Cuba après le passage de l’ouragan Sandy

Alors que le peuple cubain panse ses plaies, les autorités sauront-elles mettre de côté leur idéologie afin de faciliter la nécessaire solidarité face à ce désastre ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le 26 octobre à Cuba, après le passage de l'ouragan Sandy.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cuba après le passage de l’ouragan Sandy

Publié le 28 octobre 2012
- A +

L’ouragan Sandy a frappé la moitié est de Cuba durant la nuit de mercredi à jeudi. Des vents extrêmement violents et des pluies diluviennes se sont abattus sur le pays. Alors que le peuple cubain panse ses plaies, les autorités sauront-elles mettre de côté leur idéologie afin de faciliter la nécessaire solidarité face à ce désastre ?

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Le 26 octobre à Cuba, après le passage de l’ouragan Sandy.

Ce jeudi matin, des milliers d’habitants de la moitié est de Cuba ne sont pas près de l’oublier. Le vent, les toits qui s’envolaient, les fortes pluies et les arbres qui tombaient dans les rues et sur les maisons resteront pour eux comme un souvenir ineffaçable de l’ouragan Sandy. Ils n’arriveront pas non plus à se sortir de l’esprit la nuit qui a suivi le désastre où, depuis le lit défoncé ou le divan éventré, ils ont pu vérifier que rien ne séparait leurs visages de la nuit étoilée.

Il y a ceux qui ont tout perdu, en fait peu de chose. Des gens dont la tempête a emporté les modestes biens accumulés pendant toute leur vie. Un drame humain s’étend sur cette zone déjà affectée préalablement par les pénuries matérielles, l’émigration permanente vers l’ouest et les épidémies de dengue et de choléra. Pour les sinistrés c’est de la pluie sur un sol détrempé, au propre et au figuré. La nature ne fait qu’ajouter au désastre économique et aux problèmes sociaux de cette région du pays. C’est donc le moment de redoubler de solidarité, de retrousser ses manches et d’aider à redresser à nouveau une maison, de partager un morceau de pain et d’apporter sa contribution à tous ces cubains éprouvés que Sandy a laissés sur son passage.

Je pense que chacun sait ce qu’il peut faire et donner, néanmoins je me permets d’avancer quelques propositions à l’attention des autorités cubaines. Les décisions que celles-ci prendront dans les prochains jours seront déterminantes pour écourter et pallier la tragédie. J’espère qu’elles sauront mettre de côté les différences idéologiques et prêteront l’oreille à ceux qui par esprit citoyen souhaitent contribuer à la récupération de notre pays. La solidarité ne doit pas être un monopole institutionnel, elle ne l’a jamais été, et de cette conviction vont surgir des propositions pour la rendre plus efficace, parmi lesquelles :

  • La suppression des droits de douane sur l’entrée dans le pays de nourriture, de médicaments, d’appareils électroménagers et de matériaux de construction
  • La facilitation de l’organisation citoyenne pour le transport et la distribution vers les zones affectées de vêtements, de médicaments et autres produits nécessaires.
  • L’autorisation et l’encouragement à la collecte de fonds et de ressources de la part des émigrés cubains à destination de l’île, que ce soit à titre personnel, collectif ou institutionnel.
  • La demande d’évaluation et de collaboration d’organismes internationaux, apporteurs d’aides, de crédits et de conseils pour récupérer de ce désastre.
  • La facilitation dans les provinces les plus touchées de toutes les démarches d’obtention de permis de construire et aussi d’allocation de terres en usufruit.
  • Le décret d’un moratoire dans le recouvrement des impôts pour les entrepreneurs « à compte propre » des régions dans lesquelles Sandy a détruit une part importante de l’infrastructure économique et agricole.
  • La renonciation au monopole institutionnel sur la distribution de la solidarité en facilitant et respectant l’existence de canaux citoyens pour la distribution de l’aide.

—-
Sur le web.
Traduction : Jean-Claude Marouby.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Encore une fois Y.Sanchez nous abreuve de clichés anti-cubain!

    Elle a la mémoire courte sur les réactions des cubains en matiére de solidarité !
    Depuis que Cuba essuie des cyclones terribles , c’est bien la première fois qu’il y a autant de morts et j’en suis bien triste.

    Elle oubli que chaque fois la prévention et les réparations ont été exemplaires contrairement aux EU qui abandonne ses citoyens à leur misére et à leurs souffrances( souvenez vous , la Nouvelle Orléans)

    Une fois de plus Y Sanchez noircie le tableau de la réalité cubaine !
    Il faut bien qu’elle mérite ses dollars la pauvre!

    • Non non
      Cuba est une dictature, point barre.
      Défendre une dictature est indéfendable.

      • Non, non,
        Cuba n’est pas une dictature
        Vous connaissez la « démocratie participative « ?

        • C’est un système communiste qui revendique haut et fort la dictature du prolétariat.

          • Le pouvoir au peuple! Vous avez tout compris !
            Par contre cela ne semble pas vous convenir !
            Convenez cependant que ce n’est que pure justice … Et quand l’humain est au centre des préoccupations , cela change tout…et dérange beaucoup de monde !

          • Exactement, au goulag le peuple pouvait librement afficher leur point de désaccord avec le régime.
            Sartre ne disait-il pas « La liberté de critique est pleine et entière en URSS « 

        • « Vous connaissez la « démocratie participative « ? »

          La démocratie participative auquel on ne participe pas, ouais je connais!!!

  • restez poli et gardez vos nerfs, camarade!

      • « Le pouvoir au peuple! Vous avez tout compris ! »
        Le pouvoir au peuple cela s’appelle la démocratie
        La dictature c’est le pouvoir sans contre-pouvoir, le pouvoir entre les mains du PC qui est le seul ‘légitime’ pour représenter le peuple.
        Le reste c’est de la novlangue.
        Donc, vous avez le choix: soit vous êtes un salaud soit vous êtes stupide.

  • En conclusion, on pourra affirmer que la politesse n’est pas l’apanage des lecteurs de ce site ! Quand à la modération…..absente ou complice…..,?

  • J’ai vécu un ouragan à Cuba et ils ont une sécurité civile exemplaire. Le texte de Y.Sanchez ne dit rien de la réalité mais sert de petite propagande.

  • Je vois des propos de gens qui semble n’avoir aucun contact avec le peuple et qui ne savent pas que Mme Sanchez est au servie de USAID et de la CIA qui la finance. D’ailleurs, je connais bien la « Maison des intérêts américain » à La Havane.

    • « Mme Sanchez est au servie de USAID et de la CIA qui la finance. »

      On sent bien d’ailleurs la botte impitoyable de la CIA qui réclame la suppression des droits de douanes pour les médicaments et l’autorisation entre autre de la solidarité citoyenne.

      Faire crever le peuple à coup d’excès de santé et d’aides voilà bien encore un plan diabolique des impérialistes à la solde du grand capital.

      Vous êtes super crédible.

  • démocratie = dictature de la masse

  • Ne suis pas d’ accord!!!!….
    AUX GOUVERNEMENTS DES ÉTATS UNIS ET D’ ISRAËL DE SIGNER LA LEVÉE DE L’ EMBARGO !!!!…prolongée en 2009 par ces deux états !!!! Pourquoi ????…les cubains sont instruits, travailleurs , danseurs,musiciens et grâce aux russes d’ éminents scientifiques !!!!…..pas des terroristes !!!
    RESPECT DE L’ IDÉOLOGIE CUBAINE : ÉDUCATION, SANTÉ POUR TOUS !!!

    party

    .ET REFUS DE SOUMISSION AUX AMÉRICAINS !!!!
    POUR TOUS !!!….ÉTUDES DE MÉDECINE GRATUITE POUR

    • Là photo postée n’est pas de moi !!!! Qui se cache ?????

      troll

    • pour l’éducation et à la santé à Cuba, rappelons que ce pays disposait déjà des meilleurs standards latino-américains (et même meilleurs que dans beaucoup de pays européens) en la matière avant 1957, et avant la prise du pouvoir par les castristes. Malheureusement, depuis, la qualité n’a cessé de diminuer dramatiquement au point que, par exemple, les patients sont obligés d’apporter leur propre savon et très souvent leurs médicaments et leur literie quand ils se font hospitaliser. il ne suffit pas de nationaliser les hôpitaux et réquisitionner de force les médecins pour faire « des soins gratuits, naïf. Tout ce que ça a accompli, c’est faire fuir les médecins (d’ailleurs, chaque fois que Fidel ou Raul en envoie comme main d’oeuvre taillable et corvéable à ses potes Chavez ou Ahmadinejad, il y en a qui disparaissent vite fait dans la nature) et laisser les infrastructures pourrir sur place.
      La « santé » à laquelle les vrais Cubains ont réellement accès sans se ruiner en pots de vin et marché noir (et encore, à condition de ne pas avoir la peau trop foncée !), ce sont des immeubles vieillissants et souvent insalubres, des équipements obsolètes, datant presque tous d’avant la révolution, et pas assez de personnel ni de médicaments et de fournitures pour les faire fonctionner.
      Juste pour t’illustrer l’ampleur du désastre: en 1957, le taux de mortalité infantile de Cuba était le 13e plus bas au mode selon les chiffres de l’ONU, devançant des pays comme la France, la Belgique, l’Allemagne de l’Ouest, Israël, le Japon, l’Autriche, l’Italie, l’Espagne ou le Portugal. Aujourd’hui elle est passée 40ème, tandis que le taux de mortalité des mères à l’éccouchement est passé à 33 pour 1000 (quatre fois le taux des USA !). Le taux de suicide a triplé depuis la révolution. Le taux d’avortement s’est envolé.
      Alors, merci les « soins gratuits », surtout que ce sont les plus pauvres qui en pâtissent en priorité. Quant à l’éducation à Cuba, c’est du même tonneau.

  • Cuba est le seul pays latino-américain qui a vu diminuer son apport calorique diminué pour la population, en passant de 2.700 calories/jour/hab. en 1957 à moins de 2.500 après la fin des subventions soviétiques. De même Cuba doit être le seul pays au monde qui a vu son nombre de voitures par habitant diminuer depuis 1957. Au marché payable en devises, le pain coûte $0,80, le kilo de blanc de poulet, plus de $3. Ce qui veut dire qu’un Cubain ne peut même pas s’acheter un pain par jour et qu’il ne peut que subsister que grâce au système de rationnement. Enfin, à quelque chose malheur est bon : l’obésité n’est pas un réel problème à Cuba.
    À Cuba, le salaire moyen a augmenté de 1% en 2013 et tourne désormais autour de $20 par mois (471 pesos). 0,66 dollar par jour ! 50 centimes d’euro par jour ! http://www.one.cu/publicaciones/03estadisticassociales/Salario%20Medio%20en%20Cifras%20Cuba%202013/II.pdf

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Yves Guyot prend la parole lors d'une cérémonie exceptionnelle à la Sorbonne en hommage à Frédéric Passy. Fin mai 1912, la société d'Économie politique célèbre en effet ses 70 ans. 2022 marque donc le 180e anniversaire de cette vénérable société savante, foyer de l'école libérale française.

En ces temps de démagogie électorale et de règne d'économistes atterrants, adeptes du keynésianisme ou du marxisme, le discours d'Yves Guyot reste d'une étonnante actualité.

En voici quelques extraits significatifs.

 

Le dange... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles