Écart de revenus, écart de logique

Les inégalités de revenu ont augmenté selon une récente étude de l’OCDE. Mais attention à la sur-interprétation!

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
écart de revenus

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écart de revenus, écart de logique

Publié le 9 décembre 2011
- A +

Les inégalités de revenu ont augmenté selon une récente étude de l’OCDE. Mais attention à la sur-interprétation !

Par Nathalie Elgraby-Lévy, depuis Montréal, Québec

Selon une récente étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les écarts de revenus se sont agrandis dans la plupart des pays développés, y compris au Canada où le revenu moyen des 10 % les plus riches serait 10 fois plus élevé que celui des 10 % les plus pauvres.

À cet effet, le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, a déclaré que « La croissance des inégalités est devenue un problème universel ». C’était l’occasion pour que de nombreux commentateurs expriment leur indignation devant pareil « fléau ». Mais si les riches s’enrichissent, peut-on affirmer que les pauvres s’appauvrissent?

Selon les données de Statistique Canada pour le Québec, l’écart entre le revenu total des 20 % les plus riches et celui des 20 % les plus pauvres s’est effectivement accentué de 1995 à 2009. En revanche, il est carrément démagogique de laisser croire que la situation des pauvres s’est détériorée. Véhiculer pareil message, c’est paver la voie à une lutte des classes de laquelle nous sortirons tous perdants.

La réalité, c’est que les pauvres s’enrichissent également. Au Québec, leurs revenus ont augmenté de 16,1 % de 1995 à 2009, contre 21,6 % dans le cas des plus riches. Certes, le rythme d’enrichissement est inégal, mais faut-il y voir nécessairement une injustice?

Selon une étude du Fonds monétaire international, l’essentiel des écarts observés est attribuable aux améliorations technologiques, car ces dernières avantagent les travailleurs les plus spécialisés. Les écarts de revenus reflètent donc les écarts de compétence… comme au hockey! Dans la LNH, on comprend pourquoi Sidney Crosby touche cette saison un salaire dix fois supérieur à celui de Louis Leblanc. Alors, pourquoi s’insurger devant la proportion de 10 pour 1 dans la population en général?

On dit souvent que les pauvres sont moins pauvres dans les sociétés égalitaires. Erreur! Comparons le Québec et l’Alberta. L’écart entre les riches et les pauvres s’est creusé de 22,2 % chez nous, mais de 58,7 % chez nos compatriotes de l’ouest. Les inégalités sont donc nettement plus criantes en Alberta qu’au Québec. Pourtant, les revenus des plus pauvres ont augmenté de 37,6 % en Alberta, contre à peine 16,1 % ici. Vu sous un autre angle, l’écart entre les Albertains les plus pauvres et les Québécois du même groupe a augmenté de 206,7 %… à l’avantage des Albertains. Là, il y a matière à indignation!

Finalement, il faut se méfier de l’usage qui est fait de l’étude de l’OCDE. D’abord, parce que certains l’emploient pour « prouver » que les riches s’enrichissent en détournant des revenus dont les plus pauvres auraient autrement bénéficié. Ils supposent que l’enrichissement est un jeu à somme nulle alors que rien n’est plus faux. La richesse se crée, et les uns peuvent améliorer leur sort sans rien dérober aux autres. Ensuite, parce que ce genre d’étude insiste sur la nécessité d’augmenter le fardeau fiscal et de redistribuer davantage, l’inégalité des revenus étant jugée « immorale ». C’est un point de vue. Toutefois, est-il moral que l’État pénalise la réussite pour permettre à certains de profiter chaque jour un peu plus du labeur, des efforts et des sacrifices des autres? Moi, je dis non. Et vous?

—-
Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Bonjour,

    Il faut bien comprendre que dès que quelqu’un fait référence à « des riches » pour les comparer à « des pauvres », tout le discours est forcément biaisé par la prémisse de la Lutte des classes.
    En tant que libéral, on ne peut accepter de diserter sur les riches et les pauvres.
    Un collectiviste combat la richesse, un libéra lcombat la pauvreté, et ne s’occupe pas de l’enrichissement d’une minorité, tant que celle-ci respecte la loi (comme les pauvres d’ailleurs).

    Plus techniquement, il faut comprendre que les inégalités de revenu dans les sociétés occidentales vont aussi augmenter par un simple effet démographique.

    En effet, le vieillissement accéléré de la population va aboutir à concentrer dans les 20 % les plus riches les personnes agés, et les pauvres seront en majorité les jeunes.

    Est-ce injuste ? bien sûr que non, il n’y a pas de raisonnement moral à avori quand il s’agit d’une évolution de la vie.

    Il est tout à fait normal qu’à l’age de 60 ans, j’ai plus de revenus ou au moins plus de patrimoine que moi-même à l’age de 20 ans alors que je suis encore étudiant.

    C’est là que l’on voit l’absurdité de l’égalitarisme : si à 20 ans j’ai autant que quand j’aurai 60 ans, où est l’incitation à l’effort, où est la justice, et surtout, qui paie pour moi à 20 ans si ce n’est ceux qui ont 60 ans ?

    L’égalitarisme est donc un nivellement par le bas, un lit de procuste moderne …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxation des superprofits, blocage des prix, contrôle des loyers…

À droite comme à gauche, la pensée magique s’est substituée au raisonnement économique, et le populisme étatiste semble désormais innerver l’intégralité d’un débat public parasité par les passions les plus diverses. Pourtant, au nom de la lutte contre la paupérisation, toutes les politiques publiques ne se valent pas, loin de là.

L’économiste Thomas Sowell rappelle dans Basic Economics (Basic Books, 2015) que sur le sujet comme ailleurs, il faut bien distinguer le... Poursuivre la lecture

Laetitia Strauch-Bonart
1
Sauvegarder cet article

Cet essai de Laetitia Strauch-Bonart, rédactrice en chef au journal Le Point, vient utilement alimenter le débat sur ce qui caractérise l’évolution historique vers la France d’aujourd’hui, tout en posant un diagnostic approfondi et des réflexions d’avenir quant aux voies à emprunter pour espérer s’engager vers de meilleures orientations.

Suite et fin de notre premier volet…

 

Inégalités à la française et incivisme

Loin de l’obsession égalitariste des Français, invalidée par les chiffres et les faits, les vraies inéga... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles