François Hollande, le prisonnier de l’Élysée

S’il venait à être élu, François Hollande serait sous la pression permanente des communistes et des Verts, une pression de bien mauvaise augure pour la France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande, le prisonnier de l’Élysée

Publié le 29 avril 2012
- A +

S’il venait à être élu, François Hollande serait sous la pression permanente des communistes et des Verts, une pression de bien mauvaise augure pour la France.

Article publié en collaboration avec l’Aleps.

François Hollande, stylo dans la joueDans le cas où il serait élu, François Hollande annonce des mesures importantes dès la fin mai. C’est pure fantaisie, puisque la nouvelle Assemblée Nationale ne sera connue qu’au soir du 17 juin. Il est impensable et anticonstitutionnel d’utiliser la procédure des ordonnances, donc aucune décision ne saurait être prise pendant la période de gestation du nouveau régime. En revanche, François Hollande pourrait organiser un referendum, ou provoquer un sommet européen, pour accompagner dignement son entrée à l’Élysée.

Mais il risque en fait d’entrer dans une prison. Le report des voix de gauche lui est indispensable pour assurer sa victoire au second tour. A la différence de Nicolas Sarkozy qui peut légitimement compter sur des abstentionnistes du premier tour, François Hollande n’a aucune réserve car la gauche aura fait le plein de ses voix au premier tour. Donc, il doit passer par les fourches caudines des communistes et des verts. Jean Luc Mélenchon peut émettre deux prétentions : la première est d’avoir des ministres, la deuxième est d’avoir des circonscriptions pour les législatives. Or, beaucoup de circonscriptions ont été offertes aux Verts dans les accords passés avec le Parti Socialiste, et certaines « appartenaient » aux communistes. De toutes façons, les communistes, dès le mois de mai, seraient présents dans la vie politique, et la pression exercée sur l’Élysée serait permanente. Avec des Verts qui se braqueraient sur le nucléaire et la pollution, François Hollande aurait du mal à imposer quoi que ce soit à ses « amis ». Il faudrait un raz de marée PS aux législatives pour donner à l’Élysée une certaine liberté de manœuvre. Liberté qui serait toujours surveillée, de l’intérieur du PS par la vigilante Martine Aubry, et de l’extérieur par les partenaires européens et les marchés. Hollande pourrait devenir le préposé aux chrysanthèmes…

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

C’est fou : la sphère politicienne macroniste est en passe de s’étendre de la socialie la plus solférinienne à la droite LR la plus sarkozyste ; de François Rebsamen et Claude Bartolone à Éric Woerth !

Pour les deux premiers, respectivement ministre du Travail et président de l’Assemblée nationale à l’époque du quinquennat Hollande, le ralliement n’est pas encore totalement officiel. Mais pour Woerth, c’est fait : l’ancien ministre de Chirac et Sarkozy et actuel député LR a annoncé avant-hier qu’il allait se mettre en congé des Républ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles