Le rassemblement de la galaxie libérale

Aujourd’hui, la galaxie libérale prend la parole pour promouvoir un projet économique et social fort

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Galaxie-Liberale-564x272

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le rassemblement de la galaxie libérale

Publié le 9 novembre 2011
- A +

Aujourd’hui, 9 novembre, la galaxie libérale prend la parole pour promouvoir un projet économique et social fort.

Par Aurélien Véron

Ce soir, la galaxie libérale se rassemble autour d’Hervé Novelli et des Réformateurs, d’Aurélien Véron et du Parti libéral démocrate et de personnalités comme Alain Madelin. Cette réunion des libéraux a une double ambition: promouvoir des propositions fortes pour sortir de la crise, et indiquer clairement que ce courant politique n’est captif d’aucun candidat à la présidentielle de 2012. Nous n’avons pas été écoutés lorsque nous annoncions la crise. Les faits ont hélas donné raison aux libéraux. Les repères économiques du gouvernement et de ses prédécesseurs, de droite comme de gauche, sont en train de perdre leur crédibilité.

Nous découvrons enfin que la dépense publique ne crée pas de richesse, mais nous entraîne vers le fond. Notre protection sociale a figé l’ascenseur social et entretenu la pauvreté. Il est temps de changer de paradigme pour retrouver le chemin de la croissance. Aujourd’hui, la galaxie libérale prend la parole pour promouvoir un projet économique et social fort, inspiré des mesures qui ont permis le redressement d’économies sinistrées aussi diverses que la Suède des années 1980 ou le Canada des années 1990.

Soutenir ou pas le candidat de la majorité?

Cette soirée doit aussi poser les conditions d’un soutien éventuel à la présidentielle. Si le gouvernement continue à mener sa politique sur une ligne qui ne la différencie en rien de celle des socialistes des années 1990, les libéraux auraient la responsabilité de ne pas soutenir son candidat déclaré le jour venu. La première urgence consiste à réduire notre dépense publique. Il ne s’agit pas tant de rassurer nos créanciers inquiets que de revenir à un modèle viable pour les générations futures.

Au terme de presque quatre décennies de déficits ininterrompus, nous devons réduire nos déficits d’au moins 100 milliards d’euros en rythme annuel. Nous devons le réaliser par la dépense, car notre pression fiscale figure déjà parmi les plus décourageantes d’Europe. Une réduction structurelle d’une telle ampleur exige la fin des statuts de la fonction publique et l’autonomie des services de l’État: effectifs moins nombreux, plus flexibles et mieux rémunérés sur une base individualisée. De nombreux exemples de transition de cette nature ont permis à des États de faire mieux avec moins.

La réforme de l’Éducation nationale est un bon exemple. Elle concerne autant son coût pour les finances publiques que la qualité de la formation de nos enfants. Jusqu’ici, toute ébauche de changement a buté sur une bureaucratie gigantesque qui emploie un fonctionnaire non enseignant pour deux enseignants. Pour passer outre, nous proposons donc de rendre leur entière autonomie aux établissements scolaires.

Réformer l’Éducation nationale, notamment en la rendant autonome

Cet alignement du fonctionnement de l’école publique sur celui de l’école privée ferait économiser 30% du budget de l’Éducation nationale si on retient le chiffrage de l’Ifrap. Cette économie proche de 20 milliards d’euros par an se réaliserait sans diminuer le nombre d’enseignants de manière arbitraire comme aujourd’hui. Et pour une qualité au moins aussi bonne. Cette décentralisation ultime ouvrirait également la voie à la création de nouveaux établissements, notamment dans les zones difficiles au travers du chèque éducation.

Ces réformes ne peuvent être envisagées sans libérer les moteurs de la croissance dans le même temps. Les raisons du succès de l’auto-entreprenariat doivent être étendues aux PME si nous voulons qu’elles se développent, embauchent et, pour les plus dynamiques, conquièrent de nouveaux marchés en Europe et dans le monde. Nous proposerons un grand nettoyage des réglementations de l’emploi, des barrières corporatistes et des contributions sociales et fiscales des entreprises. Le retour d’une forte croissance est une nécessité pour redresser non seulement les comptes du pays, mais aussi la vitalité de notre économie, sa capacité à se renouveler pour profiter de la mondialisation comme nos voisins allemands.

Ce soir, nous proposerons aux Français un modèle économique et social adapté au monde ouvert et globalisé que nous connaissons. Il passe par une modernisation ambitieuse de l’État et de notre modèle économique et social. Ce rassemblement de la galaxie libérale ne posera pas seulement les conditions d’un soutien éventuel à un candidat à la présidentielle, mais celles de notre engagement dans les années à venir.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Un bon moyen de faire des économies c’est aussi de restreindre les folles dépenses des collectivités locales.
    Alors que l’effort louable de l’UMP a permis de réduire le nombre de fonctionnaires dans les administration publiques, il y’en a de plus en plus dans les collectivités locales, sans compter les projets faramineux et les dépenses sans limites des maires …

  • enfin! que j’attendais cette réaction de mes confrères libéraux. soyez exemplaires, indépendants, fiers, sans concession!
    mais pourquoi un tel prix? il m’a découragé et je suis triste de ne pas pouvoir être des votres ce soir (la première année d’entreprenariat est faite de vaches maigres et je tache de ne pas vivre au-dessus de mes moyens)
    Madelin avait raison sur a peu près tout en 2002 mais sa campagne et son score se sont concentrés sur les ghettos de riche (ouest parisien, neuilly, deauville, nice, etc…). résultat 3%.
    Il est temps de s’ouvir et d’avoir le courage d’aller pour de vrai parler aux gens plus modestes. Ne soyez pas la caricature que l’on dresse de nos idées en réalité si humanistes.

  • Entièrement d’accord avec la hutte
    « Ce soir nous proposerons aux Français »
    Qui proposera??
    plutôt que d’agir sur les conditions de soutien à un candidat. Ne vaudrait-il pas mieux proposer un candidat tout simplement. Beaucoup de gens riches ou modestes ,aujourd’hui, sont prêts à écouter un autre projet politique pour notre pays.

  • content de voire novelli en tete.ce qu’il a reussi avec le statut d’autoentrepreneur est la premiere realisation economique positive depuis longtemps dans ce pays.je ne comprends pas trop ses responsabilités chez les voyous de l’ump mais je lui garde toute mon estime

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

parcoursup
1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Nous l’évoquions dès novembre, au moment où la réforme Parcoursup a été annoncée, le risque de crash était majeur. Il fut moins important que ce que beaucoup craignaient, mais bien là. Dès 18 heures, au moment de l’ouverture de la plateforme, les lycéens se sont rués pour voir leurs résultats, provoquant un bug du site puis le bug des sites de débordement. La normale est revenue dans la soirée.

Seule la moitié des lycéens a eu des réponses positives, contre plus des trois quarts avec l’ancien système, APB.... Poursuivre la lecture

Lorsque les premiers jeunes réfugiés ukrainiens arrivèrent en France au début du mois d'avril, ce fut une véritable surprise pour leurs petits camarades français qui les accueillirent dans leurs écoles : leur niveau en mathématiques était notoirement meilleur que le leur et certains professeurs de notre Édulcolration Nationale s'en ouvrirent abondamment dans la presse.

Eh oui : apparemment, en Ukraine, les élèves ne lambinaient pas trop sur les exercices simples de mathématiques. Les opérations de base en arithmétique, y compris sur le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles