France AAArgh

Ce n’est une surprise pour personne : la France va probablement perdre son triple A dans les prochaines semaines ou les prochains mois

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France AAArgh

Publié le 19 octobre 2011
- A +

Ce n’est une surprise pour personne : la France va probablement perdre son triple A dans les prochaines semaines.

Par Aurélien Véron

La France va probablement perdre son triple A dans les prochaines semaines ou les prochains mois. Ce n’est une surprise pour personne. Quoi qu’on pense du rôle des agences de notation, cette dégradation formelle ne fait qu’accompagner l’accélération du déclin économique et financier de la France, et l’absence de dynamique européenne. Les rendements comparés de la dette allemande et française annonçaient déjà cette sanction. La crise annoncée (oui, nous n’en sommes qu’au début) se justifie par l’inertie du gouvernement fragilisé qui joue la montre, et par l’opposition qui tire sur la moindre réduction de la dépense publique. Ni les responsables du PS, ni ceux de l’UMP n’osent proposer de réforme structurelle pour remettre notre modèle social d’aplomb. En attendant, le compteur de la dette continue à tourner, son rythme était de 406 millions d’euros supplémentaires par jour en 2010. Et le Fond Européen de Stabilité Financière n’a fait qu’empirer les choses en alourdissant potentiellement nos comptes publics de 158 milliards d’euros supplémentaires.

Les signaux annonçant nos difficultés financières à venir remontent à loin. Nicolas Baverez a signé « La France qui tombe » en 2004. Plus récemment, Jean-Claude Trichet n’a cessé d’évoquer les risques de crise systémique si les États (incluant implicitement le gouvernement français) ne s’attaquaient pas à leur dette. De grands patrons allemands ont annoncé travailler sur un scénario de sécession de l’euro du nord, en précisant que la France faisait partie… du sud. Il n’y a pas de fatalité dans cette crise. La seule certitude, c’est que « l’argent des autres » ne suffira pas à payer les envies de nos gouvernants. Ceux qui reprochent aux libéraux d’avoir annoncé le scénario en train de se dérouler devraient aussi se pencher sur leurs préconisations. Car leur constat s’accompagnait de propositions fortes pour échapper à cette spirale décliniste. Il n’est pas trop tard pour les écouter et élargir le débat de leur côté plutôt que de le laisser dériver du côté des souverainistes démondialisateurs.

La perte du AAA n’est pas la fin du monde. Les États-Unis ont déjà vu leur note dégradée et leur économie ne s’est pas brutalement effondrée (pas encore en tout cas). Mais la passivité d’un gouvernement qui agit dans la confusion et la dispersion retarde d’autant la mise en œuvre de réformes de fond. À la veille d’échéances électorales majeures, comment espérer un changement d’orientation dans la douleur (car les réformes nécessaires seront douloureuses) ? Cette incertitude politique sera sans doute un facteur déclencheur de la dégradation de la note de notre dette. À moins que ce ne soit cette dégradation qui accélère notre instabilité électorale. Va savoir…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • La prise de conscience doit aller bien au delà des partis, et gagner tous les lobbies du blocage: professions protégées (banquiers, pharmaciens, notaires, transports public, taxis, etc.), grands prêtres des grandes peurs (réchauffement, gaz de schiste), « partenaires sociaux » (qui ne sont ni l’un ni l’autre), syndicats, bureaucrates de l’administration (finances, EdNat), sécu et retraites « Pétain-Madoff », et franchement, tous les Français qui touchent des allocs sans regarder qu’on leur prend la moitié et jusqu’au deux tiers de leurs revenus pour (surtout ceux qui croient à tort qu’ils « ne paient pas d’impôt »).

    Comme j’ai zéro sympathie pour l’UMPS, je l’écris en toute décontraction, tant que les lobbies restent si acharnés / inconscients, on comprend le blocage des propositions politiques.

  • Aurélien président !

  • La perte de ce triple AAA , c’est rien que pour embêter le fonctionnaire élu socialiste Hollande !!!

  • Ce sera bientôt la FrAAnce !

  • pour relancer la machine, il n y a qu une seule solution F.Bastiat: « diminuer les impots, diminuer encore plus les depenses »

  • bientôt la FrBnce …

  • puisqu’ on est un pays corrompu,n’y aurait il pas moyen de corrompre les gens de moody’s pour conserver notre AAA?on pourrait leur offrir des putes,des barraques de vacances en grece(pas cher),des voitures de luxe françaises(on a du stock c’est invendable)et beaucoup de pognon en billets(l’argent papier ne vaut plus rien).avec ces gens la ça devrait marcher!

    • Sur Atlantico, il y a un papier où l’auteur soupçonne Moody’s de se faire un petit coup de pub sur notre dos :
      http://www.atlantico.fr/decryptage/quand-moody-se-fait-pub-dos-france-205595.html

    • « puisqu’ on est un pays corrompu,n’y aurait il pas moyen de corrompre les gens de moody’s »
      —————
      Pas de pot, moody’s n’est pas français. N’en jetez pas plus, d’argent par la fenêtre.

      • En revanche, puisque les agences de notations peuvent alourdir le coût du crédit pour le pays, on ne voit pas pourquoi l’Etat n’enverrait pas nos barbouzes pour… disons… faire revenir ces gens à plus de compréhension… D’accord, ce serait immoral, illégal, etc. mais au moins, on saurait que les politiques ont à coeur les intérêts du pays. (sans jeu de mots)

        • Ouais, mais nos barbouzes ne sont plus ce qu’elles étaient, depuis le Rainbow Warrior.

        • Les intérêts du pays c’est de réduire fissa la dépense publique et la dette. Certes, les agences de notation se plantent, mais elles se pantent dans le sens laxiste.

        • non ça ne doit pas pouvoir marcher les barbouzes.les italiens se font dégrader tous les jours et la mafia ne lève pas le petit doigt.quant a la camorra c’est encore pire on ne sait meme plus s’ils existent(rachetés par goldman sachs et vendus par compartiments?)

        • ———————————————————————
          « l’Etat n’enverrait pas nos barbouzes pour… disons… faire revenir ces gens à plus de compréhension… »
          ———————————————————————

          Il faudra aussi truquer les comptes publiques, la faillite est inscrite en clair dans les chiffres (25 ans de déficits budgétaire!). Puis truquer les effectifs de l’état car une simple multiplication montrerait le subterfuge, puis au final truquer carrément les maths, assassiner les opposants puisque de mensonge en mensonge tout ressemblerait à une grosse farce.

          C’est la chute dans le grotesque qu’a vécu l’URSS ce qui en passant a donné au monde les meilleurs blagues sur la planification collectiviste.

          • truquer les comptes publics:c’est fait.truquer les effectifs de l’etat c’est deja fait.truquer les maths ça commence(on parle croissance négative au lieu de décroissance).assassiner les opposants:non pas besoin,une bonne grosse affaire de cul suffit.finalement tout n’est pas désespéré.on peut encore tenir

          • Ne manque plus que les blagues.

            2012, le nouveau président de la France fait une allocution publique:

            – Cher peuple, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer. La bonne c’est que dans peu de temps, on va bouffer de la merde. La mauvaise, c’est qu’il n’y en aura pas pour tout le monde.

  • il n’y aura jamais de réformes, regardez la Grec ils ont à 130% de déficit, et je suis sur qu’ils n’ont pas encore privatisé quoi que ce soit.
    Ils vont faire des eurobonds et tout le monde pourra atteindre joyeusement les 150-200 % d’endettement de PIB.
    Quand on voit que la SNCF s’arrête parce qu’un contrôleur est agressé, qu’est ce que ça va être quand les 200 000 employés ne toucheront pas leur salaire. Ils vont aller pendre le président.
    je pense que nos dirigeants ont très peur de l’extrême gauche.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Sapin de Noël
7
Sauvegarder cet article

Youpi, un Noël austère !

On l’a vu dans un précédent billet : en France, l’inflation n’est pas vraiment un sujet et avec Bruno Le Maire aux commandes, on sait que tout se passera au mieux dans les prochains mois. Néanmoins, lorsqu’on prend la peine de demander leur avis aux politiciens dont l’intelligence n’est pas un obstacle et notamment aux maires, la belle assurance fait place à une prudence teintée d’inquiétude.

En effet, selon une récente enquête, la plupart (77 % des 3700 maires interrogés) se disent au moins préoccupés par cette hausse des coûts qui co... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

Par Philippe Alezard.

Le 20 mai 2021, le Premier ministre français est tout en joie en prenant le micro du chef de train et en annonçant l'innovation de ce XXIe siècle : la reprise du train de nuit Paris-Nice.

Des wagons connectés en 5G, propulsés dans un champ électromagnétique créé par les moteurs à induction de la nouvelle ligne hyperloop ? Que nenni, on remet en service le bon vieux corail arrêté il y a trois ans faute de rentabilité. Ce n’est pas grave, l’État va subventionner chaque billet à hauteur de cent euros.

P... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles