Finances publiques et Service Public : la confusion

il est également faux de considérer en premier lieu que des services dits publics en tant que « droit d’accès à » devraient obligatoirement être rendus par des entreprises publiques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Finances publiques et Service Public : la confusion

Publié le 7 juin 2012
- A +

Il est faux de considérer en premier lieu que des services dits publics en tant que « droit d’accès à » devraient obligatoirement être rendus par des entreprises publiques.

Par Lucien Oulahbib.

C’est en entendant un dirigeant écologiste répondre sur RTL que cette confusion est apparue des plus flagrantes et surtout bien injuste. Il réagissait au désir annoncé par Martine Aubry de taxer en profondeur le patrimoine et les revenus après les législatives en énonçant que cette imposition s’imposait pour financer la santé, l’éducation, etc. comme si cela allait de soi, tombait sous le sens, et ce sans tenir compte des résultats, du coût, puisque la prémisse qui justifie l’ensemble consiste à toujours indiquer que la vision comptable ne doit pas primer, par principe, sur ceux-ci. Ce qui permet de faire toutes les statistiques adéquates comme additionner tout le patrimoine et tous les revenus et les diviser par le chiffre de toutes les dettes… Mélenchon le fait constamment. Aubry aussi et de moins en moins en sourdine.

Qu’est-ce qui pèche dans ce raisonnement… « comptable » ?…

Mis à part qu’il soit injuste de faire ce genre de calcul puisqu’il existe déjà l’impôt sur le revenu et sur le patrimoine (aux diverses taxes), il est également faux de considérer en premier lieu que des services dits publics en tant que « droit d’accès à » devraient obligatoirement être rendus par des entreprises publiques. L’évidence n’est pas sûre.

Ceux qui défendent cette idée présupposent en effet que ces dernières, n’ayant pas le profit comme fondement, mettront en avant bien plus de « moyens » que des entreprises de droit privé nécessairement cupides et orientées. Rien n’est plus faux, du moins hormis les brebis galeuses bien sûr, d’autant que n’importe quel économiste, honnête, sait que pour faire du profit il faut que le produit soit suffisamment attractif pour attirer un marché porteur, surtout en situation concurrentielle. À moins d’admettre implicitement le raisonnement marxiste stipulant que tout profit serait le résultat d’un travail non payé. Ce qui s’est avéré faux, sauf pour certains cas en particulier en Chine et dans les pays socialistes où la militarisation du travail empêchait que des protestations voient le jour comme c’est le cas dans les pays démocratiques et depuis que les libéraux se sont battus en 1830 pour les libertés, dont la liberté syndicale.

Mais revenons aux faits présents. Ainsi l’enseignement privé croule sous les demandes. Or, il est stoppé dans son développement à cause d’un numerus clausus qui l’empêche d’ouvrir de nouvelles classes. De plus, du fait que par un tour de passe-passe juridique le budget public participe pour une part à son financement, il fait croire qu’il est partie prenante de sa croissance alors qu’il suffit de rappeler que ce financement, puisqu’il est public, provient en réalité de la poche de ceux qui mettent leurs enfants dans le privé et ainsi payent deux fois : par leur impôt et par ce qu’ils versent à l’école de leur choix.

Ainsi, au lieu de se demander pourquoi le service public de l’enseignement a de moins en moins de bons résultats, surtout le Collège général, l’enseignement professionnel, etc., les Aubry et leurs répliques écologistes vont exiger « encore plus de moyens » alors qu’il s’agit d’un problème d’organisation et de motivations payées à leur juste prix. Idem pour la santé, où rien ne dit que l’on soit moins bien soigné dans le privé que dans le public en particulier au niveau dentaire et ophtalmologiste, dermatologique, orthopédique, sans parler des soins lourds…

Mais l’idée socialiste mécaniste – que reprend la nouvelle génération socialo/écolo comme si rien ne s’était passé depuis cent ans – consiste à faire comme dans certains pays communistes tel Cuba : tout sacrifier en termes de richesses pour la santé et l’éducation, ce qui permet d’en faire des vitrines pour la propagande, peu importe si le reste de la production laisse à désirer. De plus, si Cuba en effet a pu avoir quelques résultats en la matière (la Hongrie était réputée aussi), sa population est bien moins nombreuse, et surtout ne répond pas à la question majeure de la participation effective de cette population à son propre développement effectif et global qui ne serait pas seulement réduit à quelques aspects de la vie domestique, tels ces animaux que l’on engraisse pour s’en servir ensuite comme mets festifs afin de consolider son pouvoir par le prestige et l’autorité.

Il y a donc une confusion multiforme qui sème ce sentiment de malaise à la veille de ces élections législatives fantômes qui suivent une élection présidentielle avec un drôle de vainqueur par défaut.

Certes encore, l’accès à certains droits et biens se comprend en régime démocratique, sauf que leur mode d’acquisition ne passe pas nécessairement, et même plus, ne doit pas passer par la construction d’une énorme bureaucratie dont l’objectif pratique consiste à se perpétuer en réalité, malgré toutes les bonnes intentions, puisque l’effet cumulatif des énormes moyens mis en branle à mauvais escient et de manière trop généraliste rate en fait le but officiel affiché : satisfaire le plus grand nombre. Ce qui a toujours été le but des penseurs libéraux contrairement aux rumeurs.

Pourtant, et cela a été vu au niveau économique dans les pays soviétiques à économie dirigée, l’étatisation de l’économie ne permet pas de produire ce qu’il faut. Pourquoi ? Parce que le Gossplan soviétique par exemple prévoyait bien que l’industrie dite « lourde » produise les tonnes de ceci et de cela sauf que l’absence d’industries dites « légères », bref l’adéquation entre une offre et une demande, faisait que l’on pouvait seulement avoir ici du 36 et du 37 en pointure de chaussure, et uniquement sur un à deux modèles, et il fallait attendre le mois suivant pour le reste des pointures parce qu’il fallait recalibrer à nouveau les rares machines généralement importées (et allemandes). Ne parlons pas des invraisemblances comme le fait de produire tant de tonnes de clous sans se préoccuper de leurs tailles ni de leurs fonctions… tant et si bien que certaines usines, non évaluées évidemment, fabriquaient d’énormes clous, inutiles, mais correspondant à la norme demandée en termes de tonnage.

En France l’on produira tant de « tonnes » de bacheliers et d’étudiants sans se préoccuper de leur insertion, du moins jusqu’au second cycle. Et en santé, chaque député-maire voudra son hôpital soigneusement rangé à côté de ses ronds points interminables et de leur maison de la culture (fatiguée de redondance militante). La médecine sera, elle, principalement axée sur la physiologie et guère sur le psychosomatique, les médecines douces, massages et SPA. Le médecin ne sera pas formé en psychologie mais en maths et physique comme si ces matières pouvaient aider à faire la différence entre une hypocondrie et un mal réel.

De façon générale, les solutions plus conformes à la réalité existent bien pourtant : décentraliser, permettre aux gens de choisir leur protection sociale, réduire ainsi les coûts sans amoindrir la solidarité, construire une réelle démocratie participative dans laquelle le citoyen influe sur le marché par sa critique des produits et déjà ses choix de consommation, qu’il s’agisse d’une école ou d’un produit plus commun. Qu’il existe des limites et des sas, des évaluations et des soutiens (bourses etc.) est une chose, mais que l’on profite en quelque sorte de la nécessité de protéger l’accès aux droits en créant une oligarchie d’État parlant « au nom » du peuple, en est une autre.

C’est l’émergence de cette nouvelle féodalité de type idéologique qui pose de plus en plus problème, et qui freine en réalité la réelle remise à flots d’une France de plus en plus en souffrance. Voilà d’ailleurs le paradoxe : ceux-là même qui l’appauvrissent montrent les stigmates de la misère qu’ils produisent afin de se faire élire, stigmatisant ceux qui réussissent quelque chose malgré tous ces fils à leurs pattes.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture

Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris reconnaît enfin que l’Hôpital est en crise, ce que nous dénonçons et abordons depuis plus de 20 années années dans la revue des anciens internes des hôpitaux de Paris. Celle-ci est adressée chaque trimestre à l’AP-HP. Son directeur devrait s’en inspirer car 40 % d’entre nous sont encore en activité, les mains dans le cambouis et les autres ont participé à la réussite du système de soins qui avait hissé le pays au premier rang des pays de l'OCDE.

L’Internat de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles