Le halal, on s’en fiche !

En pleine campagne présidentielle, notre classe politique se passionne pour un sujet majeur s’il en est

En pleine campagne présidentielle, notre classe politique se passionne pour un sujet majeur s’il en est : la façon dont certaines des personnes qui vivent en France veulent que leur steak ait été découpé ! Affligeant.

Un billet d’humeur du Parisien Libéral.

De Claude Guéant à la fille à papa de Saint Cloud, un sujet, une passion commune. De quoi s’agit-il ? De l’excès d’impôts ? De l’inefficacité de la vidéo-surveillance dans les villes ? De la nécessaire adaptation de notre armée au réarmement en court en URSS Russie, Corée du Nord, Moyen-Orient ?

De l’échec total de la guerre à la drogue ? Des 100 000 jeunes sortis de notre système éducatif, tous les ans, sans qualification ?

Non, il s’agit de la façon dont certains des gens qui vivent en France veulent que leur steak ait été tué, sujet majeur s’il en est.

Précisons quand même que si chacun d’entre nous, musulman, chrétien, juif, laïc ou autre, visitions un abattoir, sans doute qu’un certain nombre deviendrait végétarien. Passons…

Eh oui, avant d’arriver à ça,

il a fallu tuer, et c’est moche.

Admettons que le raccourci « religion = pratique culturelle = valeurs = culture » ait un sens. Dans ce cas, pourquoi Claude Guéant ne proteste-t-il pas contre l’existence des commerces casher, eux aussi pas exactement chrétiens ?

C’est vrai qu’on peut être choqué par le développement du halal (et non pas hallal), quand on continue à vivre dans la fiction de l’unicité de la culture française. Mais le fait est que si la France est bien une Nation, elle n’est pas un pays mais des pays. Quoi de commun entre le nord et l’est, où les habitants boivent plus de bière que de vin, et le sud ouest, où c’est l’inverse ? Quel rapport entre la Vendée, une terre d’entrepreneurs et de PME, et Marseille, une terre de fonction publique ? Rien de tangible sur le plan culturel, si ce n’est, et ce n’est pas rien, la fierté de vivre en France, et c’est déjà beaucoup.

Le halal risque de se développer dans nos cantines ? Oui, et alors ? D’une part, personne n’est choqué par l’existence de cantines casher, une fois de plus, et d’autre part, les parents devraient surtout être libres de mettre leurs enfants dans des établissements à 100% en ligne avec leurs valeurs. On devrait pouvoir être libre de choisir entre cantine chrétienne, laïque, casher ou halal pour nos enfants, tout comme en tant qu’adultes on aime pouvoir choisir à midi entre sushi, McDo ou salade. La liberté religieuse (et celle de ne pas avoir de religion) est un héritage de 1789. Ne le confondons pas avec l’obligation d’adhérer à l’endoctrinement laïcard, rêve des dictatures socialistes. Il y a des musulmans en France. Laissons-les vivre en France tant qu’ils respectent les lois françaises (écrites, puisque nous sommes dans un pays de droit romain), ce qui n’empêche pas d’interroger sur la confusion entre code civil et code religieux présent dans le Coran. Et sortons de l’hypocrisie qui consiste à refuser le droit au racisme…

Nous sommes tous différents. Pourquoi devrions-nous tous nous aimer ? Comme dirait H16, l’éditorialiste de Contrepoints, pour le moment, la France, c’est officiellement Égalité, Taxes, Bisous ! 

—-
Sur le web

—-

7 raisons pour les musulmans de voter libertarien