« Ordre juste », privilèges et injustices

Lorsque « l’ordre juste » autoproclamé par les politiques ne fait qu’accroître l’injustice au bénéfice des privilégiés, il ne faut pas s’étonner de les voir perdre leur crédibilité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Ordre juste », privilèges et injustices

Publié le 18 septembre 2012
- A +

Lorsque « l’ordre juste » autoproclamé par les politiques ne fait qu’accroître l’injustice au bénéfice des privilégiés, il ne faut pas s’étonner de les voir perdre leur crédibilité.

Par Yves Montenay.

La justice est un grand principe. Mais le voilà dévalué par le clientélisme électoral. On se fait élire en vantant « un ordre juste » et on défend les privilèges. Bref on proclame la justice et on pratique l’injustice.

Les privilèges défendus sont principalement ceux du secteur public et de ces organismes bizarres qui en sont issus, les syndicats à la française, si différents des syndicats d’autres pays. Leurs proclamations habillent du terme « justice sociale » la défense d’une double série de privilèges, les leurs, par l’argent reçu de multiples côtés, et ceux, indissociables, de leurs adhérents ou électeurs du secteur public.

Certes, ces électeurs ne bénéficient en général que des privilèges moyens, mais à multiplier par quelques millions de bénéficiaires. Et ils pèsent sur « les autres » directement ou via le ralentissement de l’économie du pays. Je ne serais pas étonné que la somme totale de ces privilèges pour une vie entière, divisée par le nombre d’années d’activité, se monte à plusieurs centaines d’euros par mois, voire souvent à quelques milliers. Cela encore une fois à multiplier par quelques millions de bénéficiaires !

Ces privilèges existent également dans les médias et vont de la masse des avantages moyens (intermittents du spectacle) aux avantages vertigineux des « grands » journalistes de l’audiovisuel. Les allocations et avantages fiscaux qui les concrétisent ont été difficilement (et très légèrement) rabotés par « la droite », d’où la hargne contre cette dernière, et leur rétablissement complet serait en cours de discussion.

Le problème est que celui qui s’attaquerait à tout cela déclencherait une épreuve de force électorale et médiatique s’il est élu ou célèbre, ou des contraintes très directes s’il est un responsable plus moyen ou un simple témoin. Il serait obligé de se taire ou de partir. Il est plus confortable de faire de ces privilégiés ses « clients » électoraux ou professionnels ; pour cela, il faut cultiver l’obscurantisme en prononçant quelques formules rituelles comme « justice sociale » ou « défense du service public » que l’on a du mal à définir et plus encore à relier logiquement aux privilèges défendus.

Et de plus tout cela fonctionne mal et permet de multiples « combines » qui siphonnent les budgets des institutions publiques et notamment celui de la Sécurité Sociale. Mais tout sera absous, voire béni au nom de « la défense du service public » !

Le pire est le ralentissement du fonctionnement national par ankylose ou du fait des accès de rigueur, eux-mêmes rendus nécessaires pour corriger l’effet des promesses électorales. Et ce n’est pas sur les privilégiés que pèse le ralentissement : ce n’est pas eux qui perdront leur poste à cause du chômage induit. Ce n’est pas sur eux non plus que « tomberont » la plus grande partie des nouveaux impôts nécessités eux aussi par le maintien des privilèges, car il n’est pas question de faire des économies qui pourraient écorner ces derniers.

Tout cela s’auto-baptise « l’ordre juste » ! Comme il s’agit au contraire d’accroître l’injustice au bénéfice des privilégiés, on ne s’étonnera pas de voir les politiques perdre leur crédibilité et l’obscurantisme prospérer par le détournement du vocabulaire. La langue de bois communiste n’a pas été perdue pour tout le monde ; il est vrai qu’elle a été d’une redoutable efficacité dans une bonne part des élites françaises !

—-
Retrouvez le raisonnement économique complet et des exemples de privilèges et de gâchis sur cette version allongée de l’article.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Anne Hidalgo
5
Sauvegarder cet article

Si l’on se risque à écrire que Paris est devenu un cloaque anxiogène et cradingue, infesté de rats, d’embouteillages, de travaux et de détritus, beaucoup croiront à une caricature. Et pourtant. La réalité n’est pas si éloignée de cette description, à laquelle s’ajoutent une insécurité endémique et une dette abyssale tutoyant les dix milliards d’euros.

Paris est l’une des villes les plus sales d’Europe, d’après The Guardian. Les riverains exaspérés se voient en outre imposer de coûteux réaménagements pris sans concertation, maintenus ma... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Notre société n’en peut plus. Après plusieurs décennies de surenchère en matière d’interventionnisme, qui se paye par une taxation et un endettement (donc des impôts futurs) de plus en plus colossaux, le peuple réagit.

De manière parfois confuse, mais en réponse à une accumulation de souffrances qui résultent pour une bonne part de l’horreur politique et de la prétention de certaines élites à constamment tenter de régenter la vie des autres. Une impasse, mais aussi un leurre dont on n’a pas fini de mesurer l... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

Sur fond d’accusations d’ingérence turque en vue de la prochaine présidentielle, l’ombre de Recep Tayyip Erdogan a largement plané sur l’actualité de la semaine passée, alors que la Turquie est désormais sous surveillance de l’Union européenne pour ses dérives autoritaires sans pour autant couper les liens commerciaux entre les deux puissances, dix ans après avoir perçu plusieurs milliards d’euros d’aides de préadhésion de la part du contribuable européen.

C’est dans ce contexte sulfureux que l’espace médi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles