Dossier médical personnel : « insuffisance grave de suivi financier »

La création de ces « carnets de santé électroniques » semble pour le moment être un énorme gâchis financier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
dmp

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dossier médical personnel : « insuffisance grave de suivi financier »

Publié le 1 septembre 2012
- A +

La création de ces « carnets de santé électroniques » semble pour le moment être un énorme gâchis financier.

Un article du Cri du Contribuable.

La publication par la presse du résumé d’un rapport de la Cour des Comptes encore non divulgué sur le coût du dossier médical personnel (DMP) en dit long sur la gestion des deniers publics. Le coût de développement de la mise en place aurait vraisemblablement dépassé un demi-milliard d’euros depuis le démarrage du projet.

La création de ces « carnets de santé électroniques » semble pour le moment être un énorme gâchis financier. Alors qu’il devait permettre d’économiser 3,5 milliards d’euros par an, il aura déjà coûté plus de 500 millions d’euros depuis 2004. A la mi-juin 2012, 158.000 dossiers médicaux personnalisés avaient été ouverts. Au rythme actuel des créations (1000 par jour), il faudra encore près de 150 ans pour couvrir l’ensemble de la population française.

Les mots employés par la Cour des Comptes pour qualifier le pilotage de ce projet sont lourds de signification : « Insuffisance grave de suivi financier », « absence d’analyse des coûts induits par son déploiement », « impossibilité à consolider le montant des fonds publics considérables consacrés », « absence de suivi par l’administration de la santé des dépenses », « défaillance de pilotage »… Des accusations à charge contre l’administration de la santé chargée de piloter le projet.

Mais cette gestion à tâtons ne fait pas le malheur de tous. L’Agence des systèmes d’information partagés de santé (ASIP), principale administration concernée par ce projet reçoit d’ailleurs plus de 65 millions d’euros de subventions par an. Un budget conséquent dont 22 millions d’euros consacrés à la sous-traitance et 4,4 millions à la communication. La revue Acteurs publics révèle d’ailleurs la liste des principales sociétés de conseil et d’informatique qui ont bénéficié de près de 71 millions d’euros de contrats depuis les premiers balbutiements du DMP.

Faut-il encore s’étonner de l’inexorable dégradation des comptes publics à la lumière de cet exemple de mauvaise gestion ?

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • encore un domaine ou des entreprises privées se gavent d’argent public…entreprises qui emploient beaucoup d’incompétents et qui ne vivent que grâce à cet argent du contribuable…

  • 65 millions de subventions, 158000 DMP, soit 411 euros par an subventionnés pour chaque dossier. Si les 65 millions de français devaient être dotés de leur DMP, ce qui demeure l’objectif théorique de cette affaire, on arriverait à un coût annuel de 26,7 milliards d’euros, soit 1,3% du PIB de la France consacrés rien qu’au DMP.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelques mois, dans un article appelant les nouveaux députés à mettre fin[1. Ce qui fut chose faite au 31 juillet 2022, quelques dispositions de veille sanitaire restant néanmoins en vigueur jusqu’au 30 juin 2023 et la réintégration des soignants non-vaccinés étant soumise au feu vert de la Haute Autorité de Santé, laquelle est pour l’instant bloquée sur rouge.] à l’état d’urgence sanitaire, je soulignais en conclusion combien il était nécessaire que les citoyens montrent la plus grande vigilance, non seulement à court terme à propos d... Poursuivre la lecture

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

La France fait bande à part parmi les pays de l’UE, elle est l’un des derniers à résister encore et toujours à la libéralisation du marché de l’électricité. À plusieurs reprises l’Iref a pointé les limites du modèle régulé dans lequel évoluent nos énergéticiens.

La Cour des comptes a rendu mardi 5 juillet un rapport très critique sur l’organisation du marché de l’électricité sans néanmoins proposer d’aller plus loin dans sa libéralisation. Pourtant, plus de dix ans après la loi ... Poursuivre la lecture

L’examen du projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d’achat, soit un paquet de nouvelles dépenses publiques à 20 milliards d’euros, débute ce lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale. D’après les échos des discussions préalables en commission des finances, on devine que les débats seront animés, mais pas vraiment dans le sens d’un retour à une certaine sobriété budgétaire, bien au contraire. À tel point que le gouvernement, qui pourtant s’y connaît en « quoi qu’il en coûte », accuse maintenant les oppositions de vouloir faire « sauter la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles