Le Carrousel des subventions

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Warner Bros. Games inaugure ses nouveaux locaux montréalais

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Carrousel des subventions

Publié le 4 novembre 2011
- A +

Le problème n’est pas que les entreprises ne paient pas suffisamment d’impôts mais que certaines d’entre elles perçoivent trop de subventions.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec

Warner Bros. Games inaugure ses nouveaux locaux montréalais

Est-ce que les entreprises payent assez d’impôts? Mauvaise question. Le vrai scandale, c’est la quantité de subventions qu’elles reçoivent.

Hier, la multinationale américaine Time Warner inaugurait son studio Warner Bros à la Place Dupuis, à Montréal. Le gouvernement du Québec lui a donné quelque 10 millions $ de vos impôts pour qu’elle installe son studio ici. Ce n’est pas fini, chers contribuables. Vous allez aussi payer 37,5 % du salaire de chaque nouvel employé. Comme si cette multinationale — qui prévoit faire 653 millions $ de profit cette année — ne pouvait les payer!

Quelques jours auparavant, on apprenait qu’Investissement Québec, l’organisme qui verse la majorité de ces subventions, pourrait perdre 40 % des 1,6 milliard $ qu’elle a déjà prêté. Investissement Québec vient de fusionner avec la SGF, un organisme qui a perdu, lui, un demi-milliard $ en 2008 et 2009…

On donne plus que l’on reçoit

Imaginez : nous versons entre 3 et 4 milliards de dollars en subventions aux entreprises chaque année au Québec. C’est sans compter les garanties de prêt, et les prêts à intérêt presque nul, remboursables 10-15 ans plus tard. Sans compter non plus l’électricité à rabais qu’Hydro fournit aux producteurs d’aluminium. Une subvention déguisée, qui coûte des centaines de millions de dollars — voire des milliards — à l’État québécois.

Or, combien le gouvernement perçoit-il en impôts sur le revenu des entreprises cette année? 3,9 milliards $. Ça veut dire que les politiciens et bureaucrates prennent tous ces impôts-là, et d’autres, et les redonnent à ces mêmes entreprises! Oups, correction : pas toujours aux mêmes entreprises. Surtout aux plus grosses, et aux plus rentables politiquement.

On tourne en rond. Appelons ça le carrousel des subventions.

Bien sûr, les entreprises payent aussi une fortune en taxes sur la masse salariale et autres ponctions fiscales. Mais quand même. Ça donne une idée à quel point les subventions aux entreprises ont pris une place démesurée dans les dépenses de l’État. Si vous cherchez un scandale sur la fiscalité des entreprises, il est là. Beaucoup plus que la question de savoir si celles-ci payent ou non assez d’impôts.

Tant qu’à faire, pourquoi on n’élimine pas une partie de ces subventions, en échange de baisses d’impôts? On économiserait au moins sur la gestion de tous ces programmes (le monsieur qui déchire votre billet à l’entrée du carrousel, faut bien le payer). Ce serait trop simple?

Les déficits invisibles

L’autre nuit je n’arrivais pas à dormir. Alors j’ai parcouru le Sommaire économique et financier du Québec, mis en ligne la semaine dernière par le ministère des Finances. À la 2e page, on écrit que le gouvernement prévoit emprunter 16,3 milliards de dollars cette année. Et qu’en date du 25 octobre (à peine 6 mois dans le budget), il a déjà emprunté 12,1 milliards $, soit 75 % de cette somme.

J’ai fait des cauchemars. J’aurais dû lire un Stephen King.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • c’est bien pour cela qu’il faut interdire le lobbying

  • Interdire le lobbying est aussi censé que d’affirmer vouloir interdire le mauvais temps : tu fais comment ?

    • Plus précisément : que l’état cesse d’intervenir dans l’économie, de distordre le marché, et le lobbying disparaîtra de lui même. Du moins, n’aura plus d’effet comme l’etat ne changera rien.
      Mais vouloir interdire le lobbying en tant que tel, c’est à mes yeux un moulin de Don Quichotte.

      • Mais l’Etat régulateur ne peut pas cesser d’exister!

        On aura toujours besoin d’une régulation minimaliste, façon ARCEP et ANFR (par opposition à la régulation envahissante du CSA). On ne peut pas laisser l’anarchie électromagnétique s’installer.

        Même si un régulateur light s’attache essentiellement à des données objectives et s’appuie sur des expertises scientifiques, cela n’empêche pas le lobbying.

        L’autorisation des plantes issues du génie génétique est un bon exemple : la connaissance du sujet est bonne, les exigences sont élevées, mais ça n’empêche pas les pressions politiques.

  • recemment on a eu un timide exemple:interdiction de presence du representant des labos servier dans l’enceinte du sénat alors qu »ils avaient une accréditation!.on peut eplucher chaque année le patrimoine des élus (les plus importants)ne pas oublier que le lobbying n’est jamais un acte gratuit pour l’homme politique et que certains (dray villepin) ne cachent meme pas leur s revenus et leur train de vie.apres tout on controle bien regulierement une bonne partie des petites entreprises,alors cela doit etre possible pour les politiques.il me semble que dans le nord de l’europe les controles sont plus stricts envers la classe politique,donc avec un petit peu de courage on doit pouvoir y arriver

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Nos éminences de Bercy commenceraient-elles à se préoccuper de l’inquiétude qui pourrait se développer dans l’opinion publique en raison de l’explosion de la dette publique française induite par la désormais fameuse politique du « quoi qu’il en coûte » covidien ?

On le dirait bien, car après la grande tournée de rentrée de Bruno Le Maire dans les médias pour nous convaincre que l’économie française se portait à merveille, en omettant notablement le fait que ce pseudo-résultat a été obtenu par une furieuse ... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

À toujours répéter aux Français que ce n’est pas le moment, la France a un véritable problème avec une réforme de la fiscalité d’entreprise qui devient d’une urgence absolue ! Trop d'impôt tue l'emploi, la fiscalité des entreprises décourage l'investissement en France

Ce n’est jamais le moment car il y a toujours une élection en vue, et le passage au quinquennat n’a pas arrangé les choses.

Pour y remédier, les gouvernements successifs ont dans un premier temps augmenté les charges et les impôts sur les... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy, professeur émérite des universités.

Les citoyens tirés au sort (avec quelques ajustements statistiques néanmoins) ont adopté plus de 150 propositions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre le 21 juin 2020.

Une Convention aux membres non élus et ignorants ?

On ignore si cette date restera dans les livres d’histoire, mais il semble bien que nos « conventionnels aléatoires » ont le sentiment d’être entrés dans l’histoire de notre République, qui repose - osons le rappeler - sur des citoyens démocratiq... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles