Cantines et religion : j’ai la soluce !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cantine-service photo du CD du Val de marne-(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cantines et religion : j’ai la soluce !

Publié le 19 août 2015
- A +

Stupeur et fourchette en plastique ! Une nouvelle fois, c’est une douloureuse question alimentaire qui secoue la France, pays où l’on peut rire de tout, sauf de la nourriture : Yves Jégo a lancé une pétition appelant à imposer la présence d’un repas végétarien au menu des cantines. Derrière cette pétition, le député UDI voit une solution à la prolifération des menus confessionnels dans les cantines normalement aussi laïques que républicaines.

Cette lubie du menu confessionnel n’est pas étonnante. Là où, en toute application d’une logique vraiment laïque et républicaine, et dans le cadre normal d’une administration d’État habituellement peu soucieuse du bien-être de ses administrés dont elle se fout complètement le reste du temps, le menu serait confectionné indépendamment des petits désidératas des uns et des autres, avec forces politiciens et moult associations conscientisées, mois d’août oblige, l’affaire s’est immédiatement enkystée.

life : nature's way to keep meat fresh

Que voulez-vous : tant la nourriture que la religion, en France, c’est fort complexe à gérer. D’ailleurs, en France, on n’a pas de pétrole, on n’a pas d’idées, mais pour bien vérifier qu’on n’a rien de tout ça, on a un paquet d’Observatoires. Notamment un Observatoire du Fait Religieux (nom authentique, ça sent presque le terroir et le dépôt de main courante) qui, tous les ans, interroge les entreprises françaises pour savoir si elles sont concernées par une situation marquée par la religion. C’est une longue phrase pour savoir si elles ont remarqué des salariés qui faisaient les marioles avec leur croyances et qui embêtent les autres avec leurs interdits divers et variés. Notez que ça marche aussi pour les cantines.

En 2014, on apprend que 12% indiquent que oui, des salariés ont provoqué des incidents en entreprise liés à leur religion. À mon avis, c’est trop faible pour expliquer à la fois la croissance nulle et les déclarations absurdes de Michel Sapin, mais une tendance se dégage : celle d’une augmentation des situations de blocage en entreprise liés à la religion. L’enquête explique ainsi que certains refusent de travailler avec des femmes ou de manipuler de l’alcool, d’autres de manipuler des femmes et de travailler avec de l’alcool, d’autres qui réclament bruyamment des menus confessionnels ou d’autres encore, accoutrés de marinières cocasses, exigent exclusivement du Made In France.

Chose intéressante : l’enquête prend beaucoup de précautions pour ne pas trop citer la religion la plus impliquée dans ces blocages récurrents alors que tout le monde se doute bien qu’il s’agit évidemment du syndicalisme. Ahem. Brmm. Bref. Pourtant, c’est oublier que dans l’écrasante majorité des cas, la plupart des salariés savent rester actifs même après une bonne prière ; les entreprises s’adaptent et c’est très bien : on est en pays laïc, que diable.

Et en pays laïc, on ne doit discriminer personne et, mieux, on doit absolument accommoder tout le monde. Et ça tombe bien : la France est le pays qui a placé au rang d’art le fait d’accommoder les choses entre elles, comme en cuisine avec le sucré et le salé, ou en politique avec les blaireaux et les ânes. C’est pour cela que je le dis : finissons-en avec ces blocages intestinaux et prenons enfin une bonne goulée de tolérance laxative !

Tout d’abord, il faut mettre un terme définitif aux tracas posés par les différents interdits vestimentaires. Fini les lois complexes pour interdire ci ou ça, la loi devrait au contraire sanctuariser les vêtements. Quelle joie de pouvoir enfin travailler en combinaison intégrale cuir à son guichet de poste ! Le biker tatoué, lui, n’aura plus à cacher ses avant-bras turgescents et colorés lorsqu’il travaillera à la crèche. Pourquoi cantonner les nudistes aux plages, alors que leur accoutrement est quasiment un prérequis sanitaire en cuisine ou dans les hôpitaux ? Et qui sait, bientôt, on pourra enfin voir apparaître la première super héroïne en burka intégrale ?

Dans un pays vraiment tolérant, on ne peut pas, on ne peut plus imposer de discrimination sexuelle. Bien sûr, il faut mettre fin au plafond de verre qui interdit aux femmes des postes hauts placés comme grutier ou commandant de bord, et qui relègue Christiane Taubira aux karaokés d’estrade, mais on peut aller plus loin, par exemple en supprimant les toilettes séparées ou en imposant des journées « jupes pour tous » les mercredis pairs et « Gode ceinture pour toutes » les impairs. Et puis, fini les discriminations sexuelles honteuses : une stricte parité peut et doit être imposée dans les équipes de travail : un sage-homme pour chaque sage-femme et des équipes de foot composées de cinq hommes, cinq femmes et un trans, le tout, sous des vêtements adaptés aux religions de chacun, voilà qui aurait de la gueule !

conformity

Pas question non plus de choquer nos amis écologistes : tout le papier sera systématiquement recyclé, de la photocopieuse aux mouchoirs en passant par les toilettes devenues mixtes. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme dans la bonne humeur et le vivre-ensemble. Bien évidemment, il n’est plus question de manger des animaux, ces derniers étant sacrés dans les religions animistes et cela pourrait choquer leurs défenseurs. Pour des raisons religieuses évidentes, fini les étouffe-chrétiens à la cantine ! Terminé l’alcool, puis ce qui n’est ni halal, ni kascher. Et quand le Carême et Ramadan tomberont au même moment, les cantines ne distribueront plus qu’un peu d’eau tiède le midi avec un filet de citron. Voilà du vivre-ensemble vraiment accommodant !

Enfin, puisqu’il faut tenir compte des différents impératifs religieux, les entreprises devront fermer le jeudi (qui est férié dans une partie des pays musulmans), le vendredi (qui est jour de prière), le samedi (parce que c’est shabbat), le dimanche (parce que c’est le Jour Du Seigneur). Pour les animistes, le lundi fera l’affaire, et le mardi sera consacré aux hindous, aux bouddhistes et aux confucianistes.

Et là, on touchera en France un stade de perfection rarement atteint dans la vie communautaire, puisque l’entreprise sera alors ce lieu magique où les gens se rencontrent une unique fois par semaine, le mercredi midi, pour manger un bol de corn flakes garantis bio sans gluten arrosés de lait de soja éco-conscient avant que tous repartent chercher leurs enfants ou rejoindre leur potager macrobiotique pour un après-midi de détente multiculturelle.

Bon, on le comprend : tout ceci est évidemment fort complexe à mettre en place. Heureusement, j’ai une autre solution.

Pour les aspects alimentaires, le plus simple est de proposer la même chose pour tous, dans le respect des religions et des interdits alimentaires habituels, bien sûr. Un porridge bio peut faire l’affaire. Les horaires seraient les mêmes pour tous, et pour faire plus simple, un repas unique mais roboratif suffira. Pour éviter les discriminations sexuelles qui commencent, on l’oublie très souvent, par le prénom, je propose qu’on ne désigne plus les gens que par un numéro, neutre. Et pour les aspects vestimentaires, pourquoi ne pas limiter les ennuis en imposant à tout le monde une même tenue, par exemple un joli pyjama rayé ?

Et là, je vous assure que le vivre-ensemble sera parfait, absolu, total !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Hayek (Tendance Salma)
    19 août 2015 at 10 h 55 min

    j’archive 🙂

  •  » Chose intéressante : l’enquête prend beaucoup de précautions pour ne pas trop citer la religion la plus impliquée dans ces blocages récurrents alors que tout le monde se doute bien qu’il s’agit évidemment du syndicalisme.  »

    Pris de court, vive les préjugés… 🙂

  • L’enfer, c’est les autres du goulach.

  • je trouve ça bien sympathique, sauf peut-être le pyjama rayé : en effet, les rayures, selon leur sens, mettent plus ou moins en valeur certaines personnes. Il vaut donc mieux qu’il soit uni, peut-être d’un bleu très seyant pour le travail. En dehors de ça, le programme est parfait.

  • Excellent ❗

    Mais ne rigolez pas trop vite : le porridge pourrait être la vraie soluce … Chacun y mettrait l’additif auquel il n’est pas allergique et qu’il aurait amené dans une petite boite. Pour l’un de la pomme, l’autre de la fraise ou du kiwi. Vu l’état de la fRance, et surtout la direction prise la dynamique équipe de charlots au pouvoir, ce serait une solution économique : une seul grande casserole, un seul cuistot, de quoi rendre la cantine accessible à tous. Et au moins, plus de gaspillage. De mon temps, gamin, je vidais les assiettes que ne voulaient pas les petits voisins : d’accord, la viande hachée était hyper sèche, râpeuse, et les tendons faisaient bien la moitié de la composition. Mais quand on a rien d’autre à manger… Les mômes d’aujourd’hui ne sont pas conscients de leur bonheur.
    Et comment faire autrement avec les allergies plus fréquentes ? Vous n’allez pas m’obligez à manger des noisettes (> 7k UL en augmentation probable) ou du soja.

    Voilà voilà, on se moque, mais sait-on jamais… La réalité dépasse parfois la fiction. Allez François, encore une taxe, que tu franchisse la ligne d’arrivée le torse bombé en avant …

  • @h16 L’alcool est / peut être kasher, petit scarabée 😉 Je crois qu’il n’y a que le vin et autres alcools à base de vin qui « posent problème » pour les juifs.

    • Je n’ai pas écrit le contraire. Relisez.

    • Je crois qu’il y a des vins parfaitement kasher, ça me semblerait bizarre que par exemple le mouton rothschild (et ce n’est sûrement pas le seul) ne soit pas consommable par des juifs…

  • Est-il bien dans les missions des communes de nourrir les écoliers ? Que, pour les questions de sécurité, les communes fournissent les locaux des cantines, mais qu’elles laissent la partie « repas » proprement dite à des prestataires privés, lesquels décideraient des menus en fonction de leur clientèle. La laïcité est une obligation de l’Etat et ses « démembrements », pas des restaurateurs.

    • Dans un pays voisin, les enfants sont accuellis, à table, qu’ils mangent le repas de la cantine ou les sandwichs apportés de chez eux! Et tout est réglé!

      Dans le même pays, aucun vêtement n’est interdit mais il est interdit de masquer son visage, sauf, le mardi gras de carnaval: autre problème réglé.

      Il y a aussi des abattoirs « halal » ou « cachères » mais on ne peut égorger le mouton (pour sa « fête »!?!) dans son jardin!

      Ben oui, c’est comme ça quand on est tolérant et pragmatique sans se raconter tout le temps qu’on est « laïques ».

  • liberté adorée
    19 août 2015 at 14 h 43 min

    En fait on se prend la tete pour un jeune qui a juste a dire « pas de viande merci » ou « pas de legumes » ou « pas de féculents »,…. En fait les pseudos défenseurs veulent juste imposer leur dogsa végétarienne, et de l’autre on a les vieux conservateurs qui veulent juste provoquer pour garantir aux prochaines élections un score plus haut a Sarko. Au final il n’y a pas de probleme, car jamais personne n’a dit qu’il devait y avoir du porc tous les jours et heureusement. Mais ca entretient le débat… ce qui l’éloigne des vrais préocupations que ni Hollande, ni Sarko, ni Lepen veulent aborder…. laissez les francais vivrent.

  • « Je propose qu’on ne désigne plus les gens que par un numéro, neutre »
    HEIN VOUS N’Y PENSEZ PAS H16 ?! Et les numéros pairs / impairs ? Appelons tout le monde « camarade », c’est neutre et asexué.

  • Bien plus que de vouloir introduire le Ramadan dans le calendrier,
    Valls rêve d’en faire sortir les fêtes chrétiennes. Et comme ce n’est pas encore
    possible, il impose au moins la parité, comme dans d’autres domaines
    tout aussi ridicules. Le problème de ces deux religions – sans même parler dee la juive –
    sont « décalées » dans le temps et vivent au XXIème s. ce qui nous tuait au XVIème : des
    guerres fondées à la fois sur des dissensions religieuses et sur des nationalismes
    exacerbés.

    • Ce ne sont pas les religions qui nous tuent : c’est ce que nous en faisons.

      Dire que les religions sont meurtrières, cela conduit certaines personnes à tuer les croyants pour que la religion ne soit plus une cause de guerres (j’ai même eu le cas d’une personne incroyable mais véridique m’expliquant que la WWII, c’était aussi la faute des religions – si le judaïsme n’avait jamais existé, elle n’aurait jamais eu lieu).

      En réalité, n’importe quel prétexte est bon à faire la guerre. À la fin, on en vient à supprimer tout ce qui fait de l’homme un homme.

  • merci H16,un tres bon moment!

  • Le porridge, beurk. Mais j’ai déjà le pyjama à rayures !

  • Stéphane Boulots
    19 août 2015 at 21 h 09 min

    Soleil Vert.

  • Bla, Bla, Bla !!! Végétarien ??? Mais on ne sait plus quoi faire du lisier de porc dans les campagnes, alors on l’épand avant la plantation, pendant la croissance des légumes.. Ce Jus peu Hallal dans lequel poussent les légumes Français. Que fait-on ?

  • la solution… les pâtes instantanées et confessionnelles , la cantine se résumerait a un bol d’eau chaude laïque .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

Les réformes du marché en Afrique peuvent être contrecarrées par une propagande affirmant que les marchés sont une importation occidentale. Bien que cette croyance soit courante, elle est manifestement absurde. Les marchés étaient florissants en Afrique avant le colonialisme, et partout où ils sont réprimés, il en résulte une paupérisation sociale, comme le souligne l'économiste William Hutt dans son étude révolutionnaire intitulée The Economics of the Colour Bar. Les marchands de l'Af... Poursuivre la lecture

Par Julien Plouchart.

https://www.youtube.com/watch?v=dcIDKr9mJ7c

Lorsque Emmanuel Macron a décidé de mettre l'accent sur la laïcité à partir de l'automne 2020 afin de couper l'herbe sous le pied à une éventuelle offensive politique des partis LR et RN sur la thématique de l'identité, il faisait de la laïcité une arme de combat.

Cette valeur clé de la République française a été mise sur le devant de la scène médiatique avec l'assassinat de Samuel Paty en octobre 2020. La laïcité a alors été de plus en plus considérée com... Poursuivre la lecture

Par Julien Plouchart.

L'assassinat de Samuel Paty a eu un impact immédiat auprès de la population française : une vague d'émotion s'est levée dans le pays. Dans les jours qui ont suivi ce tragique événement elle a débouché sur deux hommages, l'un populaire et l'autre officiel.

À la suite de cette séquence mémorielle courte et intense s'est tenue une cérémonie contrôlée d'hommage à l'Éducation nationale. Dans ce cas, la volonté de sécuriser ce moment a pu être liée à la réaction de l'institution aux polémiques relatives à son att... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles