Dépenses publiques, François Fillon est un gag

Des économies qui ne sont que hausse des taxes sans baisse des dépenses

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dépenses publiques, François Fillon est un gag

Publié le 25 août 2011
- A +

François Fillon n’a pas convaincu grand monde avec ses « économies » annoncées hier, qui ne sont que taxes supplémentaires sans la moindre baisse des dépenses publiques. C’est quasiment un canular.

Par Aurélien Véron

 

Le porte parole du gouvernement premier ministre François Fillon a envoyé un message extrêmement fort au pays et aux marchés ce soir : nous allons taxer les sodas, l’alcool et les cigarettes. La France est sauvée des menaces qui pèsent sur son avenir. Les marchés financiers n’ont qu’à bien se tenir. En fait, on se demande après coup s’il ne s’agissait pas d’un canular. Un coup pour nous faire rire un bon coup, le rire c’est toujours bénéfique, surtout quand tout va mal. Pour combler les déficits, il nous propose une petite cuiller. Quel gag !

Je suis mauvaise langue, le plan est censé rapporter 11 milliards aux caisses de l’État, ou plutôt sortir des nôtres car il n’y a pas une mesure d’économies dans les dépenses publiques. Nous aurons droit à 11 milliards de taxes supplémentaires. Certes, cela reste modeste rapporté au déficit de 148,5 milliards en 2010, ou aux 53 milliards de déficit moyen sur les 20 dernières années, tout ceci reste des broutilles. Heureusement que « Le seuil de tolérance à l’endettement est dépassé » comme le dit si bien notre pilote de rallye. Coup de rabot sur les niches, surtaxe symbolique sur les très gros revenus (500.000 €, ça devient du lourd), augmentation des prélèvements sociaux sur les revenus du capital, et grosse taxe en perspectives sur les cigarettes (mais là, c’est comme tous les 2 ans), les boissons sucrées et l’alcool. Vous voilà rassuré(e)s. Non ? Pensez au moins que le gouvernement garde les grosses munitions pour le prochain plan d’urgence… en septembre peut-être.

Notez, j’espère que le gouvernement n’a pas consulté une agence de communication sur ce coup. Si c’est le cas, ils ont intérêt à taire son nom pour ne pas nuire à son carnet de clients.


Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « Pensez au moins que le gouvernement garde les grosses munitions pour le prochain plan d’urgence… en septembre peut-être. »

    Plutôt été 2012.

  • ca serait risible si ca n etait pas pitoyable. apres la croissance negative, ils inventent la baisse des depenses en augmentant les impots. comme disait goebels, plus c est gros mieux ca marche.

  • Possible que ce soit de la com.

    Les coupures dans l’état feraient hurler la gauche (« on jette nos acquis » « halte au massacre ») la ils vont hurler comme des gorets à cause des taxes et risquent de ce retrouver essoufflé et un peu con à l’annonce des coupures. (« ni/ni » et « gueule tout le temps » pas bon)

    Sarko & co sont mauvais gestionnaires mais pas si mauvais communiquant, les « économies » sont tellement ridicules qu’on peut douter qu’il n’y aie que ça.

  • Le vrai scandale n’est pas que nos politicards et leurs idiots utiles mentent sans vergogne, en déformant les mots les plus élémentaires et les faits les plus évidents.
    Le vrai scandale est qu’ils puissent mentir sans vergogne en toute impunité.

  • Ce qui est impressionnant c’est a quel point l’UMP, drogue aux sondages, fait completement abstraction du fait que la plupart des francais demendent effetivement une baisse des depenses. Je sais qu’ils ne demandent pas les memes et qu’on veut toujours que ce soit la subvention du voisin qui saute. Cependant ce serait quand meme bien que pour une fois le gouvernement au sondage serve a quelque chose.

  • L’Etat-obèse français ressemble de plus en plus à Mr Creosote !

  • La beauté de l’exercice c’est que la plus grosse des réformes annoncées est passé complètement inaperçue … Vous même vous ne la signalez pas … La fin de l’exonération de plus values au delà de 15 ans de détention et le relèvement de la base de taxation, on passe à 32,5% sur les plus values c’est énorme. Pour ma part et pour beaucoup de gens autour de moi, c’est un choc monumental. Plusieurs amis se sont endettés sur 30ans pour acquérir un studio qu’ils louent. Et moi compris j’ai acheté un appart in y a 11 ans j’attendais les 15 ans pour vendre !

    J’ai galéré pour maintenir le cap avec des locataires qui saccagent régulièrement l’appart ou ne paient pas. j’ai fais fondre mes économies pour maintenir la propriété. La seule prise de valeur de l’investissement motive, et voilà que l’état va me prendre une bonne part du bénéfice le jour où je vend.

    Ceux qui ont accumulé et maintenu un patrimoine toute leur vie vont souffrir fortement de cette mesure et cela ébranle les fondements d’une approche patrimoniale classique.

    Cette mesure n’est pas anodine, elle marque la rentrée de ce pays dans une ère désastreuse.

    Ces mesures sont du foutage de gueule oui complètement déconnectés d’une réalité qui aurait exigé une baisse importante des dépenses et que l’on place enfin la question des fonctionnaires au centre du débat. Mais elle marque aussi la détermination du pouvoir à piller le patrimoine des français.

  • En guise d’économies, le gouvernement vient d’accorder 160 millions de plus aux étudiants au titre des bourses universitaires.

    Ne nous leurrons pas, les élections approchent, les dépenses vont continuer d’augmenter pour acheter des voix. La preuve ici.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce n’est peut-être pas le moment de dénoncer la faiblesse de la France, mais ça ne l'a jamais été. À force de reporter des réformes nous sommes maintenant au pied du mur.

Tous les pays les ont engagées avec plus ou moins d’ampleur. Avec sa révolution annoncée nous aurions été en droit de penser que Macron président allait s’y atteler. Malheureusement encore une fois la France s’est dérobée.

Les signaux d’alarme se multiplient et leur accumulation nous fragilise à un niveau jamais atteint.

Un déficit devenu inacceptable

Dé... Poursuivre la lecture

Par Maria Lily Shaw. Un article de l'Institut économique de Montréal

À la veille d’une campagne électorale, les politiciens canadiens devront bientôt fournir des réponses quant à leur approche privilégiée pour faire face aux nombreux enjeux auxquels le pays est confronté. Il ne fait aucun doute que la dette colossale du Canada et ses déficits astronomiques et récurrents figurent parmi les préoccupations les plus pressantes.

Comme l’a récemment noté le directeur parlementaire du budget (DPB), nous nous dirigeons actuellement vers... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quand j’écrivais mon article consacré à la folle dérive des comptes publics 2020 il y a une semaine de cela, j’étais loin de me douter que je me lançais en fait dans une trilogie.

En revanche, tout indiquait déjà que les beaux discours complaisamment ressassés par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire sur l’impérieuse nécessité de réduire notre dépense publique pour revenir dans les clous d’un déficit de 3 % n’étaient que babillage énarchique de façade (second article) dressé devant le véritable objecti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles