La responsabilité du centre-droit dans la crise

Plus les choses iront mal, plus les gens tendront à exiger des politiques de forte dépense publique et de forte imposition, pourtant à l’origine de la crise. La zone euro est désormais dans un cercle vicieux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La responsabilité du centre-droit dans la crise

Publié le 9 mai 2012
- A +

Plus les choses iront mal, plus les gens tendront à exiger des politiques de forte dépense publique et de forte imposition, pourtant à l’origine de la crise. La zone euro est désormais dans un cercle vicieux.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume Uni.
J’ai écrit dans le Daily Mail au sujet de l’Europe qui rejette l’austérité. Il ne s’agit pas juste des résultats des élections grecques et françaises. Au cours des 10 derniers jours, les gouvernements des Pays-Bas et de la Roumanie ont aussi chuté à cause de leurs tentatives de faire des économies. La même chose va continuer de se répéter, sur tout le continent, élection après élection.

Les eurocrates, eux aussi, sont en train de s’éloigner sur la pointe des pieds des coupes budgétaires, conscients, mais un peu tard, de l’outrage que représente le fait d’argumenter en faveur de l’austérité dans les 27 États membres tout en exigeant une augmentation de budget de 6,8% pour eux-mêmes. On peut s’attendre désormais à une stratégie différente, une qui sera basée sur des augmentations de dépenses et une intégration européenne approfondie. Tenez-vous prêts pour les Eurobonds, les taxes paneuropéennes, les vastes plans de sauvetage à l’échelle de l’UE, etc.

C’est cela même qui a été, bien sûr, l’approche qui a mis l’Europe dans sa déplorable condition actuelle. Pourquoi les électeurs espèrent-ils donc résoudre la crise en accélérant les politiques qui l’ont causée ? Une grande partie du reproche doit reposer sur les partis de centre-droit dans la plupart des capitales des pays de l’UE. Alors même qu’ils parlent de prudence fiscale, nombre d’entre eux sont en vérité pieds et poings liés dans l’euro-corporatisme. À une poignée d’exceptions honorables près, ils ont présidé au capitalisme de copinage, à plus de dépense publique, à plus d’impôts, taxes et charges, et à plus de dette.

Leur échec a ouvert la porte à ceux qui sont en colère et aux populistes de gauche. Quand la « droite » est représentée par Samaras et par Sarkozy, il n’est pas étonnant que les électeurs se tournent vers des choix radicaux. Après tout, s’agissant de l’euro, les faits ont donné raison aux trostkistes. Depuis le début, ils ont argumenté pour dire que les travailleurs souffriraient de la monnaie unique alors qu’elle conviendrait aux types en costume.

Tant que les élites de l’Europe restent déterminées à garder l’euro, la situation économique continuera de se détériorer. Et plus ça va mal, plus les gens tendront à exiger les politiques de forte imposition et forte dépense publique qui ont causé ce fouillis. La zone euro est désormais dans un cercle vicieux.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le moral des ménages est en chute libre en raison de l’inflation et la consommation devrait s’en ressentir.

Le commentaire du Figaro sur l’inflation est un bon résumé de la pensée unique du moment :

« L’invasion de l’Ukraine par la Russie a en effet frappé de plein fouet les marchés internationaux des hydrocarbures mais aussi des matières premières agricoles, et accentué la pression sur les prix, qui était déjà forte depuis plusieurs mois en période de redémarrage très rapide de l’économie en période post-Covid. »

La haus... Poursuivre la lecture

Dans un précédent article, je vous parlais du Titanic de la dette, plus de 300 000 milliards de dollars. Le Titanic était un paquebot de luxe réputé insubmersible à bord duquel les passagers menaient grand train dans l’insouciance. Le navire n’était-il pas réputé insubmersible ?

Il en est de même pour la dette aujourd’hui. Les dettes souveraines, c’est-à-dire les dettes publiques des pays développés, passent pour être les actifs financiers les plus sûrs au monde depuis la disparition de l’or du système monétaire en 1971. Elles seraient... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles