Encore un fiasco vert

Emplois verts (René Le honzec

Des millions de compteurs d’énergie « verts » devront être remplacés parce que la technologie ne fonctionne pas correctement

Des millions de compteurs d’énergie « verts » devront être remplacés parce que la technologie ne fonctionne pas correctement.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume-Uni

Le Daily Mail rapporte des problèmes concernant le déploiement des compteurs « intelligents » dans les lieux commerciaux ou domestiques. Le nœud du problème semble provenir du fait que les fournisseurs d’électricité vont un peu trop vite et installent leur propre version de la technologie sans attendre la version standardisée, dont les spécifications ne seront pas annoncées avant mars.

Il semble que le manque d’inter-opérabilité entre les différents types de compteurs signifie qu’une compagnie donnée ne peut utiliser que sa propre technologie et pas celle des concurrents, ce qui impose parfois un remplacement du compteur lorsque l’abonné change de fournisseur.

Ce faux départ, cependant, ne modifie en rien le planning du gouvernement qui est toujours déterminé à avoir fait remplacer 30 millions de compteurs électriques et 23 millions de compteurs de gaz d’ici à 2019, au coût de 11,7 milliards de livres facturés aux consommateurs.

Mais avec ce qu’on estime à 4 millions le nombre de compteurs « non compatibles » installés d’ici 2014, il semble que les fournisseurs eux-mêmes augmentent inutilement leurs coûts, ajoutent des retards, d’autant que ces compteurs devront être remplacés.

Savoir si ce projet sera achevé reste une excellente question : les associations de consommateurs continuent à émettre des réserves, notant que ces appareils vont permettre aux fournisseurs de couper la distribution énergétique à distance, ce qui veut dire qu’au moment où le bazar actuel et les implications logiques du déploiement de ces compteurs « intelligents » se feront sentir, la résistance des consommateurs pourrait bien s’accroître.

Aux États-Unis, on observe déjà une opposition bien organisée, et son équivalent anglais vient de s’ouvrir en mettant sur sa une que les émissions électromagnétiques de ces compteurs étaient cancérigènes. Tout ce dont nous avons besoin maintenant est que les groupes écolos tombent sur ces compteurs, et la farce sera vraiment complète. Et s’ils ne le font pas, ce seront les hackers qui pourraient bien terminer le travail.

—-
Sur le web