Scandale éolien au Danemark

Selon certaines estimations, 22 à 42% des riverains des éoliennes seraient gênés par les bruits. La santé de milliers de personnes risquent de se dégrader.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints001 éoliennes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Scandale éolien au Danemark

Publié le 1 novembre 2012
- A +

Selon certaines estimations, 22 à 42% des riverains des éoliennes seraient gênés par les bruits. La santé de milliers de personnes risquent de se dégrader.

Un article de l’EPAW.

Un article de la presse danoise révèle un profond malaise au sujet des éoliennes au Danemark [1]. Le Ministre danois de l’environnement avait toujours prétendu que les limites imposées dans son pays en ce qui concerne le bruit émis par des éoliennes étaient les plus contraignantes du monde. Pourtant, il vient d’avouer qu’entre 4 et 11% des riverains seront incommodés par les pulsations caractéristiques des éoliennes, dont près d’un millier d’unités additionnelles va être imposé aux populations des campagnes sur un territoire déjà saturé de ces gigantesques machines.

La Plateforme européenne contre l’éolien industriel, qui représente 556 associations et fédérations de 24 pays, et la Fondation Waubra, d’Australie, dénoncent cette violation des droits de l’homme respectant la santé. De par le monde, avertissent-elles, des milliers de riverains d’éoliennes souffrent d’insomnies à cause du bruit et/ou infrasons qu’elles émettent, y compris de nombreux enfants. Ceci conduit à des problèmes de santé qui s’aggravent avec le nombre de nuits passées à chercher vainement le sommeil. « Un gouvernement, qu’il soit de l’Union européenne ou d’ailleurs, a-t-il le droit de sacrifier ainsi froidement la santé d’une partie de sa population ? », demande Mark Duchamp, Directeur Général d’EPAW.

D’ailleurs, fait-il remarquer, le grand spécialiste danois en matière d’acoustique, le professeur Henrik Moeller, de la prestigieuse Université d’Aalborg, vient de revenir à la charge contre son gouvernement à ce sujet. Il l’avait déjà fait l’année dernière, dénonçant alors d’importantes irrégularités dans l’établissement des normes pour évaluer les sons à basse fréquence émis par les éoliennes [2].

Cette fois-ci, il accuse le Ministre de l’Environnement d’être au-dessous de la réalité avec ses chiffres de 4 à 11%. Selon les estimations du professeur, ce sont de 22 à 42% des riverains qui seront gênés par le bruit des éoliennes – en fait surtout la nuit à cause du silence ambiant et du vent qui souffle en général plus fort, précise Duchamp [1]. « Le pourcentage réel est donc énorme, et le scandale devient de plus en plus difficile à étouffer », poursuit Mark.

« Ce mépris pour la santé du peuple danois aura de fâcheuses conséquences », opine le docteur Mauri Johansson, Spécialiste en médecine occupationnelle et de la communauté au Danemark, « parce que beaucoup de pays prennent modèle sur Copenhague quand il est question de limiter le bruit des éoliennes. Mondialement, les gouvernements continueront donc à permettre que l’on installe des éoliennes beaucoup trop près des maisons, et le nombre des riverains affectés par des problèmes de santé augmentera non seulement avec la durée d’exposition s’étirant sur des années, mais aussi avec le nombre des éoliennes qui ne cesse d’augmenter. »

Le docteur Sarah Laurie, qui dirige la Fondation Waubra en Australie, remarque que ceci risque de coûter très cher à la société. « L’amiante, le tabac, et maintenant les éoliennes : c’est le même processus. Les autorités sanitaires nient l’existence du problème, se reposant sur des études mensongères commanditées par l’industrie ; jusqu’au jour enfin où la vérité fait surface (elle le fait immanquablement). Mais en attendant, on permet que beaucoup de mal se fasse, que les droits de l’homme soient violés, et que la santé de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants se dégrade. Partout dans le monde, des riverains d’éoliennes font des procès pour dommages à leur santé. On ne peut plus ignorer le problème, moins encore nier qu’il existe. Il faut faire un suivi des émissions sonores et infrasonores des éoliennes, réalisé par des acousticiens indépendants [3]

—-
Références :

  • Mark Duchamp, Directeur Général, EPAW Skype: mark.duchamp
  • Dr Sarah Laurie  (Australie), Chief Executive Officer Waubra Foundation, mail : sarah@waubrafoundation.com.au

Notes :

  1. Article traduit en anglais par les auteurs ces jours derniers.
  2. Article d’il y a un an, révélant d’importantes irrégularités dans les normes.
  3. Guide pour le suivi de la pollution acoustique : http://waubrafoundation.com.au/Wind_Turbine_Acoustic_Pollution_Assessment_Requirements.pdf
Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Article peu convaincant . La proximité d’un aéroport ou d’une autoroute sont bien pires que la présence d’éoliennes.

    • « La proximité d’un aéroport ou d’une autoroute sont bien pires que la présence d’éoliennes. »

      Tout a fait mais quid d’un aéroport ou d’une autoroute qui ne servent strictement à rien et vous coutent cher ?

      Les éoliennes ont besoin de backup conventionnel parce qu’entre autre les grand froid de l’hiver coïncident avec les hautes pression sans vent.

      Vous avez donc de l’énergie plus cher, le double de nuisance puisque vous avez les centrales+les éoliennes et aucun bénéfice ni pour la planète ni pour l’environnement. (Cet argent serait mieux employé)

      C’est du perdant/perdant et perdant pour les riverains.

      • Ce genre d’histoire d’infrason qui rend les gens malades ça sonne comme de l’exagération.

        Pas besoin de ça pour argumenter contre les éoliennes, les lois de la physique et l’économie suffise amplement.

    • Vous écrivez « article peu convainquant ». Vous voulez dire que les éléments qu’il donne sont faux? Que les raisonnements qu’il exposent sont douteux?
      J’avoue ne pas comprendre.
      Quant à votre propre raisonnement, il est absurde. Diriez-vous d’un article sur la leucémie qu’il n’est pas très convainquant au prétexte que la maladie touche moins de monde que le cancer du sein?

    • L’argument « y a pire ailleurs » est effectivement bien plus convainquant…!

  • Peut-être sauverons-nous in fine nos paysages du consternant spectacle de la sottise écologiste…

  • Est-ce que ca stress les légumes ?

  • Oui bon
    Les aérogénérateurs sont un gouffre financier pour complaire les écocologistes et aux crony capitalist.
    La pollution générée me parait négligeable, et leurs destructions, qui ne sauraient tarder (les faits sont têtus) me parait aisées (peu d’emprise au sol).

  • La solution est pourtant simple :
    Installer de fausses éoliennes pour amuser les écolos.

  • Oui, mais la santé de quelques uns pour le bien de la planète, qu’est-ce que ça pèse? Pas autant que celle des potentiels allergiques au parfum (de 1 à 3% selon les variables d’erreur) par exemple… C’est sur de tels sujets qu’on juge (jugera) la véritable nature du pouvoir de la Commission. M’est avis que ses détracteurs ne vont pas être déçus.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plus ça rate, plus ça a des chances de marcher. L’Allemagne fait sienne cette devise Shadock. En effet, Robert Habeck, ministre de l’Économie, de l’Énergie et du Climat, se répand dans la presse, comme par exemple dans cet article de La Tribune.

« Conscient de l'urgence de s'en défaire, (de la dépendance russe) le gouvernement ne compte cependant pas opérer de tournant majeur. Mais entend accélérer dans la stratégie d'Energiewende déjà entamée sur le territoire depuis près de vingt ans, qui consiste à investir abondamment dans les reno... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

Une étude gouvernementale norvégienne remet en cause la rentabilité du plus grand projet éolien en mer (offshore) au monde situé sur un banc de sable (le Dogger Bank) au nord-est du Royaume-Uni.

Un secteur d'activité peu prometteur

Le projet mené par Equinor, le géant norvégien du pétrole et du gaz représentera une puissance installée de 3,6 gigawatts (GW) une fois achevé, et pourrait déboucher sur un désastre financier.

Selon Petter Osmundsen, professeur à l'Université de Stavanger (Norvège) « Dogger Bank... Poursuivre la lecture

Par Gilles Granereau.

L’éolien n’a plus le vent en poupe si l’on en croit les très nombreuses réactions « anti-éolien » rapportées par les médias.

Malgré le forcing mené par les partisans de la « transition énergétique », l’adhésion de la population aux programmes d’installation des énergies renouvelables (ENR) sur le territoire, et notamment des éoliennes, est loin d’être consensuelle.

Seuls ceux qui ont un intérêt quelconque à l’installation des ENR (notamment financier, mais aussi idéologique et/ou lié à leur carrière)... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles