Étude économique de la Finlande 2012

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Étude économique de la Finlande 2012

Publié le 8 février 2012
- A +

Les perspectives de l’économie mondiale s’assombrissent et pèsent sur la croissance en Finlande. L’économie finlandaise ne s’est toujours pas rétablie de la forte récession de 2008-09, et le PIB reste inférieur d’environ 3% à son niveau à la mi-2008.

Le déficit budgétaire est certes limité, mais les plans budgétaires actuels ne sont pas assez ambitieux pour relever les défis futurs liés au vieillissement de la population. Relever l’âge minimum et maximum de départ à la retraite, accroître les incitations des seniors à travailler et durcir davantage les conditions d’accès à la retraite anticipée augmenteraient l’offre de main-d’œuvre et pourraient réduire suffisamment les coûts pour relever ces défis à long terme. En l’absence de réforme ambitieuse des retraites, il faudrait un important effort supplémentaire d’assainissement budgétaire pour faire face aux coûts du vieillissement.

Développements macroéconomiques récents.

Téléchargez les données en Excel.

Après une longue période de forte croissance, la productivité de la Finlande s’essouffle, pénalisée par de mauvais résultats dans le secteur des technologies de l’information et de la communication, mais aussi dans le secteur public. Les réformes structurelles visant à accroître la productivité doivent donc être prioritaires. Le soutien actuel aux entreprises et aux activités de R&D du secteur privé semble peu efficace et devrait être réduit et rationnalisé, parallèlement à une refonte de la fiscalité des entreprises. Les dépenses publiques de R&D devraient cibler principalement le financement de la recherche en milieu universitaire et être allouées de manière à récompenser l’excellence universitaire.

L’intensification de la concurrence, surtout dans les secteurs privé et public protégés, pourrait stimuler la productivité. Un assouplissement des règles d’occupation des sols et d’aménagement du territoire pour le commerce de détail améliorerait la productivité en renforçant la concurrence et les économies d’échelle. Ouvrir à la concurrence les secteurs peu productifs dominés par l’État – services publics, transports et santé – serait également bénéfique à la productivité. Enfin, une réforme complète de l’organisation des communes est nécessaire pour accroître la viabilité et l’efficience, et les annonces de fusions doivent être suivies d’effet.

La productivité dans le secteur de la santé est en baisse et la Finlande est en retard par rapport aux pays de l’OCDE les plus efficients au regard de certains indicateurs relatifs à la santé de la population. Le vieillissement exercera des tensions supplémentaires sur les dépenses publiques de santé, soulignant la nécessité de réaliser des gains d’efficience importants et durables. La réforme programmée visant à restructurer les communes et les services publics ouvre des possibilités de s’attaquer aux inefficiences induites par la fragmentation excessive de l’offre de soins de santé.

Les inégalités de santé entre groupes socioéconomiques et régions sont élevées par rapport aux niveaux observés dans la zone OCDE. Indépendamment des mesures à prendre pour remédier à la fragmentation du système de santé, élargir le choix pour le consommateur et intensifier la concurrence dans l’offre de services de santé serait favorable à l’efficience et à l’équité. Enfin, renforcer le rôle des soins primaires, des soins à domicile et de la prévention, en veillant à assurer un bon rapport coût/efficacité, freinerait la hausse de la demande de soins spécialisés et de longue durée toujours coûteux.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

La France est passée sous la barre des 100 000 médecins généralistes. Cinq millions de Français n'ont pas de médecin traitant référent. Et sans médecin référent déclaré à la sécurité sociale, une consultation est remboursée seulement à 30 %.

Chaque année 4000 généralistes sont formés mais beaucoup ne s'installeront pas en tant que médecin généraliste et encore moins dans les déserts médicaux car avec un internat de trois années et bientôt quatre, ils préfèrent s'orienter vers une autre spécialité.

J'ai analysé dans Blouses Blanc... Poursuivre la lecture

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

Ce vendredi 7 janvier 2022 marque le coup d'une grande première mondiale : le cœur d'un porc génétiquement modifié a été greffé sur un patient âgé de 57 ans. L'intervention chirurgicale a duré plusieurs heures. L'école de médecine de l'université du Maryland explique dans un communiqué que l'opération aura permis de montrer que le cœur d'un animal pouvait continuer à fonctionner à l'intérieur d'un humain sans rejet immédiat. Il s'agit d'une avancée de taille pour le monde de la santé.

David Bennett était trop malade pour être éligible ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles