Un médicament efficace contre tous les virus ?

Développement d’un médicament révolutionnaire?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un médicament efficace contre tous les virus ?

Publié le 1 septembre 2011
- A +

Un médicament révolutionnaire, potentiellement capable de détruire presque toute infection virale connue, vient d’être développé par des chercheurs du MIT.

Par Aymeric Pontier
Le laboratoire Lincoln du MIT est un centre de recherche et développement du Département de la Défense des États-Unis, très fortement orienté sur les technologies de défense militaire. Autrement dit, les chercheurs du centre sont surtout occupés par le développement d’une défense anti-missiles, et la création d’outils de surveillance et d’espionnage satellitaires, etc.

Mais, dans le cadre de la « sécurité nationale », ils sont amenés à empiéter sur d’autres champs de recherche scientifique, notamment la recherche médicale destinée à prévenir des attaques à l’arme biologique comme les bombes bactériologiques ou virologiques. C’est ainsi que des chercheurs du centre ont développé un médicament révolutionnaire, potentiellement capable de détruire presque toute infection virale connue :l’antiviral DRACO.

Cet antiviral serait capable de détecter les cellules infectées par tout type de virus, et de les détruire. Petite explication. Quand un virus infecte une cellule, il en prend le contrôle afin de créer des copies de lui-même, dans le but de se multiplier. Durant le processus, le virus crée donc de l’ARN que l’on ne trouve pas dans les cellules humaines non infectées. Le médicament DRACO parvient à différencier les cellules infectées des autres, grâce à la présence de cet ARN étranger, et « ordonne » à la cellule contaminée de s’auto-détruire.

Les chercheurs ont testé le médicament sur 15 virus connus, aussi bien sur des cellules humaines qu’animales, et ont découvert qu’il était efficace dans tous les cas de figure pour le moment, il est ainsi capable de traiter les virus suivants : la dengueles rhinovirus (ce qui en fait un médicament contre le rhume), la grippe H1N1, un des virus provoquant la gastro-entérite, un des virus provoquant la poliomyélite, ainsi que différents types de fièvres hémorragiques.

L’équipe de recherche est en ce moment même en train de tester l’efficacité du traitement sur de nouveaux virus, et entend breveter le médicament très rapidement. D’après les scientifiques, ce médicament à très large spectre pourrait probablement traiter les cas de SRAS, ou d’hépatite C. On ne connaît pas encore l’effet de DRACO sur les rétrovirus, mais s’il pouvait nous débarrasser du VIH, ce serait l’une des meilleures nouvelles du début du siècle…

Voir aussi le billet de Korben sur le sujet.


Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Enfin une bonne nouvelle dans ce monde de désatre des droits civils et de l’économie 🙂

    C’est encore plus formidable que la pénicilline, impatient de savoir si le HIV en succombera.

    • Suis pas sur que ça soit une bonne nouvelle, j’ai du mal à imaginer à quoi ressemblerait un monde sans virus. Il y a un équilibre entre virus, bactéries et champignons (mycoses), et quand on élimine les uns, les autres s’en donnent à cœur joie. Enfin, on verra bien, si ça marche il faudra vivre avec pour le meilleur et pour le pire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les soignants non vaccinés contre le covid ne seront pas réintégrés. Du moins pas avant encore de longs mois et au bout d’un chemin tortueux dépendant du bon vouloir de la Haute Autorité de Santé, qui s’est encore prononcée contre il y a huit jours...

Cette situation réussit la rare performance d’être à la fois logique et scandaleuse. Il faudra pourtant bien trancher le nœud gordien, c’est-à-dire réintégrer un jour ou l’autre ces soignants indispensables à un système de soins en tensions et qui n’ont, eh oui, commis aucune faute.

<... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Un patient me le faisait remarquer récemment : les politiciens ont suivi le conseil scientifique. En filigrane, les médecins étaient à la manœuvre dans la gestion de l’épidémie : faux. Ce sont les politiciens et leurs agences de conseil privées qui ont tracé la voie, au grand dam de nombreux confrères auxquels je m’associe. Et j’exerce dans un établissement accueillant des cas depuis le début.

 

La désastreuse gestion du covid

En médecine, il existe des données validées par études, rehaussées de niveaux de preuves. On évalu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles