La Grèce à deux semaines de la faillite

Tout est en place. Tout ce qu’il reste est de trouver une période de calme quand les marchés seront fermés

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
greekflagc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Grèce à deux semaines de la faillite

Publié le 16 octobre 2011
- A +

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

Dites OXI !

À l’époque où les responsables grecs niaient toujours la nécessité d’un plan de sauvetage, mes billets prédisaient le défaut de la Grèce. Pendant dix-huit mois, j’ai prévu qu’Athènes accepterait une bonne rasade de liquidité de la part de Bruxelles, que cette rasade ne ferait aucune différence notable, que ce renflouement en engendrerait un autre, mais, qu’à la fin, la Grèce devrait toujours répudier sa dette.

Certains de mes lecteurs deviennent, naturellement, impatients. Alors, Nostradamus, écrivent-ils, quand est-ce qu’elle va arriver votre soi-disant cessation de paiement ?!

Évidemment, je ne sais pas. Mais, juste pour le plaisir, j’opterai pour le 28 octobre, dans deux semaines à partir d’aujourd’hui. La raison principale des reports et subventions répétés a été, de manière honteuse, de déplacer l’exposition du secteur privé au secteur public (voir ici). Maintenant que la Slovaquie a ratifié le plan de sauvetage élargi, une bonne partie des mauvaises créances peuvent être transférées des banques vers les contribuables.

Tout est en place. Les stocks sont vendus, la presse est au carré, la classe moyenne est bien préparée. Tout ce qu’il reste est de trouver une période de calme quand les marchés seront fermés. Un week-end tombe le 29-30 octobre, et il y a des fermetures de banques dans de nombreux pays européens le 31 octobre et le 1er novembre (la Toussaint).

La Grèce célèbre une fête nationale le vendredi 28 octobre, en commémoration de son rejet de l’ultimatum de Mussolini en 1940, un jour connu sous le nom de Ημέρα του Όχι : sûrement un bon moment pour attraper les marchés en pleine sieste.

Je pense toujours que les dirigeants européens et grecs seront assez idiots pour conserver la Grèce dans le giron de la monnaie unique à la suite du défaut : le pire de tous les mondes. Nous le saurons bien assez vite.

Par ailleurs, si vous vous demandez ce que ημέρα του Όχι signifie, cela se traduit par « le jour du refus ».

—-
Sur le web
Traduction : Éclipse pour Contrepoints.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • vive l europe du joyeux bazar !!!! a la bonne votre !!!

  • Je ne pense pas que l’euro est le responsable des turpitudes des gouvernements grecs successif depuis des décennies, élus par les citoyens grecs ravis de ne pas payer leurs impôts et de dépenser les aides européennes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
dette
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

Si elle est évidente lorsqu’il s’agit de sommes manipulées régulièrement comme le prix d’une baguette où d’un litre de carburant, la notion d'argent est bien maîtrisée.

C’est également à la portée d’une majorité de nos concitoyens lorsqu'ils négocient le prix d’une voiture ou d’un appartement.

Cela se complique lorsque l’on dépasse le million d’euros. Pour le milliard d’euros et au-delà, le premier réflexe est de dire « c’est beaucoup d’argent » !

Quand la monnaie était encore le franc

En 1980 l... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

On pourrait penser que la crise aurait accentué le surendettement des ménages français. Il n’en est pourtant rien puisque les commissions de surendettement ont vu leur activité baisser d’un quart en 2020. Alors que la dette publique gonfle dangereusement, la dette des ménages surendettés diminue de 1,3 milliard d’euros.

La crise du coronavirus qui frappe les économies depuis plus d’un an maintenant engendre des situations parfois catastrophiques. Nombre d’e... Poursuivre la lecture

Par Miguel Ouellette et Maria Lily Shaw[1. Miguel Ouellette est directeur des opérations et économiste à l’IEDM, Maria Shaw est économiste à l’IEDM. Ils sont les auteurs de « Service de la dette : trop cher payé pour s’endetter » et signent ce texte à titre personnel.]. Un article de l'Institut économique de Montréal

Le dernier budget présenté par le gouvernement social-démocrate[1. "Liberal" dans le texte.] de Justin Trudeau, ou son premier en deux ans, devrions-nous peut-être dire, représente un pas supplémentaire vers l’endettement... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles