Si l’État francais était l’un de ses contribuables…

Les mises en perspective permettent de mieux saisir le délire de la dépense publique en France

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si l’État francais était l’un de ses contribuables…

Publié le 11 octobre 2011
- A +

Les mises en perspective permettent de mieux saisir le délire de la dépense publique en France.

Par Aster, du site Sulfure et contre-culture

Si l’État français était l’un de ses contribuables il prendrait un crédit à la consommation à chaque fin de mois pour réussir à payer son accès internet, son alimentation et son loyer. Cette situation perdurerait depuis 40 ans. Chaque mois, son plus gros budget serait le remboursement de ses crédits.

Le problème de la dette c’est celui-là ; chaque année on creuse un peu plus le trou à l’aide d’un déficit de plusieurs milliards, et on ne creuse pas ce trou parce qu’on investit. Si l’investissement en était la cause ce ne serait pas un problème si important, car pour commencer à rembourser la dette, il suffirait que notre contribuable cesse de placer en bourse ou d’acheter de l’immobilier. Le problème c’est que dans son état actuel, si notre contribuable-État veut arrêter d’emprunter il faut qu’il arrête de manger.

Les espoirs sur la dette ?

La croissance : que notre contribuable arrive à avoir une augmentation salariale sans rien consommer de plus.

L’inflation à travers l’impression monétaire : que notre contribuable se mette discrètement dans sa cave à imprimer des petits billets, environ l’équivalent de son salaire annuel, pour satisfaire ses créanciers.

Dans la réalité ?

L’hypothèse de croissance signifierait que la France devrait viser la croissance chinoise. Ça signifierait un léger changement de paradigme par rapport à la situation actuelle ; comme au gouvernement et ailleurs on n’envisage la croissance que comme le fruit d’un plan quinquennal vertueux, on proposerait donc de tripler le problème de la dette avant de le résoudre (oui c’pas facile à saisir conceptuellement).

La création monétaire, ça revient globalement à léser les créanciers : ils n’aiment pas trop. Si la quantité monétaire augmente pour une même quantité de biens, le prix des biens augmentent. Si votre baguette coute 3€, c’est moins drôle de revoir les 20€ que vous avancez à votre voisin à l’époque où la baguette coutait 0,80€.

Hypothèse non-envisagée

Si notre contribuable regarde un petit peu son style de vie, il peut s’apercevoir qu’il s’achète des sous-vêtements Versace, qu’il donne tous les jours 2€ au clochard qui est au pied de l’immeuble où il travaille, qu’il achète 15 DVD par mois et que son alimentation foie gras/caviar laisse à désirer.

S’il pratique la méthode de l’administration française, il vous expliquera que le prix de ses slips ne représente que 3% du problème. Un peu plus tard, le sujet de l’alimentation viendra, certes c’est 10% des dépenses mais ça en impose autour de lui. Quand on parlera du sujet des DVDs, il s’étendra sur l’importance de son rayonnement culturel auprès des pecnots qui, comme lui, vivent au-dessus de leur moyens. Sur le point de la charité il sera intraitable, son statut d’être humain en dépend et lui interdit d’ignorer son prochain.

Notons que ce contribuable aurait la délicatesse, à la différence de l’État, de ne payer ces extravagances qu’avec son propre argent.


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce n’est peut-être pas le moment de dénoncer la faiblesse de la France, mais ça ne l'a jamais été. À force de reporter des réformes nous sommes maintenant au pied du mur.

Tous les pays les ont engagées avec plus ou moins d’ampleur. Avec sa révolution annoncée nous aurions été en droit de penser que Macron président allait s’y atteler. Malheureusement encore une fois la France s’est dérobée.

Les signaux d’alarme se multiplient et leur accumulation nous fragilise à un niveau jamais atteint.

Un déficit devenu inacceptable

Dé... Poursuivre la lecture

impôt
6
Sauvegarder cet article

Par Lourmais.

Si la France a des frontières, sachez que son État n’en a pas. Car s’il y a bien quelque chose que les pouvoirs ont appris de leurs siècles d’exercice, c’est que s’il y a un temps pour l’essor, il y en a surtout un autre pour l’essorage. Le bon citoyen se doit de nos jours d’être absolument sec et blanc de tout crime de richesse, quitte à reléguer la dignité humaine au rang de loi désuète.

La fiscalité est au fond un esprit d’État autant qu’un état d’esprit : il n’est pas seulement question de financer la souverai... Poursuivre la lecture

Par Maria Lily Shaw. Un article de l'Institut économique de Montréal

À la veille d’une campagne électorale, les politiciens canadiens devront bientôt fournir des réponses quant à leur approche privilégiée pour faire face aux nombreux enjeux auxquels le pays est confronté. Il ne fait aucun doute que la dette colossale du Canada et ses déficits astronomiques et récurrents figurent parmi les préoccupations les plus pressantes.

Comme l’a récemment noté le directeur parlementaire du budget (DPB), nous nous dirigeons actuellement vers... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles