Ségolène et Lang dans la basse-cour

Les pintades, ça ne tient pas au perchoir, par manque d’équilibre. Les deux volatiles avaient commencé à réclamer le perchoir de l’Assemblée avant même d’être imposés candidats !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 275 Ségolène Royal Jack Lang

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ségolène et Lang dans la basse-cour

Publié le 16 juin 2012
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Les pintades, ça ne tient pas au perchoir, par manque d’équilibre. Les deux volatiles avaient commencé à réclamer le perchoir de l’Assemblée avant même d’être imposés candidats !

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Avez-vous déjà eu l’occasion de lire en quoi consiste exactement le régime de l’État d’urgence sanitaire sous lequel nous vivons de façon complète ou transitoire depuis le mois de mars dernier du fait de la pandémie de Covid-19 ? Je vous invite à le faire sans tarder car du point de vue de la restriction des libertés civiles, c’est véritablement énorme :

« La déclaration de l’État d’urgence sanitaire autorise le Premier ministre à prendre par décret :

• des mesures limitant la liberté d’aller et ven... Poursuivre la lecture

Par Henri Astier.

Les ouvrages de Marc Fumaroli sur le XVIIe siècle et l'histoire de la littérature lui ouvrirent les portes du Collège de France, de l'université américaine, et de l'Académie française. Mais sa célébrité auprès du grand public, sa transformation d'érudit distingué en intellectuel reconnu, il les doit à un court essai polémique paru en 1991, L'État culturel.

Fumaroli ne fut pas le seul à dénoncer les politiques culturelles de l'après-1981. De talentueux auteurs tels que Michel Schneider ou Maryvonne de Saint-Pulg... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles