Qui va sauver l’Europe de la crise de la dette ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui va sauver l’Europe de la crise de la dette ?

Publié le 11 octobre 2011
- A +

Quand le Quotidien du peuple, l’organe de presse officiel du parti communiste chinois, se penche sur la crise de la dette européenne, il arrive que l’on se demande si nous ne sommes pas passés dans une autre dimension.

Depuis un certain temps, la crise de la dette en Europe s’aggrave. La société internationale est dans une inquiétude folle que l’économie mondiale pourrait en souffrir. Les pays hors de la zone euro sentent de plus en plus de pression réelle.

Malgré l’élaboration de projets d’assistance, ceux-ci n’ont pas pu être appliqués de manière efficace à cause des tiraillements politiques entre les pays de la zone euro. La crise de la dette s’est peut-être ainsi transformée en crise politique. Comment faire pour sauver l’Europe ? Qui sera le sauveur de la zone euro ?

Il n’est pas réaliste de dépendre seulement de la Chine.

Il est difficile de résoudre la crise financière dans une courte période. Les Européens espèrent que la Chine sauvera l’euro.

La stabilité de la zone euro correspond aussi aux intérêts de la Chine. L’Union européenne est le deuxième partenaire commercial du pays. Si l’économie de la zone euro entre en difficulté, voire s’effondre, la Chine craint l’instabilité du marché des devises, des changements commerciaux radicaux, ou la montée du protectionnisme. En outre, avec la dépréciation incessante du dollar, un euro fort aiderait la Chine à diffuser son risque de réserves de devises.

Cependant, il n’est pas réaliste de dépendre seulement de la Chine pour sauver l’Europe. Actuellement, les PIIGS (Portugal, Italie, Irlande, Grèce et Espagne) sont endettés à hauteur de €4.000 milliards. Tandis que les réserves de devises de la Chine ne sont que de $3.200 milliards. Même si la Chine achète des devises en grande quantité, elle ne pourra pas sauver l’Europe de la crise de la dette.

L’Europe doit remonter aux sources de la crise

La crise de la dette en Europe n’a pas pu être résolue depuis longtemps et s’est aggravée. C’est à cause d’un manque de fort appui économique et d’abus structurels de longue date dans les pays membres. Depuis quelques années, l’économie européenne est faible, sans point d’appui, ni pôles de croissances. Elle ne peut pas soutenir les lourdes dettes actuelles. Cette économie caractérisée par « la croissance faible et la dette lourde » a conduit à l’éclatement de la crise de la dette en Europe.

L’autre problème est que la zone euro n’a établi qu’un système monétaire unifié. Elle n’a pas de système financier qui corresponde à ce système monétaire. Dans l’union monétaire de la zone euro, le taux de change de l’euro est relativement stable. Les pays de la zone euro peuvent ainsi obtenir facilement un financement de long terme, ce qui a encouragé et a dissimulé le relâchement financier d’un certain nombre de pays.

Le blâme doit être donné à la politique d’État providence suivie depuis longtemps par les pays européens. Les diverses prestations sociales et dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter, à un rythme plus élevé que la croissance économique. Ces mesures sont également la cause de la rigidité du marché de l’emploi. L’innovation industrielle est presque en stagnation. Les gouvernements européens sont obligés d’emprunter de l’argent.

Par conséquent, pour résoudre fondamentalement la crise, les pays de l’UE doivent élaborer des mesures de court et de long terme afin de contrôler les sources de la crise.

La prospérité de l’UE remise en question

National Interest a publié un article annonçant le déclin de l’UE si les pays membres n’adoptent pas une volonté politique unifiée. L’Europe se débarrassera peut-être de cette crise de façon rapide ou lente. Cela n’est pas rare dans l’histoire européenne. L’Europe a besoin d’immigrés pour stimuler sa reprise, mais elle doute aujourd’hui du succès de l’immigration. Les perspectives ne sont donc pas optimistes.

Un article paru dans le Quotidien du Peuple.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « La société internationale est dans une inquiétude folle que l’économie mondiale pourrait en souffrir. »

    Il manque un mot « une inquiétude telle » sans doute.

  • Beaucoup d’Européens de souche ne veulent plus travailler, ils veulent être fonctionnaires, bosser le moins possible en étant payé encore plus, donc oui, il faut faire venir des immigrés qui veulent bosser pour payer tout cet assistanat de masse.

    • Les souchiens vont donc payer leur baguette 10 euros.. 😉
      On vous enverra des sacs de riz (mais pas trop, hein, juste de quoi survivre).

  • « Le blâme doit être donné à la politique d’État providence suivie depuis longtemps par les pays européens. Les diverses prestations sociales et dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter, à un rythme plus élevé que la croissance économique.  » Si mêmes les communistes le disent…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles