Dexia, la holding scandaleuse

La holding Dexia, qui survit avec le soutien des États, a versé à son personnel belge des primes pouvant aller jusqu’à 45.000 euros

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dexia, la holding scandaleuse

Publié le 7 janvier 2012
- A +

Malgré une année catastrophique, la holding Dexia, qui survit avec le soutien des États, a versé à son personnel belge des primes pouvant aller jusqu’à 45.000 euros.

Par Drieu Godefridi

La presse nous informe que les salariés de Dexia — la holding, à ne pas confondre avec la banque — vont percevoir, pour 2011, des primes allant jusqu’à 45.000 euros brut, qui viennent s’ajouter à leurs émoluments ordinaires.

Précisons qu’il s’agit bien de la holding, c’est-à-dire la bad bank ou structure de défaisance, c’est-à-dire la structure dans laquelle on a parqué les actifs toxiques de ce qui était, autrefois, l’empire Dexia. Ainsi a-t-on pu constituer, par ailleurs, de petites structures viables (telle que la nouvelle banque belge Dexia, qui n’a rien à voir avec la présente affaire).

Alors que certains s’émeuvent du versement de ces primes pour une année 2011 qui, dans le cas de Dexia, n’aura pas réellement été placée sous le sceau du succès, puisque la holding n’échappe à la faillite immédiate que par la grâce de la garantie des États belge, français et luxembourgeois, on nous explique que ces primes ne sont pas versées avec de l’argent public — puisque la garantie étatique n’a évidemment pas été « versée » à la holding ! — mais bien avec l’argent de l’entreprise ; qu’il n’y a donc pas lieu de s’en émouvoir.

Cet argument est un sophisme. Par définition, le bilan d’une bad bank n’est pas équilibré et, lorsque l’on aura terminé d’en vendre les actifs, il restera immanquablement un trou financier que les États, en vertu de leur garantie, devront combler. Si l’on regarde les exemples du passé, par exemple le Crédit lyonnais, et compte tenu de la nature des actifs de la bad bank en cause, l’ardoise finale pour les contribuables sera très vraisemblablement de plusieurs milliards d’euros.

En vertu de quoi, il faut comprendre que chacun des centimes aujourd’hui versés aux cadres et employés du holding Dexia sous la forme de primes, l’est avec l’argent des contribuables.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • SOMPTUEUSE DEMONSTRATION A CIRCULER LE PLUS LARGEMENT POSSIBLE SUR FACEBOOK !!! Le cochon est un animal aimable, mais le cochon de payeur en a marre.

  • Vincent Bénard avait écrit… » Dexia, la banque qui a tout raté, sauf les stress tests! »….

    Très bonne démonstration, excellent article !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis cinquante ans, les Flamands achètent aux Wallons des compétences car ils rêvent d’embrasser un avenir national, quand les Wallons sont incapables de boucler leur budget. C’est l’histoire du fédéralisme belge.

 

L'omniprésence de la gauche en Wallonie

Le socialisme clientéliste wallon a si bien éduqué les consciences que les Wallons se tournent en masse vers des socialistes révolutionnaires, emmenés par un parti qui revendique l’héritage marxiste « dans son intégralité », Pol-Pot, Mao, Staline.

Trois partis dom... Poursuivre la lecture

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Programmatiquement, les partis écologistes les plus extrémistes d’Europe sont les belges Ecolo & Groen et le parti allemand Die grünen. Ces partis ont en commun d’être au pouvoir au niveau fédéral de leur pays respectif, avec des partis socialistes et libéraux.

En Belgique

La Belgique est, avec la France, l’un des pays d’Europe dont le mix énergétique est le moins émetteur de CO2. Cette vertu est entièrement due à sept réacteurs nucléaires parfaitement opérationnels. Las ! Les écologistes, dont le moteur idéologique premier est et ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles