Prime de présentéisme: la carotte attitude

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints317

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prime de présentéisme: la carotte attitude

Publié le 19 novembre 2011
- A +

L’imagination des élus pour dépenser l’argent des contribuables n’a pas de limite.

Pour tenter de guérir les agents municipaux de leur absentéisme chronique (et aigu), certains maires donnent une prime aux fonctionnaires qui n’auraient pas été malades ou absents sans raisons valables (absents avec des raisons valables, la prime est tout de même offerte, hein !).

Nous devons cette merveilleuse idée au maire PS de Florensac (Hérault), M. Vincent Gaudy, qui va ainsi donner une prime de 50 euros par mois, soit 600 par an, aux fonctionnaires municipaux qui n’auront rien fait d’autre que leur métier.
C’est la carotte grâce à laquelle notre élu veut faire avancer ses troupes.

 

Donc le principe se résume ainsi.

Pour ces fonctionnaires, être absent ou malade, c’est normal et être assidu au boulot, c’est très bien et ça mérite une prime. Une incroyable translation des valeurs. L’image des fonctionnaires avait-elle vraiment besoin de ceci ?

M. Gaudy dit que la prime de présentéisme est la carotte du fonctionnaire mais c’est en fait le bâton du contribuable.

Voir les commentaires (102)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (102)
  • ze breizh tea party
    19 novembre 2011 at 11 h 09 min

    oh putaing. cong…. ça délire pas mal dans le sud.

  • A ce niveau d’obsession des socialistes pour l’argent (des autres), il émerge de nouvelles croyances !

    Présenthéisme : système religieux qui prône la croyance en une récompense suprême pour tout fonctionnaire présent à son travail.
    La position du prieur présenthéiste et ses obligations sont moins contraignantes que dans les autres religions. Il lui suffit de poser confortablement ses fesses sur un fauteuil de bureau pendant les heures ouvrables en brassant avec vigueur les papiers de quelques dossiers en attente.

  • Ils ne savent plus quoi inventer pour claquer l’argent gratuit des contribuables..

  • Tant que la VRAIE promotion au mérite dans la FP ne sera pas instaurée, les dérives iront sans cesse croissantes, jusqu’à l’explosion.

    On n’en est plus très loin.

  • De mon temps la prime de présentéisme, ça s’appelait le salaire. L’absentéisme non justifié doit être retenu. (+ averto, et sanctions en cas de récidive). Non ?

  • Le problème est que le maire n’a pas d’alternative; il doit subir un absentéisme énorme et n’a pas le droit de le sanctionner.
    Dans le privé, il n’y a guère d’alternative: c’est le licenciement ou rien, les sanctions financières étant interdites. Cependant, la dissuasion fonctionne assez bien pour les salariés non protégés. Le maire ne peut même pas brandir cette menace.

    • Ce n’est pas tout à fait vrai :

      Dans le privé il y a les carences en cas de maladie (donc meme justifié, il y a une retenu…sauf dans le cas de la convention collective de la métallurgie du rhone).

      Dans le privé : 1 minute de retard à la pointeuse, c’est 15 minutes de salaire de moins (pointeuse de LDC en sarthe).

      Dans le privé, tu es payé pour ce que tu travailles (enfin, et malheureusement, sous payé pour ce que tu travailles ^^’)

      Je dois avouer, que sa me rend un poil jaloux cette prime ^^’ m’enfin, si on veut etre mieux remunerer, reste plus qu’a reclamer non?

  • Moi je trouve que Contrepoints devrait créer une prime de commentarisme à celles et ceux qui commentent le plus sur le site.
    Vous allez me dire en cœur : « Mais avec quel argent ? »
    Je répondrai : « Comment ? Contrepoint n’est pas subventionné ? »

    Le jour où ça arrivera, là oui, on seras foutus, cuits, fini, plié.

  • Dans certaine collectivités et dans certaines entreprises privées, le contraire est appliqué.
    Une prime est attribuée (quelque soit la forme), et en cas d’absence, celle-ci est amputée au prorata des absences.
    Il faut donc remettre les choses à leur place. Cette méthode existe partout en France et n’a rien à voir avec la Fonction Public, ni avec les socialistes.
    Ce maire n’a peut-être pas su communiquer correctement, mais son idée est en phase avec beaucoup d’entreprises privées et sans doute avec de nombreuses collectivités de France.
    Généralement, c’est l’absentéisme qui coûte cher à la société (Privé ou public), ce pourquoi cette idée permettra sans doute aux contribuables de faire des économies tout en augmentant la qualité des services municipaux de la commune de Florensac.

    A celui qui a écrit cet article : N’inventez pas de l’actualité pour stigmatiser des populations appartenant à un corps de métier ou à un parti politique plus qu’à un autre. C’est hors sujet !
    Prenez de la hauteur pour traiter ce type d’information. N’oubliez pas que vous vous adressez à tout le monde.
    Tous les lecteurs n’ont pas les moyens de prendre du recul pour faire la part des choses. La preuve; Il suffit de lire les commentaires… et votre article !

    • PhilippeMurrayRothbard
      19 novembre 2011 at 19 h 22 min

      Cela ne tient pas debout

      Deux remarques :

      – la prime c’est de l’argent en plus pris sur le contribuable
      – Pour qu’elle soit efficace il faudrait que le montant de celle ci soit vraiment élevée. Et encore même pas sur que ça marche parce qu’être absent c’est avoir du temps libre, sortir etc….Beaucoup préféreront cela a une prime.

      Bref on peut rire (jaune) à cette pseudo solution qui est parfaitement ridicule.

      Un malus sur la paie eut été mieux indiqué!

      • -L’absence coûte beaucoup d’argent pour la société en générale.
        Premièrement, l’absent est indemnisée, deuxièmement, la qualité du service en souffre. Elle ne rapporte rien (C’est vrai dans le Privé, c’est vrai dans le Public)

        -Quand on est absent, on est controlé. Avoir du temps libre, oui mais, pour rester chez soit.
        50 Euros de prime, pour certain d’entre eux c’est quasiment 3 à 4 % de leur salaire.
        Peut-être seront-ils plus heureux et auront envie de travailler.
        Ils seront sans doute plus efficaces.

        -Pourquoi leur appliquer un malus? Alors que d’autres ont une prime mensuelle ou annuelle diminuée au prorata des absences? N’est ce pas la même chose?

        • question de morale:t’es payé pour un boulot a un salaire défini,tu l’effectues ou tu changes de boulot.si t’as pas de morale tu fais ton petit chantage minable de prime de présence

    • Le problème, c’est qu’on a beau prendre du recul, super loin même, on se fait toujours autant spolier. Alors quoi ? Personne ne veut stigmatiser une « population », les pauvres chéris. On demande simplement à cette « population » de se mettre au boulot, sans salaire ni prime supplémentaire, avec des effectifs ajustés au besoin réel (moitié moins, en gros, et encore, sans tenir compte du retour aux 40h).

      Surcoût direct de l’absentéisme du public par rapport à l’absentéisme du privé : 12 milliards en première estimation. Mais il faut au bas mot doubler ou tripler ce montant si on compte les effectifs embauchés uniquement pour palier les absences.

      • La manipulation fonctionne bien pour vous !

        • Pardon ?
          Les manipulateurs sont ces gens qui produisent des fonctionnaires (aux dépends des contribuables) pour se créent une armée d’abrutis apathiques et indolents qui vont ensuite voter pour eux et les soutenir.
          La symbiose parfaite de deux parasites !
          Oui, ce sont eux les grands manipulateurs, ceux qui bernent les M. Duchmol.
          Les Duchmol manipulés et confortés dans leur pseudo-confort par leurs zacquis sociaux et leurs zavantages le leur rendent bien.
          Pendant ce temps, les vrais gens, ceux qui travaillent, ceux qui ne vivent pas en parasitant les autres, ces vrais gens se font saigner par des sangsues.

          http://sitepic.free.fr/parasitisme-Duchmol.jpg

      • Certaines boites privés fonctionnent sur des principes plus ou moins équivalent. Ca ne vous choque pas ? Moi non.
        Certaines boites privés prennent en charge les jours de carences. Ca ne vous choque pas ?
        Moi non.

        Alors pourquoi, cette situation vous choque ?
        Simplement parce qu’il vous plait de stigmatiser cette catégorie de salarié plus qu’une autre. Simplement parce que c’est à la mode.

        Il ne faut pas chercher à tirer les avantages des uns vers le bas, mais plutôt chercher à tirer les inconvénients des autres vers le haut.

        N’oubliez pas que nous avons besoin l’un de l’autre pour vivre harmonieusement!

        • Duchmol: « N’oubliez pas que nous avons besoin l’un de l’autre pour vivre harmonieusement! »

          Vous avez besoin de moi, je n’ai pas du tout besoin de vous, au contraire.
          Tiens, c’est marrant, je paye des sommes indécentes aux Urssaf, je suis totalement en règle, mais ces parasites viennent me contrôler. Autrement dit, les bouches que je nourris viennent vérifier si je les nourris bien. J’ai fait un rapide calcul, avec mes prélèvements obligatoires, je nourris une dizaine de fonctionnaires parasites et donc je paye des gens pour qu’ils viennent me demander des comptes ! D’un autre côté, je paye aussi un comptable (et son équipe) performant qui est un peu l’équivalent d’un antivirus: sans lui, je me ferais crever car je n’ai pas ses compétences, chacun son métier. Mais bon, à côté de ça, j’emploie avec joie et sans contraintes morales des personnes qui ont plaisir à bosser avec moi (même si les charges sont très lourdes, « République Fraââançaise oblige).
          Bilan: je crée du travail et de la richesse, c’est ma valeur ajoutée, mais des parasites me coûtent énormément (impôts, taxes, charges…) ET EN PLUS me font perdre mon temps (celui de mon comptable, donc encore mon argent) pour que je leur rende des comptes alors que je ne leur aie rien demandé.

          Et après vous venez me dire que nous avons besoin l’un de l’autre pour vivre en parfaite harmonie ? Mais sur quelle planète vivez-vous ?!?

          • Sur terre. Soyez en certain.

            Je ne veux pas vous attaquer, car j’ai un profond respect pour les travailleurs, salariés et entrepreneurs qu’ils viennent du public ou du privé.
            Mais vous devriez en faire autant. En effet nous sommes bien dans la même barque.
            Je ne sais pas ce que vous faites comme métier, mais ne me dites pas que vous n’avez pas besoin du service public.
            Que feriez-vous sans les infrastructures et services que vous utilisez chaque jour?
            (Routes, lignes téléphoniques, électricité, eau, déchet, espace vert, école, santé, recherche, habitat etc…)

            Et oui, le privé a aussi besoin du service public, comme le service public a besoin du privé.

            Et oui! Je persiste à penser que nous avons besoin l’un de l’autre.

            Tout comme moi, vous devriez être heureux de payer des charges et impôts pour notre pays afin d’avoir un service public de qualité qui nous permet de vivre décemment, harmonieusement et le plus équitablement possible.

            Le contrôle que vous subissez a son utilité. Vous dites que vous êtes en règle, donc vous n’avez rien à craindre.
            Vous ne pouvez pas en vouloir à l’URSAFF qui ne peut pas savoir si vous êtes clean car malheureusement, tout le monde ne pas en dire autant.

            L’anarchie et l’absence de contrôles serait intenable pour notre pays. Vous n’êtes pas sans savoir que nous ne vivons pas qu’avec des bisounours.
            Sans cela, vous pourriez en souffrir également.

            En tout cas, je suis très heureux d’avoir conversé avec un entrepreneur honnête.
            Vous participez, même sans le savoir, à la douceur de vivre à la française. Tout comme moi!

            SOYONS EN FIER!

          • « …Tout comme moi, vous devriez être heureux de payer des charges et impôts pour notre pays afin d’avoir un service public de qualité… »

            Eh ben c’est ça : on ne vit pas sur la même planète ! Un service public de qualité… Qu’est-ce qu’y faut pas entendre !!!!!

            Bon, étant donné qu’on ne part visiblement pas de la même base de départ, il n’y a pas de discussion possible : en effet, nous considérons que le service public est pourri et très médiocre. Et je crois qu’une majorité de gens approuvera. Sans parler du prix que ça nous coûte. De plus, il nous est imposé, sans concurrence ni autre alternative. C’est donc une dictature que vous soutenez. Je vous plains, sincèrement…

          • Que feriez-vous sans les infrastructures ? Cet argument est d’une vacuité absolue. Les fonctions régaliennes et les infrastructures ne représentent pas 1/6e des 1100 milliards des prélèvements obligatoires. Il y a bien longtemps que l’essentiel des impôts sert à financer la ruineuse « exception sociale » à la française, tandis que l’entretien des institutions et des infrastructures réellement utiles est délaissé.

            Le plus scandaleux, ce sont précisément les fonctions régaliennes qui ont subi les baisses de moyens les plus sévères ces dernières années (justice, police ou armée par exemple) tandis que les rentes versées aux copains, aux coquins et aux requins augmentaient sans fin.

            Douceur de vivre à la française ? Exact, mais seulement pour ceux qui vivent dans leur bulle d’illusions, bien dorlotés par la chaude et douce providence étatique !

          • A Bubulle. Vous venez à demim-mot de défendre le service public.
            En effet, en trouvant scandaleux de diminuer le nombre de fonctionnaire. En jugeant que les institutions et infrastructures soient délaissés, vous admettez qu’il faille un service public fort et de qualité, et donc, d’arreter l’hémorragie. Bravo!

            Le système social à probablement besoin d’être réformer pour être plus juste et pour sanctionner les abus. C’est un fait, mais C’est un autre débat.
            Le volet social est hors sujet dans notre conversation. Et je ne tiens pas à m’engager sur ce sujet qui est bien plus complexe qu’on peut l’imaginer. Nous ne sommes pas compétent en la matière.
            Si nos idées ètaient bêttement appliquées, qu’elles soient pro ou anti-social, nous serions dans
            un marasme inimaginable. Il faut laisser cela à des professionnelles

            Une certitude. Il faut un certain équilibre pour que « bien vivre dans notre société » perdure!
            Equilibre difficile à réaliser. En effet, ca n’est pas une tache aisée.

            Ravi d’avoir converser avec vous!

            ————————————————————————————
            A Alain.
            -Vous avez été obligé de vous acheter un 4*4 pour rouler sur les routes francaises?
            -Vous avez été obliger de mettre une station d’épuration dans votre jardin pour avoir de l’eau propre?
            -Vous jetez vos déchets dans la rue ?
            -Vous navez pas de ligne fixe ?
            -Vos enfants (si vous en avez) ne vont pas à l’école?
            -Vous n’êtes pas aller à l’école ?
            -Vous vous éclairer à la bougie ?
            -Comme au moyen age, vous avez une vache dans votre chambre pour ne pas avoir froid l’hivers?
            -Vous n’avez pas eu de grave maladie. Je ne vous le souhaite pas , mais si un jour cela devait vous
            arriver, oseriez vous cracher sur les agents qui s’occuperont de vous?
            -Vous vivez dans un système anarchique ?
            -etc etc…

            Rien de tout ca ?
            Donc ca va, votre service public est bon!

            Au fait, pour info, les services publics « electricité, gaz, téléphonie sont ouverts à la concurence »
            A vous lire j’ose espèrer que vous avez choisi l’électricité et le gaz déréglementé.
            Sans service public, vous ne seriez même pas là entrain de lire vos message.

          • Duchmol,

            Vous nous faites ici l’inventaire et l’étalage d’un certain nombre de services qui assurent un certain confort dans notre vie.
            Je ne remets pas en cause ces prestations, mais j’ai de sérieux doutes sur la qualité de leur gestion par l’Etat, via des fonctionnaires d’autant moins concernés par la moindre notion d’efficacité et de rentabilité qu’ils n’ont aucune concurrence.

            La chose est parfaitement évidente dans le cas de la sécurité sociale par exemple qui est très certainement l’un des systèmes de remboursement des frais de santé le plus mal géré au monde.

            Donc, non, je ne dis pas merci aux services publics.

            Mais je vous le répète, il n’y a aucune discussion possible entre nous, puisque vous partez du principe que l’Etat et la fonction publique sont irremplaçables, ce qui justifie à vos yeux le monopole étatique, quelqu’en soit le prix.

            Je prétends moi que, si les prestations étatiques étaient si géniales que ça, de quoi ont-ils peur d’ouvrir le marché de l’assurance-maladie à la concurrence privée par exemple ???? Car, pour répondre à l’une de vos questions, je ne remercie pas la sécu quand je suis malade, mais le médecin qui m’a soigné.

          • Vous dites que vous ne remettez pas en cause nombre de services qui assurent un certain confort dans notre vie.
            Par ces mots, vous affirmez qu’ils sont de qualités, sinon, ils ne vous apporteraient pas de conforts mais que des problèmes. Vous admettez donc leur efficacités.
            Bien entendu, rien n’est parfait, mais c’est un peu normal. En effet l’entreprise « France » est immense. Il est donc cohérent d’avoir des imperfections.

            Vous dites que je pars du principe que l’Etat et la fonction publique sont irremplaçables, ce qui justifie à mes yeux le monopole étatique, quelqu’en soit le prix
            Non, je n’ai jamais dit cas. Admettez qu’à plusieurs reprises j’ai parlé d’équilibre et d’harmonie.

            Concernant la santé, savez vous qu’elle coute beaucoup plus cher aux Etats-Unis qu’en France ?

            Si un jour vous tombez gravement malade. (Ce que je ne vous souhaite pas), certes, vous remercierez votre médecin, mais aussi l’assurance maladie qui vous prendra en charge.
            Le médecin et la cpam sont indissiociables
            N’oubliez pas que votre médecin aura suivi ses études en partie grâce au service public.

            Et si vous tombiez gravement malade dans un pays ou il n’y a pas secu, que croyez vous qu’il vous arriverait en supposant même que vous ayez la chance de faire partie de la classe moyenne, voire même moyennement aisée ?

            Les problèmes que notre système d’assurance maladie rencontre ne sont pas liés à une mauvaise gestion mais à un manque de rentrées fiscales, une augmentation de dépenses du à l’age, des abus de la part de certains praticiens, de certains assurés, et aussi, à cause de fraudeurs fiscales.

            Nous faisons tous partis d’une chaine. Tous à un moment ou à un autre de notre vie, nous avons pu améliorer notre condition de vie grâce au service public directement ou indirectement. Ne serait-ce que par l’école, la santé et notre environnement en général.

            Ravi d’avoir pu tomber sur un terrain d’entente avec vous.

          • « …Le médecin et la cpam sont indissiociables… »

            Voici une ânerie sans précédent dictée par des décennies de formatage socialo-communiste.

            « …Les problèmes que notre système d’assurance maladie rencontre ne sont pas liés à une mauvaise gestion mais à un manque de rentrées fiscales, une augmentation de dépenses du à l’age, des abus de la part de certains praticiens, de certains assurés, et aussi, à cause de fraudeurs fiscales… »

            Nous ne sommes pas d’accord, même si ce que vous dites n’est pas faux, la gestion est également catastrophique. Le désaccord est ici majeur.

            Je le répète, il n’y a et n’y aura jamais aucun point d’accord entre nous, vous voulez imposer une vision « tout-état », alors que nous réclamons une authentique concurrence. L’incompréhension est totale, je ne peux réussir à vous faire ouvrir les yeux, et votre discours formaté, je l’ai abandonné depuis bien longtemps.

          • pourquoi ne pas délocaliser alors ? vous n’aurez plus à payer ces parasites !!!

          • Mais j’y songe…

          • « …« tout pour moi rien pour les autres » ou « marche ou crève »…. »
            Visiblement vous ne connaissez vraiment pas le sens des mots.
            Ce que vous écrivez décrit l’égocentrisme et non la mégalo-manie.
            De plus, ce que vous m’attribuez est à priori déplacé ou, si vous préférez, ne me correspond pas. Mais je vous pardonne, vous êtes formaté.

          • Je connais bien le sens de ces mots.
            Mégalo et égocentrisme vont bien ensembles.

            A chacun son format. Pour cela je vous pardonne aussi.

            Cette discussion ne menera à rien.
            Vous êtes persuadés d’avoir raison, et moi également.
            Vous ne changerez pas d’avis, moi non plus.

            Seul un référendum pourrait nous départager avec une question simple.
            Privatisation de la sécu : Oui ; Non

            Je serais curieux de connaitre le resultat.

            La discussion est close!

            • Même pas. Il suffit simplement de laisser aux Français le droit de s’affilier à l’assurance de leur choix. On ne privatise rien, on autorise simplement les Français à choisir. Avantage : on s’économise même le coût d’un référendum. Si la sécu, c’est si bien, ils resteront. Il n’y a donc aucun risque à essayer, hein.

              Chiche ?

          • T’es pas fou, h16 ? Nos égalitaristes vont te brandir l’ARGUMENT SUPREME : le bien commun ! Tout en continuant dans leur délire mégalomaniaque que le monde entier envie le système français qui est vachement très si formidable vachement très super !

          • H16

            Pourquoi pas! à la seule condition qu’aucun des 2 systèmes soit avantagé par rapport à l’autre.
            Que les malades aient les mêmes droits aux soins et dans les même délais, avec les mêmes tarifs.

            Ca se complique non ?
            En effet, on peut quand même raisonnablement se poser la question de l’intêret de privatiser si ce n’est pas pour gagner de l’argent sur le dos des cotisants. Des malades (ou futurs malades).

            Une assurance privé n’est pas une association à but non lucratif!

            Il suffit de regarder du coté des complémentaire santé.
            Les remboursements sont en partie privé. en effet, le ticket modérateur est pris en charge que si on prend une complémentaire santé qu’on peut choisir (sauf obligatoire dans certaine boites).
            Et on voit bien que ces cotisations ont explosées ces dernières années.

          • « vous devriez être heureux de payer des charges et impôts pour notre pays »

            Je ne dois absolument rien à ce pays. Je n’ai pas demandé à y naître.

            De la même manière, pourquoi devrait je payer le salaire et la retraite des cheminots alors que je ne prends jamais le train ? Pourquoi devrais-je payer le salaire d’un professeur alors que je n’ai pas d’enfant ? Pourquoi devrais-je payer des policiers pour qu’ils me fassent chier et me rackettent avec des crimes imaginaires ?

        • Certaines boites privés sont mal gérés, certaines boite privé ne sont en fait que des administrations déguisés. Certaines boites privé obtiennent de parfois des avantages étatiques si important qu’elles peuvent faire fi de toutes rigueur économique (banques. pour finir toutes les boites privé sont libre de dépenser leur argent comme elle le souhaite car elle sont seule à subir les conséquences. L’administration c’est autre chose. Il s’agit d’une organisation qui nous est imposé et sur laquelle nous n’avons aucune prise directe. Cette organisation s’auto contrôle et s’autofinance joyeusement donc il n’est pas étonnant qu’elle profite largement de cet état de fait. Cette article pointe du doigt un des très nombreux travers de ces organisations qui gangrène la société civile et c’est loin d’être le pire. Alors que les homme politique élu devrait en tant que représentant du peuple tout entier veiller à ce que les services rendu le soit au meilleur coup possible, ce postula vole en éclat lorsque la majorité des élus sont issu de cette administration pléthorique et donc participe à la gabegie en achetant de cette manière leur futur électeurs. Quelle conclusion en tirer : l’état et sont bras armée l’administration est une sorte de diplodocus dont l’unique but dans l’existante est de grossir indéfiniment en dévorant les forces créatrices de la société. La solution : mettre le dinosaure à la diette et reprendre en main notre destin. Il est plus que temps

          • il n’y a pas que les banques qui sont des boîtes privées. je peux vous citer des entreprises industrielles qui ne sont pas des grosses boîtes ni des banques, et qui offrent la même prime de présentéisme.

            ps : le « meilleur coup », c’est sans doute ce que recherche DSK, grand économiste, comme chacun sexe 😉

          • Que les boites privées soient mal gérées, on s’en fout puisqu’on n’est pas obligé de subir leur gabegie. Le problème, c’est que le public s’impose à tous. Privatisation !

        • Sortez la tête du sable, nous n’avons pas besoin de fonctionnaires, c’est eux qui ont besoin de nous. Et d’une manière générale je n’ai « besoin » de personne. Lorsque je le décide et en accord avec eux je peu nouer des relations (intimes, commerciales, informelle) avec d’autre individus ou organisations et e procurer mes moyens d’existences, de plaisirs et les services qui me sont nécessaires. c’est cela la liberté et c’est exactement l’inverse du fonctionnement de notre société qui impose et oblige à toutes occasion. je veux pouvoir choisir et décider ce que je fait de mon argent, ce que je fait de mon temps, ce que je fait de ma vie. ce droit ne m’est pas « accorder » par l’état car nous sommes tous né avec (individus libre et égaux) mais l’état devrait tout faire pour le préserver.
          Je comprend bien que, fruit de la propagande étatiste, vous ne puissiez envisager un fonctionnement autre de notre société. Vous êtes comme le lapin que mes parents élevait en cage quand j’étais petit. Lorsque j’essayait de la faire sortir (de le libérer)il était tout tremblant et restait paralyser de peur à deux pas de sa cage salvatrice. c’est sans doute le plus grand crime commis par nos dirigeant, celui d’avoir transformé toute une population en lapins effrayés et impuissant, incapable de la moindre autonomie.

          • A laurent.
            L’administration ne nous est pas imposée.
            Vous êtes libre de parcourir le monde et d’aller vous installer ou vous le souhaitez.
            Là ou il n’y pas d’administration par exemple.
            Non, rassurez vous. Vous n’êtes pas en cage!

            Pourquoi vous ne le faites pas?
            Ne me dites pas que vous êtes comme le lapin tremblant de vos parents !!!

          • A alain.

            Vous dites que je suis pour le  » tout-état « . NON, je vous le répete encore une fois :
            Nous avons besoin d’un « équilibre »

            Vous dites également « Nous ne sommes pas d’accord, même si ce que vous dites n’est pas faux, la gestion est également catastrophique. Le désaccord est ici majeur »

            Notre désaccord n’est pas majeur, car vous dites quand même temps que ce que je dis n’est pas totalement faux! Mais qu’appelez vous « mauvaise gestion » ?

          • Mauvaise gestion :

            -Tout un tas de fonctionnaires embauchés par les CPAM et qui ne foutent rien, ou dont le rendement est catastrophique.
            -Une gestion des établissements de soins publiques dramatique, il suffit de constater l’inflation délirante ces 30 dernières années du secteur administratif des hôpitaux publics, qui est passé d’un étage de bâtiment il y a 30 ans à tout un bâtiment aujourd’hui.
            -Le remboursement des « cures thermales » à tout-va
            -Le remboursement de l’héroïne des drogués (subutex et méthadone)
            Etc…

          • J’ai oublié les nombreuses magouilles politico-économiques par la corruption de nos politiciens, dont le scandale de la vaccination contre la grippe A n’est qu’un exemple -médiatisé celui-là.

          • Alain,

            1ere affirmation, avez vous des chiffres?
            Moi je n’en ai pas, mais une certitude, les charges de personnels sont infimes au regard des remboursements et du déficit de la sécu.

            2eme affirmation. Avez vous également des chiffres ?
            Perso, je n’ai jamais vu de batiment rempli de fonctionnaires à l’hopital public

            3eme affirmation sur la « Magouilles politico-fiancière ».
            Si vous n’êtes pas content, il faut vous manifester dans les urnes, ou faire de la potique, et pas vous attaquer aux agents du service public qui ne font qu’appliquer les decisions. On est bien d’accord ?

            Qaunt aux politiques, ne leur jetez pas la pierre. Je ne pense pas que ca soit un métier facile.
            Sinon, nous serions 60 millions de francais à vouloir en faire. Mais sommes nous tous capables?

          • Malheureusement pour vous, il se trouve que je travaille depuis 30 ans dans la santé ; Pas de chance, j’ai constaté depuis 30 ans l’inflation -non pas fonctionnaire- mais de l’administratif au sein des hôpitaux publics, qui sont effectivement passés de quelques bureaux à des bâtiments entiers.

            De plus, j’ai constaté et continue à constater tout un tas de fonctionnaires ne foutant rien ou presque dans les locaux de la cpam.

            Quant aux magouilles, l’alternance gauche-droite de ces 40 dernières années me montre très clairement qu’elles sont largement autant d’un côté que de l’autre.

            Enfin, contrairement à vous, nos politiciens ne me font pas sortir un mouchoir pour pleurer sur leur sort.

            Pour finir, étant donné que vous ne sortez aucun chiffre vous-même d’une part, et que ce que je prétends est parfaitement anti-politiquement correct d’autre part, j’aurai bien du mal à vous sortir des chiffres non manipulés.

            Tout ce que je sais, c’est qu’il existe des compagnies d’assurance britanniques, suisses, belges, qui proposent des contrats d’assurance-santé nettement plus performants que la sacro-sainte sécu pour des cotisations environ moitié moindres. C’est donc le signe que la sécu est très mal gérée.

            Mais bien sûr, ça bouscule vos certitudes et vous ne pourrez l’admettre.

          • Vous travaillez dans la santé. La santé c’est vaste et ca ne veut rien dire.
            La santé va de l’agent d’entretien au chirgugien en passant par les laboratoires etc…

            En tout ca vous n’avez pas de chiffre! Je m’en doutais 😉
            Vous ne fonctionnez que sur des suppositions.

            Et oui, c’est ca le problème !!!

          • « …Vous ne fonctionnez que sur des suppositions… »

            Vous ne savez pas lire ? J’ai relaté ici des constatations, pas des suppositions. Je ne fais aucune supposition. Mais je vous l’ai dit dès le début, nous ne nous comprendrons jamais, vous et moi. Vous vous contentez de gober le discours politique en proposant des micro-ajustements qui ne résolvent rien ; partant de constats simples et évidents, je propose d’ouvrir le marché de l’assurance-maladie aux assurances privées sans intervention de l’Etat ; si votre sécu est si bien gérée que ça, vous ne devriez en principe n’avoir rien à craindre, de l’ouverture de ce marché !

            Concernant les chiffres, nous attendons toujours les vôtres…

            Enfin, ici, sur ce site, je ne dévoilerai pas publiquement mon métier.

          • l’Etat préserve l’intérêt général, pas le vôtre en particulier

          • et pour appuyer ce que dit « duchmol », je vous invite à aller vivre quelques semaines à Haïti : le service public vous délivrera de l’électricité quelques heures par jour (très pratique pour rafraîchir sa bière par 40° à l’ombre), la Poste enverra votre courrier sous quelques semaines, vous vous enfermerez pendant plusieurs heures dans des cabines-étuves pour tenter de joindre vos amis français, vous traverserez des ponts couverts par les rivières en crues avec vos 4X4 flambant neufs, j’en passe et des moins gaies…

          • Vous soutenez donc la plus vile des gabegies au nom du sacro-saint « INTERET GENERAL ». Vous êtes correctement formatée, à ce que je vois… A moins que vous ne considériez que votre intérêt particulier soit l’intérêt général ?
            Vous êtes un dictateur, ainsi pour obliger l’ensemble de la population à cotiser à un système dont la gestion calamiteuse est démontrée ? Moi, je ne vous impose rien…

          • Je pense que vous n’avez pas la moindre idée de ce qu’est une dictature, pour penser que cotiser c’est être sous la dictature de l’Etat.
            Il suffit de sortir de chez soi, aller dans les pays où la sécurité sociale n’existe pas, où les citoyens aimeraient pouvoir payer des impôts, où il faut attendre 6 mois pour avoir un passeport, etc… pour comprendre que finalement, en France, tout n’est peut-être pas à jeter. Je note d’ailleurs que vous n’avez pas répondu à mon deuxième commentaire, seulement à mon premier.
            Même aux Etats-Unis, pourtant un grand pays démocratique où les fonctionnaires de la sécurité sociale ne sévissent pas, le nombre de foyers qui se retrouvent à la rue a augmenté de façon exponentielle à la suite de la crise.
            Et puis vous devriez être heureux des réformes menées par le Gvt actuel, le non-remplacement d’un départ à la retraite sur 2, ce qui va faire plaisir à Bubulle qui pense qu’il faudrait diviser le nombre de fonctionnaires par deux : deux fois moins de profs, deux fois moins de policiers, deux fois moins d’agents hospitaliers, deux fois moins d’éboueurs, deux fois moins d’agents de l’equipement en période de neige 😉
            J’entends bien qu’on critique une prime au présentéisme, mais je n’entends rien sur les exonérations de cotisations aux entreprises sans vérification de la contrepartie…

          • J’ai répondu à votre deuxième commentaire, mais ma réponse est au bas de cette page ; J’ai vécu dans une dictature (le Turkmenistan). Alors, si votre attitude n’est pas dictatoriale, acceptez donc l’idée d’ouvrir le marché de l’assurance-maladie à la concurrence privée, comme c’est le cas en Nouvelle-Zélande par exemple…

          • Alain, je n’ai jamais dit que j’avancerais des chiffres. Dailleur ca n’est pas mon sujet de discussion.
            C’est vous qui avez fait un rapprochement avec la sécu. C’est à vous de me donner des chiffres!
            Vous denigrez le système, prouvez ce que vous avancez!

            Pour vous il est clair que le facteur humain n’a pas beaucoup d’interet.
            Et pour appuyer ce que dit Marie-France, si c’est mieux ailleur, allez y.

            Je ne suis pas dans le besoin, donc l’interet est bien general.
            Je ne suis pas égoiste. C’est tout!
            L’être humain a plus de valeur à mes yeux que l’économie.

            Il vaut mieux avoir un peu moins, partager, vivre en harmonie, et ne pas penser qu’a soi.
            Une société qui fonctionne est une société qui partage, justement et équitablement.

            Ceci est un élément de ce qu’on appelle « Le développement durable »

            J’ai souvent repris le mot équilibre. C’est ma devise.

            Une certitudes, nous faisons partie des pays les plus riches du monde. J’ose donc avancer que notre mode de fonctionnement dans tous les domaines, n’est peut-être pas parfait, mais il est plutôt pas mal et envié.
            Si le monde prenait exemple sur nous, il y aurait beaucoup moins de gens en souffrance.
            Nos valeurs sont ce qui fait « LA FRANCE » et nous devons en être fier.

            En nouvelle zélande, oui j’ai vu. Il y a un système à 2 vitesses si je comprend bien. Vos amis qui sont très content ne doivent donc pas être dans le besoin. Je ne partage pas ces valeurs!

          • « …Une certitudes, nous faisons partie des pays les plus riches du monde. J’ose donc avancer que notre mode de fonctionnement dans tous les domaines, n’est peut-être pas parfait, mais il est plutôt pas mal et envié.
            Si le monde prenait exemple sur nous, il y aurait beaucoup moins de gens en souffrance… »

            Vous êtes délirant et mégalo-maniaque.

            1°) Grâce à l’assistanat entre autres, la France n’est plus un pays riche ; vous vivez sur une gloire passée. Votre obsession pour l’égalitarisme est digne du pire des régimes socialo-communistes. Enfin, notre système a été un moment envié, il y a 30 ans peut-être ; il ne l’est plus et depuis longtemps au vu de la ruine économique qu’il entraine.

            2°) Votre mégalomanie, là aussi typique du formatage socialo-communiste vous amène tout naturellement à penser que la France est le meilleur pays du monde, le mieux géré, etc… au point que vous aimeriez bien que le monde prenne exemple sur nous ! C’est totalement délirant et mégalo.

            Bon courage, si je puis dire, je vous laisse à votre délire…

          • La mégalomanie, c’est le délire de grandeur et de puissance.
            Bien au contraire, je ne veux pas être grand et puissant mais raisonnable et équilibré.
            Vous n’avait pas lu ce que j’ai écrit: : » Il vaut mieux avoir un peu moins, partager, vivre en harmonie, et ne pas penser qu’a soi. »
            C’est aussi une richesse.

            Si j’étais mégalo, j’épouserais vos idées et je dirais, « tout pour moi rien pour les autres » ou « marche ou crève ».

            Je vous le dit encore une fois : Je ne partage pas ces valeurs

          • « …« tout pour moi rien pour les autres » ou « marche ou crève »…. »
            Visiblement vous ne connaissez vraiment pas le sens des mots.
            Ce que vous écrivez décrit l’égocentrisme et non la mégalo-manie.
            De plus, ce que vous m’attribuez est à priori déplacé ou, si vous préférez, ne me correspond pas. Mais je vous pardonne, vous êtes formaté.

          • « aller dans les pays où la sécurité sociale n’existe pas »

            Des exemples ?

            Juste pour votre info, les ouvriers du XIX° siècle n’ont pas attendu l’Etat pour avoir des mutuelles qu’ils géraient eux-mêmes. Sans parler des corporations d’ancien régime qui avaient des systèmes de solidarité.

        • « -Vous avez été obligé de vous acheter un 4*4 pour rouler sur les routes francaises?
          -Vous avez été obliger de mettre une station d’épuration dans votre jardin pour avoir de l’eau propre?
          -Vous jetez vos déchets dans la rue ?
          -Vous navez pas de ligne fixe ?
          -Vos enfants (si vous en avez) ne vont pas à l’école?
          -Vous n’êtes pas aller à l’école ?
          -Vous vous éclairer à la bougie ?
          -Comme au moyen age, vous avez une vache dans votre chambre pour ne pas avoir froid l’hivers?
          -Vous n’avez pas eu de grave maladie.  »

          Mon cher Duchmol, dans cet inventaire à la Prévert, il n’y a guère que l’infrastructure routière et l’école qui soient financés par nos impôts.
          Le reste, c’est privé ou payé à l’usage ou à la consommation (et pourrait donc sans problème basculer dans le privé)

      • Zaquis et Zavantage, ca veut dire quoi ?
        « les vrais gens » pourquoi il y en a des faux ?

  • En Belgique, on a un truc pas mal non plus. Les fonctionnaires ont droit à un certain nombre de jours de maladie par an. Les jours non « pris » sont cumulés, et viennent en déduction de l’âge de la retraite:
    *Statutaires et stagiaires
    Par douze mois d’ancienneté de service, vous pouvez obtenir un congé de maladie de maximum vingt-et-un jours ouvrables. Le nombre de jours de congé de maladie auquel vous avez droit est réduit en fonction de certaines prestations non fournies, comme par exemple le départ anticipé à mi-temps ou le congé pour interruption de la carrière professionnelle.

    Si vous ne comptez pas encore trente-six mois d’ancienneté de service, vous avez dans tous les cas droit à une avance de soixante-trois jours ouvrables de congé de maladie, sans réduction éventuelle/également dans le cas de prestations non fournies, comme le travail à mi-temps.

    Vous pouvez capitaliser sur l’ensemble de vos années de travail les jours de congé de maladie qui n’ont pas été pris et lorsque ce capital congé de maladie est épuisé, vous êtes placé en disponibilité pour maladie.*

    Amusant aussi, n’est-il pas ?

  • Incroyable….le seul commentaire réfléchi!!!!!!
    Merci,il fallait le faire au vue de cet article un tantinet démagogique

    • C’est l’article qui est démagogique ou bien la décision du maire (socialiste) ? Ben là, on n’a clairement pas le même point de vue ! Mais bon, vous devez faire partie de dette majorité si généreuse… avec l’argent des autres !

  • Et toi, tu es prêt à le faire ?

    • Eh ben tu vois, on n’est visiblement pas de la même éducation : si la pression fiscale n’était pas aussi délirante, j’attendrais pas ton avis pour me porter spontanément au secours de mon voisin s’il est dans le besoin…
      Mais bon, c’est une question d’éducation, n’est-ce pas ?

      • Oups ! Le « Et toi, tu es prêt à le faire ? » ne vous était pas destiné.
        Cest une erreur d’aiguillage. Désolé

  • Vous me citez Haïti ; je vous citerai la Nouvelle-Zélande, par exemple, pays où je suis allé 5 ou 6 fois dans ma vie, et mes amis sont très contents de leur système de recouvrement des soins, en grande partie privé pour la majorité des néo-zélandais :
    http://www.mfe.org/index.php/Portails-Pays/Nouvelle-Zelande/Protection-sociale/Regime-local-de-securite-sociale

    • Je cite un pays pauvre pour vous faire prendre conscience que nous ne sommes pas si à plaindre que cela en France, vous me répondez en citant un pays développé, qui n’est pas réputé pour sa pauvreté, votre réponse est pour le moins déroutante… A ce sujet, d’ailleurs, j’aimerais savoir si vos amis néo-zélandais sont au salaire minimum (ce serait étonnant), car il n’y a pas forcément de quoi se réjouir à vivre en Nouvelle-Zélande.
      L’herbe est toujours plus verte ailleurs et la polémique est un passe-temps comme un autre 😉
      Je vous souhaite une bonne soirée.

      • « j’aimerais savoir si vos amis néo-zélandais sont au salaire minimum »

        Les Suisses n’en ont pas. Rappelez- moi quel est le salaire moyen en Suisse et en France et quel sont les taux de chômage respectifs de ces deux pays qu’on rigole un peu.

      • « …Malgré un PIB par habitant moins élevé que dans d’autres pays développés, les Néo-Zélandais sont plus satisfaits de leur vie. La Nouvelle-Zélande a été classée 20e sur l’indice de développement humain de 2006 (et 3e en 2010[3]) et 15e sur l’indice de qualité de vie 2005 du magazine The Economist[103]. Le pays a également été classé premier en satisfaction de vie et cinquième sur l’indice général de prospérité 2007 du Legatum Institute[104],[105]. Le sondage 2007 sur les meilleures villes du monde pour y vivre de Mercer classe Auckland, en 5e position et Wellington en 12e[106]… » (Source : wikipedia)

        La NZ a un taux de chômage moitié moindre qu’en France : http://www.statistiques-mondiales.com/chomage.htm

        Mais vous avez raison, Marie-France, la France est au top…

  • Plus d’Etat ou moins d’Etat, vaste débat.
    Mais ce n’était pas le sujet de votre article qui parlait d’une prime de présentéisme donnée par… une collectivité locale décentralisée, gérée par un conseil municipal élu par les quelques 3300 électeurs florensacois. Quant à la prime en question, elle est payée par 4639 Français, cela valait bien un tel débat dont je vous remercie.

    • L’Etat va de l’Elysée à la plus petite commune. Les collectivités locales font partie de l’Etat.

    • Vous avez raison Marie France, le débat na plus rien a voir avec l’objet de l’article.
      En tout cas, quand je vous lis, je me dis qu’il y a encore de l’espoir!

      Ravi que vous vous soyez jointe à cette conversation qui n’aboutira de toute facon à rien.

  • @Bubulle : si vous habitez Florensac, je vous invite à voter contre la liste sortante en 2014. Sinon, il vous faudra, j’en ai peur, supporter que les fonctionnaires de la commune de Florensac touchent une prime de présentéisme encore quelques temps car je ne pense pas que cet article mène le conseil à démissionner ou à revenir sur sa délibération.

    • Malheureusement, il n’y a pas besoin d’habiter dans une commune en particulier pour se faire spolier par les services publics au delà du supportable. Pour autant, les politiques de cette commune n’ont pas besoin d’ajouter la spoliation à la spoliation pour ses habitants, alors qu’un simple management de bon sens suffirait à régler ses problèmes : licenciement pour motif personnel non disciplinaire, en l’espèce perturbation du service, en cas d’absences répétées ou longues. Mais voilà, il n’y a aucun management du personnel dans la fonction publique. C’est tellement plus simple de taxer toujours et encore.

  • La mégalomanie, c’est le délire de grandeur et de puissance.
    Bien au contraire, je ne veux pas être grand et puissant mais raisonnable et équilibré.
    Vous n’avait pas lu ce que j’ai écrit: :  » Il vaut mieux avoir un peu moins, partager, vivre en harmonie, et ne pas penser qu’a soi. »
    C’est aussi une richesse.

    Si j’étais mégalo, j’épouserais vos idées et je dirais, « tout pour moi rien pour les autres » ou « marche ou crève ».

    Je vous le dit encore une fois : Je ne partage pas ces valeurs

    • « Je vous le dit encore une fois : Je ne partage pas ces valeurs »

      L’essentiel est de ne pas imposer les vôtres à autrui.

  • Virez moi toutes ces fainéantasses qui ne veulent pas bosser il y a suffisamment de chômeurs qui cherchent du boulot pour les remplacer, vous économiserez les primes

  • Il suffirait de mettre en place de vrais contrôles sur les arrêts maladie du public pour éviter cette gabegie, toutefois malheureusement, la fraude aux prestations sociales concernant les salariés est évaluée à « seulement » 2-3 milliards d’euros alors que le manque à gagner imputable aux recettes non récoltées du travail au noir s’élèveraient à 8-15 milliards… (source: rapport parlementaire, Le Monde du 26/06/11)

    • Mais ça tombe ce que tu dis car il faut diminuer les dépenses ET les recettes de l’Etat.
      En serrant la vis à ces fainéants de fonctionnaires, on diminue les dépenses et en même temps, on diminue les recettes en taxant moins les forces vives (les vrais gens, quoi), c’est à dire ceux qui créent de la richesse et des vrais emplois.

      • est ce que tu as besoin de dire fainéants de fonctionnaires. fonctionnaires c’est pas suffisant ? pas vraiment pédagogique le professeur you tube.

      • «les vrais gens» sont ceux dont on (= les medias, les rapports administratifs) ne parle pas, qu’on ne voit pas à la télévision, qui n’occupent pas le devant de la scène. En gros, c’est vous et c’est moi… Travailleur ou pas !

        Le contraire de vrai gens : people

    • A Mattieu.

      Les controles existent, comme dans le privé. Ni plus, ni moins.
      Attention aux idées recus !
      Des abus, certes, il doit y en avoir, mais comme partout je pense, sauf qu’il est à la mode de parler de celui ci plus que d’un autre!

      Aujourd’hui, les fonctionnaires sont la cause de tous les maux,
      Demain, ca sera de la faute des emmigrés,
      ensuite, des personnes agées,
      Puis des malades…

      Mais jamais des marches financiers

      Mais je trouve ta remarque sur le travail au noir très judicieuce.

  • étonnant dans un état régalien, seules la police, la justice et l’armée auraient un statut de fonctionnaire , or que voit on sur la video, des policiers. oups!!!

    • En économie, les fonctions régaliennes désignent des tâches que l’état ne doit pas ou ne peut pas déléguer à des sociétés privées. La liste des droits ou fonctions régaliennes dépendent du système politique et de l’opinion de chacun.

      Donc non, il n’y a pas forcément que la police, la justice et l’armée.

  • @alain

    « De plus, il nous est imposé, sans concurrence ni autre alternative. C’est donc une dictature que vous soutenez. Je vous plains, sincèrement… » en parlant du service public ???

    Actuellement je pense qu’on est plutot soumis à la dictature des marchés financiers!
    Celle qui choisie les gouvernements et qui pousse à la privatisation.

    On peut donc raisonnablement se poser la question de l’intêret de privatiser si ce n’est que pour gagner de l’argent sur le dos des cotisants.

    • « On est soumis à la dictature des marchés financiers »
      C’est bien, vous répétez strictement ce que vous racontent les média et les politiques de ce pays.
      Maintenant, posez-vous un instant, réfléchissez à ce que sont les « marchés » et pourquoi il vous semble qu’ils imposent une dictature.

      C’est à cause de la dette? Oooooh, les marchés sont très méchants et refusent de donner leur argent gratuitement pour que les états le dépensent n’importe comment et fassent au final faillite? Vilaine dictature des marchés ! Ces pauvres états qui ne font que demander plus d’argent qu’ils n’ont pas sont pourtant si gentils et ne veulent pourtant que notre bien. Comment se peut-il que les vilains marchés ne fasse rien qu’à les embêter?

      Ce que vous n’arrivez pas à comprendre c’est que les marchés ne sont pas les coupables. Vous vous attaquez à ce qu’il vous semble voir alors que ce qu’on ne voit pas c’est un état qui est à la source de tous ces problèmes. Personne n’a obligé les états à emprunter. Personne.

      Un des vrais problèmes de ce pays c’est la taille gargantuesque d’un état qui ponctionne ses citoyens jusqu’à la moelle en offrant certes des services publiques mais à un coût exorbitant et pour une qualité plus que médiocre et qui continue (et continuera) à baisser.

      Alors oui, les services publiques français sont meilleurs qu’à Haïti, mais c’est juste bête de comparer la France à Haïti. Comparons-nous à des pays qui ont atteint le même niveau de développement que nous et qui gèrent les choses différemment. Et ô stupeur, il apparaît que la gestion publique française est catastrophique.

      La privatisation est une des solutions.
      Néanmoins, on peut à raison s’inquiéter de la mise en place de la privatisation. Le capitalisme de connivence ayant déjà rongé notre pays, on peut se dire que nos chers gouvernants se feront un malin plaisir de distribuer les services français à leurs petits copains comme à la braderie et on finira avec des monopoles privés qui n’arrangeront rien à la situation actuelle.

      Pour que la privatisation soit un succès, il faudra d’abord garantir une saine concurrence dans les secteurs qui seront privatisés. Et pourquoi pas comme le propose H16 ouvrir d’abord à la concurrence un secteur à monopole d’état et l’on verra que les citoyens se tourneront d’eux-même vers le privé. La privatisation se fera d’elle-même sans heurts ni injustices.

      Essayez de vous détacher un instant de la pensée unique qui sclérose ce pays qui veut que l’état soit un bienfaiteur. Oui, l’état doit être fort. Non, l’état ne doit pas être un léviathan qui bride les libertés et dont le coût est juste faramineux.

      • « On est soumis à la dictature des marchés financiers »

        C’est de la novlangue de bon aloi.

        Quand on contracte un emprunt, on devient l’obligé de son ou ses créanciers. Dès lors, il est normal que celui qui vous prête de l’argent exige des comptes. L’argent n’est pas gratuit.

        Les pays européens sont dans la même situation que ceux du tiers monde il y a 30-40 ans. Il ne fallait surtout pas leur demander des comptes sur l’argent prêté. Les tiers-mondistes invoquaient la colonisation pour se défausser de leurs obligations. Quelles excuses bidons trouveront les socialistes européens pour se défausser de leurs conneries ?

    • @ Doudou:
      Tiens, ça peut (peut-être) t’aider un peu pour comprendre:
      –>
      http://www.youtube.com/watch?v=7CKwUfNKuPM

      Concentre-toi, hein !

  • Partons du principe que je gagne de l’argent (tant mieux pour moi) par le travail. C’est a priori à moi de choisir comment je vais le dépenser. Pourquoi offrirais-je de l’argent aux fonctionnaires pour qu’ils soient présents ? L’aspect pragmatique de la mesure (l’absentéisme coute cher et n’a pas d’autre remède) est un indicateur de l’abdsurdité du mode de fonctionnement de notre administration.
    Pourquoi, dans un esprit de tolérance et de fraternité, ne pas effacer petit à petit les différences entre public et privé : mise à niveau des salaires et des statuts ? Un fonctionnaire sera alors souvent mieux payé, mais pourra être viré et bénéficiera des mêmes avantages et inconvénients que le privé. Ses évaluations, à l’espérance moins élevée (ie pas entre 18 et 20) mais à la variance plus révélatrice, lui permettront d’avoir un aperçu de la qualité de son travail, qui le valorisera et lui permettra de s’améliorer, de s’épanouir dans son travail.
    Si le salarié du public est aussi productif et efficace que celui du privé, il ne perd pas au change. S’il ne l’est pas, je pense être en droit de refuser que mon argent finance son mode de vie.
    @Théo31 : Si seulement les dirigeants avaient de bons résultats plutôt que de bonnes excuses…

  • D’ailleurs pourquoi effacer ces différences (injustes et intolérables) petit à petit ?
    Je serais pour les enlever rapidement, sans attendre et pour réduire énormément le nombre des fonctionnaires assoiffés d’argent gratuit des autres.

  • Petit à petit dans un souci d’équité : si certains ont choisi la fonction publique sur ces critères de salaire plus faible mais d’avantages sociaux, il faut soit compenser (mais comment valoriser les jours de carence, ou le temps libre ?) d’une façon autoritaire, soit le faire petit à petit, c’est-à-dire pour les nouveaux salariés de la fonction publique.
    Je ne suis pas certain qu’ils soient assoiffés, sinon ils choisiraient sans doute le privé (quoique). Mais les gestionnaires d’argent public semblent souvent oublier que les sommes qu’ils dépensent viennent du labeur des autres, que les budgets ne tombent pas du ciel.

    • le salaire moyen des fonctionnaire est supérieur au privé, l’age du départ à la retraite est plus faible et les pensions sont plus élevés. Devenir fonctionnaire est aussi une bonne affaire financière…

  • @Laurent Si vous avez raison, alors nul besoin d’attendre pour, a minima, rétablir l’équilibre – et je parle du cas où l’emploi à vie disparait. Je ne comprends pas comment on peut prétendre défendre le maintien d’inégalités par la loi au nom de grands principes.

  • On est déjà presque au fond du trou

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

L’absentéisme est un phénomène majeur au sein de l’Assemblée nationale. Le taux de participation des députés aux votes en séances publiques est estimé à 18 %, situation en partie due à la surabondance de réunions concomitantes. Autre phénomène regrettable : l’inflation législative. En 2017, l’équivalent de 75 000 pages a été publié au Journal officiel.

Le 11 mai 2021, l’Assemblée nationale a adopté le pass sanitaire. Sur ses 577 députés, seuls 293 étaient présents et ont voté... Poursuivre la lecture

par h16

Ce n'est pas parce que la France est sur la paille, que sa dette crève tous les plafonds dans une décontraction déconcertante du gouvernement qu'il faudrait pour autant refermer les robinets à argent gratuit des autres. La distribution peut donc continuer joyeusement. Voire s'accélérer, comme en Seine-Saint-Denis par exemple.

On apprenait en effet il y a presque un an par la voix du Premier ministre de l'époque, un certain Édouard, épicier spécialiste du hard discount sur les principes républicains, que l'État allait s'e... Poursuivre la lecture

Par Narcisse Oredje[1. Blogueur tchadien].

Un article de Libre Afrique

Le ministère de l’Éducation a lancé ce 27 février 2019, en partenariat avec l’UNICEF et d’autres partenaires, une plateforme mobile permettant le contrôle de l’assiduité des enseignants du primaire. Identifié comme l’une des causes principales de la baisse de niveau des élèves, l’absentéisme des enseignants est l’un des grands problèmes qui gangrènent le fonctionnement du système éducatif tchadien. Mais face à ce fléau aux racines éparses, une simple platefor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles