Le vote au poids

Les plus grands pays de la zone euro devraient recevoir un plus grand poids dans le vote au sein du conseil de gouvernance de la BCE

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le vote au poids

Publié le 26 septembre 2010
- A +

Karl Otto Pöhl, ancien président de la Bundesbank, est cité dans l’ hebdo économique Allemand Wirtschaftswoche, faisant une remarque intéressante. D’après lui, les plus grands pays de la zone Euro (et avant tout le plus grand d’entre eux) devraient recevoir un plus grand poids dans le vote au sein du conseil de gouvernance de la Banque Centrale Européenne.

Il argumente ainsi :

« On ne peut pas avoir le cas où les banques centrales de Malte ou de Chypre ont la même voix que la Bundesbank. Le principe « un pays, un vote » a fait son temps. »

Sie sind recht, Herr Pöhl. Ceci est très sensé, surtout du point de vue de l’Allemagne. Mais alors, pourquoi ne pas appliquer le même raisonnement au Royaume Uni et aux nouvelles autorités financières de l’UE, dont la création a été endossée par les eurodéputés mercredi dernier à Strasbourg?

Parmi ces superviseurs de l’industrie de la finance, la plupart des décisions seront prises selon un principe de « un pays, un vote », sans tenir compte de la taille réelle des marchés financiers de chaque Etat membre. Comme nous l’avons déjà signalé ici, le Royaume Uni contrôle 36% des marchés de gros de la finance, mais aura exactement le même poids parmi les superviseurs que tous les autres Etats membres, par exemple Chypre ou Malte.

Quels que soient les mérites ou les avantages de chaque propositions, en fait.

Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Il faut surtout appliquer ce principe aux citoyens en utilisant le vote censitaire. Il est inadmissible qu'indépendamment de la charge assumée par chacun (somme des impôts directs et indirects, contributions et autres) les voix aient le même poids. Les sales riches qui financent le train de vie de l'Etat et la redistribution devraient avoir leur mot à dire au prorata des impôts qu'ils paient. Pour l'instant, à défaut, ils votent avec leurs pieds et l'exode des capitaux et des talents se poursuit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Pour ceux qui me lisent, la baisse des actions n’est pas totalement une surprise.

Dans cet article, j’expliquais une règle immuable : c’est lorsque les hypothèses implicites du marché divergent des vôtres que vous pouvez réaliser des performances exceptionnelles. Et les miennes se résumaient en un mot : récession. J’estimais et estime toujours que les marchés d’actions et de taux doivent intégrer la perspective d’une récession. De ce fait les premiers devaient baisser de 30 % et les seconds se détendre nettement.

Les actions ont... Poursuivre la lecture

Marine Le Pen n’a pas caché sa volonté de créer une Europe des nations qui reposerait sur les États membres de l’Union européenne (UE), une politique générale proche de la ligne directrice du groupe européen CRE (conservateurs et réformateurs européens) qui regroupe un certain nombre de partis eurosceptiques comme les conservateurs de Droit et Justice polonais ou les libéraux conservateurs tchèques de l’ODS tous deux au pouvoir. Cette conception de l’Europe repose sur la coopération entre États plutôt que sur une approche plus fédérale.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles