Dépenses publiques, François Fillon est un gag

Des économies qui ne sont que hausse des taxes sans baisse des dépenses

François Fillon n’a pas convaincu grand monde avec ses « économies » annoncées hier, qui ne sont que taxes supplémentaires sans la moindre baisse des dépenses publiques. C’est quasiment un canular.

Par Aurélien Véron

 

Le porte parole du gouvernement premier ministre François Fillon a envoyé un message extrêmement fort au pays et aux marchés ce soir : nous allons taxer les sodas, l’alcool et les cigarettes. La France est sauvée des menaces qui pèsent sur son avenir. Les marchés financiers n’ont qu’à bien se tenir. En fait, on se demande après coup s’il ne s’agissait pas d’un canular. Un coup pour nous faire rire un bon coup, le rire c’est toujours bénéfique, surtout quand tout va mal. Pour combler les déficits, il nous propose une petite cuiller. Quel gag !

Je suis mauvaise langue, le plan est censé rapporter 11 milliards aux caisses de l’État, ou plutôt sortir des nôtres car il n’y a pas une mesure d’économies dans les dépenses publiques. Nous aurons droit à 11 milliards de taxes supplémentaires. Certes, cela reste modeste rapporté au déficit de 148,5 milliards en 2010, ou aux 53 milliards de déficit moyen sur les 20 dernières années, tout ceci reste des broutilles. Heureusement que « Le seuil de tolérance à l’endettement est dépassé » comme le dit si bien notre pilote de rallye. Coup de rabot sur les niches, surtaxe symbolique sur les très gros revenus (500.000 €, ça devient du lourd), augmentation des prélèvements sociaux sur les revenus du capital, et grosse taxe en perspectives sur les cigarettes (mais là, c’est comme tous les 2 ans), les boissons sucrées et l’alcool. Vous voilà rassuré(e)s. Non ? Pensez au moins que le gouvernement garde les grosses munitions pour le prochain plan d’urgence… en septembre peut-être.

Notez, j’espère que le gouvernement n’a pas consulté une agence de communication sur ce coup. Si c’est le cas, ils ont intérêt à taire son nom pour ne pas nuire à son carnet de clients.


Sur le web