l’autre malhonnêteté intellectuelle d’ARTE, c’est d’opposer toujours éolien et nucléaire, comme si les anti-éoliens étaient pro-nucléaires. C’est archi-faux. Ils sont seulement contre les arnaques, le gaspillage, les injustices, et la destruction du patrimoine naturel et historique de leur pays. Parce qu’il faut bien dire la vérité : pour permettre à ces 55.000 MW d’éolien de fonctionner de temps en temps à pleine puissance quand le vent souffle suffisamment fort, il faudra avoir (et donc construire celles qui manqueront) des centrales à charbon ou à gaz pour la même puissance, donc faire un investissement double (ou quadruple en fait car les éoliennes coûtent très cher en capital, davantage encore offshore) tout cela pour produire la même quantité d’électricité, de temps en temps avec des éoliennes, et de temps en temps avec des centrales thermiques qui émettront deux fois plus de pollution à cause du régime de « trafic en ville » qui leur est imposé pour éliminer les fluctuations du vent (accélérer, freiner, s’arrêter, accélérer à nouveau, etc.).

Il faudra aussi construire des lignes de transmission capables d’accommoder 55.000 MW de plus alors que la production moyenne de ces éoliennes ne sera que de 9.900 MW. Les câbles devront donc être, en gros, quatre à cinq fois plus gros que s’il s’agissait de transmettre la production moyenne des éoliennes. C’est une gabegie de plus, multipliée par le fait que, si l’Allemagne ne construisait que des centrales à charbon et les utilisait à plein régime sans émissions supplémentaires,  il n’y aurait pas besoin de toutes ces éoliennes, de toutes ces lignes à haute tension, de ces millions d’oiseaux morts (et de chauves souris si utiles pour l’agriculture), et de tous ces riverains qui ne peuvent plus dormir convenablement, et qui à la longue finissent par tomber malade.

ARTE nous endort d’un sommeil encore plus profond en nous charmant avec d’autres statistiques trompeuses : « 94% des Allemands trouvent que les énergies renouvelables sont importantes, ou extrêmement importantes ». Vous remarquerez que la question posée évite de mentionner l’éolien. Et puis que veut dire « important »? Important positif ou important négatif ? La deuxième guerre mondiale, a-t-elle été « importante »? Pour Jutta, comme pour des milliers de victimes de l’éolien industriel, cette industrie est « importante », car elle ruine leur santé.

Se basant sur ce sondage trompeur, ARTE conclut que la minorité d’anti-éoliens doit plier devant la majorité. Ils oublient seulement que, suivant ce principe, la peine de mort n’aurait jamais été abolie, les homosexuels seraient toujours discriminés, et personne ne paierait d’impôts.

—-
Sur le web.

Notes :

—-

Articles sur l’éolien sur Contrepoints.

Le Tea Party selon Arte.

  1. Pourquoi est-ce une escroquerie ? Voir : Windfarms are redundant.
  2. Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.
  3. Ce n’est pas être anti-Allemand de penser que l’on exagère quand on nous dépeint les Allemands comme étant des modèles de rationalité. Il n’est un secret pour personne que l’âme allemande est imprégnée de Romantisme.
Voir les commentaires (92)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (92)
  • Merci d’avoir pris la peine d’écrire cet article. Ce que vous dénoncez est très courant malheureusement. La véritable escroquerie est de nous faire payer des impôts pour financer une chaîne comme ARTE, qui n’est que la courroie de transmission d’intérêts politiques et financiers particuliers. Que fait par exemple un BHL à la tête d’une telle chaîne? Quelles sont ses compétences? Son impartialité?
    Il est de bon ton ces derniers temps de nous vendre qu’au final la démocratie n’est pas très efficace et que seule une forme d’oligarchie avec des experts à sa tête serait susceptible de nous sortir de la situation où nous sommes. C’est doublement faux et trompeur: nous ne sommes déjà plus en démocratie et ce sont les représentants de ces oligopoles qui nous ont conduits à la situation actuelle. Les médias en sont un des exemples les plus frappants.

  • Fantastiques ces anti éoliens :
    acte 1 : ils relaient, sans hostilité, ce documentaire d’ARTE , plutôt anti éolien d’ailleurs : voir http://epaw.org/multimedia.php?lang=fr&article=edlt (site de l’auteur de l’article ci dessus) ou, mieux, http://environnementdurable.net/ « actions de la FED » (s’il vous plait !) et ce commentaire : cette émission (d’ARTE) montre les importants problèmes éoliens.
    Acte 2 : ci-dessus, ils crachent dans la soupe

    Et ils font toujours comme cela, ils ne sont jamais satisfaits.

    • bien d’accord, les anti-éolien ne sont jamais satisfaits!

      ou alors ils sont satisfaits d’une seule chose : lorsqu’ils arrivent à emmerder tout le monde et ralentir le changement!

      • Déjà ici, on est à 50/50 : deux pour, deux contre

        • Quelle raison une énergie beaucoup plus chère et dont ne peut jamais savoir quand elle est disponible ou pas ? Pourquoi détester les pauvres au point de rendre beaucoup plus cher quelque chose d’aussi nécessaire que l’énergie ? Tout le monde aimerait savoir.

          • je vous invite à lire le rapport du sénat de 2012 qui démontre que l’éolien terrestre a aujourd’hui un coût compétitif avec le nucléaire
            http://www.senat.fr/notice-rapport/2011/r11-667-2-notice.html

          • Ce type de fiction se base sur un facteur de charge de 34% pour l’éolien (le genre de chiffre qu’on lit en général), ce qui est rien moins que risible. Dans la réalité, là où on a une échelle assez grande pour connaitre le vrai facteur de charge, il est de 16%. En Allemagne, c’est le chiffre réel. Bref, vos coûts de propagande, sont la moitié de la réalité. Il en va ainsi de chaque étape du calcul: faussée. Mais c’est facile à prouver : on doit toujours soutenir par l’impôt l’achat de kWh éoliens. S’ils étaient compétitif, pourquoi ce besoin ? (PS: il est inquiétant d’avoir de tels ignorants et de tels sots comme sénateurs).

          • Je suppose que vous l’avez donc lu. Quelques questions alors pour juger du bien fondé des assertions de ce rapport: pourquoi une hypothèse de croissance de 2% des coûts hors inflation du TURPE? C’est un peu comme les prix stables de la FED… 2% ça passe tranquile.. sauf que ça représente 47% d’augmentation sur la durée du dispositif. Les exemples de ce genre fourmillent. Il y a ensuite la durée même de l’exercice considéré qui pose des problèmes évidents de crédibilité des résultats. En effet, il faut pouvoir former des hypothèses à 20, 30, 50 ans, voire davantage et sur un nombre impressionant de paramètres pour le nucléaire comme l’éolien, et sur lesqelles les auditions révèlent et confirment bien qu’on en sait rien (voir ce que dit Levy à la fin). Reste enfin, quelques technicalités légales qui font que dans le coût de production de l’électricité par EDF, on intègre ceux de tout un tas de choses dont les tarifs sociaux, les subventions à la production d’origines renouvelables, etc. Bref on établit une comparaison entre deux prix de vente censés reflêter des coûts qui n’en sont pas et qui revient à en comparer deux en incluant dans le second le financement du surcoût du premier… Au fond, il n’est pas bien difficile de comprendre pourquoi. On impose à EDF de vendre à ses propres concurrents l’électricité la moins chère produite (celle de l’électronucléaire). Par réflexe « national » (il s’agit d’EDF, un de nos derniers fleurons industriels restant des 30 glorieuses et de l’après guerre etc.) on va tout faire pour justifier d’un tarif le plus élevé possible, quitte à faire payer les ménages. Ces chiffres sont artificiellement gonflés, et d’ailleurs ce n’est pas un hasard si habilement le groupe vert a choisi la création de cette commission (chaque groupe peut en créer une par an, pas plus, c’est le « droit de tirage annuel ») pour conforter sa position à moindres frais. Tout cela vous paraît il vraiment justifier de ce que vous prétendez? Dernier détail: il ne s’agit pas du rapport mais des auditions du Sénat.
            Tiens, et pendant qu’on y est: la meilleure preuve du surcoût imposé par les énergies renouvelables n’est elle pas précisément cette augmentation massive du prix de l’électricité qu’on nous annonce?

      • Precisez : votre changement qui, c’est bien evident, est le bon et le seul souhaitable.

  • Bien au contraire: enfin une emission qui laisse la parole a ceux qui luttent contre l`eolien. Cecile Duflot, ridicule dans son role de vieille instit. donneuse de lecon , a bien decredibilise les ecolos bobos ignares du pays des bisounours.

    (desolee, pas d`accent sur ce clavier…)

  • Bravo au rédacteur de cet article qui décroche le point Godwin avant même le recevoir la moindre objection. Ca c’est fait…

    • Non: Le point Godwin aurait consisté à traiter quelqu’un de nazi.
      L’auteur fait référence à la 2e guerre mondiale pour ridiculiser une question de sondage, pas pour une attaque ad hominem.

  • Le problème majeur est que l’Allemagne, avec ses solutions énergétiques, est et reste le premier pollueur d’Europe par l’émission de gaz à effet de serre. Il n’est donc pas étonnant que la désinformation s’impose pour faire valoir un modèle écologique qui mène à la castrophe… écologique !

    • vous avez raison, 74% des français font de la désinformation en s’exprimant en faveur de l’éolien
      en fait 74% des français aiment l’idée de courir à leur ruine à cause de l’éolien,
      alors qu’il est tellement plus simple de conserver nos centrales nucléaires, les déchets radioactifs ne comportent aucun risque, c’est vraiment de la désinformation, comment vous-vous qu’un déchet qui sort d’une belle centrale nucléaire fasse de mal à une mouche???

      • C’est une bonne remarque, et ce qu’elle met en avant, c’est surtout le biais insistant en faveur de l’un et en défaveur de l’autre dans l’ « info » que reçoit le public. Pour ne prendre qu’un exemple, je n’ai aucun souvenir du moindre article ou reportage expliquant à quel point l’industrie éolienne est dangereuse pour les travailleurs. Ainsi, si on « remplaçait » le nucléaire par l’éolien (chose en fait impossible), on passerait de 0 morts à des centaines de morts.

        http://www.wind-works.org/articles/BreathLife.html

        Le petit problème que nous avons est que Contrepoints est le seul journal à tenter de donner une info plus juste sur ce sujet. Nous sommes impatients de voir d’autres journalistes faire, un jour, leur travail. On peut toujours rêver.

        • Quels sont les chiffres des autres industries de l’énergie ?
          A quoi correspond la valeur de « 0 mort » ?

          • Avez-vous jamais parlé d’un mort dans l’énergie nucléaire en france ? Combien de retentissement pouvons-nous compter que nos médias donneraient à tout mort du nucléaire ? Un peu ? Beaucoup ? Passionnément ? A la folie. A propos, dans la série, les journalistes (d’investigation) font leur travail : admirez le couverture qu’ils accordent aux morts de l’éolien. Quel noble métier, journaliste, quand même.

          • Je pensais que vous raisonniez au niveau mondial.
            Zero mort en France, oui, peut-être, je ne demande qu’à en être convaincu. Mais comment avoir confiance dans cette valeur ?

          • Voilà. Et combien pour l’éolien ? Rapporté au TWh ?

          • Je ne sais pas, c’est moi qui posais la question !
            J’aimerais bien trouver des chiffres (fiables de préférence) pour les différentes industries.

          • Certes. Ma question à moi, c’était, n’est-ce pas là un travail pour des journalistes ? Que nous dit le fait qu’ils refusent de le faire ? Et que cela nous dit-il, ensuite sur l’ « information » que reçoivent les gens ? Et sur leur préférence en faveur de l’éolien ?

          • Un rapport qui donne 96 morts rien que pour le Royaume-Uni. Vraiment, trop chouette, cette énergie. On adore. Morts pour la bonne cause.

            http://www.caithnesswindfarms.co.uk/accidents.pdf

          • Whouh, 10 par an sur les dernières années…
            Pour environ 5% de la capa mondiale.
            Si on extrapole sauvagement au niveau mondial, ça fait donc 200 morts / an.

            • Ça fait tout de même 200 morts de plus que le nucléaire sur la même période. Et toujours pas la bousculade d’articles de journalistes pour le dire. Voyez-vous la différence ? Non ? Bouché à l’époxy ?

          • Pour revenir sur la préférence des « journalistes » : le nucléaire fait peur, ça fait vendre, l’éolien ne fait pas peur, donc pas vendeur.
            Mais si une éolienne venait à chuter sur un car scolaire, nul doute qu’ils rappliqueraient. Je n’ai pas plus que vous confiance en leur travail.

            • Vous admettez plus haut qu’il y a déjà des morts pour l’éolien, sans que cela ne déclenche rien. Pour vous, il faut suffisamment de facteurs horribles pour déclencher une réaction journaliste là où la moindre pétouille dans le nucléaire (qui ne provoque aucun mort) suffit à déclencher des articles. Vous ne voyez toujours pas le différentiel de traitement où vous faite simplement preuve d’une bonne grosse mauvaise foi bien partisane ?

          • Je dois à la vérité de dire que, dans notre discussion jusqu’ici, il n’y a rien pour me convaincre que Georges est de mauvaise foi. Plutôt que, comme tout le monde, il n’a pas l’information, puisqu’elle est activement cachée, à moins de se comporter en beagle déterminé.

      • « vous avez raison, 74% des français font de la désinformation en s’exprimant en faveur de l’éolien »

        Attend voir, les français… ce sont bien ceux qui ont voté Hollande et tout ses prédécesseurs d’une nullité crasse qui ont réussi pendant 38 ans le tour de force de ne jamais signer un seul budget positif ?

        Ceux qui gobent maintenant que tout les problèmes viennent du « méchant marché » et des « valet du capitalisme » parce que Arte et toutes les médias le disent ?

        Et ces français là seraient bien informés sur l’éolien et décideraient en âme et conscience avec tout les éléments en main ?

        LOL ! ….what else.

        • @h16 : pourquoi ces attaques ?

          Je suis surpris de ces chiffres et mon « 200 morts/an » n’était pas destiné à amoindrir les faits mais plutôt à les mettre en évidence.
          Je n’avais pas vu les choses sous cet angle. Je n’en demeure pas moins convaincu qu’on ne sait pas tout dans le nucléaire, et pas à cause des journalistes uniquement mais à un niveau plus haut qui n’a pas intérêt à ce qu’on parle des revers de la médaille.

  • Et il se trouve encore des tarés pour défendre cette horreur!
    L’éolien va nous ruiner.

    • Sans modération, Henri !

      Visiblement, d’après l’article, les attaques contre l’éolien ont des « ratés » : on trouve bien un reportage un jour et on crache dessus le lendemain

  • Juste une chose TOUTES les source/productions d’energie sont intermitantes que ce soit pour entretient au suite a des pannes, et ils autrement plus diffcile pour le reseaux d’ecaisser l’arret d’une centrale charbon/nucleaire alors même avec un reseaux sans eoliennes il en faut des centrales au ralenti pour couvrir les imprevus…

    • nimportnawak. Votre toit aussi peut connaitre des problème et ne pas remplir la fonction que vous en attendez ; est-ce que pour autant vous iriez prétendre que finalement il est équivalent à un abri qui serait disponible, ou pas, en fonction du vent et en moyenne 20 % du temps ?
      L’intermittence n’est pas l’indisponibilité technique, c’est un inconvénient supplémentaire, en plus du risque du panne (qui existe par ailleurs)

      • Comme toujours, on est là en plein dans la « dictature » gauchiste…

        Ces gens veulent nous faire croire à leurs chimères…

        Leur mauvaise foi est absolue, ils sont prêts à tout pour arriver à leurs fins !
        Ces dangereux ultra-gauchistes que sont les verts en France, nous imposent tout doucement leurs volontés, alors qu’ils ne représentent rien !!! (2,8% aux présidentielles…)

        Ces bobos du PS ont absolument besoin d’eux pour arriver aux pouvoirs ( villes, régions, état…), les verts sont donc en « position de force », et en profitent largement…

        Quand on écoute les Duflot, Placé…il y a de quoi avoir peur…

        Les français vont-ils se réveiller un jour ???

      • intermittence et indisponibilité techinque c’est la même chose,

        Rien est disponible a 100%…

        Pour exemple l’indisponibilité des centrale nucleaire au japon est total.
        tout les centrales ont été arrête après fukosima et ça personne a été capable de le prevoir.

        downtime 7.9 % dans les centrale nuK au US
        http://wiki.answers.com/Q/What_is_the_average_downtime_for_a_nuclear_reactor

        • OK d’accord…
          Alors vous me céder votre logement, et moi je m’engage a vous le laisser de façon intermittente, 20 % en moyenne, ou, plus, ou moins (ça dépendra du vent) ; en cas d’indisponibilité technique (problème de toiture, de chauffage, d’eau chaude….) le temps vous sera quand même décompté.
          Vu que d’après vous avoir un logement, ou avoir un logement 20% du temps c’est équivalent, le tarif raisonnable pour cette transaction est de 0 €. Mais je prends les frais de transaction à ma charge
          Vous signez ?

    • Absurde !
      La maintenance des centrales thermiques est organisée et planifiée !
      Pas les fluctuations du vent.

      • Et évidement les pannes sont planifiés aussi?

        Tu es obligé d’avoir une surcapacité pour prévoir les imprévus. quelque soit le type de central. Plus tes centrales sont grosses plus gros dois être ton back-up.
        C’est pas absurde c’est un fait.

        Comment le japan a pu arrêter toutes ces central nucléaire grace a sa surcapacité.

        et aussi possible de prévoir la production des éoliennes, il suffit de suivre les prédictions météo.

        Et les gars aucunes sources d’energie est parfaite, la solution semble etre un mix.

  • L’Union Soviétique Européenne a sa Pravda …

  • Bah! la télévision et les médias en générales ne sont plus que la courroie de transmission entre le pouvoir et le « peuple ». le Quatrième pouvoir » n’en est plus un. A coup de subvention et de connivence les politiques on transformé la presse en perroquet tout juste bon à répéter bêtement toutes les conneries qu’il entend.

  • 74% des français !!

    j’aimerais bien savoir d’où sort ce chiffre

    30% d’illettrés en 6 ième et 85% de réussite au bac . Ce doit être aussi un problème de calcul !!

    • Bien que ca soit dur a admettre, le principe d’une démocratie est d’adopter l’avis de la majorité.

      • On peut discuter si cela est conforme au droit, mais faites attention à cet argument car il joue complètement contre vous : l’écrasante majorité n’a certainement voté pour rien de tout cela. En fait, la « majorité » qui nous « gouverne » n’a même pas 23% des suffrages !

        http://www.contrepoints.org/2012/06/22/87942-legislatives-retour-sur-les-vrais-resultats

        • De la part de quelqu’un qui veut des sources d’information (voir votre message ci-dessous), c’est une vraie performance de se citer soi-même. Il faudra repasser pour l’honnêteté intellectuelle.
          La majorité qui nous gouverne a bien plus que 23% des suffrages exprimés. Le fait qu’une majorité de français n’ait pas voté est un autre sujet.

          Ceux qui ne votent pas acceptent intrinsèquement de se plier à la majorité, sinon ils iraient voter.

          Sur ce, je n’irai pas plus loin dans le hors sujet

          • Un dernier coup de hors sujet, parce que l’ignorance n’est jamais une excuse :

            « Ceux qui ne votent pas acceptent intrinsèquement de se plier à la majorité, sinon ils iraient voter. » est une assertion complétement idiote. Une personne qui vote pour un représentant ne votera pas si elle estime qu’aucun candidat ne peut la représenter.
            D’après vous, ceux qui ne votent pas dans les républiques bananières ou les dictatures prolétariennes à parti unique se plient à l’avis de la majorité ? Non, ils estiment simplement avoir mieux à faire de leur temps que de se livrer à une singerie qui consiste à prendre l’unique nom disponible et de le mettre dans une boite devant des militaires qui assurent leur « protection »

          • « Ceux qui ne votent pas acceptent intrinsèquement de se plier à la majorité, sinon ils iraient voter. »
            Non, c’est vous qui décrétez cela.
            Ceux qui ne votent pas sont, quelquefois, contraints d’accepter … ce qui n’est pas la même chose. Ceci parce qu’ils n’ont aucun moyen de faire connaitre les raisons de leur non-vote qui sont tout aussi « citoyennes » et lucides que celles qui portent les votants à voter.
            Quant à l’ « intrinséquement », je ne vois pas ce qu’il vient faire là.

  • Je suis fasciné par cet article! Faire des leçons d’honnêteté intellectuelle à une chaine d’infos indépendante en citant le nazisme, la peine de mort et l’homosexualité, ça sent vraiment l’article indépendant et qui se base sur des faits scientifiques.

    Pour critiquer le manque d’infos serieuses, la moindre des choses est d’avoir des sources au lieu d’affirmer en pure subjectivité des « Comme si ces politiques étaient des saints, alors qu’ils se fichent pas mal de la santé de leurs concitoyens pourvu que la mairie empoche les euros promis par le promoteur »

    Au passage, pour la discussion morts et accidents du travail: dans l’éolien le plus grand nombre d’accident survient en phase de montage. Ce n’est pas spécifique à l’éolien, et commun a tous les travaux de levage lourds et à l’industrie du BTP. Pour comparaison il y a eu plusieurs morts (au moins 2 en 2011) sur le chantier de l’EPR Flamanville. Les accidents du travail se comptent par centaines. D’autre part je ne pense pas que les conditions de travail au Niger et au Kazakhstan des ouvriers qui bossent dans l’extraction d’uranium soient très reluisantes….

    Le but n’est pas d’opposer l’éolien au nucléaire, mais de réagir tôt pour adapter notre production energetique au monde de demain.
    Actuellement avec 80% de part nucleaire dans la production d’electricité et des subventions de recherche qui vont a 90% pour ce mode de production, on oublie qu’on va dans le mur d’ici 50-100 ans avec l’appauvrissement des ressources d’uranium.

    La France a mis plus de 40 ans pour arriver a cette part de nucléaire dans sa production d’electricité. Elle mettra des dizaines d’annees à moins dépendre de cette source. Et à l’heure actuelle, l’éolien est très bien placé pour cela par ses couts et capacités de production. Et en continuant la recherche la competitivité de cette source ne fera que s’accroitre.

    Je ne comprend pas pourquoi certaines personnes s’acharnent bec et ongles contre la volonté de développer cette énergie propre et renouvelable, et sans probleme de sureté. Elle a certes des inconvénients, le principal pour moi etant l’impact visuel, mais tout mode de production en a, et c’est la moins pire des sources maitrisees pouvant etre rapidement mise en oeuvre…

    • @ Peeka

      FAUX !!!

      L’éolien n’a absolument pas fait preuve de son efficacité…
      La rentabilité du parc français est déplorable, malgré les subventions.

      De plus, l’éolien, par son inconstance, oblige à développer des centrales thermiques…!!!
      On marche sur la tête.
      Les verts (rouges!!!), en France, sont des irresponsables qui nous poussent dans le vide.
      Pendant ce temps là, d’autres pays avancent…
      Le réveil risque d’être douloureux !

      • @gyl30
        Mois aussi je pourrais mettre des majuscules et points d’exclamation partout, le problème est que ceux qui font ca n’ont en général pas grand chose à dire.
        La preuve par 9, vous me dites « faux », mais je n’ai jamais parlé d’efficacité. D’ailleurs, je serai curieux de vous voir développer ce point…

        Donc faux sur quoi? ….

        Ce qui est sûr, c’est que la rentabilité à court terme de l’éolien, c’est pas terrible. Principalement parce qu’en France il faut 8 à 10 ans de procédures administrative ponctués des systématiques procès intentés par la FED, entre le moment où l’investissement est fait, et le moment où un parc commence à produire et rembourser l’investissement… A part ca le retour sur investissement est de 10 à 15 ans…

        En cout de production au KWh, l’éolien est à peine plus cher que le nucléaire actuellement (donc bientôt moins cher quand aura doublé le prix de l’uranium dans quelques dizaines d’années)

        Vous oubliez que les centrales thermiques sont déja présentes en France pour compenser l’écart entre la demande en energie et la production des réacteurs nucléaires. D’ailleurs en France, les barrages hydroélectriques font aussi cela très bien, sans émissions directes de CO2. Ils représentent environ 10% de la capacité de production en France…

        J’aimerais savoir quels autres pays avancent selon vous? Et surtout vers où et avec quels moyens?

        Ou en posant la question autrement: sachant que le modèle énergétique français ne peut pas perdurer plus de quelques dizaines d’années sans rien changer (un changement conséquent prenant quelques dizaines d’années), et que vous considérez l’énergie éolienne comme une abomination pure et simple, ainsi que les centrales thermiques: quelles solutions alternatives proposer pour la production des 500 TWh annuels que la France consomme?

        J’attends avec impatience votre solution miracle, à moins bien sur que vous fassiez partie des gens qui se plaignent de tout mais n’ont pas de solutions…

        Bon réveil!

        • « Ce qui est sûr, c’est que la rentabilité à court terme de l’éolien, c’est pas terrible. Principalement parce qu’en France il faut 8 à 10 ans de procédures administrative »

          Principalement par manque de vent au bon moment surtout.
          Ils ont essayé au nord de l’Europe, région ventée si il en est, c’est écologiquement et financièrement catastrophique.

          Voilà un domaine que l’état ne pourra pas torpiller: il le fait très bien tout seul.

    • « …des subventions de recherche qui vont a 90% pour ce mode de production… » (le nucléaire)

      Qu’entendez-vous par là précisément ? Quelles sources, liens et documents pouvez-vous nous fournir ? Impatient de vous lire. Merci.

      • Je n’arrive pas à vous trouver un lien synthétique sur le sujet, mais on peut rapprocher les 4,3 milliards de buget annuel du CEA à la dotation sur 10 ans de 1,35 milliards à l’Ademe, toutes filières énergétiques confondues (http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Eolien.pdf)

        • Vous auriez parlé sans savoir ? Je suis déçu. Je n’aurais pas cru ça de vous.

        • A rapporter à 425.800 MWh de production annuelle. Je vous laisse faire la division. Ensuite, la même opération pour le vent (mais n’ « omettez » pas tous les trucs planqués, hein, sinon je vais finir par me demander si je peux vous faire confiance). On avance.

          PS: personnellement, je suis contre TOUTE subvention. Il en découle que je suis plus contre ce qui en reçoit plus. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

        • Donc les 4.3 milliards d’euro de dotation au commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives ne servent qu’à l’énergie atomique ? Je demande des sources

    • Peeka dit: « Je ne comprend pas pourquoi certaines personnes s’acharnent bec et ongles contre la volonté de développer cette énergie propre et renouvelable, et sans probleme de sureté »

      De toute évidence, vous ne comprenez pas parce que vous ignorez le principal: les éoliennes, une fois tenu compte des combustibles fossiles utilisés par les centrales thermiques qui transforment la production erratique des éoliennes en courant électrique stable (à 50 Hz), ne font réaliser au pays aucune économie en combustibles ni en pollution. C’est comme si elles n’existaient pas, et on produirait autant d’électricité en faisant marcher à plein régime et plus efficacement les centrales thermiques que l’on construit actuellement pour épauler l’éolien en les forçant à fonctionner à bas régime (qui pollue et consomme davantage).

      Pour une explication détaillée:
      http://www.iberica2000.org/Es/Articulo.asp?Id=4540

      Pour une étude réalisée par un ingénieur:
      http://epaw.org/documents.php?lang=fr&article=backup14

      Pour d’autres études sur le problème:
      http://epaw.org/documents.php?lang=fr&article=backup
      cliquer: le problème du backup

      Et il y a d’autres études encore:
      http://www.civitas.org.uk/economy/electricitycosts2012.pdf
      http://climateedinburgh.blogspot.com.es/2012/08/edinburgh-professor-pans-wind-energy.html
      – etc.

      En un mot: les éoliennes sont complètement inutiles. Les politiques en veulent tous parce que c’est un moyen incontournable pour financer leurs campagnes électorales – incontournable parce que tous leurs concurrents l’utilisent, et que celui qui renonce à la manne offerte par les lobbies risque fort de perdre aux élections. Une fois élus, ils renvoient l’ascenceur en votant des subventions qui coûtent au pays de milliards d’euros – ils assurent ainsi le financement de leur prochaine campagne électorale. Notre système démocratique est donc corrompu par ce cycle infernal: contributions aux campagnes électorales récompensées par des subventions.

      Vous comprenez maintenant pourquoi une technologie parfaitement inutile s’impose dans tous les pays du monde?

      • Comment des centrale a gaz qui tourne au ralenti on un tel mauvais rendement qui annulerai l’économie faite pars les éoliennes?

        Ces centrales sont plus ou moins similaire a des réacteurs d’avions… Et leurs consommations au ralenti est minimal, voir négligeable…
        (je suis mecanicien sur avion de ligne)
        Donc j’en doute, je vais lire ça de près,

        • Il y a un détecteur infaillible : personne ne construit la moindre éolienne sans subvention ; alors que des centrales à gaz, ou hydro, si.
          Et ce n’est pas une question de maturité technique, la filière éolienne est vieille et maitrisée. Ni de marketing : il existe un marché pour de l’électricité « verte » même plus chère que d’origine fossile ou nucléaire.

          Les comptables sont bêtes, ils ne laissent passer que les projets qui rapportent plus qu’ils ne coutent…

        • Mais leur rendement est pire, c’est à dire leur consommation de carburant par MWh produit. Bref, si elles ne tournent pas à leur régime optimal, elles brulent plus de carburant pour produire un nombre MWh donné. CQFD. C’est pareil pour un moteur d’avion, mais le calcul se complique puisque la friction de l’air augmente avec la vitesse. Si vous prenez un moteur d’avion mais que vous le boulonnez au sol pour en faire une centrale électrique (ça s’appelle une « aéro-dérivative ») vous ferez la même constatation.

        • Les centrales thermiques qui rendent possible l’utilisation du courant non maîtrisé produit par les éoliennes doivent faire exactement le contraire de ce que font ces dernières: elles doivent augmenter leur production quand le vent faiblit, et la réduire quand il forcit. Sinon, il se produirait des coupures de courant à chaque saute de vent. En effet, la fréquence du réseau ne doit pas s’écarter de plus de 1% de 50 Hz.

          Or le vent est de nature inconstante, ce qui fait que les centrales thermiques doivent, à cause des éoliennes, augmenter leur production ou la réduire chaque fois que change la vitesse du vent, ce qui arrive constamment. Au cours d’une journée, donc, ces centrales auront « accéléré » et « décéléré », voire se seront arrêtées en stand by, quantité de fois. Ce faisant, elles auront consommé grosso modo deux fois plus de carburant par kWh produit, et émis deux fois plus de pollution, que si elles avaient fonctionné normalement sans à coups.

          C’est comme une voiture circulant en ville au lieu de circuler sur l’autoroute: elle consomme environ deux fois plus. Je parle de voitures circulant sur autoroute à une vitesse de croisière « pépère », pas celles qui font la course. En fait la consommation la plus économe pour les centrales thermiques, par kWh produit, correpond à leur utilisation à 100%. Donc plus elles fonctionnent à bas régime, plus elles consomment par kWh produit. Et si en plus on leur demande d’accélérer et de décélerer à tout moment, elles consomment encore davantage.

          Voilà pourquoi les études que j’ai citées dans mon commentaire précédent ont trouvé que les éoliennes économisaient en fait presque rien, et quelquefois même causaient une augmentation de la consommation des centrales thermiques, et donc une augmentation de la pollution.

  • on désinforme pour mieux manipuler et imposer ce que l’état souhaite

    • oui eve, nous sommes manipulés!

      d’ailleurs il ne faut jamais croire ce qu’on nous dit, il ne faut même pas croire ce que nous pensons, en gros il ne faut surtout pas penser, ca serai trop risqué!

      allez tous au lit!

  • http://www.presseurop.eu/fr/content/article/320231-le-portugal-un-modele-suivre

    pour donner un contre exemple.
    Portugal 20% éolien et en tout 40% renouvelable.

    • Ah oui, c’est sur …
      « L’expérience portugaise fait ainsi la preuve que des progrès rapides sont possibles, mais elle vient aussi préciser le coût de pareille transition. Depuis longtemps, les ménages au Portugal paient l’électricité environ deux fois plus cher que les Américains, et les prix ont augmenté de 15 % au cours des cinq dernières années.  »

      il y a des gens qui sont près à payer plus pour avoir de l’électricité éolienne ; tant que c’est leur choix, c’est OK pour tout le monde. Le problème c’est quant on prétend nous forcer à payer pour un truc qu’on a pas demandé, voire qu’on rejette catégoriquement.

      • sur le soucis et peut être plutôt que l’on paye pas assez cher l’énergie actuellement,

        Quelque soit la transition énergique que l’on va entreprendre elle sera couteuse,

        (notre electricité a probablement augementer de proche de 15% aussi pour nous en 5 ans..)

        • Excusez moi mais je crois qu’il y a un souci, « l’on ne paye pas assez cher l’énergie », faut il comprendre que nos dépenses actuelles ne correspondent pas aux coûts de cette énergie et dans ce cas quelques chiffres seraient appréciés, ou es-ce une position dans l’absolue, dans le style « il faut que l’énergie soit chère ».
          Parce que dans le second cas vous souhaitez ni plus ni moins que l’appauvrissement général de la population, avec un impact inversement proportionnel au niveau de vie.

          Concernant votre besoin de transition, nous avons du gaz de schiste, encore beaucoup de pétrole, idem pour le charbon, des quantités phénoménales de Thorium et j’en passe. Rien ne justifie donc de continuer dans une filière qui a démontrée sont inaptitude à combler nos besoins.

          • je pense qu’on paye un artificiellement bas et que l’on risque d’avoir des réajustements rapide dans l’avenir,
            Par exemple le prix du baril de pétrole…

            Je préférai payer 15% voir 30% pour avoir un réseau plus résistant a ces réajustements. (Fuel compris!)
            Donc probablement un mix de différente solutions.

            Parce que aujourd’hui avec ou sans éoliennes, l’avenir reste inquiétant.

            Ps: enfin démontré sont inaptitude c’est un peu rapide.

          • @ant
            pour écrire que « on paye un [prix] artificiellement bas » tu n’a pas pensé une seule seconde.
            il est bien clair que les émirs du pétrole ne font pas des pertes sur la vente, et là-dessus l’état taxe massivement, au point de multiplier les prix entre 2 et 5 selon la forme d’énergie. Les prix ne sont pas artificiellement bas, ils sont scandaleusement sur-taxés.

            C’est comme si tu disais que le sel était à un prix artificiellement bas à l’époque de la gabelle…

        • Mais oui, on n’a pas encore rendu les pauvres assez pauvres. Quand est-ce qu’on va enfin abaisser les pauvres à un vrai mode de vie de pauvres ? Marre de tous ces pauvres qui ont des prétentions de riches, comme avoir de la lumière en appuyant sur un bouton, ou de la chaleur en tournant un robinet thermostatique, à la fin.

  • Arte manipule, point!

  • Pour éviter les batailles de mots inutiles et inefficaces , ne suffirait-il pas d’examiner sérieusement les études des personnes qui connaissent vraiment le ou les sujets abordés par Arte ??
    Personnellement , je crois davantage au nuclaire ,et pas du tout à l’éolien qui n’est qu’une mode ,vantée surtout par une minorité politique si nuisible à mon Pays

  • Question Hors sujet.

    Vous m’avez l’air tous très bien ventilé sur les questions d’énergies, j’en profite donc pour vous demander comment GDF nous impose une augmentation du prix du GAZ, quand celui-ci baisse fortement à la production ? Et qui empoche la différence ?

  • Resumons:
    – Le nucleaire est inacceptable a cause des radiations (on veut pas tous finir en mutants) et des couts caches (demontage en fin de vie…)
    – La production de petrole va diminuer et le petrole va finir par etre tres cher
    – La combustion du charbon rend l’air irrespirable
    – Les cours d’eau sont deja tous equipes de turbines
    – Le production solaire et l’eolien sont aleatoires
    – les bio fuels agravent les problemes de faim dans le monde..
    Ben c’est quoi la solution la moins mauvaise ducon?

  • arte est une chaine de propagande communiste. récemment, ils ont fait une émission sur le capitalisme: elle est juste pathétique et ridicule. ils assimilent libéralisme, capitalisme et esclavagisme (alors que ce sont les libéraux qui se sont battus contre l’escavage et que l’esclavagisme a pratiquement tjs existé dans toutes les cultures. ce n’est que récemment qu’il a été aboli).
    http://www.challenges.fr/economie/20141014.CHA8889/pourquoi-la-serie-d-arte-sur-le-capitalisme-est-un-naufrage.html et challenge est trop gentil avec eux.

    • Du grand art. En résumé, le capitalisme, c’est un condensé d’exploitation des enfants, des esclaves et des poulets, où seule l’avidité compte (si si, puisqu’on vous le dit, vous n’avez pas le droit de vous fixer d’autres objectifs, c’est écrit dans la Table des Lois fournies par les Reptiliens).
      Mentions spéciales:
      *A l’historien de l’économie qui n’a visiblement rien compris à la notion de rationalité en économie, ni à la notion de modèle économique
      *Au choix d’illustrer le monde du travail avec des images de l’usine Foxconn à Shenzhen (très représentative du monde du travail comme tout le monde le sait)
      *A l’apparté de 10 minutes sur le philosophe Ghanéen, illustre inconnu, esclave affranchi, qui n’avait aucun rapport avec Adam Smith (thème du reportage) sauf l’époque. Enfin, ça permettait de montrer que les gens à l’époque, dont Adam Smith étaient d’affreux racistes (et par déduction, l’ensemble des capitalistes) alors que des phares de la pensée socialiste tels que Jaures… Euh… enfin bref, passons.

    • Ou encore traiter de la philosophie d’Ayn Rand uniquement sur le concept d’égoïsme rationnel, nonobstant le concept même d ‘ éthique objectiviste qu’elle décrivait alors, et sans approfondir sur les concepts de Morale et de Vertu nécessaires à l accomplissement de l ‘ égo …
      Un peu facile… La chasse aux sorcières à changé de camp…
      Ceci dit ça fait plaisir de voir enfin une émission traiter de Friedman, Rand , Hayek!
      Enfin comble du ridicule, faire passer les « gentils  » développeurs de la Sharing Economy pour des gentils hippies plein de bon sentiments altruistes, c’est bien connu, Air BnB, Blablacar etc… ne sont absolument pas à la recherche de profit et de nouveaux investissements, et vont investir tout leur capital dans la confection de vêtements en chanvre dans le Larzac!

    • Le gros problème des réalisateurs de « Capitalisme » sur ARTE, c’est qu’ils ne comprennent pas que le capitalisme est inhérent et naturel à l’Homme. Et c’est quelque chose de vaste, complexe parce que c’est profondément humain. L’autre problème est que ces gens sont fainéants, ils répétent pas mal d’âneries dites par de nombreux économistes, sociologues, historiens etc. qui ont LEURS INTÉRÊTS INDIVIDUELS, qui consistent à vivre aux dépens des autres de par leurs professions. Et aussi qu’ils ne comprennent pas la nature humaine. Qui s’intéresse un minimum à la gestion, doit s’intéresser à la psyché humaine. C’est pour cela qu’il est possible, par exemple, de vendre chers des produits de mauvaises qualités parce qu’on sait touchés la bonne niche.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les choix énergétiques figurant dans les programmes des 10 principaux candidats à l’élection présidentielle (Dupont-Aignan, Hidalgo, Jadot, Le Pen, Macron, Mélenchon, Pécresse, Roussel, Taubira, Zemmour) en matière d’électricité, de gaz, et de nucléaire pour les entreprises et les Français sont-ils pertinents ?

Énergie et démagogie dans les programmes des candidats

L’énergie est le fondement de toute économie. Sa production massive et bon marché répondant à la demande de l’industrie et des particuliers (électricité, chaleur, transport,... Poursuivre la lecture

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

La Commission européenne a un mérite, celui d’avoir fait céder la France sur l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en mettant fin au monopole d’Engie et d’EDF. Cependant, la Commission est restée très souple. Elle a temporairement autorisé le maintien de dispositifs de régulation. Ainsi, en France l’énergie est dans un entre-deux (en partie libéralisée, en partie régulée). Ce système montre de plus en plus ses limites dans un moment de hausse exponentielle des prix. Il est... Poursuivre la lecture

L’énergie est aujourd’hui un cas d’école d’empilage de taxations, subventions et appauvrissement du consommateur final. Nous sommes intoxiqués par plus de quarante ans d’inepties dirigistes. Quand les autorités faussent les prix d’un marché, les ennuis abondent.

Vent de panique sur les prix de l’électricité. Bruno Le Maire dégaine évidemment une « solution » : limiter la hausse à 4 % en 2022. Ça tombe bien, 2022 est une année électorale…

Le blocage des prix a toujours été une solution inepte et l’empereur Dioclétien – auteur de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles