La Révolte des masses

Les Belles Lettres publient, dans la collection Bibliothèque classique de la liberté, le maître-ouvrage de José Ortega Y Gasset, La Révolte des masses

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Révolte des masses

Publié le 19 octobre 2010
- A +

Les Belles Lettres publient, dans la collection Bibliothèque classique de la liberté, le maître-ouvrage de José Ortega Y Gasset, La Révolte des masses. Traduit de l’espagnol par Louis Parrot, avec une préface de José-Luis Goyena, la parution est prévue pour le 28 octobre prochain. Vous pouvez commander cet ouvrage ici.

Publié en Espagne en 1930 sous le titre La Rebellion de las masas, traduit en français en 1937 (Stock), et réédité en 1967 dans la collection « Idées » (Gallimard), ce classique majeur de la littérature intellectuelle européenne qu’est La Révolte des masses n’était plus disponible depuis plus d’une vingtaine d’années.

La réputation mondiale de cet ouvrage (qui ne reflète qu’un aspect de l’immense œuvre philosophique de son auteur) traduit dans toutes les langues vient de ce que s’y développe une critique précoce, prémonitoire et acérée de la montée de l’« homme-masse » porteur d’une violence destructrice de la démocratie, conjuguée à celles de l’« étatisation de la vie ».

Mais au-delà de ces sombres diagnostics, La Révolte des masses est porteuse d’une pensée affirmative, articulée sur l’opposition entre les exigences d’une « vie noble » fondée sur l’individualisme moral – et la vulgarité, la médiocrité d’une civilisation grégaire : c’est cette dimension du livre qui continue actuellement plus que jamais à susciter le commentaire et nourrir pour lui l’intérêt le plus vif dans toute l’aire hispanophone mais aussi anglo-saxonne – grâce en particulier aux efforts de la Fondation Ortega Y Gasset de Madrid.

Voir le commentaire (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici La seconde partie de l'article se trouve ici

Si les tendances oligarchiques du système démocratique étaient déjà bien comprises au début du XXe siècle par les machiavéliens, leurs conclusions n’ont malheureusement pas été retenues, même par la plupart des politologues. Cela n’est pas étonnant puisque la majorité n’a jamais pris connaissance des travaux de ces penseurs. Leurs noms sont très rarement cités, que ce soit dans l’enseignement secondaire ou à l’université.... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici

L’analyse historique et sociologique des penseurs machiavéliens montre que le système démocratique moderne n’est en fait démocratique que de nom. Comme explique Burnham, aucune organisation politique de quelque importance que ce soit ne peut être dirigée par la majorité de ses membres ; sa désintégration chaotique s’ensuivrait rapidement.

De même, aucune société ne peut être dirigée de manière ordonnée par le peuple car le règne de la foule s’ensuivrait, ou c... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Bien que Les Machiavéliens : défenseurs de la Liberté fut publié en 1943, c'est un livre qui mérite une attention continue. Pourtant, cet important ouvrage du politologue James Burnham (1905-1987) reste méconnu du grand public et parfois même des universitaires. Jusqu'à tout récemment, la seule autre édition en anglais fut publiée en 1964. Ce livre n’a pas été traduit en français depuis 1949.

Une recension des idées des penseurs machiavéliens est opportune en raison de la clarté politique qu’elles peuvent appor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles