De nouvelles informations sur les dernières minutes du vol AF447

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De nouvelles informations sur les dernières minutes du vol AF447

Publié le 28 mai 2011
- A +

Suite à la lecture des enregistreurs de vol retrouvés dernièrement, le BEA a publié ce jour un point d’enquête sur les quatre dernières minutes de l’accident de l’AF447 reliant Rio à Paris et qui s’est crashé le 1er Juin 2009.

Pour le moment, les informations récupérées montrent qu’à 02H01 du matin, le premier copilote est assis en place gauche et le second en place droite. Le commandant de bord est parti se reposer. Les pilotes avertissent l’équipage que l’avion va rentrer dans une zone de turbulence. Le niveau de vol s’établit alors à 35.000 pieds (environ 10.600 m). L’orage, identifié au radar, sera contourné par la droite, et la vitesse est réduite de mach 0.82 (un peu plus de 900 km/h) à 0.80 (autour de 880 km/h).

Apparemment, à 02H10:05, le pilote automatique et l’auto-poussée des moteurs se désengagent. Le pilote en fonction déclare avoir les commandes. L’avion part en roulis à droite et se cabre. L’alarme de décrochage de l’avion se déclenche deux fois. Les indicateurs de vitesse annoncent alors une chute de la vitesse de 275 à 60 nœuds ; l’assiette de l’avion augmente jusqu’à 10° ce que le pilote tente de contrer tandis que s’enchaînent des mouvements désordonnés en roulis.

La vitesse repasse à 215 nœuds alors que l’avion monte à 37.500 pieds. Une nouvelle alarme de décrochage se déclenche à 02H10:51 ; pendant que la gouverne de profondeur passe de 3 à 13°, la manette de poussée des moteurs est poussé à un seuil proche de la pleine puissance. L’altitude atteint 38.000 pieds. À la suite de quoi, des vitesses incohérentes s’afficheront sur les deux indicateurs pendant un peu plus de 50 secondes.

À 02H11:40, le commandant de bord rejoint son poste, sans pouvoir s’asseoir à sa place à cause des mouvements désordonnés de l’avion. Le pilote en fonction met finalement les moteurs au ralenti. À 02H13:12, l’avion atteint les 10.000 pieds, soit une chute de 25.000 pieds en deux minutes, équivalente à 200 km/h de vitesse verticale. L’avion touchera la mer une centaine de secondes plus tard, toujours en décrochage.

À ce stade, les enquêteurs ont noté que les instruments ont affiché des vitesses incohérentes, que l’alarme de décrochage s’est déclenchée et que l’avion a réellement décroché pendant 3’30 ». Le pilote a choisi majoritairement de cabrer ; normalement, la procédure à suivre en cas de décrochage prévoit de laisser le manche, diminuer l’assiette pour piquer légèrement et retrouver une vitesse de sustentation, puis ajuster la poussée des moteurs. Ils ont aussi noté que les moteurs ont toujours fonctionné correctement.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Les pilotes ont peut être perdu la notion de repérage dans l’avion. Ils ne savaient pas si le nez de l’avion est vers le haut ou vers le bas. Et ils ont décidé aller vers le haut.

  • David Christian
    7 juin 2011 at 10 h 57 min

    Il se peut que l’on sache jamais les décisions prises mentalement par les pilotes si l’électronique de l’avionique a connu une panne généralisé sévere, dû par exemple à un impact de flux d’anti-électrons émis par le système orageux de grande magnitude. Leurs gestes- probablement apropriés -ont alors été ignorés ou inversés par la panne électronique chaotique.

  • Ah oui? et l’horizon artificiel , à quoi sert-il?
    Les équipage ne sont pas qualifiés IFR chez air france?
    Il est à noté qu’a aucun moment le compensateur n’a été touché alors que l’appareil était en direct law.

    • je ne connais pas votre expérience aéronautique.
      j’ai pour ma part effectué 4000 vols en monoplace de combat et environ 15 enquêtes d’accident comme pilote enquêteur ou président de commission d’enquête.
      Avec des commande électrique, la chaîne comporte: le pilote donneur d’ordres, le « calculateur » qui les reçoit, les transforme en signaux de commande, les lignes de commande et les moteurs de gouvernes, les gouvernes elles-mêmes. Pour porter un jugement, il faut avoir les données tout le long de la chaîne et pas seulement un bref raccourci journalistique qui laisse penser à une faute de pilotage aussi simpliste qu’énorme. Contrer un décrochage est le premier geste qu’apprend un élève pilote à l’instruction. Il y avait 3 pilotes à bord. Comment penser que les 3 aient oublié à ce point leurs fondamentaux. Pas plus que le givrage des sondes Pitot ne peut être la cause de cet accident. Un avion peut se piloter sans ces indications en attendant que le dégivrage s’opère. A la limite, en lâchant les commandes et en lui « foutant la paix ». Un avion vole seul s’il est bien « trimé ».

      • Avis aux Ripolins de tous poils !

        Propos plein de sagesse de la part de » rolmen « :

        Cela nous change du « Buzz » ambiant qui ne vit que sur des rumeurs, d’autant plus que dans ce cas, les pilotes étant des professionnels , on ne doit pas décemment les accabler : il est trop facile de le faire sans rien connaitre des conditions en étant bien calé sur son fauteuil à bascule et à roulettes !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Albouy.

Quand on est un pilote d’Air France, une compagnie prestigieuse qui porte les couleurs de la République française et qui a fait voler le Concorde, on peut se croire insubmersible et penser que tout continuera comme avant et qu’in fine l’État sera toujours là pour faire face aux petits problèmes comptables d’équilibre d’un compte d’exploitation. C’est bien ce qui est en train de se passer à nouveau avec la crise sanitaire.

Air France : petit rappel historique

Fondée en 1933, Air France est née de la fusion de q... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Joseph d’Haraucourt.

En 2018, suite à plusieurs mois de grève des pilotes d’Air France et à la démission de Jean Marc Janaillac, PDG de l’époque, consécutive à un referendum perdu, l’actuel ministre des Finances Bruno Le Maire déclarait sur BFM :

Air France disparaitra si elle ne fait pas les efforts de compétitivité.

Dans une autre interview, il ajoutait :

Ceux qui pensent que quoiqu’il arrive, l’État viendra à la rescousse et épongera les pertes se trompent.

Deux ans plus tard et alors que le tr... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

La crise du Covid semblant se terminer, les vieilles marottes de la gauche reprennent vie. Après un mois de juin marqué par la question raciale, voilà que l’écologie revient, avec les travaux de la fameuse Convention citoyenne pour le climat.

Destinée à répondre aux Gilets jaunes, elle ne porte bien que la première partie de son nom et sonne comme la deuxième mort des Gilets jaunes, noyautés par l’extrême gauche dans la rue d’abord, au sein de cette fameuse Convention coprésidée par le directeur général de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles