La face cachée d’Apple

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
apple

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La face cachée d’Apple

Publié le 8 octobre 2011
- A +

Avec la disparition de Steve Jobs, nous avons perdu un modèle d’entrepreneur. Beaucoup d’entreprises ont horreur du vrai capitalisme et préfèrent le capitalisme d’État, où l’on peut réussir en devenant copain-copain avec le bon fonctionnaire. De son côté, Apple a bâti son royaume en consacrant la majorité de ses énergies à inventer des produits remarquables au lieu de jouer la game politique.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec

Pas question d’écrire un énième hommage à Steve Jobs. Mais je viens de découvrir une raison de plus d’admirer son entreprise. Qui touche mon cœur de cynique.

C’est le blogueur Tim Carney, du Washington Examiner, qui déterre ces chiffres : Apple vaut des centaines de milliards de dollars. Mais en techno, c’est l’entreprise qui donne le moins aux politiciens. Qui dépense le moins en lobbying. Dans le top 15, Microsoft trône au sommet. Le créateur de Windows a fait pleuvoir 7 millions $ dans les corridors de Washington en 2010 [1]. Google? Plus de 5 millions $. C’est encore trois fois plus qu’Apple, dernière au classement.

La business d’Apple, c’est l’innovation. Le temps, elle le passe à imaginer et construire des ordinateurs, téléphones et tablettes qui vous jettent à terre. Qui crée des milliers d’emplois, et ouvre le chemin à des industries entières. Pas à manger du filet mignon avec un politicien pour lui soutirer des privilèges. En langage Facebook : J’aime.

Plus surprenant encore : le bébé de Steve Jobs n’a jamais formé de comité d’action politique (PAC). Ce type d’organisation qui permet d’amasser des fonds pour financer la campagne de votre politicien chouchou, ou d’influencer l’adoption d’une loi. Une pratique courante chez les groupes de pression aux États-Unis, notamment les grandes entreprises.

Le grand mythe

Profitons-en pour déboulonner un mythe tenace dans le discours économique : l’idée que les grandes entreprises aiment le libre marché. Qu’elles souhaitent moins de gouvernement, moins d’État. Rien de plus faux.

Les grandes entreprises sont des groupes d’intérêt comme les autres. Qui tirent la couverte de leur bord, et cherchent à se goinfrer — comme les syndicats, les ordres professionnels et lobbies de toute sorte — dans le plat de bonbons gouvernemental. Que ce soit en tétant des subventions, ou des réglementations qui pénalisent leurs concurrents.

Beaucoup d’entreprises ont horreur du vrai capitalisme, de la concurrence. Elles préfèrent de loin le capitalisme d’État, comme ici au Québec. Où l’on peut réussir en devenant copain-copain avec le bon fonctionnaire — parlez-en aux firmes d’ingénierie et de construction!

Pensez-vous sérieusement qu’ici, Bombardier ou Pratt & Whitney, pour ne prendre que deux exemples, souhaitent que l’État rapetisse? Qu’il dépense moins? Quand depuis 10 ans, ces deux entreprises ont reçu, ensemble, des centaines de millions $ de votre argent en subventions, prêts à intérêt quasi nul et garanties de prêts?

Apple n’est sûrement pas blanche comme neige. Ni apolitique. Son entreprise donne aux partis politiques, surtout démocrate. Elle possède un département d’« affaires gouvernementales », comme toute grande entreprise. Elle fait vivre une armée d’avocats — comme ses concurrents — pour régler des disputes de brevets.

Mais Apple a bâti son royaume en consacrant la majorité de ses énergies à inventer des produits remarquables. Au lieu de jouer la game politique, comme trop d’entreprises le font. Le 5 octobre, nous avons perdu plus qu’un génie. Nous avons aussi perdu un modèle d’entrepreneur.

—-
Sur le web.

Note :
[1] À la défense de Microsoft, celle-ci doit constamment se défendre contre des accusations d’entrave à la concurrence, notamment pour son logiciel Windows. De là le besoin de se faire des amis à Washington… Notons aussi qu’une entreprise ne lobby pas nécessairement dans un but machiavélique, et certaines n’ont simplement pas le choix.

—-
Édition spéciale : hommage à Steve Jobs :
L’allocution de Steve Jobs à l’Université de Stanford
La face cachée d’Apple par David Descôteaux
Steve Jobs ou la folie des grandeurs par Guy Sorman
Le testament de Jobs par Emmanuel Martin
On a les idoles qu’on peut… par Georges Kaplan

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Mais qu’a donc inventé Apple Ou steve Jobs?

    Merci de votre réponse

    • La simplicité belle et efficace en matière technologique, intuitivement compréhensible par tous.

    • « Il est difficile d’estimer l’impact colossal que la famille des ordinateurs Apple II eut sur le monde des affaires et particulièrement sur l’industrie technologique. L’Apple II fut le premier ordinateur que la plupart des gens aient jamais vu: abordable pour des familles de classe moyenne, de petite taille et bénéficiant pour la première fois de logiciels utiles et utilisables par tous, il fut donc le premier ordinateur à se démocratiser.
      L’une des leçons que les premiers Apple II nous ont permis de tirer, fut l’importance d’une architecture ouverte. Les slots d’extensions qui permettaient à n’importe quelle carte de prendre le contrôle du bus, ont permis le démarrage d’une industrie indépendante de fabrication de cartes. Une grande quantité de produits fut ainsi élaborée » wikipedia

  • Romain doit avoir un PC…

    • @romain:

      Apple a peu « inventé » au sens absolu, mais a rendu « grand public » des concepts antérieurement réservés à des publics de niche: Micro ordinateur, Interface Wisiwig entre autres.

      Et perfectionner en démocratisant ce que d’autres ont inventé n’est pas moins noble que d’inventer soi même. Gutenberg a inventé le livre, mais c’est aldus Manuce qui l’a démocratisé en améliorant l’invention de Gutenberg (et a fait la première fortune dans le business): J’ai la faiblesse de croire que le second a été aussi utile à l’humanité que le premier.

  • Éviter le capitalisme d’état, ou de connivence, appelons-me comme l’on veut ? C’est une blague ? Et les procès mondiaux contre Samsung pour des questions fallacieuses de propriété intellectuelle, dont le seut qui fut gagné le fut en Californie, c’est quoi à votre avis ?

  • Bonjour,
    Je ne suis ni PC ni Mac, j’ai les deux. On peut aimer Apple il n’y a pas de mal à ça, on peut critiquer Apple, il n’y pas de mal à ça non plus, mais dans une réflexion, autant avoir toute la donne. Il faut quand même arrêter cette ferveur, parce que justement Apple a une face cachée, une vraie, que peu voit malheureusement. Pas de dons aux partis politiques, mais pas de dons à personne non plus, pas de sponsoring, pas d’aides aux ONG, aux associations, à personne. Apple c’est moi moi moi et uniquement des investissements marketing utilisant les stratégies les pires qui soient. Pas d’investissements dans le lobbying? Alors il faut m’expliquer comment ils arrivent à étouffer le fait qu’ils soient une des entreprise les plus polluantes du monde, sans faire le moindre pas vers une amélioration de ce point plus que négatif. Bref tout ça pour vous présenter cet article que je trouve bien fait si on veut se faire une opinion complète: http://geeko.lesoir.be/2013/01/28/10-preuves-quapple-vous-prend-pour-des-idiots-dassistes/. Bon week-end à tous!

  • « Les grandes entreprises sont des groupes d’intérêt comme les autres. Qui tirent la couverte de leur bord, et cherchent à se goinfrer — comme les syndicats, les ordres professionnels et lobbies de toute sorte — dans le plat de bonbons gouvernemental. Que ce soit en tétant des subventions, ou des réglementations qui pénalisent leurs concurrents.
    Beaucoup d’entreprises ont horreur du vrai capitalisme, de la concurrence. »

    Formidable ! Pondez-nous vite un grand papier sur ce thème, c’est un des plus grands tabous de la droite contemporaine, et il faut le faire sauter à la dynamique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles