Hôtes puis geôliers

Quand des membres d’ETA voient leur exil doré à Cuba se transformer en geôle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
eta

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hôtes puis geôliers

Publié le 29 mai 2011
- A +

Par Yoani Sánchez, de La Havane, Cuba

J’étais enceinte de huit mois lorsque j’ai fait la connaissance à Cuba de deux basques radicaux, Rosa et Carlos, tout au moins disaient-ils alors s’appeler ainsi. Ils nous avaient invités dans leur grande maison de Miramar pour une fête avec musique de troubadours et chorizos. Ils avaient pu nous régaler de jambon serrano et de fruits secs que nous connaissions seulement à travers les films. Mais les arômes et les saveurs ne parvenaient à dissiper le doute qui grandissait en les observant. Comment ces gens-là avait-ils réussi à vivre dans un tel lieu avec une voiture à plaque privée et un garde-manger aussi bien garni. Qu’avaient-ils fait pour accéder à des privilèges impensables pour des nationaux ?

Mon fils était né un an après, j’étais restée de longues années sans revoir de jambon serrano quand dix ans après, dans la rue, je suis tombée sur Carlos. Je l’ai appelé par son nom et il n’a pas répondu. Il est entré à toute vitesse dans une auto et s’est perdu dans l’agitation de l’avenue Reina. De Rosa j’ai appris qu’elle avait déménagé et se présentait maintenant sous le nom de Daniela. Sa nouvelle vitrine était la distribution de programmes touristiques. Mais comme à la Havane les bruits courent, les commérages abondent et les secrets circulent, j’ai appris qu’ils étaient des membres de l’ETA recherchés par la justice espagnole et que la résidence qu’on leur avait assignée faisait office de « maison d’hôtes » officielle. Aucun des deux ne pouvait rentrer en Espagne sous sa véritable identité.

Leur exil doré est cependant terminé. Aujourd’hui leurs hôtes se sont transformés en geôliers. Le même gouvernement qui un jour les a accueillis et leur a fourni leurs ressources refuse depuis des mois de leur falsifier de nouveaux passeports pour voyager en France ou ailleurs. Je ne sais pas sous quel nom s’appellent maintenant Carlos et Rosa, ni où ils habitent et combien de leurs anciens privilèges ils ont perdu. J’imagine pourtant qu’ils sont maintenant reclus dans cette île, se méfiant de tous ceux qui les entourent, maudissant ces compagnons de route qui leur ont donné refuge, ces « généreux » protecteurs d’autrefois qui ont fini par les emprisonner ici.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « N’oublie pas qu’un Etat qui est assez puissant pour te donner ce que tu souhaites, est aussi assez puissant pour tout te prendre. »

  • je dirai que ça ne touche pas que les Etats. Car il y a bien des personnes physiques capables de tout te donner et de tout te reprendre, en gros tu n’es qu’une marchandise ou un passe-temps pour ces gens-là.

    • Assimilation inappropriée. On peut toujours choisir ses relations personnelles, mais on ne peut éviter la violence de l’Etat, comme Sanchez nous le démontre à chacun de ses billets.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous pensons souvent que le consensus est gage de certitude. On évoque le consensus des experts sur tel ou tel sujet pour avancer avec confiance dans une direction donnée. C’est oublier les leçons de l’histoire qui a régulièrement démenti, parfois brutalement, cette croyance un peu naïve. Un bon exemple est celui de la crise des missiles de Cuba. C’était il y a soixante ans, mais les mêmes mécanismes jouent encore aujourd’hui.

Le 16 octobre 1962, l’Amérique découvrait stupéfaite que les Soviétiques étaient en train d’installer secrètem... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles