Surenchère dans la démagogie fiscale

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 855 démagogie impôts

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surenchère dans la démagogie fiscale

Publié le 14 mars 2012
- A +

La stratégie démagogique du bouc émissaire fonctionne à plein régime. Le « débat » de la présidentielle se focalise sur le renforcement d’une fiscalité punitive et refuse de mettre en cause l’origine de cette nécessité d’imposer à tout va : la dépense publique excessive.

Par Emmanuel Martin.
Publié en collaboration avec UnMondeLibre.

La campagne électorale française s’enfonce dans le fiscalisme. Après la proposition de François Hollande de taxer à 75% les revenus au-delà d’un million d’Euros, voilà que Nicolas Sarkozy veut aller taxer les exilés fiscaux de nationalité française. En ces temps difficiles, la stratégie démagogique du bouc émissaire fonctionne à plein régime. S’il n’est pas question ici de nier la nécessité de l’équité fiscale, le débat politique – politicien – français se dirige cependant vers une fiscalité punitive et surtout, qui ne remet pas en cause l’origine de cette soudaine (ou presque) nécessité d’imposer à tout va : la dépense publique excessive.

Notons en premier lieu que la complexité de la législation fiscale et ses niches favorise effectivement les riches qui ont la capacité d’optimiser leurs impôts en se payant des avocats fiscalistes. On peut légitimement y voir une inéquité. Mais s’il y a des niches, c’est parce que la pression fiscale est justement trop élevée. Si les niveaux de taxation étaient plus raisonnables au regard des services publics effectivement fournis, les tentatives d’échapper au fisc ne seraient-elles pas plus timides ? Question d’incitations. Pourquoi, en même temps que la baisse générale de la pression fiscale, ne pas simplifier l’impôt ? Beaucoup de spécialistes, dans l’administration comme dans les cabinets d’avocats spécialisés, évoluant dans le « business de la complication » y perdraient évidemment. Mais la majorité y gagnerait tant en lisibilité et en simplicité. Cela créerait un choc de croissance qui accroîtrait les revenus fiscaux de l’État. Pourtant, ce n’est pas au programme…

Cette rhétorique politicienne consolide le retour en force du politique à la faveur de la crise. Non que, contrairement à une mythologie souvent propagée, le politique n’ait disparu avant la crise de 2008 : en France, l’État supposément « ultra-libéral » consommait alors plus de 50% des ressources nationales, depuis quelques temps déjà. La dette se creuse à grande vitesse (86% du PIB cette année) et le carcan réglementaire s’alourdit insidieusement de jour en jour. Les tenants du collectivisme se frottaient les mains fin 2008, convaincus qu’ils étaient d’une part du retour de l’État pour re-civiliser la société et d’autre part que le manque d’État est la source de la crise actuelle, ce qui se révélait à l’examen une analyse doublement erronée. C’était le « retour de Keynes ». Pas pour longtemps, évidemment, mais, la politisation de la dépense publique en France a empêché tout retour en arrière : on choisit donc aujourd’hui des boucs émissaires plutôt que de remettre en question des politiques d’un autre temps.

Cette traque se fonde par ailleurs sur un discours selon lequel il faut jouer selon les règles du jeu de la « transparence ». Mais les États « démocratiques » jouent-ils eux-mêmes selon les règles du jeu de la transparence ? En France la gestion des affaires publiques, des deniers publics se fait-elle selon des règles de la transparence ? Depuis des années la Cour des comptes y dénonce les abus et absurdités de la gestion publique. Alors qu’elle devrait être le garde-fou central de la croissance irraisonnée de la sphère politique, ses rapports s’empilent et on la remercie poliment. Que fait le Parlement pour le contrôle des dépenses ? Rien. L’État ne respecte pas certaines règles du jeu : plutôt que de vouloir s’imposer à ceux qui ont décidé d’aller jouer sur un autre terrain, ne faudrait-il qu’il commence par respecter les règles lui-même ?

Ensuite non seulement la chasse aux exilés fiscaux paraît être une stratégie politique pour distraire l’attention du grand public sur les problèmes de gestion publique, mais qu’elle est surtout un moyen de berner le public, donnant en plus le sentiment d’aller dans le sens de la justice. En réalité, en éliminant une certaine forme de concurrence fiscale, le pouvoir élimine avant tout un contre-pouvoir externe. En effet, la concurrence entre juridictions fiscales exerce une pression positive sur la gestion des deniers publics. Sans cette pression, les États ont beaucoup moins d’incitations à gérer au mieux les contributions de leurs administrés. Ce problème est fondamental et semble échapper à la vigilance des observateurs. Pourtant, au regard des libertés, cette évolution sociale parait inquiétante tant il est vrai que les contre-pouvoirs internes ne jouent pas ou plus dans de nombreuses grandes démocraties.

En fait, comme l’a bien analysé l’historien américain Robert Higgs dans son ouvrage désormais classique Crisis and Leviathan (La Crise et le Leviathan), les guerres et les crises sont toujours une occasion pour le politique de gagner des pouvoirs et de croître. Mais il y a un « effet cliquet » : la guerre ou la crise finie, le politique ne revient pas à sa taille initiale. Au prétexte de la crise actuelle, les États se sont exonérés toujours davantage des contrôles et garde-fous. Au nom de la relance bien sûr. En Europe, les critères de Maastricht ont été enterrés, jusqu’à ce que la crise de la dette vienne nous rappeler à la dure réalité. Et pourtant : qui parle de réduire la dépense publique en France ? On parle de budgets équilibrés, certainement pas de budgets raisonnables. Dans ce contexte, la chasse aux exilés fiscaux n’est pas innocente.

Moins de contre-pouvoirs, moins de démocratie. On doit certainement remédier aux « inconvénients » de ceux qui préfèrent aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte, mais cela ne passe certainement pas par une cabale menée par l’Etat, mais par une réforme de l’Etat lui-même. On le voit, les enjeux sont ici considérables : c’est bien l’avenir de notre démocratie qui est en péril. Or, voici donc comment meurt la liberté : sous un tonnerre d’applaudissements, et des courbes de sondages qui montent.

—-
Sur le web.
Des parties de cette analyse ont été empruntées à une analyse plus ancienne d’Emmanuel Martin.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Tout à fait d’accord.

    Il est exceptionnellement décevant que les différents candidats prônent des mesures contraires à nos valeurs fondamentales (les droits de l’homme) pour recueillir des succès d’opinion.

    Il y a un moment où il faut s’arrêter, la majorité ne représetne pas la morale ou les valeurs.

    Si la majorité prône le massacre des juifs, homosexuels, gitans, roumains etc etc, faut-il y accéder pour se faire élire ?

    Cela dénote une certaine décadence de la démocratie et du niveau démocratique des français ….

    • La democratie pure nécessite une connaissance des sujets et une implication des citoyens. C’est tout le débat du mandat de la représentation des élus :
      – ont-ils un mandat de simple relais (je vote/j’execute ce que vous me dites de voter/de faire)
      – ou ont-ils un mandat de reflexion (je vous dis ce que je pense et qui je suis, si vous m’élisez je prendrai les décisions pour vous) ?

      Les deux ont leur inconvenients et leurs avantages qu’il n’est d’ailleurs à mon avis pas impossible de combiner.

    • si je vous demande : faut-il que l’armée française achète des XKWZ548 ou des Gds54FTRIS pour nous défendre au mieux ?

      Qu’allez vous voter ?

      Serait-ce un problème de décadence de démocratie ?

      Vous voyez qu’il n’y a pas réponse toute faite 🙂

  • On a même la vidéo:
    –>

  • « Il est exceptionnellement décevant que les différents candidats prônent des mesures contraires à nos valeurs fondamentales (les droits de l’homme) pour recueillir des succès d’opinion. »

    Vos valeurs « fondamentales », le peuple n’en a rien à foutre : depuis un siècle, nous revenons vers l’ancien régime, avec la liberté en moins, voila la pure et simple vérité. C’est suicidaire. Et l’URSS comme la Grèce aurait du dessillé les yeux. Mais les cons ne se trompent jamais…

  • Excellent article. Bravo.
    Mais on se demande bien où l’on va — jusqu’où nos politiques irons pour finir d’asphyxier ma France ?? Et surtout comment s’en sortir à temps —

  • Excellent article plein de lucidité!.

  • « Sans cette pression, les États ont beaucoup moins d’incitations à gérer au mieux les contributions de leurs administrés. Ce problème est fondamental et semble échapper à la vigilance des observateurs. »

    > certains « observateurs » ont bien vu le problème, mais ils le voient plutot comme une solution : une solution au « dumping social ».

    Personnellement je pense comme vous , mais vous inversez le probleme car vous raisonnez en libéral, DONC forcément vous estimez la concurrence entre Etats nécessaire. Les marxistes/socialistes raisonnent en interventionnistes DONC ils estiment, eux, la concurrence inter-étatiques comme une limite néfaste du pouvoir étatique .

    En fait la vraie question est celle en amont :
    – une économie fonctionne-t’elle mieux si elle est administrée ou si elle régulée (au sens laissée libre avec un minimum de règles) ?

    Comme vous-même d’un côté et les marxistes de l’autre ont déjà répondu à cette question, chacun arrive naturellement à sa solution …

    A mon sens vous tombez dans le piège dans lequel tombent tous les penseurs de gauche : ils mettent l’idéologie avant la réalité. Ce qui conduit forcément à des résultats … utopiques. Pour une demonstration efficace il faut partir des faits.

    J’aurais dit comme ça :
    – estimant que l’économie libérale fonctionne mieux (voire la seule qui fonctionne à terme) car je constate que ça marche mieux partout, et étant pour les libertés individuelles, notamment celle de fuir l’oppression (ici fiscale) car je constate que la liberté rend les gens heureux, je suis libéral,
    – donc l’état doit être limité dans son interventionnisme
    – or une concurrence inter-étatique est un bon moyen de le limiter l’Etat dans son interventionnisme
    – donc la chasse aux exilés qui vise à empecher cette concurrence est stupide

    Le débat se situe sur la premiere affirmation que je fais, pas sur la derniere :).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Arnaud Pineau-Valencienne. Un article de l'IREF Europe.

En quatre décennies, le déficit public du pays devient vertigineux. Son origine remonte à la première alternance de la Ve République. La France subit par dogmatisme un chambardement en matière de gestion de ses finances publiques. Nos partenaires américains et anglais nous le ferons comprendre lors d’un somptueux dîner à Versailles par leur silence éloquent.

Les promesses démagogiques fleurissent, « flattent les mouvements d’option » et l’addition se paie immédiatement

Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles