Cabinets ministériels : aucune expérience du privé

Une enquête montre que sur la centaine de membres des cabinets du président et du premier ministre moins de 10% ont une expérience du privé.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints742 ENA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cabinets ministériels : aucune expérience du privé

Publié le 24 septembre 2012
- A +

Une enquête montre que sur la centaine de membres des cabinets du président et du premier ministre, moins de 10% ont une expérience du privé. Les énarques représentent plus de la moitié des bataillons.

Par Lucas Léger, de l’Iref.

Article publié en collaboration avec l’Iref.

À l’heure où notre Président découvre (enfin !) la « gravité exceptionnelle de la crise » et où la presse l’exhorte à se réveiller, à agir en homme responsable et à prendre des décisions concrètes, on se demande ce qu’ont fait ces trois derniers mois les 40 conseillers qui composent son cabinet. Idem pour Jean-Marc Ayrault et ses 54 collaborateurs.

Ce sont pourtant ces personnes qui doivent assister les hommes à la tête de l’État dans leurs choix et s’assurer de la cohérence de la politique menée avec les ministères concernés. Les récents « couacs » et problèmes de communication ne plaident pas à leur avantage.

L’élite de l’élite 

Pourtant, un tel vivier devrait être un atout pour le Président et le Premier ministre. Nous avons passé au crible leur curriculum vitae et pu reconstituer 84 CV complets sur les 94 personnes qui composent les deux cabinets. Parmi eux, 40 ont fait l’ENA. Peu d’employeurs en France peuvent se targuer d’avoir une si forte concentration de beaux esprits comme collaborateurs. De plus, ceux qui ne sont pas énarques n’ont pas à rougir de leurs formations. Ils ont tous fait de Grandes écoles (Sciences Po., HEC, Essec, Ecole normale, Polytechnique, etc.) ou de brillantes études à l’Université, notamment en Droit, quand ce n’est pas une combinaison des deux.

Plus précisément, sur les 8 collaborateurs les plus proches de François Hollande, 6 ont fait l’ENA et deux d’entre eux sont des amis de sa promotion « Voltaire ». Un seul a travaillé dans le secteur privé. Sur les 40 personnes qui composent son cabinet, près de la moitié sont passés par la prestigieuse école. En proportion, le cabinet de Jean-Marc Ayrault est moins gourmand en énarques (38%), mais tout aussi peu enclin à engager des collaborateurs venant de l’entreprise.

Cette faible concentration du privé est une triste réalité. 7,5% du cabinet de François Hollande en vient. Et moins de 10% dans le cabinet de Jean-Marc Ayrault, si l’on soustrait les quelques journalistes de carrière qui l’ont rejoint. À part quelques stages en entreprises, les conseillers les plus proches du pouvoir ne semblent pas très familiers avec ce concept – du moins en pratique –, point commun inhérent à la technocratie française, et ce, quelles que soient les appartenances politiques. Ainsi, il est très surprenant d’apprendre que Pierre Bachelier-Iltis, conseiller technique aux affaires industrielles auprès du Premier ministre, n’est jamais passé par l’entreprise et a consacré sa carrière à l’administration. Aussi brillant soit-il, cette méconnaissance de l’industrie nous semble être un handicap à ce poste, un peu comme si vous étiez plombier et qu’on vous demandait d’être électricien. Les compétences théoriques ne suffisent pas.

La parité oubliée

La campagne a été aussi l’occasion de faire de belles promesses, comme la parité dans le monde politique. Et bien que le gouvernement, pour la première fois en France, respecte une parité parfaite dans l’attribution des postes aux ministères, ceci est loin d’être le cas dans les sphères plus feutrées des cabinets. Jean-Marc Ayrault s’est entouré de 54 collaborateurs à Matignon (c’est moins que François Fillon lors de la précédente législature). 13 d’entre eux sont des femmes, soit 24%. Le Président ne fait pas beaucoup mieux avec 75% d’hommes dans son cabinet. On a donc une « éthique » de façade. Ce vice de constitution ne fait pas oublier un autre vice, bien plus grave : l’absence de dirigeants vivant comme des Français moyens, connaissant les affres des fins de mois, pour leur ménage ou pour leur entreprise.


Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Parité oubliée?
    Si c’est pour avoir une poignée d’énarque en jupons en plus,ça serait dommage de s’en priver

  • L’Enarchie, voilà la plaie de la France depuis des décennies.

  • Des spécialistes en irresponsabilité !

  • En même temps, je ne vois pas le problème, puisqu’on ne leur demande pas de faire un boulot dans le privé.

    La plupart des contrebassistes classiques n’ont aucune expérience de la recherche scientifique, mais ça ne les empêche nullement d’être de bon contrebassistes classiques. Et assurément meilleurs que 99,99% des chercheurs…

    • Il faudrait pousser votre analogie jusqu’au bout pour comprendre l’aberration soulignée par cet article.
      En l’occurrence, vous devriez demander au contrebassiste de diriger une équipe de chercheurs. Ça c’est aberrant !

      • Pas du tout: pensez-vous que les membres des cabinets ministériels dirigent des entreprises? Non: ils dirigent un cabinet ministériel.

        • « pensez-vous que les membres des cabinets ministériels dirigent des entreprises? »

          Evidemment qu’ils dirigent des entreprises, en faisant voter des lois et des règlementations débiles, en augmentant la pression fiscale.

          • Le propos de Victor Charlie aurait du sens si nous vivions sous un régime de séparation de l’Etat et de l’économie avec une bonne grosse loi à la 1905.
            Dans les fait, nous vivons dans un régime de soumission de l’économie à l’Etat, et Victor est un religieux étatique.

          • Victor Charlie n’a pas tort, et vos objections n’ont pa sde sens:

            1. Ce ne sont pas les membres des cabinets qui votent les lois, débiles ou pas, mais les représentants du peuple élus à l’Assemblée nationale. SI les lois ne vous plaisent pas, votez pour d’autres représentants!

            2. Vous avez une drôle de conception de la direction des entreprises. Bien sûr que les décisions politiques ont une répercussion sur la sphère économique, et inversement. ça s’appelle la société. Mais à part faire ce constat, considérer que parce qu’une politique est menée les entreprises seraient « dirigées » par les énarques qui peuplent les cabinets, c’est aussi débile que dire que c’est le régisseur qui dirige la façon dont joue l’orchestre (pour rester dans la métaphore musicale) car il coordonne le fonctionnement du théâtre.

            3. Je n’ignore pas qu’il y a des liens entre la haute administration et les entreprises (avec des gens qui passent de l’un à l’autre), mais si on considère ce cas de figure, l’argument de la non-expérience tombe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Bernard Kron.

Certains médecins, en vous tâtant le pouls, ont une façon de vous prendre par la main qui semble tout de suite vous guider vers un monde meilleur. Paul Masson.

Les révolutions chirurgicales s’accélèrent depuis les greffes d’organes, les sutures automatiques à la fin des années 1960 et la chirurgie télévisée sans bistouri à la fin des années 1980. L’IA et le robot chirurgical annoncent peut-être des temps nouveaux. Pourtant le robot n’est en fait que le prolongement de la main du chirurgien. Il permet d’augmente... Poursuivre la lecture

Par Julien Plouchart.

On peut se demander si les initiatives et réactions des autorités françaises face à la crise du covid en apparence erratiques et contradictoires ne s’inscrivent pas en fait dans un processus de déconstruction progressive de l’essence démocratique de nos institutions et de notre société. Nous assistons de fait à la mise en place d’un autoritarisme étatique et à la fragmentation de la société.

L’atomisation de la société installée par le pouvoir permet de briser l’individu. L’identité est niée avec la déshuma... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

Nul ne conteste aujourd’hui que la fonction publique française dysfonctionne. Le diagnostic est fait : pléthorique, intouchable, mal équipée et défaillante. Elle est un monstre d’inefficacité.

Nos hommes politiques s'accordent majoritairement sur ce diagnostic mais baissent les bras devant une réforme d’ampleur difficile à mettre en œuvre.

Fonction publique : état des lieux

Le pays compte 5,526 millions d'agents publics.

Cet effectif a augmenté de 40 % depuis François Mitterrand. On peut lui ajo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles