L’austérité au Royaume Uni

La politique menée par David Cameron est critiquée, notamment car l'austérité qu'il imposerait renforcerait la récession du Royaume Uni.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints643 austérité Royaume Uni

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’austérité au Royaume Uni

Publié le 11 septembre 2012
- A +

La politique menée par David Cameron est critiquée, notamment parce que l’austérité qu’il imposerait renforcerait la récession du Royaume Uni. Vraiment ?

Par Vladimir Vodarevski.

David Cameron

Le gouvernement britannique de David Cameron est critiqué pour l’austérité qu’il impose au Royaume Uni. Les critiques sont d’autant plus fortes que le Royaume Uni est en récession. Paul Krugman s’y est mis lui aussi, avec le talent qu’on lui connaît (Britain’s Paul Ryan )

Cependant, le Paul Krugman éditorialiste du New York Times est en train de complètement discréditer le Paul Krugman Prix d’économie de la Banque de Suède (dit Prix Nobel). Un économiste, un vrai, universitaire qui plus est, doit argumenter ses opinions. Or, il est difficile de voir une quelconque austérité dans la politique de David Cameron.

D’abord, il n’y a eu aucune diminution du budget britannique, comme le montre le site uk public spending.

 

Le déficit budgétaire est énorme, de 8,3% du PIB pour la période 2011-2012, comme le montre les deux tableaux suivants. Le premier provient directement du Trésor britannique, et le second du site Trading Economics, qui propose des graphiques simples sur des périodes au choix.

Des dépenses publiques qui ne diminuent pas, la baisse des recettes étant compensée par une augmentation de l’endettement. Ne serait-ce pas l’application des théories keynésiennes de relance par la dépense publique, soutenues par Monsieur Paul Krugman ? Ajoutons que la politique monétaire de la Banque d’Angleterre est très accommodante, toujours dans la droite ligne des préconisations de Paul Krugman.

Quelques précisions supplémentaires sur le Royaume Uni. Ce pays a connu une croissance soutenue par la dépense publique, les embauches publiques, et la consommation à crédit. David Cameron est le pompier qui éteint l’incendie.

Il est accusé de mener une politique d’austérité car il cherche à remettre en cause l’État providence, avec son projet de Big Society, qui donne plus de responsabilités aux gens. Mais il ne fait que prendre acte de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays après les politiques de déficits budgétaires et de relance par le crédit. Sa politique n’apparaît pas comme une politique de rigueur. Mais les britanniques subissent les conséquences de la politique de Gordon Brown. En économie, rien ne s’efface d’un coup de baguette magique.

D’autre part, une comparaison avec la France, qui elle n’a pas remis en cause son modèle, ne montre finalement pas une grande différence en termes de croissance. Une croissance nulle pour la France en 2012, et légèrement négative pour le royaume Uni. En termes de PIB, une précision de moins de 0,5 point n’est pas significative.

INSEE

Sachant que le chômage, par contre, diminue au Royaume Uni.

En conclusion, le Royaume Uni connaît une situation catastrophique car il a soutenu l’économie par la demande, par le déficit public et la création monétaire. Pour s’en sortir, il n’a pas procédé à une diminution de la dépense publique, compensant la baisse des recettes par l’emprunt. Une politique keynésienne.

Ce qui lui est reproché, c’est surtout de préparer l’avenir, en s’interrogeant sur le modèle qui a mené à cette catastrophe. Quoique, là encore, la politique de Cameron ne soit pas si libérale. Ainsi, il prévoit une banque publique pour les PME, des crédits d’impôt pour les entreprises de jeux vidéos, et la Banque d’Angleterre fait allègrement marcher la planche à billets. Cameron subit l’agenda politique, qui est celui du très court terme, dicté par les échéances électorales.

—-
Sur le web.

—-

Avant un  plan B, un plan A comme austérité, par Daniel Hannan.

Même si l’Etat dépense plus, on lui reproche ses coupes budgétaires.

Toujours pas de coupes budgétaires.

Pas de coupes budgétaires au Royaume-Uni.

Coupes budgétaires ?

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Le RU, qui n’est pas vraiment un état providence, en tout cas beaucoup moins qu’en France, et qui n’est pas dans l’Euro, est tout autant dans la mmm. que nous.

    Cela pondère beaucoup de critiques.

  • La récession n’est pas provoquée par l’austérité mais par ce qui a déclenché le besoin d’un plan d’austérité, c’est à dire l’atteinte des limites de l’endettement, qu’il soit public ou privé, tolérable par le système. La récession n’est qu’un réajustement désagréable mais nécessaire des économies pour purger de trop grandes erreurs commises par le passé. Lorsque une nation s’est trop endettée, tôt ou tard, elle doit purger son surendettement. Le plan d’austérité n’est pas la cause du recul de la croissance qui s’ensuit mais la condition absolument nécessaire du redémarrage ultérieur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par David Camroux. Un article de The Conversation

L’alliance AUKUS, réunissant l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a officiellement vu le jour le 22 novembre 2021, lors d’une cérémonie de signature discrète à Canberra, environ deux mois après l’annonce publique et spectaculaire de l’accord par les dirigeants des trois pays concernés.

Dans l’intervalle, une avalanche d’analyses s’est concentrée sur les aspects stratégiques et géopolitiques de cette entente pour l’Australie et les États-Unis, tendant à minimiser ses dyn... Poursuivre la lecture

L’Angleterre et l’Australie ne sont plus aux antipodes. La géopolitique post-Brexit opère un bouleversement copernicien sur le plan du commerce international et de la libre circulation.

Boris Johnson a admis que l’adhésion de la Grande-Bretagne à la CEE en 1973 et la fin de ses conditions commerciales préférentielles avec le Commonwealth « ont eu des effets assez dévastateurs sur de nombreux agriculteurs australiens ». Le ministre australien du Commerce a déclaré que l’accord commercial post-Brexit « corrigerait un tort historique ».Poursuivre la lecture

Boris Johnson pensait sans doute avoir vécu la pire semaine de sa vie de Premier ministre la semaine dernière, c’était sans compter le week-end. David Frost, le secrétaire d’État chargé du Brexit, a posé sa démission samedi. Véritable gardien de l’esprit du thatchérisme au sein du parti conservateur et allié de la première heure, David Frost a considéré l’adoption de nouvelles mesures coercitives pour combattre la pandémie comme la goutte d’eau faisant déborder le vase.

Fronde contre le passeport vaccinal

En début de semaine, pratiquem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles